Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Fuscien à Saint-Fuscien

Dossier IA80002612 réalisé en 2003

Fiche

Œuvres contenues

Achevée en 1895 (date portée), la nouvelle église paroissiale de Saint-Fuscien est l'oeuvre de l'architecte P. Viénot, modifiée par l'architecte départemental Emile Ricquier. Autorisée en 1870, la construction d'une nouvelle église est votée par le conseil municipal en 1875 malgré l'absence de ressources de la fabrique. Un terrain situé face à l'ancienne abbaye est donné en 1877 par M. Jourdain-Vion.

L'architecte P. Vienot en dresse les plans en 1879, reprenant un projet de l'architecte Corroyer. La construction est réalisée en plusieurs tranches, la première comprenant le choeur et la moitié de la nef achèvés en 1880. Quatre ans plus tard, l'architecte se plaint des modifications apportées à la décoration intérieure par le curé de la paroisse. En 1886, c'est l'architecte départemental Emile Ricquier qui est chargé de l'achèvement de l'édifice, la nef (1890) et le clocher (1895).

Vocables Saint-Fuscien
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Grand Amiénois - Boves
Adresse Commune : Saint-Fuscien
Adresse : rue de l' Eglise
Cadastre : 2002 AC 23

Documents figurés : La représentation illustrant l´affichette destinée à la collecte de fonds, publiée en 1881 (doc. 1), donne une représentation de l´édifice projeté par P. Viénot. Le plan d´achèvement réalisé en 1886 par E. Ricquier (doc. 2 et 3) montre un édifice de plan allongé à trois vaisseaux avec un chœur saillant à chevet plat. La sacristie est située au nord du chœur. Le clocher-porche comprend une chapelle des fonts et l´escalier donnant accès à la chambre des cloches. Sources : Les documents conservés aux archives départementales (série V) indiquent que la souscription destinée à la reconstruction de l´église, qui répond au désir unanime des habitants, est autorisée par le préfet et par l´évêque en 1870. En 1875, le maire se plaint cependant que la fabrique ne dispose pas du budget nécessaire. Le curé de Saint-Fuscien se plaint au préfet que la somme n´a toujours pas été affectée au projet. La reconstruction, décidée en 1875, est finalement autorisée à la suite du rapport de l´architecte V. Delfortrie réalisé en 1876. Un terrain est donné à cette intention par M. Jourdain-Dion, en 1877. Les plans sont dessinés en 1879 par l´architecte Viénot qui reprend un projet de l´architecte Corroyer. Le rapport du conseil local des bâtiments civils indique que le plan, qui comprend une nef, des collatéraux et un transept, présente une disposition commode. Le rapporteur engage cependant l´architecte à relever les murs latéraux de 50 cm pour obtenir un meilleur rapport de proportion entre la hauteur des murs et du toit et de remonter l´appui de fenêtre de la baie axiale du chœur. La construction est scindée en plusieurs tranches. Celle du chœur et de la moitié de la nef, est réalisée sur un devis de 1879, par l´entrepreneur Hilaire Bezancourt. En 1880, la construction de la sacristie et du clocher est ajournée en raison de manque de ressources. Des donations sont faites en 1881. L´architecte et l´entrepreneur reçoivent paiement de leurs honoraires en 1883 et en 1884. A cette date, l´architecte se plaint des modifications apportées au projet par le curé de Saint-Fuscien (cf. annexe). En 1886, l´architecte E. Ricquier dessine les plans d´achèvement de l´église et dresse un devis comprenant également la consolidation des bas-côtés (fers en T) et la construction des voûtes de la nef. En 1890 a lieu la réception des travaux d´achèvement réalisés par l´entrepreneur Joly-Rousssel. Travaux historiques : La photocopie d´un mémoire de 1863 (documentation MH) formule une demande de reconstruction de l´église paroissiale (étudiée), qui était alors une grange aménagée en lieu de culte à la fin du 18e ou au début du 19e siècle devenue trop exiguë pour contenir tous les paroissiens. L´auteur insiste sur la nécessité d´une reconstruction sur le lieu abandonné du martyre des saints Victoric et Fuscien, c'est-à-dire sur le sol historique dont les frères du pensionnat sont désormais propriétaires.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1879, daté par source
1886, daté par source
1895, daté par source
Auteur(s) Auteur : Viénot Paul, architecte, attribution par source
Auteur : Bezancourt Hilaire,
Hilaire Bezancourt (1850 - 1911)

Entrepreneur à Amiens, rue François-Meunier (1909)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Auteur : Ricquier Emile,
Emile Ricquier , né(e) 1846 (1906 - )

Architecte des Hospices et architecte départemental.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Joly-Roussel, entrepreneur, attribution par source

L'édifice non orienté, implanté en retrait de la voie, présente un plan allongé à 3 vaisseaux ; il est construit en briques et couvert d'ardoises. Date portée (1895) sur le clocher sous l'horloge.

Murs brique
Toit ardoise
Étages 3 vaisseaux
Typologies style néo-roman
Statut de la propriété propriété publique

Annexes

  • Correspondance relative aux modifications effectuées à l´initiative du curé de Saint-Fuscien (AD 80 ; 5V 612)

    Extrait de la plainte de l´architecte P. Vienot adressée au maire (13 décembre 1884) :

    L´église de Saint-Fuscien « nouvellement construite d´après les plans de M. Corroyer aujourd’hui architecte du gouvernement à Paris, et modifiés par moi en respectant le style et le caractère » est vandalisée par le curé qui « démolit, supprime pour substituer des choses de son goût ».

    Extrait de la demande de renseignement du préfet adressée au maire de Saint-Fuscien (18 décembre 1884) :

    Le préfet se renseigne auprès du maire au sujet des modifications faites par le curé « qui ne s´inquièterait pas suffisamment de savoir si les mesures qu´il a prises n´enlèvent pas à cet édifice le style qui lui est propre et si elles ne nuisent pas à la solidité du bâtiment [il s´agit là de la cloche suspendue à la charpente de a nef inachevée].

    Extrait de la réponse du maire au préfet (19 décembre 1884) :

    Le maire indique que les travaux réalisés à l´initiative du curé ont été autorisés par la fabrique. Il s´agit d´un enduit de plâtre teinté imitant la pierre de taille, dans le sanctuaire et le fond de la chapelle latérale. Modifie « tous de briques apparentes et rejointoyées simplement comme une grange ordinaire, mais c´est d´une manière très avantageuse pour l´œil, et tel est d´ailleurs le sentiment de toute la population qui a félicité le curé d´avoir donné par ce moyen un peu plus de lumière dans l´endroit le plus apparent de l´église qui en manquait absolument. C´est d´ailleurs le même travail qui a été exécuté dans la plupart des églises d´Amiens, notamment à Saint-Roch, qui est je crois au même point de construction et de style que Saint-Fuscien ; partout enfin où l´édifice n´est pas en pierre de taille on recouvre la brique de cet enduit qui depuis plus de 25 ans a fait ses preuves et qui imite la pierre d´une manière parfaite. » Le maire indique ensuite que la cloche accrochée à la charpente pesant environ 5 kg, il est peu probable qu´elle ébranle l´édifice.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série V ; 5V 612. Saint-Fuscien (1870-1900).

Documents figurés
  • Eglise en reconstruction de Saint-Fuscien, imprimé, 1881 (AD Somme ; 5V 612).

  • Commune de Saint-Fuscien. Achèvement des trois dernières travées de la nef. Elévation latérale est, dessin par E. Ricquier architecte, 1886 (AD Somme ; 5V 612).

  • Commune de Saint-Fuscien. Achèvement des trois dernières travées de la nef. Plan, dessin par E. Ricquier architecte, 1886 (AD Somme ; 5V 612)

Bibliographie
  • SOCIETE DES ANTIQUAIRES DE PICARDIE. Dictionnaire historique et archéologique de la Picardie. Tome I : Arrondissement d'Amiens, cantons d'Amiens, Boves et Conty. Amiens : Société des antiquaires de Picardie, 1919. Réed. Bruxelles : Editions culture et civilisation, 1979.

    p. 241
  • INVENTAIRE GENERAL DU PATRIMOINE CULTUREL. Région Picardie. Églises et chapelles des XIXe et XXXe siècles. Amiens métropole. Réd. Isabelle Barbedor. Lyon : Lieux-Dits, 2008.

    p. 29-31
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.