Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Médard de Blangy-Tronville

Dossier IA80002413 réalisé en 2002

Fiche

Vocables Saint-Médard
Parties constituantes non étudiées calvaire
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Grand Amiénois - Boves
Adresse Commune : Blangy-Tronville
Cadastre : 1809 A 379 ; 2002 AE 63

Documents figurés :

Plusieurs plans conservés aux archives départementales (série G) illustrent le projet de reconstruction du chœur de l´église. Un premier plan de 1770 (doc. 1) montre le sanctuaire, plus étroit que la nef, éclairé par deux petites baies latérales. Le projet prévoit son agrandissement par un chevet polygonal (en rose). Une deuxième série de plans de 1771 (doc. 2 et 3) illustre un projet de reconstruction totale du chœur, éclairé de deux baies au nord et au sud, qui présente un chevet à pans coupés. Le plan au sol indique que la nef est éclairée par trois baies au nord et au sud. La tour en saillie n´est pas représentée.

Le cadastre napoléonien levé vers 1809 (doc. 4) figure un édifice de plan allongé à chevet polygonal, flanqué d'une tour de clocher faisant saillie dans l'angle sud-ouest de la nef. On peut remarquer l'absence de cimetière autour de l'église. Le dessin réalisé par Louis Duthoit vers 1835 (doc. 5) donne une représentation de l'édifice de plan allongé, avec une tour située dans l'angle sud-ouest et un porche accolé à la façade occidentale.

Sources :

Les sources conservées aux archives départementales (série G), signalent une transaction entre le chapitre de la cathédrale d´Amiens, d´une part, et le curé, les marguilliers et principaux habitants de la paroisse de Blangy sur Somme, représentés par Jean-Baptiste Andrieu, curé dudit Blangy, et Jacques Waranguier, laboureur audit lieu, de l´autre, par laquelle lesdits doyen et chapitre, en qualité de gros décimateurs de ladite paroisse, autorisent les fabriciens à construire une sacristie à côté du chœur de l´église dudit Blangy, du côté de l´épître, et, à cet effet, à déboucher une porte cintrée qui se trouve de ce côté, à la condition que les fabriciens prennent la construction et l´entretien postérieur de ladite sacristie à leur charge, et que la maçonnerie de l´église n´en recevra aucun dommage. Amiens, 27 avril 1752. Les documents relatifs à l´agrandissement de l´église, comprennent une requête adressée au chapitre en 1770 pour signaler le mauvais état de l´édifice (le pignon et le mur droit du chœur sont lézardés) et demander sa reconstruction partielle, en raison de l´exiguïté du sanctuaire occupé par l´autel, le marchepied, la table de communion, un lutrin, enfin des sièges de célébrant. Un cahier des charges et un plan (doc. 1) sont dressés à cette date. L´année suivante, de nouveaux plans (doc. 2 et 3) sont annexés à une transaction réalisée avec le chapitre.

Les documents conservés aux archives départementales (série O) font mention de travaux réalisés en 1825, par l´entrepreneur Pinchenat, sur des plans et un devis de l´architecte Marest. Outre la consolidation des murs et la réfection de la charpente et de la couverture du clocher, une sacristie est accolée au chœur, à l´est, et un porche est construit au devant de la porte occidentale. Un calvaire est rétabli à l'est du chevet, en 1837. Après de nouveaux travaux d´entretien réalisés en 1856 sous la direction de l´architecte Daullé, une colonne du porche est remplacée en 1867. La toiture du clocher est à nouveau restaurée en 1902 par l´entrepreneur Adolphe Lejeune de Villers-Bretonneux (80).

En 1921, l´architecte amiénois A. Cuvellier dresse un devis de restauration de l´église (voûte et charpente), réalisée par l´entrepreneur Noé Dufour de Glisy (80) et financée par les dommages de guerre. Endommagée au cours de la Seconde Guerre mondiale, l´église est restaurée en 1948, sur les plans et devis de l´architecte amiénois Andrieu.

Travaux historiques :

Le Dictionnaire historique et archéologique de Picardie (1909) signale une église sans caractère. L'édifice est attesté en 1170 par une bulle papale qui confirme la cathédrale dans la possession de l'autel.

Maurice Crampon (1980) indique que l'église, "construction sans caractère", est flanquée d'une tour en pierres restaurée après son écroulement partiel en 1969. Cet édifice peut être l'ancienne chapelle du château voisin.

Période(s) Principale : 17e siècle, 4e quart 18e siècle
Secondaire : 2e quart 19e siècle, 3e quart 20e siècle
Dates 1771, daté par source
1825, daté par source
1857, daté par source
1902, daté par source
Auteur(s) Auteur : Pinchenat, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Cuvellier A., architecte, attribution par source
Auteur : Daullé Natalis,
Natalis Daullé (1806 - 1873)

Architecte.

8 cloître de l'Horloge (annuaire 1843).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Marest Jean-Baptiste Charles Joseph Gabriel ,
Jean-Baptiste Charles Joseph Gabriel Marest (1782 - )

Architecte actif à Amiens.

Recensement de 1836 : rue Royale.

1843-1847 : 36 rue Royale.

Recensement de 1856 : 38 rue des Rabuissons.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

L'édifice orienté de plan allongé est formé d'une nef et d'un choeur à chevet polygonal plus étroit, auquel est accolée une sacristie. La tour de clocher est située à l'angle sud-ouest de la nef. On signalera également l'absence d'espace libre autour de l'église. L'édifice couvert d'ardoises et construit en calcaire, appareillé en pierre de taille sur solin de grès, présente des traces de reprises de maçonnerie en calcaire (pignon occidental) et en briques (contreforts et pignon occidental). Le contrefort sud-est du choeur est construit en briques et calcaire appareillés en assises alternées. La sacristie est en briques. Les six baies de la nef en arc brisé présentent des moulurations différentes (celle du nord-ouest à feuillure), comme celles du choeur en anse de panier (celles du sud et celle du nord-est à feuillure). Une reprise de maçonnerie est visible entre les deux baies nord du choeur. Non visité.

Murs calcaire pierre de taille
Toit ardoise
Étages 1 vaisseau
Typologies chevet à pans coupés, clocher occidental latéral
États conservations restauré

L'église de Blangy-Tronville, attestée en 1170, s'inscrit dans le corpus des chapelles castrales comme Allonville et Cagny. Son ancienneté est également confirmée par la présence d'un Christ du 13e ou du 14e siècle, ornant la poutre de gloire. L'édifice actuel, agrandi d´un nouveau choeur vers 1771, puis d´une sacristie et d´un porche (détruit) réalisés par l´entrepreneur Pinchenat, sur les plans de l´architecte Marest en 1825, peut avoir été reconstruit au début du 17e siècle. On remarquera également la disparition du porche occidental accolé au début du 19e siècle et la réduction de la hauteur du clocher, lors de la restauration réalisée sur les plans de l´architecte Andrieu.

Statut de la propriété propriété publique

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série G ; G 1623.1752. Blangy sur Somme.

  • AD Somme. Série G ; G 1624.1770-1771. Blangy sur Somme.

  • AD Somme. Série O ; 99 O 738. Blangy-Tronville : administration communale. Avant 1869.

  • AD Somme. Série O ; 99 O 739. Blangy-Tronville : administration communale. 1870-1950.

  • AD Somme. Série O ; 99 O 740. Blangy-Tronville : administration communale. 1870-1939.

Documents figurés
  • Plan du chœur de l'église et de l'extension prévue, dessin, 1770 (AD Somme ; 4 G 1624).

  • Elévation latérale de l'extension prévue, dessin, 1771 (AD Somme ; 4 G 1624).

  • Plan et coupe de l'église et de l'extension prévue, dessin, 1771 (AD Somme ; 4 G 1624).

  • Blangy-Tronville. Plan cadastral. Section A (DGI).

  • Canton de Boves. Blangy-Tronville, dessin, par Louis Duthoit. In En voyage avec Aimé et Louis Duthoit. Amiens : CRDP, 1979.

    pl. 39
Bibliographie
  • SOCIETE DES ANTIQUAIRES DE PICARDIE. Dictionnaire historique et archéologique de la Picardie. Tome I : Arrondissement d'Amiens, cantons d'Amiens, Boves et Conty. Amiens : Société des antiquaires de Picardie, 1919. Réed. Bruxelles : Editions culture et civilisation, 1979.

    p. 183
  • CRAMPON, Maurice. Le canton de Boves. CNDP, 1980.

    p. 35
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.