Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Nicolas de Dury

Dossier IA80002896 réalisé en 2003

Fiche

Œuvres contenues

L´église Saint-Nicolas de Dury, reconstruite à son emplacement d´origine mais réorientée vers la place du village, est inaugurée en 1960. La modernité du premier projet, présenté en 1953 par les architectes Jacques Antoine (1888-1959), Jean Faugeron (1915-1983) et Emmanuel Gonse, effraie la municipalité et sans doute les habitants du village. Pour le ministre, qui soutient le projet attribué à Faugeron, la modernité est autorisée par l´absence de caractère pittoresque de la commune. L´église est finalement construite sur des plans de 1954 et 1955, signés par J. Antoine et André Devilliers, qu´on ne peut malheureusement comparer à ceux de 1953.

Interprétation tardive des modèles de la fin des années 1930, l´église de Dury présente un plan allongé à faux bas-côtés et une flèche en charpente au-dessus du choeur. La charpente de béton « en cruck » est masquée par des briques de parement à l´extérieur, où elle comporte un décor en dents de scie, dans la tradition de l´architecture picarde ; à l´intérieur elle est masquée par un lambris. Le volume de la nef est éclairé par un fenestrage horizontal continu et par un grand pignon vitré comme à Issy-les-Moulineaux. Le pignon occidental comporte de petites ouvertures triangulaires disposées en quinconce, qui remplacent une unique ouverture triangulaire prévue sur les plans de 1955. Le chevet, aujourd´hui aveugle, devait présenter un décor vitré faisant pendant à celui du pignon est.

Cet édifice, réorienté sur la place publique, remplace l´ancienne église, elle-même partiellement reconstruite après un incendie survenu en 1726 (DHAP). Le clocher-porche, comparable à celui de Blangy, semblait également dater du 18e siècle.

Vocables Saint-Nicolas
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Grand Amiénois - Boves
Adresse Commune : Dury
Adresse : rue de l' Eglise
Cadastre : 2003 AD 90

Documents figurés : Le cadastre napoléonien (doc. 1) figure un édifice orienté de plan allongé formé d'une nef à six contreforts précédée d'un clocher porche et d'un choeur à chevet polygonal plus large. Le cadastre ne représente pas de cimetière autour de l'église mais un mail, au nord du choeur, orienté dans l'axe du château de Dury, et un espace planté de forme irrégulière sans clôture, au nord de la nef. Une carte postale du début du 20e siècle (doc. 2) donne une représentation partielle de l´église, construite en calcaire, appareillé en pierre de taille, sur solin de grès et couvert d´ardoises. L´édifice de plan allongé, à clocher-porche occidental en saillie, comprend une nef plus basse que le choeur, éclairée au sud par deux baies cintrées. Seuls deux contreforts d´angle sont visibles sur cette image. Une vue aérienne montre que le choeur était éclairé par trois baies cintrées au sud. Sources : Les sources conservées aux archives départementales (série G) signalent quelques inhumations dans l'église aux 17e et 18e siècles. Les sources de la série W indiquent qu´un premier projet de reconstruction est présenté en 1953 par les architectes Jacques Antoine (1888-1959), Jean Faugeron (1915-1983) et Emmanuel Gonse. Ce projet effraie la municipalité et sans doute les habitants du village. En 1954, le ministre Claudius Petit soutient le projet attribué à Faugeron, « d´après les renseignements recueillis, [le village] est une agglomération rurale qui ne présente aucun caractère pittoresque, naturel ou construit, ni d´antiquité. L´apport d´une église présentant une valeur d´innovation semble donc pouvoir être admis ». L´église est finalement construite sur des plans de 1954 et 1955, signés par Jacques Antoine et André Devilliers, qu´on ne peut malheureusement comparer à ceux de 1953. Travaux historiques : Selon le Dictionnaire historique et archéologique de Picardie (1909), l´église du 16e siècle, soulignée par un «larmier gothique», comporte un soubassement de grès et une tour carrée couverte d´ardoises. Le choeur est sans doute la partie détruite par un incendie en 1726, car il semble dater du 18e siècle. La nef unique est plafonnée. Plusieurs stèles à épitaphes sont mentionnées dans l´église : celle de Jean Desmarquette (mort en 1732), de Marguerite Croqvoisin son épouse (morte en 1700), celle de Firmin Desmarquette (mort en 1755) et de sa femme. Selon Maurice Crampon (1980), l'édifice du 16e siècle, détruit pendant la Seconde guerre mondiale, avait donné lieu à des représentations par les peintres J. Kastner et A. Lecaillé ; il est reconstruit après 1945. Source orale : Selon une source orale, la reconstruction de l´église de Dury, sur les plans de l´architecte Antoine, commence en 1960 et s´achève en 1962. Une église provisoire avait été aménagée dans un baraquement, le long de la route nationale.

Période(s) Principale : 16e siècle , (détruit)
Principale : milieu 18e siècle , (détruit)
Principale : 3e quart 20e siècle
Dates 1954, daté par source
Auteur(s) Auteur : Devilliers André, architecte, attribution par source
Auteur : Faugeron Jean, architecte, attribution par source
Auteur : Antoine Jacques François Charles Marie Joseph,
Jacques François Charles Marie Joseph Antoine (1888 - 1959)

Architecte. Chevalier de la légion d'honneur. Président du conseil régional de l'ordre des architectes.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

L´église non orientée occupe une parcelle-îlot, au centre du village. Elle est construite en brique sur ossature de béton armé et couverte d´ardoises. De plan allongé à vaisseau unique, elle comprend un chevet plat et une tour de clocher, surmontant le choeur. L´église dispose d´un accès principal unique, à l´est, précédé d´un porche hors-oeuvre en brique et en béton. Le pignon ouest est percé de fenêtres de forme triangulaire disposées en quinconce. Les contreforts présentent un appareillage de briques en dents de scie. Le vaisseau est couvert d´une charpente à fermes visibles ; une ferme reposant sur le sol sépare le choeur de la nef. Des refends internes forment des renfoncements latéraux. Le choeur est matérialisé par un emmarchement. La nef est éclairée par un fenestrage continu, au nord et au sud, et par un fenestrage triangulaire occupant toute la partie supérieure du mur est. A l´ouest, derrière le choeur, se trouvent une petite sacristie (au sud) et une salle de catéchisme (au nord), disposant toutes deux d´une entrée indépendante.

Murs brique
béton armé
Toit ardoise
Étages 1 vaisseau
Statut de la propriété propriété publique

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série G ; 95G 5. Dury. Testaments (1635-1782).

  • AD Somme. Série W ; 1272W 415. Reconstruction de l'église de Dury.

Documents figurés
  • Dury. Plan cadastral, section F2, [1809] (DGI).

  • Dury. L'église, carte postale, 1er quart 20e siècle (AP).

Bibliographie
  • SOCIETE DES ANTIQUAIRES DE PICARDIE. Dictionnaire historique et archéologique de la Picardie. Tome I : Arrondissement d'Amiens, cantons d'Amiens, Boves et Conty. Amiens : Société des antiquaires de Picardie, 1919. Réed. Bruxelles : Editions culture et civilisation, 1979.

    p. 199-200
  • CRAMPON, Maurice. Le canton de Boves. CNDP, 1980.

    p. 50
  • INVENTAIRE GENERAL DU PATRIMOINE CULTUREL. Région Picardie. Églises et chapelles des XIXe et XXXe siècles. Amiens métropole. Réd. Isabelle Barbedor. Lyon : Lieux-Dits, 2008.

    p. 59-61
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.