Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ensemble de six verrières abstraites (baies 109 à 114)

Dossier IM02004633 réalisé en 2008

Fiche

Voir

Dénominationsverrière
Aire d'étude et cantonSaint-Quentinois - Saint-Quentin
AdresseCommune : Saint-Quentin
Adresse : Ancienne collégiale royale, actuellement basilique Saint-Quentin
Emplacement dans l'édificedéambulatoire baies 109 à 114

Madame Marie-Angèle Lefèvre, veuve Antoine Plas, décède en 1974. Elle lègue ses biens à la ville de Saint-Quentin, en exprimant le souhait que ce legs soit consacré à la mise en valeur de la basilique et qu'il serve, en particulier, à financer la création d'un beau vitrail figuré pour la chapelle Saint-Pierre au nord du choeur. En 1977, le conseil municipal désigne une commission chargée de l'utilisation des fonds légués. Après plusieurs réunions, il est finalement décidé de consacrer ce legs à la réalisation de verrières abstraites pour le déambulatoire et de la verrière figurée destinée à la chapelle nord du choeur. Les verrières abstraites doivent servir d'accompagnement et mettre en valeur la verrière figurée de la baie 100, datant de la première moitié du 16e siècle. Ces verrières sont réparties entre les ateliers franciliens Gruber et Le Chevallier, Guy et Anne Le Chevallier, installés 6 rue Joseph Le Guay à Fontenay-aux-Roses, se chargeant de la conception et de la réalisation des verrières 109 à 114. Ces six verrières commandées par un marché du 3 avril 1979 doivent être terminées à la date du 15 mai 1980. Une première série d'esquisses est réalisée et, après une rencontre avec Jean-Jacques Gruber, les maquettes sont revues à des fins d'harmonisation. En effet, les compositions de Jean-Jacques Gruber sont d'une tonalité très soutenue et empreintes de verticalité, alors que celles de l'atelier Le Chevallier sont plus claires et plus horizontales. Les six verrières sont posées au printemps 1980, la réception des travaux ayant lieu le 3 décembre de la même année (d'après les dossiers de travaux, conservés à la Médiathèque du Patrimoine et dans le service régional des Monuments historiques).

Période(s)Principale : 4e quart 20e siècle
Dates1980
Lieu d'exécutionÉdifice ou site : Ile-de-France, 92, Fontenay-aux-Roses
Auteur(s)Auteur : Le Chevallier Guy cartonnier, peintre-verrier
Auteur : Le Chevallier Anne cartonnier, peintre-verrier
Personnalité : Plas Marie-Angèle légataire

Ces six verrières du déambulatoire sont toutes constituées de plusieurs lancettes trilobées, juxtaposées. Les verrières 109, 111 et 113 ajourent le mur du déambulatoire au-dessus de la chapelle Saint-Jacques. Les verrières 109 et 113 comportent chacune quatre lancettes, les deux centrales étant les plus hautes, et sept jours de réseau. La baie 111 ne compte que trois lancettes, la centrale étant la plus haute, et quatre jours de réseau. Les verrières 110, 112 et 114 surplombent l'entrée de la chapelle Saint-Roch. La verrière 110 est formée de cinq lancettes de différentes hauteurs et de huit jours de réseau ; la verrière 112 possède trois lancettes dont la centrale est de taille inférieure aux deux qui l'encadrent, et douze jours de réseau ; enfin, la verrière 114 n'est plus constituée que de trois lancettes sur quatre, la lancette gauche étant de moindre hauteur que les deux autres, et de cinq jours de réseau. Les verrières sont formées d'un mélange de verre coloré et incolore. Les verres sont recouverts d'un lavis de grisaille, brossé ou gratté avant cuisson, pour obtenir des effets de lumière.

Catégoriesvitrail
Structureslancette, 5, juxtaposé, polylobé lancette, 4, juxtaposé, polylobé lancette, 3, juxtaposé, polylobé jour de réseau
Matériauxverre transparent, soufflé, taillé, peint, grisaille sur verre
plomb, réseau
Précision dimensions

Les verrières 109, 110, 113 et 114 mesurent 260 cm de largeur : la = 260. Les verrières 111 et 112 mesurent 170 cm de largeur.

Précision état de conservation

Ces verrières ne sont protégées par aucun grillage. Les baies semblent avoir été diminuées de hauteur à une date inconnue, par l'obturation de la partie inférieure des lancettes. La lancette droite de la baie 114 semble également avoir été bouchée à la même période. Cet ajout de maçonnerie était destiné à faciliter l'installation d'un système de tirants, visible dans le déambulatoire.

Statut de la propriétépropriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • AMH (Médiathèque du Patrimoine) : 81/02, carton 159.

  • AMH (Médiathèque du Patrimoine) : 98 / 10 / 98.

    dossier 1 (Saint-Quentin, basilique ; legs veuve Plas : vitraux)
  • AMH Amiens : Dossier collégiale de Saint-Quentin.

    chemise Travaux et correspondance
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Riboulleau Christiane