Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

La piscine "Plein Soleil" Marc-Revaux de Doullens

Dossier IA80010761 réalisé en 2017

Fiche

La piscine Marc-Revaux de Doullens a été construite en 1975-1976 dans le cadre de l’opération "Mille piscines industrialisées", lancé en 1971 par le secrétariat d’État à la Jeunesse, aux Sports et aux Loisirs, dans le cadre de la troisième loi de programme d’équipements sportifs et socio-éducatifs. Le but de ce programme était de stimuler la pratique de la natation (désormais obligatoire à l’école) et de remédier, en quatre ans (septembre 1972 à septembre 1976), au sous-équipement du pays en matière de piscines. A travers deux concours d’architecture, le premier en 1969 et le second en 1971, l’État a sélectionné cinq modèles de piscines transformables et économiques (coûts peu élevé grâce à une construction rapide et industrialisée, exploitation et gestion rentabilisée). Grâce à l'industrialisation de leur construction, elles ont pu être réalisées en série sur tout le territoire. En tout, on compte 183 piscines Tournesol, 196 piscines Caneton, 58 piscines Plein Ciel, 55 piscines Iris et 55 piscines Plein Soleil. C’est ce dernier modèle qui est retenu pour la piscine de Doullens. Dans la région, il a été également réalisé à Thourotte (Oise) et à Bourbourg (Nord) (détruite).

Ces piscines étaient destinées prioritairement aux petites ou moyennes villes ainsi qu’aux quartiers isolés de grandes villes, ne disposant pas encore de piscine couverte et ayant des ressources limitées. Le programme est simple : un bassin unique de 25 x 10 mètres. L’objectif n’est pas de créer des piscines de compétition, mais des piscines conciliant les besoins d’initiation sportive, d’entraînement et d’apprentissage. Largement découvrables, elles devaient en outre permettre à la population de profiter des agréments de la natation en plein air et de l'héliothérapie une fois l'été venu.

La procédure suivie pour la réalisation de l’opération est assez originale : c’est l’État qui assure la maîtrise d’ouvrage (le Secrétariat d’État fixant les marchés en série et le nombre d’unités de chaque type à construire pour chaque année ; le Préfet décidant des communes bénéficiaires), se portant garant des éventuels imprévus de chantier et des hausses de prix. La commune fournit le terrain et exécute les travaux d’aménagement des abords. La construction est largement subventionnée par l’État, le reste étant à charge de la commune, avec possibilité d’un prêt de la Caisse des Dépôts. Ce système est efficace mais assez directif et laisse peu de libertés aux municipalités. Elles peuvent ainsi se voir imposer un des modèles, différent de celui-ci initialement choisi : en effet, l’État doit respecter les marchés passés en amont avec les constructeurs. En outre, l'industrialisation empêche les villes de pouvoir se démarquer par leur piscine "unique". Toutefois, afin de satisfaire la volonté des communes de ne pas "avoir la même piscine que sa voisine", une personnalisation est possible, notamment à travers le choix des couleurs et des décors.

Une piscine des années 1930 coexistant avec la piscine Plein Soleil

La piscine Plein Soleil de Doullens a été construite juste à côté de l’ancienne piscine, bassin de natation de plein air non chauffé, associé à un établissement de bains-douches, construit en 1931, sur un terrain alors très peu urbanisé. Ce bassin est conçu par l'architecte municipal, en association avec l'ingénieur Marc Revaux, installé à Douai et spécialisé en construction de piscines. Rénové à la fin des années 1990, le bassin extérieur fonctionne jusqu’en 2002. Depuis 2007, le bassin de plein air est rempli de sable et accueille l’été les animations de "Doullens-Plage".

La piscine Plein Soleil

Comme la première piscine de Doullens, la piscine Plein Soleil a également pour but premier l'apprentissage de la natation, désormais rendue obligatoire dans les programmes scolaire, d'où la nécessité d'une piscine couverte. Cette époque marque aussi l'évolution des méthodes pédagogiques proposées pour l'enseignement de la natation.

La construction de la piscine couverte à toit ouvrable, type "Plein Soleil", est décidée le 8 septembre 1975 par le préfet. La piscine est livrée le 6 mai 1976, soit seulement sept mois après le début des travaux. La structure métallique est entièrement préfabriquée en usine. Le montage de la piscine sur place est par conséquent très rapide.

Le modèle Plein Soleil est lauréat du concours conception-construction de 1971, organisé pour compléter les deux types de piscines (Tournesol et Caneton) choisis à l’issue du premier concours pour l’opération "1000 piscines" (1969). Ce deuxième concours avait la particularité d’être destiné à des groupements associant architecte et entreprise générale, s’étant déjà constitué lors de la procédure d’agrément de piscines. Jean-Michel Legrand, Jacques Rabinel et Jean Debouit, architectes, les ingénieurs R. Begacem et D. Chepine, ainsi que l’entreprise générale Baudin-Chateauneuf (spécialisée en constructions métalliques), concepteurs de la piscine Plein Soleil, possédait déjà un agrément (n°138) pour leur piscine transformable "Ombelia" (construit notamment dans le Nord à Quiévrechain). Le prototype de la piscine Plein Soleil est construit en 1972-1973 à Étampes (Essonne).

N'ayant pas subi de travaux de rénovation importants, la piscine de Doullens offre une illustration intéressante des équipements des années 1970. Encore utilisé pour l'apprentissage de la natation dans les écoles, son unique bassin n'est cependant plus à même de répondre aux besoins actuels en matière de loisirs nautiques et ne répond plus aux exigences actuelles en matière d'économie d'énergie. Elle arrive en fin de vie et va fermer d’ici quelques années pour être remplacée par un nouveau centre aquatique intercommunal.

Dénominations piscine
Aire d'étude et canton Doullens - Doullens
Adresse Commune : Doullens
Adresse : 25 Rue Menchon

Une piscine des années 1930 coexistant avec la piscine Plein Soleil

La piscine Plein Soleil de Doullens a été construite juste à côté de l’ancien bassin de natation de plein air non chauffé, associé à un établissement de bains-douches, construit en 1931, sur un terrain alors très peu urbanisé. Ce bassin est conçu par l'architecte municipal, en association avec l'ingénieur Marc Revaux, installé à Douai et spécialisé en construction de piscines. Rénové à la fin des années 1990, le bassin extérieur fonctionne jusqu’en 2002. Depuis 2007, le bassin de plein air est rempli de sable et accueille l’été les animations de "Doullens-Plage".

Comme le montrent les cartes postales, ce bassin de plein air était équipé d'un plongeoir et séparé entre grand bain et petit bain par une passerelle. Cette passerelle permettait de faciliter la surveillance, mais aussi l'installation de l'appareil à suspension imaginé par Paul Beulque (maître-nageur et fondateur du club de natation et de water-polo Les Enfants de Neptune). Cet appareil, constitué de câbles et de poulies, permettait l'apprentissage collectif de la natation : les élèves, suspendus à la surface de l'eau, pouvaient sans risque s'entraîner à faire les mouvements de la nage. Cette méthode, reconnue comme méthode nationale par la Fédération Française de Natation de 1922 à 1945, est généralisée dans quasiment toutes les piscines de l'entre-deux-guerres. Dans les années 1950, ces équipements sont complétés par un toboggan démontable, fixé sur les gradins et permettant de glisser dans le bassin, côté faible profondeur.

La piscine Plein Soleil

Comme la première piscine de Doullens, la piscine Plein Soleil a également pour but premier l'apprentissage de la natation, désormais rendue obligatoire dans les programmes scolaire, d'où la nécessité d'une piscine couverte. Cette époque marque aussi l'évolution des méthodes pédagogiques proposées pour l'enseignement de la natation.

La construction de la piscine couverte à toit ouvrable, type "Plein Soleil", est décidée le 8 septembre 1975 par le préfet. Les travaux démarrent le 1er octobre 1975. La piscine est livrée le 6 mai 1976, soit seulement sept mois après le début des travaux. La structure métallique est entièrement préfabriquée en usine. Le montage de la piscine sur place est par conséquent très rapide.

Le modèle Plein Soleil est lauréat du concours conception-construction initié en 1971. Ce concours, organisé afin de compléter les deux types de piscines (Tournesol et Caneton) choisie à l’issue du premier concours pour l’opération "1000 piscines" (1969). Ce deuxième concours avait la particularité d’être destiné à des groupements associant architecte et entreprise générale, s’étant déjà constitué lors de la procédure d’agrément de piscines. Ainsi, Jean-Michel Legrand, Jacques Rabinel et Jean Debouit, architectes, les ingénieurs R. Begacem et D. Chepine, ainsi que l’entreprise générale Baudin-Chateauneuf (spécialisée en constructions métalliques), concepteurs de la piscine Plein Soleil, possédait déjà un agrément (n°138) pour leur piscine transformable "Ombelia" (construit notamment dans le Nord à Quiévrechain). Le prototype de la piscine Plein Soleil est construit en 1972-1973 à Étampes (Essonne). Le coût de la piscine est de 1 270 000 francs.

La piscine de Doullens n’a pas subi de travaux de rénovation importants. Seuls quelques aspects ont été modifiés, notamment le système de goulotte du bassin à débordement, ou encore les peintures décoratives des murs extérieurs et intérieurs (autour du bassin), originellement très typés années 1970. Encore utilisé pour l'apprentissage de la natation dans les écoles, son unique bassin n'est plus à même de répondre aux besoins actuels en matière de loisirs nautiques. Par ailleurs, elle souffre d'une relative vétusté inhérente à son âge et ne répond plus aux exigences actuelles en matière d'économie d'énergie. Les piscines issues du programme "1000 piscines" ont été construites afin de répondre à un besoin urgent d'équipement; les évolutions sociétales et énergétiques n'ont pas été anticipées.

La piscine de Doullens arrive en fin de vie et va fermer d’ici quelques années pour être remplacée par un nouveau centre aquatique intercommunal.

Période(s) Principale : 2e moitié 20e siècle , daté par source
Dates 1976, daté par source
Auteur(s) Auteur : Legrand Jean-Michel,
Jean-Michel Legrand (1914 - )

Architecte, urbaniste et ingénieur à Paris.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Rabinel Jacques,
Jacques Rabinel

Architecte et urbaniste, auteur notamment de nombreux immeubles de logements, et de plusieurs centraux téléphoniques autour de Paris.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Debouit Jean,
Jean Debouit

Architecte, faisant partie de l'agence Debouit, Rabinel et Legrand, 3 rue Gauguet, Paris 14e arrondissement.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Baudin Chateauneuf
Baudin Chateauneuf

Entreprise de bâtiment et de travaux publiques (BTP).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Auteur : Begacem R., ingénieur, attribution par source
Auteur : Chepine D., ingénieur, attribution par source

La piscine de Doullens, dite centre nautique Marc-Revaux, est située à proximité du centre-ville historique de Doullens, sur un terrain comprenant également l’ancien bassin de natation ainsi qu’un mini-golf. La trame de l’ancien bassin extérieur, de 33,33 x 12,5 mètres, rempli de sable, est encore bien visible. Si les cabines longeant le bassin côté rue ont été détruites, il reste encore le pavillon d’entrée (petite maison en brique), les gradins sous lesquels était logé le local technique, ainsi, que le bâtiment des bains-douches (reconvertis en logements).

L'architecture de la piscine Plein Soleil, dont le but est avant tout l'efficacité et la fonctionnalité, peut être vue comme une sorte de "boîte à nager". Elle se présente comme un bloc rectangulaire de plein pied, divisé en deux parties : les annexes fonctionnelles (accueil, vestiaires, douches) sont placées le long de la façade longitudinale du hall du bassin. Ce plan simple et ramassé reflète le parti pris de rationalité qui a présidé à la conception de cette piscine. « Aucune aventure technique pourrait être la définition du prototype « Plein Soleil » », peut-on lire dans la revue Piscines. Cette conception rationnelle répond aux besoins du programme 1000 piscines, à la nécessité d’une construction rapide, peu coûteuse, mais efficace, fiable, solide et bien pensée afin d’assurer une implantation facile sur n’importe quel terrain et dans n’importe quel environnement tant urbain que rural.

Le circuit est classique : depuis le hall d’entrée, accessible depuis la façade principale de la piscine (mur aveugle), l’usager est conduit vers les vestiaires (divisé symétriquement entre ceux pour hommes et ceux pour femmes), constitués de cabines individuelles et collectives et de casiers à clefs, puis aux douches, puis au bassin, avec un accès aux deux extrémités du hall bassin. Le bassin mesure 25 x 10 mètres (profondeur variant de 0,7 à 2 mètres) et possède quatre lignes de nage. Les locaux techniques (chaufferie et local de traitement des eaux) sont implantés sur la façade d’entrée. Le bureau du moniteur et le local de rangement du matériel sont situés sur la façade côté bassin, tandis que le bureau de direction est en annexe du hall d’entrée.

Le bâtiment est construit à partir d’une ossature métallique à cinq portiques. Cette structure est couverte par une double toiture. La première, fixe, recouvre les annexes et repose sur la membrure inférieure des portiques. La seconde, mobile et monobloc, abrite le hall des bassins. Lorsque le temps le permet, l’actionnement d’un moteur permet de faire coulisser la toiture sur la membrane supérieure des portiques, et vient se placer au-dessus de la toiture des annexes. La couverture, en bacs acier, est recouverte d'un flocage qui sert d'isolant phonique.

Sur les quatre façades du bâtiment, trois sont maçonnées (façade d’entrée et façades latérales), tandis que la quatrième, longeant le hall du bassin, est entièrement vitrée et ouvrante grâce à des baies pivotantes, permettant ainsi d’accéder aux plages-solarium extérieures. A noter que ces portes peuvent rester fermées lorsque le toit est ouvert. Des ouvertures en forme de hublot (dont la disposition varie en fonction des exemplaires de la piscine réalisés) agrémentent les façades maçonnées, ajoutant une note de clarté et d’esthétique. Un banc en bois (d'origine) est accolé sur la paroi aveugle du hall bassin (côté vestiaire).

Les plages et le sol du bâtiment des annexes sont recouverts d’un carrelage en grès cérame étiré. La cuve du bassin (creusée dans la terre et par conséquent non visitable en sous-sol), est recouverte de carreaux de céramique blanc.

Murs métal
Toit acier en couverture
Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • Présentation des avantages de la piscine Plein Soleil par le Secrétariat d'Etat à la Jeunesse, aux Sports et aux Loisirs, dans la revue Piscines, en 1971 (n°31)

    Plein-Soleil est une piscine transformable.

    L’été, véritable piscine de plein air, avec bassin et plages intégrés aux espaces verts environnants.

    - Aux demi-saisons, tantôt découverte, tantôt couverte, suivant les caprices du temps, grâce à sa toiture mobile.

    - L’hiver, piscine traditionnelle, couverte et chauffée.

    Plein-Soleil est une piscine de conception rationnelle.

    - En plan, implantation du bloc des annexes le long d’une façade longitudinale du hall-bassin. - En volume, un bâtiment unique composé de 5 portiques de 3 travées.

    - En couverture, une double toiture :

    o Toiture fixe des annexes implantées à la membrure inférieure des portiques.

    o Toiture mobile monobloc du hall bassin, dont la translation supérieure des mêmes portiques.

    - En façade longitudinale du hall bassin, un ensemble vitré ouvre entièrement sur le solarium extérieur ou le bassin de plein air.

    Plein-Soleil est une piscine économique sur le plan de l’investissement.

    - Son caractère transformable permet une exploitation optimum toute l’année.

    - Sa conception ramassée facilite son implantation sur des terrains de superficie réduite. Plein-Soleil est une piscine de qualité.

    - Une architecture s’adaptant à tous les environnements.

    - Des matériaux traditionnels : acier, aluminium, maçonnerie enduite, carrelage, etc.

    - Un confort assuré :

    o Par un chauffage anti-condensation le long de la façade vitrée.

    o Par une isolation phonique du plafond du hall-bassin.

    Plein-Soleil est une piscine d’un entretien économique.

    - Les matériaux employés sont simples, connus, et ont fait leur preuve.

    - Le mécanisme de translation du toit ouvrant est robuste et d’un entretien couvrant.

    - L’organisation fonctionnelle des locaux réduit les frais d’exploitation.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AN. Série F ; sous-série F44 : 19780399/11. Jeunesse et sports ; Service de l'équipement ; Division du plan et des affaires financières ; Bureau opérations d'état (1941-1976) ; Concours organisé par le Secrétariat d’État pour la réalisation de piscines : 1000 piscines.

  • AN. Série F ; sous-série F44 : 19780399/12. Jeunesse et sports ; Service de l'équipement ; Division du plan et des affaires financières ; Bureau opérations d'état (1941-1976) ; Opération 1000 piscines, concours conception-construction complémentaire.

  • MINISTÈRE DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS, Mission technique de l'équipement. Équipements sportifs et socio-éducatifs : plans quinquennaux, aide-mémoire administratif, insertion en milieu urbain et rural, équipements résidentiels, équipements pour les vacances et les loisirs. Paris, Éditions du Moniteur, 1972.

    p. 287-288
Documents figurés
  • [Doullens (Somme), la piscine Plein Soleil], carte postale, éditeur CIM, vers 1980 (coll. part.).

  • Piscines été-hiver transformable en moins de 10 minutes, publicité de l'entreprise Baudin-Chateauneuf. In : Piscines, mars 1974, n°44.

  • Plein Soleil, lauréat de l'opération 1000 piscines, couverture de la brochure de présentation de la piscine Plein Soleil, éditée par le Secrétariat d’État à la Jeunesse, aux Sports et aux Loisirs, [1971] (AN ; 19780399/12).

  • [Piscine extérieure de Doullens], carte postale, éditeur CIM, [vers 1970] (coll. part.).

  • [Doullens, piscine et bains-douches], carte postale colorisée, éditeur CAP, [vers 1950] (coll. part.).

  • [Doullens, la piscine], carte postale, éditeur CIM, [vers 1950] (coll. part.).

  • Doullens (Somme). - A la piscine, le bassin de natation, carte postale, éditeur CIM, [vers 1930] (coll. part.).

  • [Doullens, sa piscine], carte postale colorisée, [vers 1950] (coll. part.).

  • Doullens. - Établissement de bains-douches et piscine, carte postale, [vers 1930] (coll. part.).

  • [Fillette et sa bouée devant la piscine de Doullens], carte postale colorisée, éditeur CIM, [vers 1950] (coll. part.).

  • [Animation à la piscine de Doullens], carte postale, éditeur MAGE, [vers 1960] (coll. part.).

  • Doullens (Somme) - La piscine, carte postale, éditeur CIM, [vers 1960] (coll. part.).

  • Doullens (Somme) - Piscine - Bains-douches, carte postale, éditeur CIM (Combier Imprimeur Mâcon), [vers 1930] (coll. part.).

  • [Plongeurs à la piscine de Doullens], carte postale, éditeur IRIS, [vers 1970] (coll. part.).

  • Maquette de la piscine Plein Soleil, photographie. In : Piscines, avril-mai 1972, n°31.

Bibliographie
  • NALE, Élise. L'architecture des piscines publiques en France, 1961-1976. Mémoire de Master 2 : Histoire de l'architecture : Paris 1 : 2015. 2 vol.

    vol. 1, p.64-65, p.69, p.96 / vol. 2, p.195-197
  • NALE, Élise. L’État et l'architecture. Le cas des piscines publiques construites en France (1961-1976). In : MARANTZ, Éléonore (dir.). L'Atelier de la recherche. Annales d'histoire de l'architecture # 2015 #. Actes de la journée des jeunes chercheurs en histoire de l'architecture du 22 octobre 2015. Paris, site de l'HiCSA, mis en ligne en juin 2016.

  • FACON, Patrick. Les piscines Tournesol et l'industrialisation des équipements sportifs en France dans les années 1960-1970. 2 vol. Mémoire de recherche : École d'architecture de Versailles : 2006.

  • FACON, Patrick. Les piscines Tournesol. In : COLLECTIF. Les années ZUP : Architectures de la croissance 1960-1973. Paris : éditions A & J Picard, 2002.

    p. 96
  • CAMBON, Élodie ; MASTRORILLI, Antonella (dir.). Opération "1000 piscines" : quand les réponses constructives des années 1970 questionnent les usages d'aujourd'hui. Mémoire de recherche. Lyon, École Nationale Supérieure d'Architecture, 2014.

  • GROSBORNE, Jean-Baptiste. Les cinq prototypes de l'opération 1000 piscines sont opérationnels depuis janvier 1973. Piscines, avril-mai 1973, n°37.

    p. 83-93.
  • GALLET, Jean. Les mille piscines économiques : une opération choc du Secrétariat d'Etat à la Jeunesse, aux Sports et aux Loisirs. Piscines, avril-mai 1972, n°31.

    p. 91-100.
  • MONNIER, Max. Où en est l'opération "1000 piscines" du S.E.J.S.L. Piscines, mars-avril 1974, n°43.

    p. 102-105
  • R.R. Où en est l'opération "1000 piscines" ? La Revue administrative, PUF, janvier-février 1974, n°157.

    p. 83-84.
  • R. R. Une opération prioritaire du secrétariat d’État à la Jeunesse, aux Sports et aux Loisirs : 1000 piscines industrialisées avant 1976. La Revue administrative, P.U.F., janvier-février 1973, n°151.

    p. 81-91.
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Schlosser Laurence