Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Le hameau du Hamel à Ponthoile

Dossier IA80007261 réalisé en 2004

Fiche

Dénominations écart
Aire d'étude et canton Somme - Nouvion
Adresse Commune : Ponthoile
Lieu-dit : le Hamel

D'après Rodière, Le Hamel (dit aussi Hamel-sur-Mer ou Emmel en 1703) est "un fief tenu de la châtellenie de Nouvion" dont un certain nombre de seigneurs ont été repérés dans les sources des 17e et 18e siècles. Il figure également sur la carte de Cassini (1758) sous le vocable "le Humel" accompagné de la représentation d'un petit "hameau sans église" entouré de marais.

D´après le recensement, la population augmenta légèrement entre 1851 et 1872, pour passer de 176 à 185 âmes ; cette augmentation était liée à l´installation des familles de cantonniers qui se sont multipliées avec l´arrivée du chemin de fer (le hameau comptait alors peu de fermes). Mais, après cette date, elle ne cessa de diminuer pour atteindre le chiffre de 106 en 1936. Le nombre de maisons suivit cet affaiblissement puisqu´il passa de 56 à 35.

En 1876, le hameau comptait coquetiers/épiciers, journaliers, cultivateurs, couturière, berger, chiffonnier.

Jusqu´à la Seconde Guerre mondiale, on y comptait dix à quinze fermes, réduites au nombre de trois aujourd'hui.

Période(s) Principale : 17e siècle

Hameau dépendant de la commune de Ponthoile, Le Hamel est situé à la limite de l´ancienne ligne de côte dans les marais et traversé par le chemin de fer entre les stations de Rue et de Noyelles. Le bâti se présente sous la forme de deux groupements principaux de constructions. L'un est constitué par trois ensembles de bâtiments alignés sur une petite voie de circulation (voie sans issue), et l'autre s'étale le long de la route conduisant à Romaine, appelée à cet endroit : "rue du Hamel". Ce village-rue indique un bâti légèrement plus dense qu´en 1833 (cadastre napoléonien), les dents creuses ayant été comblées dès le deuxième quart du 19e siècle. Il est regroupé sur un seul côté de la voie de communication, bordée de l´autre par le chemin de fer. Cette implantation est liée à la nature du sol : la digue sur laquelle est située la voie ferrée sépare le hameau des bas-champs ; l´eau détermine ainsi le bâti et le système de voirie. Le Hamel présente, malgré les constructions nouvelles, quelques exemples de bâti traditionnel (cf 109 rue du Marais) utilisant le torchis et le pan de bois ou le galet (cf 1 rue du Marais). Certaines fermes ont été reconstruites en brique à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, probablement en raison de l´enrichissement des propriétaires et du mauvais état du torchis d´origine (52 rue du Hamelet, 2 route de Bonnelle, les fermes du Harderon).

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série M ; 2 MI_LN 300. Recensement de population de la commune de Ponthoile, 1836-1936.

Documents figurés
  • Plan de délimitation des marais communaux de Ponthoile et de Noyelles, carte, encre de chine et lavis sur papier, C. Brémard arpenteur, 1ère moitié 19e siècle (A.D. 80 : 99 O_CP_2902).

  • Cadastre napoléonien de la commune de Ponthoile, encre et lavis sur papier, 14 juin 1833 (AD Somme : EDEP 1089).

Bibliographie
  • RODIERE, Roger. Statistique féodale du baillage de Rue et de quelques villages voisins. Première partie. Communes du canton actuel de Rue. Bulletins de la Société d´Emulation d´Abbeville, 1938-1942, t. XVII.

    p. 403-404
  • Les seigneuries de Sailly-le-sec, Sailly-Bray, Flibeaucourt, Nolettes, Ponthoile et Morlaix. Bulletin de la société d'Emulation d'Abbeville, 1905, t. VI.

    p. 45
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) SMACOPI (c) SMACOPI - Fourmond Catherine - Guérin Inès