Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les casinos de la Côte picarde

Dossier IA80001522 réalisé en 2002

Fiche

Voir

Les premiers casinos établis sur la Côte picarde sont conçus pour abriter les baigneurs en cas de mauvais temps ou de forte chaleur (Le Crotoy (1884), Saint-Valery (1877), Cayeux-sur-Mer (1858), Mers-les-Bains (1868) ou encore Ault (1858). C'est la raison pour laquelle ils sont implantés au plus près du lieu de baignade. Quand cet abri gagne son autonomie et devient en plus d'un lieu de rencontre, de lecture et de distractions, un espace où l'on joue de l'argent, il conserve cette position centrale et devient l'un des monuments structurants de la station et de la plage.

Au Bois-de-Cise, la configuration du site ne permet pas cette implantation sur la plage. Le casino initialement prévu au milieu de l'échancrure de la falaise est finalement implanté au centre de l'avenue principale, dans un ancien café. Sa présence contribue à faire de cette avenue un axe principal de déambulation, au même titre qu'une digue promenade. C'est aussi le cas à Fort-Mahon-Plage, où le casino est implanté au centre de l'avenue de la Plage, perpendiculaire au front de mer.

La Côte picarde a connu de nombreux casinos, comme il est fréquent de le constater en d'autres points du littoral français. Ils sont transformés, agrandis ou reconstruits, pour être adaptés à l'évolution des besoins mais également en raison des assauts de la mer ou des dommages de la seconde guerre mondiale.

Au Bourg-d'Ault, les casinos établis au pied de la falaise ont souffert des assauts répétés des vagues [ill.]. Sur la plage voisine d'Onival, le Petit casino est construit en retrait de la plage à la suite de la destruction du Kursaal en 1914. A Mers-les-Bains, le casino a migré suivant les déplacements des limites administratives mais aussi en raison de la gêne visuelle qu'il causait aux riverains. La seconde guerre mondiale a causé la destruction ou la forte dégradation des casinos de Mers-les-Bains, du Bourg-d'Ault, de Cayeux-sur-Mer, du Crotoy et de Fort-Mahon-Plage.

Les casinos de la première génération sont des constructions de petite taille, en toile ou en bois. A Cayeux-sur-Mer, une "tente casino" ou "cabane mobile en bois" est attestée en 1858. A Mers-les-Bains, les deux premiers casinos (1869 et 1880) sont aussi construits en bois [ill.], comme ceux du Bourg-d'Ault (1858, 1879). Ce mode de construction permettait une rapidité d'exécution et un démontage rapide en cas de besoin.

Les casinos de la deuxième génération, construits autour de 1900, sont élevés "en dur". La maçonnerie permet d'élever des édifices plus hauts et d'apposer un décor sculpté en façade, donnant un caractère monumental à l'édifice. Kursaal à Cayeux. Le casino de Cayeux-sur-Mer, construit sur les plans de Léon Käppler, à partir de 1908, domine la plage [ill.]. Au Bourg-d'Ault, l'extension largement vitrée réalisée en 1910 sur les plans de l'architecte Jacques Robichon permet de profiter de la vue sur la mer à l'abri des vents [ill.].

Symbole de la modernité de la station, les casinos sont régulièrement reconstruits ou transformés.

Entre les deux guerres, les projets de style Art Déco apparaissent à Ault et à Fort-Mahon-Plage. Le nouveau casino du Bourg-d'Ault (1932-1933) se distingue sur la côte située au sud de la baie de Somme, où l'architecture de la Belle-Epoque prédomine [fig. 5]. A Fort-Mahon-Plage, le casino est un assemblage d'additions et de modernisations successives que cache de façon efficace la large façade [ill.].

A partir de 1950, ce sont des constructions plus sobres, voire austères, ne laissant pas apparaître en façade l'effervescence vécue à l'intérieur. Celui de Cayeux-sur-Mer arbore un parement de galets, clin d'oeil à la plage qui lui fait face [ill.].

Actuellement, seul le casino de Cayeux-sur-Mer est encore en activité. Ceux de Mers-les-Bains et du Crotoy ont été détruits, celui de Fort-Mahon-Plage est désaffecté, enfin ceux de Saint-Valery-sur-Somme et du Bourg-d'Ault sont à usage de salle municipale.

Aires d'études Bresle Yères, Trois Vallées
Dénominations casino
Période(s) Principale : 2e moitié 19e siècle, 1ère moitié 20e siècle, 3e quart 20e siècle
Décompte des œuvres repérés 24
étudiés 15

Annexes

  • Etablissements de bains et casinos sur la côte picarde

    Établissement de bains

    Casino

    kursaal

    Mers-les-Bains

    1858

    [sur la plage]

    1868

    [sur la plage]

    1876

    1880

    [sur la plage]

    1888

    1890

    1890

    1946 - provisoire

    1958

    Bois de Cise

    vers 1898

    vers 1900 [hôtel]

    [café transformé en casino]

    Bourg d'Ault

    1858

    [sur la plage]

    1858

    1879

    1879-1892

    1910

    1929

    1932

    vers 1950

    Onival

    vers 1887

    [sur la plage]

    fermé en 1890

    vers 1895 [hôtel]

    [sur la plage]

    vers 1923

    Cayeux

    1852

    [sur la plage]

    1880

    [sous-sol casino]

    1880

    [avec bains]

    1910

    1946 - provisoire

    1961

    Brighton

    vers 1886 [hôtel]

    Saint-Valery

    1854

    [au pied des remparts]

    1877

    1879 [hôtel]

    1950

    Le Crotoy

    1846 et 1850

    [sur la plage]

    1884

    1907 et 1910

    1966

    Fort-Mahon-Plage

    vers 1930 ? [hôtel]

    Quend

    Établissements de bains et casinos de la côte picarde

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Département de la Somme (c) Département de la Somme ; (c) SMACOPI (c) SMACOPI - Justome Elisabeth
Elisabeth Justome

Chercheur à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie de 2002 à 2006, en charge du recensement du patrimoine balnéaire de la côte picarde.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.