Logo ={0} - Retour à l'accueil

Les usines textiles Saint Frères de Pont-Remy

Dossier IA80010251 réalisé en 2013
Précision dénominationfilature de lin
filature de jute
tissage de jute
AppellationsSaint Frères
Dénominationsfilature, tissage
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes Ponthieu-Marquenterre - Ailly-le-Haut-Clocher
AdresseCommune : Pont-Remy
Adresse : rue des, Moulins, 15 rue du
Général-Leclerc
Cadastre : 2012 AL 334 Filature de jute (rue du Général Leclerc) : 2012 AL 334. ; 2012 AI 147, 149, 271, 303, 320, 322, 347, 363, 364. Tissage de jute (rue des Moulins) : 2012 AI 147, 149, 271, 303, 320, 322, 347, 363, 364.
Adresse

En 1887, la société Saint Frères étend son activité le long de la Somme. Après avoir racheté l'usine des Moulins-Bleus à l’Étoile en 1884, l'entreprise fait l'acquisition de deux usines à Pont-Remy, réparties sur les deux rives de la rivière de Somme. Elle achète d'abord l'ancienne linière qu'elle transforme en tissage de toile de jute. Cette usine est appelée traditionnellement l'usine du Bas. Parallèlement, elle complète son dispositif industriel en achetant à la même époque un terrain sur la rive opposée de la Somme et y bâti une filature de jute, qui prend le nom d'usine du Haut. Comme pour les autres sites industriels sur lequel Saint Frères s'installe, il n'utilise pas la force hydraulique présente. Pour la filature, l'entreprise choisit même un site éloigné de la rivière et de ses dérivations, alors qu'au sud du tissage d'autres dérivations permettent à de nombreuses roues de moulins de fonctionner. A la fin du 19e siècle, les deux unités de productions, qui ont bénéficié de travaux d'agrandissement entre 1890 et 1892, forment, à la fin du 19e siècle, un ensemble complémentaire cohérent.

Au début des années 1970, l'ancien tissage (usine du Bas), qui n'est plus en activité depuis plusieurs décennies, est démolie pour laisser place à un lotissement concerté. Seul subsiste l'ancienne filature.

Équipement industriel et production : En 1938, les deux usines de Pont-Remy produisaient 38550 tonnes.Le rapport sur l'estimation des pertes de l'usine, rédigé en 1949 fait mention de 2 turbines de 30 cv, estimées à 100.000 francs pièce.

Approche sociale et évolution des effectifs : En 1939, l'effectif est de 467 ouvriers.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Dates1886, daté par source
1892, daté par source
1907, daté par source
Auteur(s)Personnalité : Saint Frères commanditaire attribution par source

Les deux sites de production sont situés de part et d'autre de la rivière de Somme. L'un (le tissage) a été entièrement démoli pour laisser place à un lotissement concerté ; l'autre (la filature) n'a conservé que l'atelier de préparation.

Mursbrique
Toittuile mécanique, verre en couverture
Étagesrez-de-chaussée
État de conservationétablissement industriel désaffecté, détruit
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AN. Série F 12 ; F 12 / 6734 : industrie du chanvre et filature de Pont-Remy, 1854.

  • AD Somme. Série M ; 99 M 96744/6. Établissements insalubres, incommodes ou dangereux, commune de Pont-Rémy.

  • AD Somme. Série W ; 71 W 172. Dommages de guerre de la Seconde Guerre mondiale, Pont-Rémy. Rapport d'expertise sur les établissements industriels, 1945-1954.

  • AD Somme. Série W ; 71 W 173. Dommages de guerre de la Seconde Guerre mondiale, Pont-Rémy. Mémoire de travaux de reconstructions d'expertise sur les établissements industriels, 1945-1955.

Documents figurés
  • L'usine Saint Frères de Pont-Remy, lithogravure par L. Bertrand. In : TURGAN, Emmanuel. Les grandes usines de la France, 1894.

Bibliographie
  • LEFEBVRE, François. Une famille d'industriels dans le département de la Somme de 1857 à la veille de la Seconde Guerre mondiale : Les Saint. Approche d'une mentalité patronale. Lille : Atelier National de Reproduction des Thèses, 2000. Th. doct : Histoire : Amiens université de Picardie Jules Verne : 1998.

    p. 203, 440 et 523.
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Fournier Bertrand