Logo ={0} - Retour à l'accueil

Monument sépulcral de la famille Grimaux

Dossier IA80006847 inclus dans Plaine F réalisé en 2007

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellationssépulture de la famille Grimaux
Parties constituantes non étudiéesclôture
Dénominationsmonument sépulcral
Aire d'étude et cantonGrand Amiénois
AdresseCommune : Amiens
Adresse : rue, Saint-Maurice , 34 et 35 plaine F
Cimetière de la Madeleine
Cadastre : non cadastré

D'après le registre communal, les deux concessions sont acquises en octobre 1849 (F35) et en janvier 1850 (F 34). La concession F 35 est acquise par Séraphin Damerval, domicilié à Amiens, rue Desprez ; la concession F 34 est acquise par Paul Grimaux, banquier, domicilié à Amiens, 80 rue Saint-Jacques, et François Dufétel, banquier, domicilié à Amiens, 16 rue des Jeunes-Mâtins. Le monument, qui porte les signatures de l'architecte Barthelemy et de l'entrepreneur Leroy-Digeon, a été restauré par l'association "Les Amis de la Madeleine". L'une des statues de pleureuses ornant le monument, est signée et datée J. Sanson / 1871 (A. Guerville). Le modèle ou un tirage en plâtre, intitulé La douleur (1870), est conservé au musée de Nemours.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1871, porte la date
Auteur(s)Auteur : Barthelemy Jacques Eugène
Barthelemy Jacques Eugène (1799 - 1882)

Architecte.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte signature
Auteur : Leroy-Digeon François Victor
Leroy-Digeon François Victor (1814 - 1876)

Père d'Alexandre Leroy.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur signature
Personnalité : Grimaux Paul habitant célèbre attribution par source
Auteur : Sanson Justin Chrysostome
Sanson Justin Chrysostome (1833 - 1910)

Sculpteur.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Cette concession, en bordure d'allée, est délimitée dans sa partie antérieure par des poteaux monumentaux, reliés par des chaînes ouvragées en fonte peinte et fixés sur un parvis en calcaire. Elle est également matérialisée par un mur de clôture en calcaire, clos par une très belle grille en fonte ouvragée peinte et surmonté d'une belle balustrade ajourée, formant une sorte de péristyle.

La sépulture contient un monument, en forme de mausolée en calcaire, présentant plusieurs éléments. Au centre, se dresse une stèle à entablement et fronton triangulaire en calcaire, à pilastres cannelés et agrémentée d'une grande table en pierre d'Ecaussine portant le nom de la famille destinataire. Derrière cette stèle, s'élève un clocheton monumental, à arcades cintrées ajourées. Le sol à l'intérieur de cet ensemble est recouvert de carreaux de pavement et six tablettes en pierre d'Ecaussine sont fixées sur les faces latérales intérieures du mur de clôture.

Inscriptions :

Dates des décès (tables de gauche) : 1851 / 1867 / 1842 / (tables de droite) 1870 (?) / 1907 / 1866.

Inscription concernant le destinataire : Sépulture / de la famille / Grimaux.

Signature (mur de clôture, face antérieure, à gauche) : Barthelemy INV.

Signature (mur de clôture, face antérieure, à droite) : Leroy-Digeon.

Murscalcaire
marbre
fonte
Typologiestombeau-monument (en forme de mausolée) ; caveau picard
État de conservationétat moyen
Techniquesfonderie
sculpture
Précision représentations

Des larmes sont représentées sur la partie supérieure des poteaux de clôture et les attaches maintenant les chaînes à frise perlée sont en forme de tête de phénix.

La grille en fonte peinte est ornée de fleurs de pavot, de feuilles d'acanthe, de fleurons stylisés, de pommes de pin ainsi que de couronnes d'immortelles formant une sorte de maillage. Le centre du portillon, qui est surmonté d'une croix fleuronnée reposant sur un sablier ailé, est agrémenté d´une couronne de fleurs de pavot.

La balustrade surmontant le mur-péristyle est rythmée par des flambeaux renversés et est ornée d'urnes drapées (4 antérieures et 2 postérieures).

Le fronton triangulaire de la stèle d'applique, souligné par une frise en ronds, est sculpté d'une chouette, reposant sur des branches de cyprès entrecroisées. Les pilastres cannelés sont coiffés de chapiteaux ioniques et la table en marbre centrale est encadrée par une frise en raies de cœur. La base est gravée d'un visage féminin voilée, posant son index sur sa bouche et de part et d'autre de la stèle se trouvent deux belles pleureuses.

Le clocheton, surmonté d'une croix fleuronnée et présentant un motif en forme d'écailles, est sculptée d'une tête d'angelot ailé au-dessus de chaque arcade cintrée et est encadré par deux grandes feuilles d´acanthe.

Le carrelage du sol présente des motifs géométriques blanc et noir, agrémenté de fleurs ainsi qu'un grand médaillon central vert, rouge, blanc, gris et noir, représentant une croix fleurie.

Cette concession, qui réunit deux terrains acquis en 1849 (n°35) et en 1850 (n°34), conserve l'un des monuments les plus remarquables du cimetière de la Madeleine.

Le tombeau en calcaire, en forme de mausolée, a été réalisé par l'entrepreneur Leroy-Digeon sur les plans de l'architecte Barthelemy (signatures) entre 1850 (date d'acquisition des deux terrains) et 1871 (date portée sur une des statues). Le décor sculpté du fronton de la stèle est d'une qualité exceptionnelle. Les deux pleureuses, exécutées en 1871, sont l'oeuvre du statuaire Justin Sanson, grand prix de Rome, auteur des grandes statues monumentales du Palais de justice d'Amiens en 1866. Comme à Pont-de-Metz (tombeau Bralant-Desquiens) et à Beauval (tombeau de Charles Saint), un médaillon sculpté symbolisant le « Silence », inspiré du bas-relief d'Antoine Auguste Préault exécuté pour le tombeau de Jacob Roblès, au cimetière parisien du Père-Lachaise.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsinscrit MH, 1986/06/25

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Amiens. Cimetière de la Madeleine. Registre des concessions.

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Ville d'Amiens - Vincent Caroline - Barbedor Isabelle
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.