Logo ={0} - Retour à l'accueil

Tombeau (chapelle) de la famille Houdbine

Dossier IA80006769 inclus dans Plaine N réalisé en 2007

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellationsfamille Houdbine
Parties constituantes non étudiéesclôture
Dénominationstombeau
Aire d'étude et cantonGrand Amiénois
AdresseCommune : Amiens
Adresse : rue, Saint-Maurice , 14 plaine N
Cimetière de la Madeleine
Cadastre : non cadastré

D'après le registre communal, cette concession fut acquise en février 1874, par Théophile Edmond Houdbine, pharmacien, domicilié à Amiens, 13 rue Delambre.

Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que l'entrepreneur Lesot-Dabonneville, constructeur de monuments funèbres, domicilié à Amiens 171 Grande rue Saint-Maurice, a réalisé des travaux en 1873.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Dates1873, daté par source, porte la date
1889, porte la date
Auteur(s)Auteur : Lesot-Dabonneville entrepreneur attribution par source

Cette concession, en bordure d'allée, est délimitée par une grille en fonte ouvragée peinte à portillon antérieur central à deux vantaux, fixée sur une bordure en calcaire. Le sol du parvis est recouvert de dalles également en calcaire. Elle contient un tombeau en forme de chapelle, de style néogothique. L'édicule est construit en brique et appareillé de pierre de taille, avec des joints en saillie. La façade antérieure, surmontée d'un fronton triangulaire à pinacles en calcaire, est fermée par une porte ogivale en fonte ouvragée ajourée, encadrée par deux colonnettes et agrémentée de vitraux en grisaille, de part et d'autre de laquelle sont fixées trois tables en marbre portant les épitaphes. La toiture, soulignée par une rangée de modillons en calcaire, est recouverte d'ardoises en écailles de poisson, sur une charpente en bois (mauvais état). Des gouttières latérales permettant l'écoulement des eaux de pluies descendent le long de la façade postérieure.

A l'intérieur, qui reste inaccessible, les parois semblent recouvertes d'un enduit peint, de même que le plafond de forme ogival. Les murs latéraux sont percés de fenêtres rectangulaires à vitraux en grisaille. Le mur postérieur, percé d'un oculus quadrilobé à vitrail en grisaille, est agrémenté d'un faux autel en calcaire supporté par des colonnettes carrées. Le sol intérieur est recouvert de petites dalles en béton (?).

Couronne mortuaire commémorative de feuilles de chêne et de laurier, réalisée à la mémoire d'un soldat "Mort pour la Patrie" lors de la Grande Guerre.

Inscriptions :

Dates des décès (façade antérieure, côté gauche) : 1914 / 1899 / (côté droit) 1933 / 1909 / 1888.

Epitaphes : A la mémoire de / André Edmond / Marie Adolphe / HOUDBINE / lieutenant / au 12e Territorial / Mort pour la France / à Lombaertzide (Belgique) / le 11 novembre 1914 / à l'âge de 35 ans / - / Ici repose le corps de / Monsieur / Théophile Edmond / HOUDBINE / ancien pharmacien / veuf de / Mme Aurélie Sophronie / JOURDAIN / décédé à Amiens / le 30 avril 1899 / à l'âge de 82 ans.

Inscription concernant le destinataire (phylactère en calcaire surmontant la porte) : Famille Houdbine.

Murscalcaire
brique
marbre
ardoise
bois
fonte
Typologiestombeau en forme de chapelle à parvis enclos ; style néoclassique
État de conservationétat moyen
Techniquesfonderie
sculpture
Précision représentations

La grille est ornée de quadrilobes. Le fronton triangulaire du tombeau-chapelle, surmonté d'une croix fleuronnée agrémentée de feuilles d'acanthe à la base, est orné de pinacles fleuronnés et sculpté d'une belle fleur centrale en calcaire. Le tympan ogival de la porte, encadrée par deux colonnettes coiffées de chapiteaux feuillagés, est agrémenté d'un vitrail en grisaille quadrilobé et est surmonté d'un phylactère en calcaire gravé du nom de la famille et portant la date de construction de l'édicule. Une couronne mortuaire en bronze (?) est suspendue à la table supérieure gauche ornant la façade antérieure et deux couronnes mortuaires en céramiques sont suspendues à des crochets en calcaire et agrémentent les façades latérales. Les colonnettes quadrangulaires du faux-autel, sur lequel se trouve une statue de la Vierge, sont coiffées de chapiteaux feuillagés. Des couronnes commémoratives en bronze (?) sont fixées sur le mur postérieur et des jardinières à plantes carrées en fonte sont déposées au sol.

Cette concession, conservant sa grille en fonte ouvragée peinte, contient un tombeau en forme de chapelle, de style néogothique, construit en brique et appareillé de pierre de taille, avec des joints en saillie selon la tradition picarde. L'édicule, dont il n'a été recensé que très peu d'exemples de ce type au cimetière de la Madeleine (4 tombeaux-chapelles en briques et pierre sélectionnés K 89, L 48, L 167 et L 189) a été réalisé en 1889 (date portée). Ce monument est vraiment remarquable et mériterait une restauration.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsinscrit MH, 1986/06/25

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Amiens. Cimetière de la Madeleine. Registre des concessions.

  • BM Amiens. Série M ; 2 M 18/3. Autorisations de constructions de caveaux et de monuments (1870-1874).

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Ville d'Amiens - Vincent Caroline