Logo ={0} - Retour à l'accueil
Ancienne église abbatiale prémontrée Saint-Yved, actuellement église paroissiale Notre-Dame de Braine

Tombeau (gisants) de Simon de Roucy et Marie de Châtillon

Dossier IM02004287 réalisé en 2002

Fiche

Dénominationstombeau
Appellationsde Simon de Roucy et Marie de Châtillon
Aire d'étude et cantonVal de l'Aisne - Braine
AdresseCommune : Braine
Adresse : rue Saint-Yved
Commune : Picardie,02,Soissons,musée municipal

Dans la seconde moitié du 14e siècle, Simon de Roucy, comte de Braine, fait aménager dans le bras sud du transept de l'église abbatiale et la chapelle biaise qui le prolonge à l'est, une chapelle funéraire familiale sous le vocable de Saint-Denis. Son fils Jean de Roucy, évêque et duc de Laon de 1386 à 1418, fait élever cinq tombeaux pour ses parents, ses frères, sa sœur et ses neveux. Le monument funéraire de Simon de Roucy et de Marie de Châtillon, décédés respectivement en 1392 et en 1396, a probablement été réalisé peu après leur disparition à l'initiative de leur fils. Il est relevé ainsi que l'ensemble des tombeaux seigneuriaux de Braine pour l'érudit et antiquaire Roger de Gaignières à la fin du 17e ou au début du 18e siècle. Ces dessins, conservés depuis le 19e siècle à la Bodleian Library d'Oxford (Royaume-Uni) ont été copiés sur calque par l'érudit local Stanislas Prioux au milieu du 19e siècle, ce qui permet d'en connaître l'aspect. D'après cette source, les gisant des deux époux étaient sculptés en calcaire polychrome, à l'exception des mains et des visages en albâtre. Ils reposaient avec leur dais sculptés et armoriés sur une dalle de marbre noir bordée de l'épitaphe gravée en écriture gothique. Le dessin de Gaignières permet également de restituer assez fidèlement l'épitaphe et les armoiries. En effet, tous ces monuments funéraires ont été détruits sous la Révolution, à l'exception des pieds du gisant de Simon de Roucy (ou de celui de son fils Hugues de Roucy, décédé en 1395) et du corps du gisant de Marie de Châtillon. Ce dernier, mutilé, a été affublé dès le 19e siècle d'une tête de vieillard barbu. D'après certaines comparaisons iconographiques et stylistiques, notamment avec les portails des cathédrales de Laon et de Senlis, cette tête provient vraisemblablement d'une des quatre statues-colonnes de prophètes placées dans les ébrasements du portail central de la façade occidentale de l'ancienne église abbatiale. Les deux vestiges du tombeau sont en dépôt au musée de Soissons depuis 1962.

Période(s)Principale : limite 14e siècle 15e siècle
Auteur(s)Personnalité : Roucy Jean de commanditaire

Seuls subsistent aujourd'hui le corps du gisant de Marie de Châtillon et les pieds du gisant probable de Simon de Roucy.

Catégoriestaille de pierre, marbrerie, sculpture
Structuresrectangulaire horizontal, forme complexe
Matériauxcalcaire, en plusieurs éléments, blanc taillé, peint, polychrome, décor en relief
marbre, monolithe, noir taillé, poli, gravé
Précision dimensions

Dimensions du corps du gisant de Marie de Châtillon : h = 31 ; l = 146 ; la = 44. Dimensions des pieds du gisant de Simon de Roucy : h = 26, l = 26, la = 46.

Iconographiespersonnage historique, lion homme, de face, en pied, prière, armure, ornement animal
personnage historique, chien femme, de face, en pied, prière, ornement animal
Précision représentations

Selon le dessin de la collection Gaignières, le gisant de Simon de Roucy était revêtu de l'armure articulée et de la cotte armoriée du chevalier, un lion héraldique à ses pieds. Le dessin du tombeau de Hugues de Roucy montre un gisant semblable à celui de son père, et pose ainsi le problème de l'attribution des pieds subsistants. Le gisant de Marie de Châtillon est revêtu d'une longue robe et d'un manteau armorié. Ses pieds reposent sur deux chiens adossés. Le corps mutilé de la statue a été affublé d'une tête de prophète provenant probablement du portail occidental.

Inscriptions & marquesdate, gravé, sur l'oeuvre, français, latin, connu par document
dédicace, gravé, sur l'oeuvre, français, connu par document
épitaphe, gravé, sur l'oeuvre, français, connu par document
armoiries, sculpté, sur l'oeuvre, connu par document
Précision inscriptions

Date et épitaphe : Cy gist hault et puissant prince monseigneur simon conte de roucy [et] de braine qui trepassa en son chastel du bois les roucy en l'an de grace mil ccc iiii xx [et] douze le mardy xviiie jour de fevrier./Cy gist tres haulte et puissante dame madame marie de chatillon contesse des dis lieux et/fe[m]me du dit monseigneur le conte qui trepassa en lan de grace mil ccc iiiixx [et] xvi le xie jour davril Et leur fit faire cette sépulture rev[er]ens pere en dieu monseigneur/jehan de roucy par la grace de Dieu evesque [et] duc de laon conte danisy per de france leur fils. Armoiries de Simon de Roucy (sculptées et peintes sur le dais et sur la cotte) : d'or au lion d'azur ; armoiries de Marie de Châtillon (sculptées et peintes sur le dais et sur le manteau) : parti, à dextre d'or au lion d'azur (Roucy), et à senestre palé de gueules et componé d'azur et d'argent, au chef d'or à un alérion de gueules (Châtillon).

État de conservationoeuvre mutilée
élément
Précision état de conservation

Le corps du gisant de Marie de Châtillon et les solerets du gisant de Simon de Roucy, appuyés sur un lion couché, sont les seuls vestiges connus du tombeau.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreÀ signaler
Protectionsclassé au titre objet, 1958/01/21
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Fournis Frédéric