Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Pierre d'Amiens

Dossier IA80000152 réalisé en 1996

Fiche

Œuvres contenues

Elevée en 1949, sur les plans de l´architecte Evrard, l´édifice occupe l´emplacement de l´église reconstruite au milieu du 19e siècle. Implantée en parcelle d´angle, elle est précédée d´un vaste parvis à emmarchement assurant la transition avec la voie, sur laquelle est aligné le clocher indépendant, relié à la nef par une galerie. Au volume cubique et massif de la nef en béton, masqué par un parement de briques, est accolé celui, semi-circulaire, de la chapelle des Fonts, qui présente des parentés stylistiques avec celle du Sacré-Coeur d´Audincourt, dans le Doubs (M. Novarina, 1949-1952).

Elle remplace l'église construite sur les plans de l'architecte diocesain François Céleste Massenot, en 1857, succédant elle aussi à un édifice plus ancien (étudié) qui s'élevait à l'ouest, à l'emplacement de l'école. De style néogothique, elle témoignait de la vogue soutenue par les architectes des monuments historiques (François Massenot est l'adjoint de Viollet-le-Duc sur le chantier de restauration de la cathédrale) et par l'évêque de Salinis.

Son implantation illustrait également la nouvelle manière d'intégrer l'église à l'espace urbain, en orientant la façade principale sur la rue, au prix d'un changement d'orientation, comme c'est déjà le cas de la nouvelle église Saint-Jacques (1837).

L'architecte est également l'auteur de la nouvelle église de Dreuil, qui est contemporaine.

Vocables Saint-Pierre
Parties constituantes non étudiées clôture
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Grand Amiénois
Adresse Commune : Amiens
Lieu-dit : faubourg Saint-Pierre
Adresse : chaussée Saint-Pierre
Cadastre : 1990 BW 348

Documents figurés : Une carte postale du début du 20e siècle donne une représentation de l'édifice construit en brique sur solin de grès et couvert d´ardoises polychromes. Le plan d'Amiens de 1906 figure un édifice non orienté construit en parcelle d'angle. Sources : Les sources conservées aux archives départementales (série O) indiquent que la construction de la nouvelle église Saint-Pierre, qui doit remplacer l´ancienne église du faubourg, s´inscrit dans un concours organisé par la ville en 1855, qui comprenait également la reconstruction des églises Saint-Léger (Longpré) et Saint-Honoré (faubourg de Beauvais). L´évêque avait imposé l´emploi du «style ogival du XIIIe siècle», en particulier pour l´église Saint-Pierre. Cette nouvelle église doit s´élever, à l´ouest de l´ancien église, au nord-ouest du jardin du presbytère, avec place parvis. Le programme impose une église comprenant une nef, avec ou sans bas-côtés, un chœur, au moins deux chapelles, plus la chapelle des Fonts, un clocher devant la nef, une sacristie. Le lauréat est l´architecte François Massenot. La commission municipale, réunie en novembre 1856, décrit le projet de «style ogival bien inspiré du XIIIe siècle», comprenant une nef, deux bas-côtés et un clocher «d´aspect pittoresque», soit un maître-autel et trois chapelles (dont la chapelle des Fonts). L´édifice dispose de trois accès sur la façade principale, au nord. Les voûtes d´arête des bas-côtés, à double retombée, «d´une forme élégante et hardie» ; la nef est éclairés par roses polylobées et les bas-côtés par des baies à triple lancettes. En 1859, le dépassement de budget résulte du remplacement du soubassement de briques par un soubassement de grès, préconisé par l´architecte Schulthess, qui propose un nouveau plan pour le clocher. L´évêque approuve l´emplacement choisi pour la sacristie, au sud, du côté de la rue du Presbytère, ou au nord, entre les 2e et 3e contreforts. Les travaux réalisés par les entrepreneurs Vast et Galmant fils s´achèvent en 1866. Un long procès opposera l´entrepreneur Galmand à la mairie à propos de la construction des voûtes. Travaux historiques : Selon le dossier établi par Nathalie Mette en 1996, la nouvelle église paroissiale Saint-Pierre est construite en 1857-1858, sur les plans des architectes François Massenot et Schultess. Détruite par les bombardements de 1940, elle est reconstruite, en 1949, par l'entrepreneur Privileggio, sur les plans de l'architecte Evrard, sur les fondations de l'ancienne église.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle , (détruit)
Principale : 2e quart 20e siècle
Dates 1857, daté par travaux historiques
1949, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Schultess,
Schultess

Architecte installé à Amiens, 10 impasse des Cordeliers, en 1862 (annuaire).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par travaux historiques
Auteur : Evrard, architecte, attribution par travaux historiques
Auteur : Privileggio, entrepreneur, attribution par travaux historiques
Auteur : Massenot François Céleste,
François Céleste Massenot (1828 - )

Architecte domicilié à Amiens, 77 boulevard de l'Est, en 1862 (annuaire).

Voir article répertoire des architectes diocésains : http://elec.enc.sorbonne.fr/architectes/356.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte diocésain, attribution par source

L'édifice non orienté est implanté en parcelle d'angle, fermée par une clôture. De plan allongé à un bas-côté, le bâtiment, construit en béton masqué par des briques de parement, est relié à un clocher indépendant par une galerie. La différence de niveau entre le parvis et la voie est rachetée par un emmarchement. A l´intérieur, la structure porteuse de béton est visible. La nef, plafonnée, est éclairé par un fenestrage continu et latéral à redent.

Murs brique
béton armé
Toit zinc en couverture
Typologies style néogothique, fenestrage à redents et clocher indépendant

Ce dossier établi par Nathalie Mette en 1996 lors d'une enquête thématique sur les édifices religieux d'Amiens a été mis à jour et enrichi par Isabelle Barbedor en 2002 dans le cadre de l'inventaire topographique d'Amiens métropole.

Statut de la propriété propriété publique

Annexes

  • Extrait de Concours pour la construction de trois églises. Programme. Amiens, typographie d´Alfred Caron, rue des Trois-Cailloux, 54 [1855], p. 4-5.

    « Cette église, en raison de la somme affectée à son érection, devra présenter un aspect simple, et cependant digne de l´objet. On s´abstiendra de toute ornementation factice de plâtre ou de pâtes, de toute main d´œuvre inutile dans les constructions de maçonnerie et de charpente. C´est seulement par la bonne ordonnance des dispositions générales, par une construction simple, mais exécutée avec soin, que l´on donnera à cet édifice l´aspect de grandeur et de dignité qui lui convient. »

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série O ; 99 O 222. Amiens. Églises avant 1869.

  • AD Somme. Série O ; 99 O 223. Amiens. Eglises avant 1869.

  • Concours pour la construction de trois églises. Programme. Amiens, typographie d´Alfred Caron, rue des Trois-Cailloux, 54, [1855].

Documents figurés
  • Amiens. La chaussée et l'église Saint-Pierre, carte postale, Edition spéciale des Nouvelles Galeries, 1900 ca (AD Somme : collection particulière).

Bibliographie
  • FOUCART-BORVILLE, Jacques. Index alphabétique des architectes d'Amiens aux 18e et 19e siècles. In : Institut Français d'Architecture (IFA). Le nouvel Amiens. Dir. Marc Breitman, Rob Krier. Bruxelles : Mardaga, 1989 (Collection Villes).

    p. 457
  • DUVANEL, Maurice. ROY Paule. Amiens. 3 siècles d'affiches. Amiens : CRDP, 1984.

    p. 57
  • INVENTAIRE GENERAL DU PATRIMOINE CULTUREL. Région Picardie. Églises et chapelles des XIXe et XXXe siècles. Amiens métropole. Réd. Isabelle Barbedor. Lyon : Lieux-Dits, 2008.

    p. 22-23 ; 56-57

Liens web

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Mette Nathalie