Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Le quartier et la station balnéaire du Bourg-d'Ault

Dossier IA80001237 inclus dans L'agglomération d'Ault réalisé en 2002

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Une trame urbaine ancienne

Le quartier du Bourg-d'Ault, devenu station balnéaire à la suite de l'aménagement d'équipements spécifiques (casino, établissement de bains), a gardé sa trame viaire ancienne.

La Grande-Rue est l'artère principale, perpendiculaire à la mer, qui descend en pente douce vers celle-ci, et se prolonge vers le sud-est par l'avenue du Général-Leclerc (ancienne rue de Friaucourt). Les rues du 11 novembre 1918 (ancienne rue du Moulin), rue d'Eu (ou 'cavée verte'), rue du Hamel, rue de Quinquerue, rue de la République (ancienne rue aux Pourciaux), rue de l'Esplanade (ancienne rue de la Mare), rue des Fonts-Bénis, apparaissent sur le cadastre napoléonien de 1825 [fig. 1].

Le parcellaire est aussi celui d'origine, caractérisé par des parcelles plus profondes que larges, souvent traversantes, hérité de l´époque médiévale.

Le bâti ancien persiste le plus souvent le long de ces voies [fig. 26, 27, 28, 33, 34]. Au cours du 19e siècle, la modernisation du bâti, alors construit en torchis et couvert de chaume, a pourtant provoqué la disparition de certains édifices, reconstruits en brique, sur le même parcellaire, avec une cour en fond de parcelle, et bien souvent sur la même surface au sol. Ainsi, la Grande-Rue, qui présente le même type d'implantation de son bâti, à l'aplomb de la rue et entre mitoyens, est-elle composée d'édifices postérieurs aux années 1860 [fig. 50]. Il subsiste cependant des maisons anciennes le long de cette rue, comme la maison Landot, qui possède encore des décors sculptés en façade sur cour [fig. 19, 29 à 32], ou des maisons datées des années 1830 [fig. 53].

L'extension des réseaux

Le développement urbain s'est opéré vers les coteaux nord et sud, ainsi que vers l'est. L'extension vers le sud se fait essentiellement grâce à la création du lotissement de Bel-Air, accroché à la rue du Hamel grâce à l'avenue Sainte-Marie, créée dans ce but. Au nord, l'ancienne rue de Saint-Valery qui longe la falaise, très pentue, est doublée par la rue Charles-Bréhamet construite vers 1900, percée dans la falaise.

Les équipements structurants

Au sein d'une trame urbaine déjà très dense, l'église paroissiale garde sa position dominante au sein du bourg ancien. Les casinos et établissements de bains construits à partir du milieu du 19e siècle sur la plage même deviennent un second pôle important, focalisant l'ensemble des activités le long de la plage. Mais le front de mer, peu large entre les deux avancées de la falaise, ne connaît qu'un développement limité.

Bâti et villégiature

Dans une trame urbaine déjà très dense, le nouveau bâti s'intègre au sein des quelques dents creuses, et très rarement à l'emplacement d'une construction ancienne. En front de mer s´accolent quelques villas [fig. 37], entre le bourg ancien et la falaise : avec le recul du trait de côte, certaines se trouvent actuellement menacées (maison Daurelly), d´autres ont été détruites au cours de la Seconde Guerre mondiale, mais leur emplacement a aujourd'hui disparu [fig. 8].

L'actuelle avenue du Général-Leclerc, reliant le bourg à la gare de Bellevue, devient une ossature nouvelle pour l'édification de maisons à partir de la fin du 19e siècle. Celles-ci sont construites sur des parcelles longues et étroites qui buttent contre la déclivité du terrain. Certaines profitent de cette pente pour se surélever [fig. 43, 44].

Ces maisons sont occupées par les propriétaires eux-mêmes, voire louées à la saison, comme on peut le lire dans un guide touristique de 1895 : (...) en dehors des villas ou chalets assez nombreux dont les prix peuvent varier de 300 à 1.000 francs, les étrangers trouvent facilement à se loger chez les habitants, soit à la saison ou au mois, soit même pour quelques jours seulement et à des conditions très abordables pour les petites bourses. Le repérage sur le terrain nous a permis de constater que certaines maisons présentaient des plaques émaillées portant l'inscription eau de source analysée et autorisée, signes d'une possible location.

L'apparition du tourisme balnéaire assure l'épanouissement des commerces. Ceux-ci occupent les rez-de-chaussée des maisons anciennes établies le long de la Grande-Rue [fig. 55]. Un marché ambulant est aussi assuré deux fois par semaine, à côté de l'église paroissiale, à l'emplacement de l'ancien cimetière.

Activités touristiques et clientèle de la station

A la fin du 19e siècle et au début du 20e, comme dans beaucoup d'autres stations, le casino municipal assure les distractions tandis que l'établissement de bains chauds permet de se baigner à marée basse. Les activités de plein-air sont très prisées : pêche aux moules, jeux de plage à marée basse, promenade à pied le long de la falaise, en suivant le sentier des douaniers.

Dans un guide touristique de 1895, on peut lire : Les baigneurs du Bourg-d´Ault sont presque tous des habitués fidèles qui, chaque année, viennent là se retrouver ; tous ou presque tous sont parents ou amis et forment un noyau de relations sans façon d´où l´étiquette est bannie. En 1912 : par excellence station de famille fréquentée par des baigneurs qui recherchent la tranquillité et la simplicité (guide Joanne). En 1925, le guide touristique édité par le Syndicat d'Initiatives de la commune ajoute : On descend couramment de chez soi en toilette de bain et au retour de la baignade il n´est pas rare de voir les terrasses des cafés garnies de gracieuses ondines encore toutes ruisselantes, laisser aux rayons du soleil le soin de les sécher. C'est la tranquillité et le caractère familial qui est mis en avant dans tous les guides touristiques, loin de toutes mondanités.

Au cours de l'entre-deux-guerres, les excursions en automobile se multiplient ; le cinéma Caméo est construit.

Parties constituantes non étudiées cinéma
Dénominations bourg, station balnéaire
Aire d'étude et canton Bresle Yères - Ault
Adresse Commune : Ault
Lieu-dit : Bourg-d'Ault

Le quartier du Bourg-d'Ault est le choeur historique de la commune. Centre administratif, il est aussi le centre religieux où se concentre la majorité de la population au milieu du 19e siècle. On compte 348 maisons en 1836 et 365 en 1851 (recensements de population).

En 1863, le Bourg d'Ault se compose de 369 maisons et 1452 habitants (Prarond). Le quartier est composé d'une majorité de maisons d'habitations, auxquelles sont parfois accolées de petites annexes ou 'boutiques' où travaillaient les serruriers, à domicile. En 1851, les serruriers sont principalement regroupés rue du Hamel et rue des Fonts-Bénis ou encore dans le quartier de Quinquerue. Deux marchands y pratiquent le négoce, rue du Hamel et rue des Granges. Cette activité prend de l'importance, en 1872, le recensement de population signale trois fabricants de serrures : Lennel (rue des Granges), Cantevelle et Belpaume (rue des Fonts-Bénis).

Les pratiques balnéaires apparaissent au milieu du 19e siècle : en 1858 le premier bail de location d'un terrain à la plage pour l'exploitation des bains de mer (délibération du conseil municipal le 14 mai), est accordé à Pierre-Marie Cléré, serrurier, pour une redevance annuelle de 600 fr. L'édification la même année d'un premier casino municipal, construction légère en contrebas de la falaise, marque un nouveau tournant pour le bourg, désormais orienté vers l'activité des bains de mer. Ce développement est attesté par le recensements de population de 1872 et 1881. Entre ces deux dates, la population reste stable mais le nombre de maisons augmente (417 contre 450, dont 27 inhabitées). Dans la Grande-Rue, les recensements signalent aussi deux hôteliers, un pasteur (Quatre-Rues) et la maire habite rue de la Plage.

A la fin du 19e siècle, des maisons de villégiature sont construites en front de mer, par quelques Franciliens (on atteint 835 maisons en 1906). Le bourg étant déjà très dense en raison du relief, les possibilités d'implantation ne sont plus possibles au-delà de cette zone.

Ce sont aussi quelques hôtels de voyageurs qui sont élevés, des pensions de familles et des commerces. La location est une activité d'appoint pour la population locale : en 1883, "les principales maisons meublées sont situées sur la côte (rampe de la falaise du sud) et dans la Grande-Rue. Dans la longue rue des Fonts-Bénis, on trouve beaucoup de petites maisons (3 à 5 pièces) ne dépassant pas 200 francs pour la saison. Les prix varient de 50 à 200 francs par mois et de 150 à 600 francs pour la saison" (Moisand).

Entre 1893 et 1896 (imposition du cadastre en 1896), une école-ouvroir est construite 17 avenue du Général-Leclerc (1983 AD 461) pour Samuel Ricard, propriétaire à Amiens, par ailleurs commanditaire du 'Château du Moulinet' en 1883. Le quartier est équipé d'édifices spécifiques, liés à la nouvelle activité : rue du 11-Novembre, une colonie de vacances Saint-Jean de Saint-Firmin d'Amiens (détruite), et rue d'Eu, le cinéma Caméo (détruit), dans les années 1930.

Période(s) Principale : 19e siècle, 20e siècle

Niché au creux de la valleuse, le Bourg-d'Ault présente une trame urbaine fortement marquée par le relief. Les voies y donnant accès depuis la route convergent vers une place centrale, sur laquelle s'élève l'église paroissiale. Au sud de la Grande-Rue se trouve le quartier de quinquerue, qui fait pendant au quartier des Quatre-rues, au nord. Le bâti est implanté à l'alignement des rues, le plus souvent mitoyen. Certaines rues très pentues disposent de trottoirs surélevés protégeant l'accès aux maisons (rue du Hamel et des Fonts-Bénis). La voie principale est formée de la rue Général-Leclerc prolongée par la Grande-Rue, qui aboutit à la mer. Au nord et au sud, le bourg est enclavé entre des coteaux (falaises d'Onival au nord et de Bel-Air au sud), qui le protège des vents dominants.

Typologies relief contraignant au nord et au sud

Annexes

  • En 1925, le syndicat d'initiative de la commune d'Ault réunit les trois stations balnéaires du Bourg-d'Ault, du Bois-de-Cise et d'Onival. Les membres du conseil d'administration sont des notables locaux (notaires, médecins, pharmaciens, huissier), un propriétaire et deux hôteliers :

    - président : Edouard Mariage, notaire, délégué du TCF

    - vice-président : Docteur Auneau, médecin

    - secrétaire : J-L Froideval, vice-président du syndicat des propriétaires du Bois de Cise, délégué du TCF

    - trésorier : J. Houlliez, huissier

    - membres du comité : Bodas, notaire ; Joseph Lemaire, hôtelier ; Millot, propriétaire ; Paillas, pharmacien et délégué du TCF ; Arthur Rideau, hôtelier.

    (in : Guide des touristes et des baigneurs, 1925).

Références documentaires

Documents d'archives
  • Ault-Onival-Bois-de-Cise. Guide des touristes et des baigneurs. Ault : Syndicat d´initiative de tourisme, s.d. [1925], 24 p.

    pp. 5-14
  • Bains de mer du Nord et de Belgique, du Tréport à la frontière hollandaise. Paris : Hachette, coll. Des Guides Joannes, 1912.

    pp. 55-56
  • Guide pratique des familles aux bains de mer. Plages du Nord, de Normandie, de Bretagne et de Vendée. Paris : La Fare, 1895.

    pp. 59-60
  • MOISAND, Horace. Guide pratique et indispensable du baigneur et du touriste dans Le Tréport et ses environs. Beauvais : C. Moisand, 1883.

    p. 271
Documents figurés
  • Plan du bourg d'Au, 17e siècle (Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, CPL GE DD-2987 - 922).

  • Plan du bourg d'Au, par Nicolas Magin, 1ère moitié 18e siècle (Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GESH18PF35DIV7P5D).

  • Commune d'Ault, développement du bourg faisant partie des trois sections, cadastre napoléonien, encre et lavis sur papier, par Cadot et Poissant géomètres, juin 1825, 1/2500e (Service du cadastre, Abbeville : non coté).

  • Ministère de la Reconstruction et de l´urbanisme, Ault-Onival, plan topographique régulier, Bourg d´Ault, tirage sur papier, par Roullon géomètre expert à Pontoise, vérifié par le service du cadastre, 1947, 1/2000, feuille 1, partie sud (AD Somme ; ZH 39).

  • Hôpital du Bourg d'Ault, dessin aquarellé, d'après nature, par Macqueron, 12 juin 1853 (B.M. Abbeville : carton 43, n° 0572).

  • Moulin qui se tourne lui-même du côté du vent (dit le moulin Saint-Pierre) sur la falaise à Ault , dessin aquarellé, d'après nature, par Macqueron, 18 mars 1862 (B.M. Abbeville : carton 43, n°0575).

  • Vue de l'établissement des bains de mer et de l'égout de la Grande Rue du Bourg d'Ault, dessin aquarellé, d'après nature, par Macqueron, 18 mars 1862 (B.M. Abbeville : carton 43, n°0571).

  • Chemin de fer du Nord. Les trois plages soeurs, Ault-Onival, Bois de Cise, affiche en couleur, par J-L Froideval, L. Serre et Cie, Paris, 1er quart 20e siècle (AD Somme ; 1 Fi 98).

  • 10 - Ault, les rochers, carte postale, par Maurice Lévêque photographe éditeur, 1er quart 20e siècle (coll. part.).

  • Ault, la plage (côté nord), carte postale, [s.n.], 1er quart 20e siècle (coll. part.).

  • Ault, descente à la mer, carte postale, [s.n.], 1er quart 20e siècle (coll. part.).

  • Ault (Somme), le casino, tempête du 5 mars 1912, carte postale, par H. Milan photographe éditeur, 1er quart 20e siècle (coll. part.).

  • 48, Ault (Somme), la terrasse et le chemin des douaniers, carte postale, par H. Milan photographe éditeur, 1er quart 20e siècle (coll. part.).

  • 7566, Ault (Somme), vue aérienne, la plage (inscription au verso), carte postale, par Cim éditeur, 3e quart 20e siècle (coll. part.).

  • 80-039-58, Ault (Somme), la descente à la plage et les falaises (inscription au verso), carte postale, par La Cigogne éditeur, 2e moitié 20e siècle (coll. part.).

  • 433-68, Ault (Somme), vue aérienne de la plage, carte postale, par Cim éditeur, 2e moitié 20e siècle (coll. part.).

  • 3837, Ault-Onival, les falaises et la villa l'Echauguette, inscription au verso, carte postale, par A. Terrier photographe éditeur, 2e quart 20e siècle (coll. part.).

  • Ault, église et rue principale, photographie, par E. Haglon, entre 1877 et 1879 (BNF Cartes et plans ; Wc 394/Tome 6/10).

  • 15 - Ault, la Grande Rue et l'église, carte postale, par Maurice Lévêque photographe éditeur, 1er quart 20e siècle (coll. part.).

  • 80-039-02, Ault (Somme), la Grande Rue (inscription au verso), carte postale, par La Cigogne éditeur, 3e quart 20e siècle (coll. part.).

  • 53 - Ault, Grande rue et la poste, carte postale, par L.L. photographe éditeur, 1er quart 20e siècle (coll. part.).

  • 283 - Ault (Somme), La Grande rue et l'Hôtel de France, carte postale, par N.D. photographe éditeur, 1er quart 20e siècle (coll. part.).

  • Ault (Somme), la rue d'Eu, carte postale, par H. Milan photographe éditeur, 1er quart 20e siècle (coll. part.).

  • 4 - Ault, la rue du Hamel, carte postale, par A.B. photographe éditeur, 1er quart 20e siècle (coll. part.).

  • Ault, cour intérieure de la maison Landot, carte postale, par Sellier photographe éditeur, 1er quart 20e siècle (coll. part.).

  • 262, Ault, la mairie, carte postale, par N.D. photographe éditeur, 1er quart 20e siècle (coll. part.).

  • Ault (Somme), Colonie Saint-Jean de Saint-Firmin d'Amiens, carte postale, [s.n.], 1er quart 20e siècle (coll. part.).

Bibliographie
  • MONBORGNE, Jean. Histoire du bourg d'Ault. Luneray : Editions Bertout, 1989.

    p. 274, 355
  • PRAROND, Ernest. Ault et ses environs. Paris : Res-Universalis, 1988, réédition de 1863.

    p. 13
  • Souvenirs de Somme. Voyageurs et touristes du XVIIe siècle à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Catalogue d´exposition, archives départementales de la Somme. Amiens : Conseil général de la Somme, 1995.

    p. 17
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Département de la Somme (c) Département de la Somme ; (c) SMACOPI (c) SMACOPI - Justome Elisabeth