Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison à deux logements accolés, dite Les Soeurettes ou Doodica et Radica

Dossier IA80001511 inclus dans La station balnéaire de Fort-Mahon-Plage réalisé en 2002

Fiche

Précision dénomination maison à deux logements accolés
Appellations Les Soeurettes, Doodica, Radica
Parties constituantes non étudiées cour
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Trois Vallées - Rue
Adresse Commune : Fort-Mahon-Plage
Adresse : 961, 963 avenue de la Plage
Cadastre : 1991 XD 118, 119

Maison à deux logements accolés dite Les Soeurettes, ou Doodica et Radica, construite entre 1908 et 1911 (imposition du cadastre en 1911) pour la veuve d'Eugène Boulieck-Stiffel et la veuve d'Algara-Boulieck demeurant à Paris (source : matrices cadastrales). La construction doit son appellation aux premières soeurs siamoises opérées. La maison a subi quelques modifications : le gros-oeuvre de briques a été enduit, les ferronneries des portes d'entrée supprimées de même que les persiennes, les garde-corps en bois ont été modifiés, ainsi que le motif en amortissement des pignons en façade.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle
Auteur(s) Personnalité : Boulieck-Stiffel Eugène veuve, commanditaire, attribution par source
Personnalité : D'Algara-Boulieck veuve, commanditaire, attribution par source

Edifice établi le long de l'avenue principale de la station balnéaire, disposant d'une cour en fond de parcelle. Maison de plan massé composée de deux unités d'habitation de deux travées de largeur inégale chacune, la travée la moins large recevant l'entrée. La travée médiane comporte les deux entrées des deux logements, unies sous un même arc en plein-cintre, simulant une seule porte pour toute la construction. Le gros-oeuvre, en brique, est recouvert d'un enduit et peint, ne laissant plus apparaître les subtilités chromatiques et les volumes du décor de maçonnerie. Le soubassement est mis en valeur par un enduit imitant des moellons de pierre. Les pignons en façade, actuellement triangulaires, étaient à l'origine de style flamand (chantourné) fréquents à Fort-Mahon-Plage (avant les destructions). De larges baies éclairent les niveaux, un balcon devant chacune d'entre elles au premier étage.

Murs brique
enduit
enduit d'imitation
Toit ardoise
Étages sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans
pignon découvert

La maison tient son nom des soeurs siamoises Doodica et Radica Neik, vedettes du cirque Barnum et Bailey, séparées en 1902 par le professeur Eugène-Louis Doyen. L'opération est filmée par Clément Maurice. Edifice sélectionné en raison du style affiché et de son appartenance à la typologie des maisons à deux logements accolés.

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série P ; 3 P 649/9. Quend, matrices cadastrales des propriétés bâties (1882-1911).

    case 473
  • AD Somme. Série P ; 3 P 649/10. Quend, matrices cadastrales des propriétés bâties (1911-1964).

    case 35
  • AD Somme. Série P ; 3 P 333/4 et 333/5. Fort-Mahon-Plage, matrices cadastrales des propriétés bâties (1924-1960).

    case 189
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Département de la Somme (c) Département de la Somme ; (c) SMACOPI (c) SMACOPI - Justome Elisabeth
Elisabeth Justome

Chercheur à l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie de 2002 à 2006, en charge du recensement du patrimoine balnéaire de la côte picarde.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.