Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ville de Ham

Dossier IA80010581 réalisé en 2015

Fiche

Œuvres contenues

L'histoire urbaine de la ville de Ham se concentre, jusqu'à la fin du 18e siècle, dans la ville close, protégée par une forteresse qui subsiste aujourd'hui à l'état de vestiges.

Ville frontière jusqu'à la prise de Cambrai (1677), son système défensif et sa position au cœur des marais de la vallée de la Somme contraignent son développement à l'intérieur de l'enceinte et dans le faubourg Saint-Sulpice, également fortifié.

A l'exception de l'ancien hôtel-Dieu fondé au 13e siècle, ses fonctions urbaines sont liées à la présence de l'abbaye mais surtout du château et de sa garnison. Un seul couvent est construit dans la ville en 1678. Le logement des troupes contraint à l'installation d'une maréchaussée à la fin du 18e siècle, puis d'une caserne, dans une partie des bâtiments de l'ancienne abbaye, en 1830.

"[...] au lieu de l’ancienne place de guerre, tant de fois prise et reprise, où les hôtelleries étaient si nombreuses à cause du passage des troupes et du roulage considérable qui s’y faisait, c’est une ville moderne où de tous côtés s’élève ce qu’on a appelé ingénieusement les obélisques de l’industrie.

L’originalité s’en est enfuie ; il y aurait cependant mauvais grâce à s’en plaindre"1

Le développement urbain dans les faubourgs de Noyon et de Chauny sera favorisé par la construction de nouvelles voies de communication (canal et voie ferrée), qui facilite l'installation des fabriques, puis des usines de transformation des principales cultures, la betterave et le blé (moulins Damay), dès le début du 19e siècle. Ces sites sont principalement implantés dans le faubourg de Chauny (ancienne sucrerie Bernot et distillerie de Sébastopol) et dans le faubourg de Noyon où l'installation de la gare, à la jonction des communes d'Eppeville (sucrerie d'Eppeville et sucrerie Boquet et clouterie) et de Muille-Villette (ancienne conserverie), favorisera la conurbation de ces trois agglomérations.

La ville et ses faubourgs sont lourdement touchés par les bombardements de 1918. La reconstruction, à partir de 1920, se traduit par une densification dans la ville close, par la disparition des sites usiniers qui y subsistent et par le déplacement de l'hospice dans le faubourg de Chauny. Dans les faubourgs, les sites usiniers se recomposent.

Dans la 2e moitié du 20e siècle, le développement urbain se concentre encore dans le faubourg de Chauny, puis vers Estouilly, réuni à Ham en 1962.

1Fleury, 1881, p. 3-4.
Dénominations ville
Aire d'étude et canton Santerre Haute-Somme - Ham
Adresse Commune : Ham

A la veille de la première guerre mondiale, Ham est une ville commerçante et industrielle, qui compte 3212 habitants.

Sa prospérité repose sur l’importance du commerce et de l’industrie, due en partie à la présence du canal de la Somme prolongeant le canal de Picardie et reliant la Somme à l’Oise à l’Escaut (inauguré en 1810) et de la voie ferrée (1867), qui offrent de nombreux débouchés aux productions (sucre cristallisé) et permettent l’approvisionnement des matières premières (charbons belges et bois de sapin) pour les fabriques qui s’y développent au début du 19e siècle.

Ville frontière déclassée au rang de chef-lieu de canton après la Révolution, sa croissance au cours du 19e siècle se traduit par une augmentation irrégulière de la population, principalement de 1800 à 1846 (47% d’augmentation), puis de 1851 à 1901 (31% d’augmentation).

En 1899, l’auteur de la monographie communale concluait sa présentation de la commune par ces phrases : "Ham, l’ancienne capitale du Hamois est assise sur les bords de la Somme, dans un riche paysage. Elle est sillonnée de nombreuses voies de communication qui facilitent son important commerce. Les habitants s’adonnent volontiers aux arts d’agrément, et trop peu aux arts utiles et aux études sérieuses".

La ville, qui accuse une légère décroissance de population, à la veille de la première guerre mondiale (3212 habitants), ne compte plus que 2100 habitants en 1921. En 1936 (après l'achèvement de la reconstruction marquée par les fêtes de la Renaissance en 1933), elle retrouve son taux de population d’avant guerre avec une nouvelle progression jusqu’en 1954 (3598 habitants), avant sa fusion avec les communes d’Estouilly et de Saint-Sulpice, en 1962 et 1964.

Période(s) Principale : 13e siècle, 15e siècle, 17e siècle, 18e siècle , (détruit)
Principale : 19e siècle, 20e siècle
Typologies ville abbatiale, ville frontière

Annexes

  • Architectes et entrepreneurs identifiés à Ham

    Architectes signalées dans les recensements de population et les annuaires.

    • Emile Senez, entrepreneur né en 1861 à Ham, rue de Chauny (recensement 1911)
    • Edouard Savary, architecte né en 1860 à Saint-Quentin, rue Vadé (recensement 1911)
    • Hector Guénard, directeur d’entreprise, né en 1865 à Dury, rue de Noyon (recensement 1911)
    • Hector Guénard, architecte expert né en 1862 à Dury, rue de Noyon (recensement 1921)
    • Gaston Slotte, architecte belge né en 1898 à Braine le Comte, 1 place Pelletier (recensement 1926 + annuaire 1929)
    • Alfred Grenier, architecte né en 1867 à Ham, 31 boulevard du Nord (recensement 1926 + annuaire 1929)
    • C. Houdin, architecte, rue de Saint-Quentin (annuaire 1929).
    • J. Fourmi, architecte 3 boulevard du Nord (annuaire 1929)
    • Carcaud père et fils, place de la Gare (annuaire 1929)
    • Lucien Tilliet, architecte né à Corbeil en 1895, 9 rue de Noyon (recensement 1936).

    Entrepreneurs identifiés dans les recensements et les matrices cadastrales.

    • Léopold van Putten, briquetier belge, 5 boulevard du Nord (recensement 1926).
    • Cyrille Buy, entrepreneur, établi rue de Chauny. Il fait construire plusieurs maisons, rue du Moulin à vent (B 259 : 1859, 1861, 1864).
  • Maisons provisoires et semi-provisoires acquises à l'Etat en 1928

    Localisation des 110 maisons provisoires et semi provisoires (111 logements) acquises à l'Etat en 1928 (AD Somme ; 6 R 622)

    Vieux canal

    • matériau dur
      • maisons à deux pièces et remise : 19
      • maisons à trois pièces : 24
      • maisons à quatre pièces : 3
    • bois
      • maison à trois pièces : 1
    • baraquement nissen : 1

    Cité de la Demi-lune

    • matériau dur
      • maisons à deux pièces : 8
      • maisons à trois pièces : 9
      • maisons à six pièces : 1
    • bois
      • maisons à deux pièces : 8
      • maisons à trois pièces : 2
      • maison à quatre pièces : 3
    • baraquement nissen : 1

    Esplanade du château

    • matériau dur
      • maisons à deux pièces : 3
      • maisons à trois pièces : 3
      • maisons à quatre pièces : 4
    • bois
      • maisons à deux pièces : 3
      • maisons à trois pièces : 1

    Place du Marché-Franc

    • matériau dur
      • maisons à trois pièces : 3
    • baraquement nissen : 1

    Place Peltier

    • matériau dur
      • maisons à deux pièces : 2 (ville de Ham)

    Cour du théâtre

    • matériau dur
      • maisons à trois pièces : 2 (ville de Ham)

    Boulevard du Nord

    • matériau dur
      • maisons à trois pièces : 3 + 1 face à la caserne + 1 tir à l'arc
      • maisons à 4 pièces : 1

Références documentaires

Documents d'archives
  • Ham. Notice historique et géographique sur la commune, 1897-1899 (AD Somme ; 4° 100 ; 2 NUM 100).

Documents figurés
  • [Plan de Ham et des faubourgs avec les fortifications existantes et le tracé des fortifications projetées], 1640 (BNF, département Cartes et plans, GED-15374).

  • Plan des ville et château de Ham, 1678 (BNF ; coll. Gaignères).

  • Plan de la ville de Ham, atlas Trudaine, 1744 (AN F14/8504).

  • Plan de la ville et du château de Ham, tel que cette place étoit autrefois fortifiée, 1759 (BNF ; GED-3271).

  • Plan de la ville et château de Ham, par Dejean Pierron, 1791 (BNF, département Cartes et plans, GED-16125).

  • Plan du Fort de Ham, de la Ville et des terrains environnants à 750 m. de la Magistrale, par le S. Lieutenant d'Artillerie J.R. Devaux, 1825 (BNF ; GE C-9916)

  • Ham. Plan cadastral. Tableau d'assemblage, 1826 (AD Somme ; 3 P 2011/1).

  • Plan de la ville et du château de Ham, édité par MM. Ch. Gomart et Marotte, 1862 (BNF ; GED-3293).

  • Plan de la vile et du château de Ham, édité par M. Ch. Gomart, 2e édition, 1864 (BNF ; GE D-14356).

  • Plan de la ville de Ham, J. Lapointe géomètre, 1911. In BOCQUET, E. Guide du touriste à Ham. Ham, 1912.

Bibliographie
  • BOCQUET, E. Guide du touriste à Ham. Ham : Jeuniet-Rasse, 1912.

  • DECAGNY, Paul (abbé). Histoire de l'arrondissement de Péronne. Péronne : Quentin.

  • FLEURY, Elie, DANICOURT, Ernest. Histoire populaire de la ville et du château de Ham. Ham : E. Quentin éditeur, 1881.

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.