Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Cimetière communal d'Amiens, dit de Montières

Dossier IA80003598 réalisé en 2005

Fiche

Œuvres contenues

Le cimetière de Montières, créé en 1841, est l'un des premiers nouveaux cimetières établis dans la banlieue d'Amiens. La nouvelle implantation, à l'extérieur du village, coïncide avec la suppression du cimetière qui se trouvait initialement au sud de l'église paroissiale. Comme celui de Renancourt, il a été agrandi en 1861 mais également en 1882 (date de la clôture et des plantations), en 1897, enfin en 1937. La conciergerie, construite en 1906 par l'entrepreneur Deparcy, est agrandie en 1931 sur les plans de l'architecte amiénois Vivien.

Parties constituantes non étudiées conciergerie, puits
Dénominations cimetière
Aire d'étude et canton Grand Amiénois - Amiens
Adresse Commune : Amiens
Lieu-dit : Montières
Adresse : rue de Grâce
Cadastre : 2003 LY 93, 94

Parmi les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) un rapport de 1850 indique que le nouveau cimetière, en service depuis environ 5 ans, semble trop petit (2554 m2). Le vendeur du terrain (M. Debrandt) s'est réservé un terrain de 42m2, à l'extrémité de l'allée, à l'emplacement de la croix de cimetière. Les concessions n'ont pas été disposées rationnellement et ne sont pas encore closes. Il n'y a pas encore de titre de propriété des concessions dont les dimensions imposées sont de 2,50 m ou 5 m de long sur 1 m de large.

Le rapport de l'inspecteur voyer sur le projet de distribution du cimetière, signale que le cimetière est desservi par trois allées. Les concessions perpétuelles sont regroupées sur la bordure gauche de l'allée principale. Deux autres allées desservent les concessions trentenaires (24) et temporaires (30) le long de la clôture ouest. Une douzaine de concessions perpétuelles sont déjà présentes.

Les documents conservés aux archives départementales (série O) indiquent que le cimetière de Montières, créé en 1841, est agrandi en 1861, en 1882 (date de la clôture et des plantations), en 1897, enfin en 1937. A cette date, le cimetière compte 320 concessions perpétuelles, 5 concessions centenaires, 230 concessions trentenaires et 70 concessions temporaires.

La conciergerie est construite en 1906 par l'entrepreneur Deparcy. Elle est agrandie en 1931, sur les plans de l'architecte Vivien (AC Amiens). Le puits est réparé en 1907, date de la construction d'un hangar (BM Amiens).

Plusieurs monuments repérés portent la signature des entrepreneurs amiénois D. Capel, Gadré-Tattegrain, Lamolet-Tattegrain, Castermant, Denis, Siraut et H. Philippe.

L'étude réalisée par Fr. Caquineau et G. Frère (2003) indique que le cimetière, créé vers 1851, a été agrandi en 1939. Dans sa partie la plus ancienne, il est planté de tilleuls, ceinturant les plaines, et de frênes. Dans la partie neuve, il est planté de cyprès de Lawson, au cours des années 1970.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle, 3e quart 19e siècle, 2e quart 20e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Dates 1841, daté par source
1861, daté par source
1882, daté par source
1906, daté par source
1931, daté par source
1937, daté par source
Auteur(s) Auteur : Deparcy, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Capel D., sculpteur, attribution par source
Auteur : Denis entreprise de monuments funèbres,
entreprise de monuments funèbres Denis

Entreprise de monuments funèbres fondée par Sosthène Denis et établie à Amiens, à proximité du nouveau cimetière Saint-Pierre. En 1937, elle est donnée 495 route d'Albert (AC Amiens 2M 17/27).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Auteur : Philippe H., entrepreneur, attribution par source
Auteur : Lamolet - St-Maurice entreprise de monuments funèbres, dit(e) Lamolet, H. Lamolet, T. Lamolet,
entreprise de monuments funèbres Lamolet - St-Maurice , dit(e) Lamolet, H. Lamolet, T. Lamolet

Entreprise de monuments funèbres fondée à Amiens par Hippolyte François Lamolet (1821-1873), qui se déclare débitant dans le recensement de 1856. L'entreprise est signalée 135 Grande-rue Saint-Maurice (annuaire 1862) et 153 Grande-rue Saint-Maurice (1873).

L'entreprise est ensuite dirigée par sa veuve Sophie Damerval, qui y emploie ses deux fils Théophane (21 ans) et Georges (22 ans), comme tailleurs de pierre (recensement de 1881). Certains monuments portent la signature Lamolet Veuve et Lamolet fils.

L'entreprise est ensuite reprise par Théophane Lamolet-Tattegrain, entrepreneur de monuments funèbres, établi 365-367 rue Saint-Maurice (recensements de 1906 et 1911).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, signature
Auteur : Vivien Narcisse,
Narcisse Vivien (1868 - 1935)

Architecte de la ville d'Amiens. Domicilié 11 rue Alexandre-Fatton, en 1911-1914.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Brare-Sainneville,
Brare-Sainneville

Entrepreneur actif à Amiens au milieu du 19e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Auteur : Gadré marbrerie et entreprise de monuments funèbres,
marbrerie et entreprise de monuments funèbres Gadré

Entreprise de marbrerie et de monuments funèbres fondée à Amiens 401 rue Saint-Maurice par Onésime Gadré-Retourné, marbrier né en 1852, à Rumesnil. En 1906 et 1911 (recensement de population), Onésime y emploie ses deux fils Albert né en 1882 et Alfred né en 1883, également marbriers.

Albert Gadré, entrepreneur de monuments funèbres à Amiens, lui succède vers 1920 au 279 rue Saint-Maurice (annuaire et AC Amiens 2M 17/27). L'entreprise est également attestée 401 rue Saint-Maurice de 1905 à 1945 (annuaire et AC Amiens 2M 17/27).

Le tombeau de la famille Gadré-Tattegrain (cimetière de Montières) mentionne : Omer Gadré (1869-1946), Désiré Gadré (1840-1925) et Jules Tattegrain (1867-1933).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, signature
Auteur : Siraut-Desmarest entreprise de monuments funèbres,
entreprise de monuments funèbres Siraut-Desmarest

Entreprise de monuments funèbres, fondée par Victor Siraut-Desmarest (né en 1867 à Ecaussine), entrepreneur de monuments funèbres d'origine belge installé à Amiens vers 1890, 396 rue Saint-Maurice (1906), puis 363 rue Saint-Maurice (1911), entre les maisons Lesot et Lamolet-Tattegrain.

L'activité est attestée par les autorisations de travaux, de 1900 à 1914.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, signature
Auteur : Castermant entreprise de monuments funèbres,
entreprise de monuments funèbres Castermant

Entreprise de monuments funèbres fondée par Jules Castermant (né en 1882 à Hainaut), tailleur de pierre d'origine belge, installé à Amiens vers 1900, 404 rue Saint-Maurice (recensement de population 1906). En 1911, il se déplace au 428 rue Saint-Maurice.

En 1920, l'entreprise passe à Veuve Castermant et A. Castermant, tailleur de pierre, 387 rue Saint-Maurice (annuaire). Il s'agit vraisemblablement de son fils Albert, né en 1905. De 1938 à 1945, elle est donnée au 293 rue Saint-Maurice (AC Amiens 2M 17/27).

Les recensements de population signalent également Arthur Castermant (né à Amiens en 1890), tailleur de pierre chez Galampoix (1906) puis chez Sueur (1911).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, signature

Le cimetière de Montières est situé à l'écart du village. La parcelle de forme trapézoïdale, d'une superficie d'environ 15000 m2, est close par une haie. Le cimetière, qui dispose de deux accès, à l'est et au nord-est, est distribué par un réseau orthogonal d'allées bitumées délimitant huit îlots, dans la partie bordée par la rue de Grâce, et quatre îlots, dans l'extension. L'espace entre les tombes est recouvert de terre.

L'aménagement végétal se limite à des alignements d'arbres de tige ceinturant les îlots et à la clôture.

Une conciergerie en brique couverte d´ardoises (fig. 11) s'élève au sud de l'entrée principale.

La croix de cimetière (étudiée) est située à l'extrémité de l´allée principale.

Bornes fontaines du constructeur lyonnais Bayard : ETABTS BAYARD CONSTRUCTEURS / MODELE DEPOSE BTE SGBD/ BAYARD / LYON.

Quarante-sept tombeaux (dont 18 étudiés) ont été repérés dans le cimetière.

Caractéristiques des monuments non étudiés :

Datation : 4e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle.

Matériau : marbre belge, calcaire, fer.

Typologie : stèles funéraire, croix funéraire, cippe, obélisque, niche.

Signatures : Capel D. / Gadré-Tattegrain / Lamolet-Tattegrain / Castelmant / Denis / Siraut / Philippe H.

Typologies cimetière indépendant (graveyard) de plan régulier, mutation de la trame
Statut de la propriété propriété publique

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série O ; 99 O 211. Amiens. Cimetières avant 1869.

  • AD Somme. Série O ; 99 O 277. Amiens. Cimetières 1870-1939.

  • BM Amiens. Série M ; 2 M 17/1. Cimetières d'Amiens.

    Montières (1834-1871)
  • BM Amiens. Série M ; 2 M 17/2. Cimetières d'Amiens.

    Montières (1907)
  • AC. Amiens. Série M ; 2M 17/27. Cimetières.

  • A. C. Amiens. Série M ; 2 M 43. Cimetière de Montières (1937).

Documents figurés
  • Cimetière de Montières. Agrandissement, dessin, 1939 (Archives communales et communautaires d'Amiens métropole ; 16Fi 193).

Bibliographie
  • CAQUINEAU, Francis, FRERE, Gersende. Gestion du patrimoine arboré et ramassage des déchets des cimetières de la ville d´Amiens. Ville d'Amiens : Service espaces publics, unité parcs et jardins, novembre 2003.

    p. 9
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.