Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Le hameau de Tilloy à Pendé

Dossier IA80007316 réalisé en 2004

Fiche

Dénominations écart
Aire d'étude et canton Trois Vallées - Friville-Escarbotin
Adresse Commune : Pendé
Lieu-dit : Tilloy

En 1384, les religieux de Saint-Valery possédaient au hameau grange, étable, four et terres encloses.

Le recensement de la population indique qu´en 1851, Tilloy rassemblait 220 âmes pour 40 maisons. En 1872, le nombre d´habitants avait diminué de 23 personnes mais huit maisons avaient été construites. En 1906, la population passa à 156 individus. Jusqu´en 1921, elle ne cessa de baisser pour atteindre 128 et pour enfin revenir à 143 habitants en 1931.

Le hameau se composait essentiellement d´exploitations agricoles. En effet, une construction sur trois était vouée à l´agriculture (tradition orale). Chaque exploitation, en moyenne de 13 hectares, avait son troupeau de moutons, mis en pacage dans les pâtures entourées de "clois" (clôture en Picard). La laine était vendue sur le marché sans avoir été travaillée.

D´après une habitante, les serruriers de Tilloy semblent avoir travaillé pour les deux usines de Saint-Blimond et pour l´usine Bricard à Escarbotin. Il ne reste malheureusement presque rien de ces ateliers à domicile. Il semble que les serruriers étaient rassemblés dans la même rue : la rue d´Estréboeuf. D´après l´état de section (19e siècle), un cordonnier vivait rue de Nibas, un maçon rue d´Estréboeuf mais la plupart des habitants étaient manouvrier, journalier, ménager, cultivateur, berger et tisserand (une grande majorité). Nous ignorons pour qui travaillaient les tisserands (probablement les manufactures abbevilloises) et quel matériau était utilisé (le lin ou la laine). Cette activité semble avoir disparu petit à petit à partir de la moitié du 19e siècle, disparition liée à la mécanisation du métier.

D´après l´observation du cadastre napoléonien, un bois occupait tout l´ouest du territoire : le Bois de l´Abbaye de Saint-Valery. Les lotissements étaient dessinés par les chemins de communication : la route principale menant de Pendé à Saint-Blimont et le décrochement de la place à l´ouest de la Route Départementale. Une rue secondaire permettait de se rendre à Nibas.

Les fermes, regroupées autour d´une place centrale, étaient toutes indépendantes mais relativement proches les unes des autres. Les pâtures et les champs, placés à l´arrière de chaque propriété, ceinturaient le hameau en parcelles laniérées. Au nord, tout comme à l´est, se regroupaient de petites fermes de ménagers composées d´un logis, souvent perpendiculaire à la rue, et d´une annexe agricole. Les logis des fermes de la Grande Rue étaient pour la plupart situés perpendiculairement à la voie de circulation.

La plupart des constructions étaient couvertes en chaume jusqu'au début du 20e siècle. D'ailleurs, l'une des rues du hameau été nommée "rue Brûlée" en souvenir d'un grand incendie qui y eut lieu en 1842 (Etat de section, Archives Départementales : 3P618/3). Une mare occupait le coeur de la place ainsi qu'une croix de chemin qui n'existe plus aujourd'hui.

D'après André Guerville, l'oratoire de Tilloy, situé à l'angle des routes de Saint-Valery et d'Estréboeuf abritait une statuette datant du 15e siècle représentant Notre-Dame de la Pitié (elle fut volée en mai 1979) devant Jérusalem. Cette statuette était posée sur un cul de lampe à chardons épineux. L'oratoire semble, lui, dater de la limite des 19e et 20e siècles.

Période(s) Principale : 18e siècle

Situé à 2.3 kilomètres au sud de Pendé, sur le plateau (40-50 mètres d'altitude), Tilloy est construit, le long de la route de Saint-Valery à Gamaches, au bord de la falaise morte. Ce petit hameau se présente sous la forme d'un ensemble de constructions regroupées autour de la place publique, longée par la Route Départementale et distribuées de part et d'autre de la voie de communication qui traverse le village, reliant Pendé à Saint-Blimont. Le centre de Tilloy a été relativement épargné par les restaurations abusives, par contre, les habitations de la Grande Rue n'ont rien conservé de leur disposition et de leurs bâtiments d'origine. Le hameau est entièrement ceinturé de pâtures, prouvant son activité première qui est l'élevage.

Le bâti est essentiellement composé de fermettes à cour centrale carrée avec habitation en fond de cour. Le torchis est encore relativement présent. Les dépendances ont parfois été reconstruites en brique.

Tilloy est un des rares hameaux de la baie de Somme à avoir conservé sa physionomie du 19e siècle. En effet, la plupart des fermes sont en place dès 1832 (cadastre napoléonien) et ont conservé leur plan d'origine.

Il semble que le hameau ait connu une phase de reconstruction à la limite des 19e et 20e siècles qui toucha essentiellement les fermes de la Grande Rue. Cette phase de restauration est pourtant moins prégnante qu'à Sallenelle, qui a largement souffert du phénomène en raison de la proximité du chemin de fer et de la sucrerie de Lanchères. Tilloy a donc été mis à l´écart grâce à son éloignement des centres d'activité industrielle, sauvegardant ainsi la vie rurale, les exploitations agricoles et par là même, son architecture traditionnelle.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série P ; 3 P 618/3. Etat de section de la commune de Pendé, [1882].

  • AD Somme. Série M ; 2 M_LN 298. Recensement de population de la commune de Pendé [1836-1936].

Documents figurés
  • Pendé. Plan cadastral, 1832 (AD Somme : 3 P 1446).

Bibliographie
  • GUERVILLE, André. Chapelles et oratoires en pays de Somme. Abbeville : F. Paillart éditeur, 2003.

    p. 43.
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) SMACOPI (c) SMACOPI - Guérin Inès