Dossier IA80010061 | Réalisé par
Kocourek Frédéric-Nicolas (Rédacteur)
Kocourek Frédéric-Nicolas

Enquêteur externe, chargé de l'inventaire du patrimoine du Vimeu industriel de 2014 à 2016.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Le village de Béthencourt-sur-Mer
Copyright
  • (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
  • (c) Baie de Somme - Trois Vallées

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté de communes du Vimeu - Ault
  • Commune Béthencourt-sur-Mer
  • Dénominations
    village

La commune de Béthencourt-sur-Mer s'étend sur une superficie de 295 hectares. Elle comprend une population de 1033 habitants en 2012, représentant une densité moyenne de population de 323 habitants / km2 (Sources INSEE). Le village, qui appartient au canton d'Ault, est organisé autour de deux axes : la route départementale D 229, qui traverse la commune selon un axe est-ouest et par la D19 qui traverse la commune selon un axe n un axe nord-sud. Le village se trouve à environ un kilomètre de Tully à l'est, deux kilomètres d'Yzengremer au sud, deux kilomètres de Friaucourt et à quatre kilomètres d'Ault au nord. Aucun cours d'eau n’est recensé sur la commune. Elle bénéficiait de 1921 à 1947, d'un service de ligne de chemin de fer reliant Woincourt à Ault.

L'évolution urbaine

La carte de Cassini ainsi que le cadastre napoléonien de 1825 indiquent qu'aucun hameau ou écart n'est visible sur la commune mis un part un moulin situé au nord de celle-ci, détruit au début du 20e siècle. Les trames de rues actuelles sont déjà présentes au début du 19e siècle. La plupart du bâti présent sur le cadastre napoléonien est situé le long de la rue du Bost, de la rue du Bas, de la Grande-Rue, de la rue Tournière ainsi que de la rue Saint-Étienne. Les noms des rues n'ont pas étaient modifiés si ce n'est que certains chemins sont devenus des rues (par exemple, le chemin d'Eu devenu rue d'Eu, le chemin d'Ault à Gamaches devenu rue de Gamaches). Deux mares communales sont également répertoriées sur le cadastre napoléonien au niveau de l'actuelle poste de Béthencourt-sur-Mer ainsi qu'à l’entrée de la rue du Bas. Elles ont toutes les deux étaient comblées.

Des témoins anciens

Le plus ancien témoin de la commune de Béthencourt-sur-Mer reste la motte castrale, située à l'arrière de l’école communale, dont le rehaussement de terre est encore visible aujourd'hui. L’église Saint-Étienne (étudiée), présente sur le cadastre napoléonien, conserve des vestiges du 16e siècle et a été fortement remaniée au 19e siècle. Une croix de mission de 1857, prêchée par le père Bernard, était initialement érigée aux croisements des rues d'Ault, d'Yzengremer et de la Grande-Rue. Elle se situe désormais à la sortie du village en direction d'Yzengremer. Des dessins de Léon Gillard et d'Oswald Macqueron, conservés aux archives municipales d'Abbeville, permettent de donner des représentations de ces éléments vers 1860.

Les fermes

Le cadastre napoléonien permet de répertorier une quinzaine de fermes sur la commune en 1825, situées principalement dans la rue Saint-Étienne, la rue Tournière, la rue du Bas et la Grande-Rue. En effet, près de 10% de la population active de la commune était agriculteur de 1936, date du premier recensement de population. Ce pourcentage se maintiendra jusqu'à la fin de la seconde guerre mondiale. Ces fermes, datant principalement de la fin du 19e siècle, présentent, le plus souvent, un corps de bâtiment principal en briques encadré par deux corps de bâtiments en retour d'équerre. Un autre corps de bâtiment vient parfois clore l'ensemble. Certaines fermes, qui ont peu été modifiées, sont encore visibles au n° 8 de la rue de Gamaches et au n° 7 de la rue du Bas.

L'activité artisanale et industrielle

Du 16e siècle au milieu du 19e siècle, de nombreux tisserands et fileuses sont recensés sur la commune de Béthencourt-sur-Mer. Cette activité vient le plus souvent en complément de l’activité liée à l’agriculture et s’exerce en famille. Cependant, seulement deux tisserands sont répertoriés en 1872 du fait du développement et de la croissance sans précédent de l'activité industrielle liée à la petite métallurgie qui apporte un salaire plus important et plus confortable aux ouvriers. Le premier serrurier identifié sur la commune est Martin Haudiquer en 1709. Dans son ouvrage "Notice sur la serrurerie de Picardie", datant de 1857, Briez indique que la spécialité de la commune est la serrure à moraillons pour malle, la serrure à auberonnière pour pupitre, le loqueteau de caisse, le loquet à vielle, le tour à demi-poussé, l'armoire et le cadenas. Il indique également que le cadenas est fabriqué sur la commune depuis 1840 environ et qu’il "tend à devenir la production principale de la commune tant les demandes sont fortes". Les recensements de population indiquent une croissance exponentielle des activités liées à la petite métallurgie au sein de la commune passant de 79 serruriers en 1836 à 319 en 1881 soit 68% de la population active. Ceci s'explique en partie par le développement d'importantes unités de productions liées à la serrurerie et à la robinetterie et la pérennisation des ateliers liés à la petite métallurgie. Dans l'ordre chronologique, l'atelier de serrurier Roy Catois, puis Debeaurain (étudié) est le premier à se développer à Béthencourt-sur-Mer, puis vient l'atelier Derambure (2 rue d'Ault) spécialisé dans la fabrication de cadenas, l'entreprise Sauvage et Bignard (17 rue Tournière) (repéré), la société Caillet et Cassin, l'atelier Duverger, l'usine Haudiquer (étudiée), l'atelier Bost (repéré), l'entreprise Ducastel et l'entreprise Petit-Mathon spécialisée dans la fabrication de sécateurs, d'échenilleurs et de pinces-à-sucre.

La robinetterie est introduite à Béthencourt-sur-Mer par trois hommes, Tétard, Haudiquez et Grisoni qui fondent l'entreprise THG en 1956. Ils orientent, par la suite, leur production vers la robinetterie de luxe et les accessoires sanitaires haut de gamme. L'entreprise THG est encore active aujourd'hui sise rue Tournière ainsi que l'entreprise Thébault S.A. spécialisée dans le découpage et l'emboutissage depuis 1961 et située au 24 rue d'Ault, l'entreprise Douay fondée en 1998, spécialisée dans le traitement et le revêtement des métaux ainsi que l'entreprise Cléré Léopold S.A située rue Tournière, spécialisée dans le traitement de surface et dans les articles de robinetterie.

L'habitat

Plusieurs types d'habitat en lien avec le développement de l'industrie sont situés le long des voies de communication. Les logements patronaux implantés au sein du périmètre de l'entreprise sont localisés sur la commune au n° 32 de la Grande-Rue (étudié), au n° 17 rue Tournière, au n° 4 rue de Gamaches et au n° 22 rue d'Ault. La Grande-Rue conserve également de nombreux exemples de demeures d'industriels telle que la demeure Haudiquer située au n° 21 de la Grande-Rue, de la demeure de Debeaurain située au n° 19 ou encore de la demeure Ducastel située au n° 2 de la rue de l’Eglise. Des demeures bourgeoises se trouvent également dans cette même rue telle que celle située au n° 34 de la Grande-Rue. De nombreuses cités ouvrières sont également localisées sur le territoire communal. Elles sont à l'initiative d'industriels, comme par exemple la cité ouvrière Debeaurain située du n° 2 au n° 18 rue Méneslies, la cité ouvrière Ducastel située du n° 15 au n° 49 rue du Bas, celle située du n° 13 au n° 27 rue d'Ault. Un ensemble de logements locatifs est dû à l'initiative d'un commerçant, à savoir celui situé du n° 7 au n° 15 rue Tournière. Par ailleurs une forte concentration de maisons qui présentent une trame déjà identifiée sur le cadastre napoléonien sont repérées à savoir celles situées dans la rue Tournière ainsi que celles situées sur le côté nord de la rue de Bost. Des habitats bon marché sont également venus s'implanter dans la rue du 8 mai 1945 ainsi que dans la rue Émile-Quenot. Les lotissements récents prennent place à l'extrémité de la rue Tournière ainsi que sur le côté nord de la rue du Bas et sur le côté sud de la rue de Bost.

Les édifices publics

Tout comme de très nombreux villages et villes du Vimeu industriel, Béthencourt-sur-Mer s'est adapté à l'augmentation de population, en construisant de nombreuses écoles successives. Deux témoins sont encore visibles aujourd'hui notamment à l'arrière de la mairie dans la bâtiment qui accueille toujours l'école communale mais également au n° 19 et 20 de la rue Tournière qui conserve toujours les bâtiments de l'ancienne école de filles et de la classe enfantine. L'ancienne poste, localisée au préalable au n° 1 de la Grande-Rue, ainsi que la poste actuelle (étudiée) témoignent de l'importance pour cette commune industrielle de posséder son propre bureau de poste et ce dès la fin du 19e siècle. Les travaux de restauration de l'église ainsi que son mobilier (étudiés) sont notamment à l'initiative d'industriels du village.

Les commerces

Les recensements de population ainsi qu'une description topographique du village faite en 1905 indiquent que près de dix cafés sont localisés sur la commune. Six sont repérés aux n° 18, 30 et 58 de la Grande-Rue, au n° 13 de la rue du Bas, du n° 5 au n° 7 rue d'Ault ainsi qu’au n° 2 rue de Gamaches. Deux anciennes boucheries ont également été repérées au n° 14 de la rue d'Ault ainsi qu'au n° 3 de la rue Tournière.

Conclusion

Tout comme les autres communes du Vimeu industriel, Béthencourt-sur-Mer a d'abord été tournée vers l'artisanat et l'agriculture avant de rapidement prospérer grâce à l'apport de l'activité industrielle liée à la petite métallurgie et notamment à la serrurerie puis à la robinetterie.

  • Période(s)
    • Principale : 17e siècle, 18e siècle, 19e siècle, 20e siècle, 21e siècle
  • Statut de la propriété
    propriété publique
    propriété privée

Documents d'archives

  • AD Somme. Série O ; 99 O 693. Béthencourt-sur-Mer. Travaux communaux, 1870-1939.

  • AD Somme. Série P ; 3 P 97/6. Béthencourt-sur-Mer. Matrices des propriétés bâties, 1883-1891.

  • AD Somme. Série P ; 3 P 97/7. Béthencourt-sur-Mer. Matrices des propriétés bâties, 1911-1964.

  • AD Somme. Série M ; 6M96. Béthencourt-sur-Mer. Recensement de la population, 1836-1911.

Bibliographie

  • BRIEZ, P. Notices sur la serrurerie de Picardie. Abbeville : Briez, 1857.

  • PRAROND, Ernest. Histoire de cinq villes et de trois cents villages, hameaux ou fermes : Saint-Valery et les cantons voisins. Abbeville : P. Briez, 1863.

Documents figurés

  • Commune de Béthencourt-sur-mer. Rue de Gamaches, carte postale, vers 1910 (coll. part.).

  • Commune de Béthencourt-sur-Mer. Rue du Bas, carte postale, vers 1910 (coll. part.).

  • Commune de Béthencourt-sur-Mer. Rue Tournière, carte postale, vers 1910 (coll. part.).

  • Commune de Béthencourt-sur-Mer (Somme). La place de la mairie, carte postale, vers 1920 (coll. part.).

  • Béthencourt-sur-Mer (Somme). L'église, carte postale, vers 1910 (coll. part.)

  • Commune de Béthencourt-sur-Mer (Somme). Grande rue, carte postale, vers 1910 (coll. part).

  • Commune de Béthencourt-sur-Mer (Somme). Rue d'Ault, carte postale, vers 1910 (coll. part).

Annexes

  • Marchands et fabricants à Béthencourt-sur-Mer
Date d'enquête 2014 ; Dernière mise à jour en 2014
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
(c) Association de Préfiguration du PNR Picardie maritime
(c) Département de la Somme
Kocourek Frédéric-Nicolas
Kocourek Frédéric-Nicolas

Enquêteur externe, chargé de l'inventaire du patrimoine du Vimeu industriel de 2014 à 2016.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.