Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 65610 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Cité ouvrière Iaeck-Mallet à Saint-Quentin
    Cité ouvrière Iaeck-Mallet à Saint-Quentin Saint-Quentin - faubourg d' Isle - 64 à 68 rue de Cronstadt - en ville - Cadastre : 2004 BZ 232, 233, 235 à 239, 241, 360, 365, 366
    Historique :
    En 1931, M. Iaeck-Mallet fait édifier cet ensemble de neuf logements, sur les plans de l'architecte Ernest Dussart. Selon les indications figurant sur les plans, ce sont des logements à destination de la
    Observation :
    Destiné à la location, cet ensemble de neuf logements est construit sur les plans de l'architecte Ernest Dussart en 1931, pour M. Iaeck-Mallet. Il s'agit de l'un des nombreux petits programmes de
    Référence documentaire :
    Propriété de la succession Laeck-Mallet - Construction d'un groupe de 6 logements ouvriers sur jardin rue Oberkampf à St-Quentin (Aisne). Plan, tirage, 1 : 100, 62 x 55 cm, 01-1931, par Dussart Ernest Propriété de la succession Laeck-Mallet - rue de Cronstadt - Avant-projet. Plan, tirage, 1 : 100
    Description :
    . Deux logements de cinq pièces encadrent le porche donnant accès à la cour (originellement, chaque logement dispose de deux pièces au rez-de-chaussée et trois à l'étage, dont une chambre au dessus du porche ). Le troisième logement est plus petit (quatre pièces sur deux niveaux). Le porche donnant accès à la niveau, cour sur la façade postérieure, jardin en façade antérieure. A l'angle de la parcelle, est toit à longs pans asymétriques. Les groupes de trois logements sur rue et de cinq logements sur cour sont couverts d'un toit à longs pans, animé au centre d'une lucarne-fronton en façade. La lucarne sur
    Localisation :
    Saint-Quentin - faubourg d' Isle - 64 à 68 rue de Cronstadt - en ville - Cadastre : 2004 BZ 232 , 233, 235 à 239, 241, 360, 365, 366
    Titre courant :
    Cité ouvrière Iaeck-Mallet à Saint-Quentin
    Appellations :
    Iaeck-Mallet
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Enclos funéraire Mallet-Basserie
    Enclos funéraire Mallet-Basserie Amiens - rue Saint-Maurice 72 plaine A Cimetière de la Madeleine - en ville - Cadastre : non cadastré
    Historique :
    Mallet, domicilié à Amiens, 6 rue de l'Entonnoir et agrandie en septembre 1859, par Auguste Alexandre Joseph Legrand, domicilié à Amiens, rue des Sœurs Grises. La colonne funéraire porte la signature de
    Observation :
    monuments. Les deux plus anciens, bien qu'assez difficiles à dater précisément, sont sans doute les deux Wilfrid Dutilloy et la petite colonne funéraire en marbre blanc, signée par l'entrepreneur Gevers a
    Représentations :
    palmettes à chaque extrémité (disparues à gauche et en haut pour la croix antérieure). Le fût de la colonne
    Description :
    DUBOIS / décédé le 2 juillet 1882 / à l'âge de 30 ans. Signature (socle de la colonne funéraire, en haut à droite) : Gevers.
    Localisation :
    Amiens - rue Saint-Maurice 72 plaine A Cimetière de la Madeleine - en ville - Cadastre : non
    Titre courant :
    Enclos funéraire Mallet-Basserie
    Appellations :
    Mallet-Basserie
  • Tombeau (stèle funéraire) de la famille Mallet
    Tombeau (stèle funéraire) de la famille Mallet Amiens - rue Saint-Maurice 112 plaine G Cimetière de la Madeleine - en ville - Cadastre : non cadastré
    Historique :
    ) indiquent qu'une stèle a été réalisée en 1822, pour le négociant Mallet-Desprez. D'après le registre communal, cette concession fut acquise en avril 1828, par Noël Mallet , domicilié à Amiens, rue Basse Saint-Martin. Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M
    Observation :
    centre, a sans doute été réalisée vers 1822 (date de la première inhumation) pour le négociant Mallet premier monument de deux autres stèles abritées sous une sorte de corniche, a probablement été réalisé
    Représentations :
    . Celles latérales sont gravées dans leur partie supérieure de petites croix à rayons. La stèle centrale
    Description :
    Cette concession, adossée au premier mur d'enceinte, est délimitée par une grille en fer forgé à / 1889 ; 1900 ; 1919. Épitaphe (partie centrale) : Pierre MALLET / ancien négociant / décédé le 22 juillet 1822 / âgé de 84 ans et 9 mois / - / Noël MALLET / chevalier de la Légion d'Honneur / né le 25 Xbre 1776 / décédé le 20 février 1855. Épitaphe (partie droite) : Emmanuel Fernand Georges / MALLET / décoré de la médaille militaire / capitaine au 12e territorial / né à Amiens le 25 avril 1845 / décédé le 8 janvier 1900. Inscription concernant le destinataire : Sépulture de la famille Mallet.
    Titre courant :
    Tombeau (stèle funéraire) de la famille Mallet
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Appellations :
    sépulture de la famille Mallet
  • Tombeau (colonne funéraire) Pollet-Mallet (ancien enclos funéraire)
    Tombeau (colonne funéraire) Pollet-Mallet (ancien enclos funéraire) Amiens - rue Saint-Maurice 104 plaine M Cimetière de la Madeleine - en ville - Cadastre : non cadastré
    Historique :
    , veuve Pollet, domiciliée à Amiens, 38 rue Royale. La sépulture Pollet-Mallet est décrite par S. Comte D'après le registre communal, cette concession fut acquise en novembre 1846, par Octavie Mallet (1847), qui signale la présence d'une belle colonne en marbre noir et deux tombeaux élevés à la mémoire
    Observation :
    grande colonne en marbre, entourée de deux ifs. Ce monument, décrit par S. Comte (1847), a sans doute été
    Référence documentaire :
    [Le tombeau Polet au cimetière de la Madeleine], dessin à l'encre sur papier, par les frères a subies depuis sa fondation jusqu'à nos jours. Amiens : Imp. Duval et Herment, 1847.
    Représentations :
    suspendue à la colonne, qui est surmontée d'une urne funéraire drapée, également en marbre blanc.
    Description :
    fonte, à portillon antérieur central, fixée sur une pierre de seuil, en pierre de Tournai. Le mur auquel
    Titre courant :
    Tombeau (colonne funéraire) Pollet-Mallet (ancien enclos funéraire)
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Appellations :
    Pollet-Mallet
    Annexe :
    remarquable, à la suite de la sépulture de M. Daveluy, est celui de M. POLLET-MALLET. C'est une fort belle Extrait de : Promemades au cimetière de la Madeleine [Pollet-Mallet] "Le monument le plus blanc est passée autour et suspendue à l'élévation supérieure du fût de la colonne. [...] les exécuté en marbre blanc. Ces deux petits monuments sont élevés à la mémoire de deux jeunes enfants de M
  • Tombeau (stèle funéraire) de la famille Bellette-Mallet
    Tombeau (stèle funéraire) de la famille Bellette-Mallet Amiens - rue Saint-Maurice 103 plaine S Cimetière de la Madeleine - en ville - Cadastre : non cadastré
    Historique :
    D'après le registre communal, cette concession fut acquise en mai 1874, par Rose Mallet, veuve Bellette, sans profession, domiciliée à Amiens, 50 rue des Jacobins.
    Description :
    forgé à portillon antérieur central, fixée sur un sol recouvert de dalles en pierre de Tournai. Elle contient une stèle à entablement et fronton triangulaire à acrotères et à pilastres cannelés en calcaire / BELLETTE / plombier / époux d'Eugénie / MALLET / décédé le 15 mai 1874. Epitaphe : Eugénie Rose / MALLET 1891 / dans sa 32e année. Inscription concernant le destinataire : Famille Bellette-Mallet.
    Titre courant :
    Tombeau (stèle funéraire) de la famille Bellette-Mallet
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Appellations :
    famille Bellette-Mallet
    Illustration :
    Stèle à entablement et fronton. IVR22_20068001725NUCA
  • Dalle funéraire de Gilles Mallet et Marie Bonneau
    Dalle funéraire de Gilles Mallet et Marie Bonneau Noyon - Ancienne cathédrale Notre-Dame place du Parvis - en ville
    Inscriptions & marques :
    Transcription : CY GIST HONNORABLE HOM/ME GILLES MALLET MARCHAND DE CESTE VILLE/DE NOYON QUI OBIT/PRIEZ DIEU POUR LEURS AMES ; armoiries identifiées de Gilles Mallet.
    Titre courant :
    Dalle funéraire de Gilles Mallet et Marie Bonneau
    États conservations :
    Eclats à droite, aux angles supérieurs et inférieurs du cadre sculpté ; table brisée ; oeuvre
    Appellations :
    de Gilles Mallet et Marie Bonneau
  • Usine à gaz Semet et Cie, puis Société Anonyme d'Eclairage par le Gaz de la Ville de Saint-Quentin, puis Société Saint-Quentinoise d'Eclairage et de Chauffage, puis Gaz de France
    Usine à gaz Semet et Cie, puis Société Anonyme d'Eclairage par le Gaz de la Ville de Saint-Quentin, puis Société Saint-Quentinoise d'Eclairage et de Chauffage, puis Gaz de France Saint-Quentin - Ville close - 17 bis, 24, 26 boulevard Victor-Hugo rue Delavenne rue des Islots - en ville - Cadastre : 2004 BD 9, 10 2004 AL 84
    Historique :
    Le 16 janvier 1837, M. Semet Fils Aîné, de Roubaix (59), est autorisé à implanter à Saint-Quentin un établissement pour la fabrication de gaz d'éclairage. Les terrains sont acquis en 1839. L'usine à déposé en 1840 par un ingénieur saint-quentinois, Alfred-Antoine Mallet. Dans la nuit du 6 au 7 janvier adopté l'éclairage électrique en 1887, l'usine à gaz décide l'installation de ses premiers équipements pour la production d'électricité. En 1884, une refonte des statuts est opérée, donnant naissance à la sont reconstruits : deux à l'angle du boulevard et de la rue Delavenne (site des premiers gazomètres l'architecte parisien Ch. A. Wulffleff. La production se concentre alors sur le site originel de l'usine (n°24 boulevard Victor-Hugo. Au n°24 subsistent des bureaux et un atelier antérieurs à 1880 et restaurés en 1919 , ainsi qu'un atelier postérieur à 1914 et des magasins et laboratoires édifiés en 1967 par les architectes Henri et Louis Marty. L'atelier antérieur à 1880 abritait jusqu'en 1914 des cornues de
    Référence documentaire :
    Mallet (adopté en 1841 par l'usine à gaz) LECOINTE, Alexandre. Annuaire du département de l'Aisne : pour ), 1901 (1 G 67/68), 1907 (1 G 74/75), 1914 (1 G 89/90) AC Saint-Quentin. Série G ; 1 G 24 à 93. Matrices AC Saint-Quentin. Série G ; 1 G 50 à 53. Registres des patentes pour les années 1861, 1862 et 1863. déclaration du 03/06/1893 - Construction d'un bâtiment à usage d'atelier débutée en mai 1893 AC Rapports de production de l'usine à gaz, [1869]. AC Saint-Quentin. Série D ; 3 D 85. Correspondance manufactures, usines, ateliers et fabriques soumis à la loi du 22 mars 1841. [1869]. - Boulevard Victor-Hugo. Usine à gaz - Construction d´une maison de contremaître - 1919. Construction de la 15-08-1841 - Enquête auprès de la population en vue d'autoriser M. Semet à évaporer des sels - conventions - 1899 à 1911. cases 120 à 125 - S.A. Saint-Quentinoise de Chauffage, de Force Motrice et de Distribution d'Eau AC
    Dénominations :
    usine à gaz
    Description :
    Les ateliers et bureaux bordant le boulevard, antérieurs à 1880, sont en brique. Les ateliers, en rez-de-chaussée, sont couverts d'un toit à longs pans en tuile mécanique. La façade sur rue est animée -chaussée surmonté d'un étage carré, et couvert d'un toit à longs pans à croupes, en ardoise. La façade sur boulevard de l'usine était initialement symétrique : au centre, l'entrée principale du site, à gauche, les ateliers et les bureaux précédemment décrits, à droite un immeuble identique aux bureaux et aujourd'hui détruit, puis un mur formé d'une série d'arcades aveugles, similaires à celles des ateliers. Celles-ci parcelle, en bordure de la rue Delavenne subsiste un petit atelier, postérieur à 1914, à pans de métal et remplissage de briques et briques creuses, couvert d'un toit à longs pans en fibrociment. Le laboratoire de à longs pans et égouts retroussés en ardoise, percé de lucarnes, dont une est en façade. De l'autre côté du boulevard, subsiste un petit logement, à un étage carré, longs pans en ardoise, et un hangar à
    Auteur :
    [architecte] Wulffleff Ch. A.
    Titre courant :
    Usine à gaz Semet et Cie, puis Société Anonyme d'Eclairage par le Gaz de la Ville de Saint-Quentin
    Annexe :
    Un premier projet d'usine à gaz en 1835 En 1835, un premier projet d'usine à gaz semble avoir existé, à l'angle des actuelles rues Danton et Michelet : M. Duquesne-Brabant, négociant à Valenciennes Puissance installée de l'industrie saint-quentinoise et part de l'usine à gaz dans la fourniture énergétique en 1908 En 1908, l'usine à gaz fournit 152 moteurs fonctionnant au gaz de ville à Saint-Quentin industriels sont équipés de 72 machines à vapeur totalisant 6055 ch. (84,1 ch. en moyenne) et 22 moteurs à gaz a gaz fournit donc 13,6 % de l'énergie nécessaire à la force motrice de l'industrie saint indication n'est fournie au sujet de la production de gaz à usage domestique et publique, essentiellement - conventions - 1899 à 1911.
    Illustration :
    Papier à en-tête, 1845 (AC Saint-Quentin). IVR22_20050205345NUCAB Papier à en-tête, 1852 (AC Saint-Quentin). IVR22_20050205346NUCAB Papier à en-tête, 1859 (AC Saint-Quentin). IVR22_20050205347NUCAB Plan général de la buerie des Islots à Saint-Quentin : implantation de l'usine à gaz, par Bénard Nouveau plan de la ville de Saint-Quentin : implantation de l'usine à gaz, par Langlet, début des Papier à en-tête, 1886 (AC Saint-Quentin). IVR22_20050205348NUCAB Papier à en-tête, 1888 (AC Saint-Quentin). IVR22_20050205349NUCAB Site de l'usine à gaz en 1889, Peltier (géomètre) : projet de percement de voies abandonné (AC Plan de l'usine à gaz dans les années 1890 (AC Saint-Quentin). IVR22_20050205352NUCAB A gauche, le gazomètre construit à l'extrémité du Vieux-Port en 1891, au sud-ouest de l'usine
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Machine à vapeur Farcot
    Machine à vapeur Farcot Compiègne - en village
    Historique :
    Machine à vapeur construite en 1856 et installée en juillet 1857 par l´ingénieur Farcot de Saint pompe à peu des frères Perier, mise en fonction en 1810, et dont la vétusté rendait son utilisation dangereuse. Cette machine à vapeur Farcot, qui permettait un débit de 31,3 mètres cubes à l´heure, a été en fonction jusque dans les années 1935, date à laquelle fut installée une pompe électrique. Laissée à l
    Dénominations :
    machine à vapeur à piston
    Description :
    Machine à vapeur à traction horizontale, monocylindrique, à détente variable et condensation. Elle
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le bâtiment de la pompe à feu
    Titre courant :
    Machine à vapeur Farcot
    Illustration :
    Vue du mécanisme : volant, pignon, roue de réducteur, piston de la machine à vapeur
  • Ecole
    Ecole Querrieu - R.N. 54 - en village - Cadastre : 1935 D 334
    Historique :
    L'école des filles a été construite par les entrepreneurs A. Mallet et D. Legrand, sur les plans de
    Description :
    sur une corniche en brique à denticules.
    Auteur :
    [entrepreneur] Mallet A.
  • Moteur à pistons à air chaud à circuit fermé (moteur à gaz pauvre) Duvant
    Moteur à pistons à air chaud à circuit fermé (moteur à gaz pauvre) Duvant Mouy - 5 quai du Thérain - en ville
    Historique :
    Le moteur à gaz pauvre a été construit en 1936 par l'usine valenciennoise Duvant pour alimenter les nouvelles machines de la minoterie, modernisée en 1932. Ce moteur a fonctionné jusqu'en 1971, date à laquelle le site a été électrifié. Il est aujourd'hui entreposé dans la salle des machines où il avait pris
    Observation :
    La machine à gaz pauvre Duvant est une des rares machines énergétiques de ce type, complet, encore
    Précision dénomination :
    moteur à gaz pauvre
    Dénominations :
    moteur à pistons à air chaud à circuit fermé
    Description :
    Le moteur gazogène par aspiration, dit à gaz pauvre est posé sur son socle en pierre, dans la salle des machines. Il repose sur le principe d'un gaz, fabriqué à partir de charbon, stocké dans un transmission de la bielle au grand volant, lui même relié à un système de poulies et courroies vers les
    Titre courant :
    Moteur à pistons à air chaud à circuit fermé (moteur à gaz pauvre) Duvant
  • Ancien moulin à huile et à tan
    Ancien moulin à huile et à tan Braine - 4 rue Bailleux - en ville - Cadastre : 1984 D2 714
    Historique :
    déjà mentionné au 18e siècle parmi les deux tordoirs à huile établi dans la ville de Braine. Le bâtiment a été largement remanié, voire reconstruit au milieu du 19e siècle pour adopter sa forme actuelle . Il a cessé son activité probablement après la Seconde Guerre mondiale, et a été transformé en
    Dénominations :
    moulin à huile moulin à tan
    Escaliers :
    escalier dans-oeuvre escalier tournant à retours sans jour
    Description :
    de travail à gauche et l'habitation à droite. Des bâtiments annexes (remise, écurie) devaient border
    Étages :
    comble à surcroît
    Titre courant :
    Ancien moulin à huile et à tan
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Casemate à personnel et casemate à mitrailleuse 181
    Casemate à personnel et casemate à mitrailleuse 181 Aubers - Cadastre : 2014 0A 79
    Historique :
    Situé à 900 m. du front, cette casemate allemande a été construite dans un un corps de ferme, ou adossée à celle-ci, sous le couvert d'un rideau d'arbres (parcelles 226 et 227, section C du cadastre de . Pour sa facture et son positionnement on peut en attribuer la construction à la 81e Compagnie de Pionniers de Réserve, présente dans le secteur d'Aubers à partir du printemps 1917. Elle ne figure par
    Référence documentaire :
    De la ceinture fortifiée de Strasbourg à la Position de la Bruche Philippe Burtscher, De la ceinture fortifiée de Strasbourg à la Position de la Bruche, Cercle D’Étude des Fortifications Société
    Dénominations :
    casemate à personnel casemate à mitrailleuse
    Description :
    d’aération et une cheminée à périscope, de section octogonale. Elles sont distribuées par un couloir en permettaient d’accéder, au travers du couvrement, à une tranchée surélevée longitudinale desservant une par l'élévation nord-est ainsi que deux resserres à mitrailleuses à l'entrée nord du couloir.
    Typologies :
    resserre à mitrailleuse cheminée à périscope
    Titre courant :
    Casemate à personnel et casemate à mitrailleuse 181
    Appellations :
    Casemate à personnel et casemate à mitrailleuse 181 cuve à mitrailleuse
    Annexe :
    De la ceinture fortifiée de Strasbourg à la Position de la Bruche "Les tôles sont généralement posées sur des pieds-droits servant également de support à des banquettes de bois. A leur sommet, [elles ] sont glissées dans des fers en 'U' rivetés dos à dos et maintenus à l'aide d'un outil spécial. Une fois fixés, les fers assurent la clef de voûte. Les tôles sont ensuite rivetées et l'ensemble est apte à
    Illustration :
    Depuis le couvrement, sortie de la cheminée à périscope IVR31_20145904163NUCA Accès à l'intérieur par échelons métalliques, depuis la tranchée surélevé IVR31_20145904160NUCA Resserres à mitrailleuses, entrée nord-est IVR31_20145904159NUCA
  • Machine à percer et à insérer (machine à percer et à monter les brosses à dents)
    Machine à percer et à insérer (machine à percer et à monter les brosses à dents) Saint-Félix - le Moulin-de-Saint-Félix - en village
    Historique :
    Cette machine, première du genre, a été inventée par Grunenberg, propriétaire d'une importante fabrique de Bratislava Autriche-Hongrie (actuellement République tchèque) dans les années 1900-1905. Elle a signalétique de la société Franco-Suisse de Brosserie, Acacias, Genève. Ce type de machine a fonctionné jusque
    Précision dénomination :
    machine à percer et à monter les brosses à dents
    Dénominations :
    machine à percer machine à insérer
    Description :
    Machine à système automatique discontinu entraîné par un système de poulie et courroie. D'un côté , elle permet de percer au moyen d'un foret les montures en bois et en os des brosses à dents et d'y insérer de l'autre, à l'aide d'un inséreur, les soies. Elle est commandée par deux cames (gabarit ) interchangeables en fonction des modèles de brosses. La machine insère 60 à 60 touffes à la minute.
    Titre courant :
    Machine à percer et à insérer (machine à percer et à monter les brosses à dents)
  • Machine à percer et à insérer (machine à percer et à mettre les soies)
    Machine à percer et à insérer (machine à percer et à mettre les soies) Saint-Félix - le Moulin-de-Saint-Félix - en village
    Historique :
    s'est généralisée qu'après la Seconde Guerre mondiale. Cette machine a toujours appartenu au site de
    Précision dénomination :
    machine à percer et à mettre les soies
    Dénominations :
    machine à percer machine à insérer
    Description :
    avec un foret les montures en bois des brosses à habit ou a cheveux d'un côté, et d'y insérer de l'autre côté à l'aide d'un inséreur les soies de l'autre. Elle est commandée par une came (gabarit
    Titre courant :
    Machine à percer et à insérer (machine à percer et à mettre les soies)
  • Machine à percer, machine à insérer (machine à percer et à monter les brosses ménagères)
    Machine à percer, machine à insérer (machine à percer et à monter les brosses ménagères) Saint-Félix - le Moulin-de-Saint-Félix - en village
    Historique :
    ) est bien représentée dans l'Oise. Cette machine n'est pas originaire du site de Saint-Félix. Elle a
    Précision dénomination :
    machine à percer et à monter les brosses ménagères
    Dénominations :
    machine à percer machine à insérer
    Description :
    Machine fonctionnant grace à un moteur électrique. Utilisée pour la fabrication automatisée des
    Titre courant :
    Machine à percer, machine à insérer (machine à percer et à monter les brosses ménagères)
  • Ensemble de quatre machines à percer et à insérer (machines à percer et à monter les brosses avec guideuse)
    Ensemble de quatre machines à percer et à insérer (machines à percer et à monter les brosses avec guideuse) Saint-Félix - le Moulin-de-Saint-Félix - en village
    Inscriptions & marques :
    (Baden). Plaque signalétique : Emil Schenker A. G., Machinenfabrik, Schönenwerd, Schweiz, Masch n°140 , typ A. V.
    Historique :
    premières viennent de Todtnau (Allemagne) et peuvent être datées de 1938. La troisième a été fabriquée en d'avant la Seconde Guerre mondiale. Ces machines permettent de mettre en oeuvre toutes sortes de brosses à dents à habit ou à cheveu, et peuvent réaliser deux à quatre montures à la fois, suivant leur capacité
    Précision dénomination :
    machine à percer et à monter les brosses avec guideuse
    Dénominations :
    machine à percer machine à insérer
    Description :
    courroie ou grâce à un moteur électrique. On emploie le terme semi-automatique car c'est l'ouvrier qui guide manuellement la machine qui, quant à elle, perce les montures et insère les touffes de poils interchangeable où figure les trous à percer ; celui de gauche reçoit la monture en os, en bois ou en matière plastique à percer ; celui de droite permet de fixer la monture percée à garnir. Sur l'avant de la machine les trous dans la monture fixée sur le plateau de gauche. A côté se situe l'inséreur qui plante les
    Titre courant :
    Ensemble de quatre machines à percer et à insérer (machines à percer et à monter les brosses avec
  • Ancien moulin à blé et à huile de Bélettre ou du Soudet à Pernois, puis minoterie du Soudet
    Ancien moulin à blé et à huile de Bélettre ou du Soudet à Pernois, puis minoterie du Soudet Pernois - le Soudet - 922 rue de la Fontaine - en écart - Cadastre : 1832 C 214-221 1984 AE 102
    Historique :
    siècle. Avec le marais de Bélettre, il forme la section n° 154 qui appartenait à la commune, et il est alors formé de deux bâtiments parallèles et perpendiculaires à la Nièvre, qui alimente deux roues. Après la Révolution, il appartient à un certain Létocard. Comme le montre le plan cadastral de 1832, un des deux bâtiments a été considérablement agrandi au début du 19e siècle, et le site est alors partagé en deux unités distinctes : un moulin à huile avec une maison et un verger (sections C 214 à 216 ) appartiennent à Charles Ambroise Leroy, fabricant d'huile ; un moulin à blé complété d'une futaie en bord de rivière, ainsi que d'une maison d'un jardin et d'un verger de l'autre côté de la route (C 217 à 221 ) appartient à Pierre Carpentier, ménager au Soudet. La matrice des propriétés foncières permet de suivre les parcelle C 215 et 216 dépendant du moulin à huile. Celui-ci appartient à Jean-Baptiste Leroy de 1844 à 1880, puis à Oswald Leroy de 1881 à 1905. Un bâtiment de la parcelle C 215 est converti en
    Référence documentaire :
    Pernois. Plan cadastral : section C, dessin à l'encre, à l'aquarelle et au lavis sur papier p. 94 INVENTAIRE GENERAL DU PATRIMOINE CULTUREL. Région PICARDIE. Le Val de Nièvre, un territoire à
    Dénominations :
    moulin à blé moulin à huile
    Description :
    produit fini. Le bâtiment d'eau, en retour d'équerre à l'arrière sur la rivière, occupe une partie de l'ancien moulin. La cour peu profonde est bordée à l'ouest par une remise attenante au bâtiment principal , et à l'est notamment par un ancien logement.
    Étages :
    comble à surcroît
    Titre courant :
    Ancien moulin à blé et à huile de Bélettre ou du Soudet à Pernois, puis minoterie du Soudet
    Couvertures :
    toit à longs pans pignon couvert
  • Ancien moulin à blé, puis à foulon, dits Moulin d'Achon, puis Moulin de Saint-Félix, puis brosserie Autin, devenue musée, dit Moulin-Brosserie de Saint-Félix
    Ancien moulin à blé, puis à foulon, dits Moulin d'Achon, puis Moulin de Saint-Félix, puis brosserie Autin, devenue musée, dit Moulin-Brosserie de Saint-Félix Saint-Félix - le Moulin-de-Saint-Félix - en écart - Cadastre : 1983 C 308 à 313
    Historique :
    d'Achon, remonte à l'époque médiévale. Il est mentionné en 1533, comme moulin à blé, dépendant de l'abbaye le pignon en pierre de taille et ses contreforts. A la Révolution, il est vendu comme Bien National , demande au préfet l'autorisation de reconstruire le moulin à blé, dont il s'est rendu acquéreur. Mais avant que l'instruction de cette demande aboutisse, le moulin est vendu à nouveau. En 1840, le site industriel est acheté par deux industriels de Mouy : Achez, spécialisé dans la fabrication de machines à carder la laine, et Leclerc, filateur de laine. Ces derniers convertissent le moulin à blé en moulin à 1864, ils le cèdent à Mascré qui exploite le site pour le blanchiment et le sciage d'os destiné à la d'ateliers en shed, dont la dernière des trois travées porte la date de 1884. A partir de 1892, Fleury partie propre à la fabrication des brosses à dents. Cette nouvelle activité connaît un essor important , permettant à l'industriel de se faire construire un imposant logement patronal à proximité. En 1910, l'usine
    Observation :
    Régulateur à boules (oeuvre étudiée dans la base Palissy).
    Référence documentaire :
    AD Oise. Série H ; H 1229. Biens de l'abbaye Saint-Lucien de Beauvais à Saint-Félix. 16e - 18e
    Précisions sur la protection :
    Moulin ouest ainsi que les quatre travées à sheds qui le prolongent avec les dispositifs techniques , régulateur à boules, chute et vannage.
    Dénominations :
    moulin à blé moulin à foulon
    Description :
    Le site industriel est composé de deux moulins établis sur le cours de la rivière du Thérain, à appareil et réhaussé d'un étage en brique. L'un de ses pignons, également en pierre, a conservé un élévation à un étage à cinq travées, couvert d'un toit en tuile plate, à longs pans et pignons découverts un sous-sol, un rez-de-chaussée surélevé, un étage carré et un comble à surcroît. Ses angles et les linteaux d'ouverture sont en pierre de taille. L'usine a conservé l'ensemble de ses machines de production
    Localisation :
    Saint-Félix - le Moulin-de-Saint-Félix - en écart - Cadastre : 1983 C 308 à 313
    Élévations extérieures :
    élévation à travées
    Titre courant :
    Ancien moulin à blé, puis à foulon, dits Moulin d'Achon, puis Moulin de Saint-Félix, puis brosserie
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Illustration :
    Plan du moulin de Saint-Félix appartenant à Jean-Baptiste Delafraye, Hachette (ingénieur ordinaire Plan de l'usine des sieurs Achez et Leclerc, annexé à une demande de modification du règlement Affiche publicitaire pour les brosses à dents Falconia, vers 1930. IVR22_20046002868NUCA Vue d'ensemble du moulin à farine dit d'Achon. IVR22_20046000256XA Vue du canal de dérivation et le moulin à farine, façade nord. IVR22_20046000368XA Echantillons modèles de brosses à dents en os de la marque Falconia. IVR22_20046000351XA Exemples de production de brosses à dents en os de la brosserie Autin. IVR22_20046000350XA Exemples de la production de brosses à dents à monture plastique de la marque Falconia
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Ancien moulin à farine et moulin à tan, dit Moulin Neuf, puis scierie (détruit)
    Ancien moulin à farine et moulin à tan, dit Moulin Neuf, puis scierie (détruit) Guise - Le-Moulin-Neuf - 107, 121, 129 rue du Moulin-Neuf - en ville - Cadastre : 1984 AD 13, 19, 22, 23, 24, 28
    Historique :
    Le moulin à farine et à tan appartient, en 1839, à un certain Provost. Avant 1880, le moulin à tan fait place à une scierie mécanique de quarante chevaux de force motrice. L'ensemble est restauré après la première guerre mondiale. Désaffecté dans les années 1950-1960, il a perdu le bâtiment hydraulique étaient loties. Le moulin à farine est aujourd'hui transformé en logements tandis que la scierie
    Dénominations :
    moulin à farine moulin à tan
    Description :
    d'autre permettaient d'actionner les quatre paires de meules du moulin à farine (dont le mécanisme était dit à l'anglaise ), et l'unique paire du moulin à tan. Les descriptions du 19e siècle mentionnent les , remises, hangar). On reconnaît sur les photographies antérieures à 1914 un bâtiment établi au-dessus du lit de la rivière, probablement réservé à la production de l'énergie hydraulique, prolongé par le grand bâtiment de trois étages abritant le moulin à farine proprement dit. Un logis en rez-de-chaussée
    Étages :
    comble à surcroît
    Titre courant :
    Ancien moulin à farine et moulin à tan, dit Moulin Neuf, puis scierie (détruit)
    Illustration :
    Vue des façades du moulin à farine et du logis. IVR22_19930200438X
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Machine à façonner, machine à changer l'état : linotype
    Machine à façonner, machine à changer l'état : linotype Vervins - non étudiée Imprimerie Le Démocrate 2 rue Dusolon - en ville
    Inscriptions & marques :
    l'inscription suivante : Harris/ Intertype/ Corporation/ Intertype a product of Harris-Intertype Limited ; la
    Historique :
    Ce lynotype date de 1963. Il doit être rapproché de l'autre machine à fonction identique, datant de
    Dénominations :
    machine à façonner machine à changer d'état
    Description :
    comporte un clavier de type machine à écrire qui imprime chaque caractère en plomb. Identique en structure et mode de fonctionnement à l'autre linotype conservée dans cette même imprimerie (IM02002732), cette
    Titre courant :
    Machine à façonner, machine à changer l'état : linotype