Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Plaine C

Dossier IA80006430 réalisé en 2007

Fiche

Œuvres contenues

Appellations plaine C
Parties constituantes non étudiées calvaire
Dénominations quartier
Aire d'étude et canton Grand Amiénois
Adresse Commune : Amiens
Adresse : rue Saint-Maurice , Cimetière de la Madeleine
Cadastre : 1813 F 187 à 188bis ; 2003 IZ 37, 39

La plaine C se situe dans la partie la plus ancienne du cimetière de la Madeleine. Le registre communal indique que les concessions de la plaine C, qui sont uniquement des perpétuelles, sont acquises entre 1828 et 1903, 11 ont été agrandies.

Le plan de 1828 y figure 19 emplacements prévus le long de l'allée principale, dont 5 occupés (6, 7, 8, 9, 10, 15 à 17) et 11 emplacements occupés au centre de la plaine, qui présentent un alignement irrégulier. Sur ce même plan, on observe un faible nombre des concessions de type couloir et la présence de trois sépultures très vastes (intérieur de plaine). L'allée principale qui la délimite est bordée d'un alignement d'arbres et de petits bosquets, qui occupent les trois extrémités.

Un plan postérieur, réalisé après la première extension du cimetière figure un banc et un calvaire, au sud de la plaine.

Stéphane Comte (1847) décrit deux sépultures dans cette plaine : celles de la famille Massey l'aîné, Gensse et Demailly (C 58) et de la famille Aclocque d'Hocquincourt (C 4).

Période(s) Principale : 1er quart 19e siècle
Secondaire : 2e quart 19e siècle, 3e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle

La plaine C, de forme triangulaire, se situe au nord / est de la partie la plus ancienne du cimetière de la Madeleine. Elle présente un terrain à faible dénivelé, très envahi par la végétation, qui est desservi par de nombreuses petites allées intérieures, tandis que l'allée principale matérialise le pourtour de la plaine.

Les concessions qui y sont implantées présentent un alignement régulier le long de l'allée principale, mais une disposition plus complexe en cœur de plaine, dans la mesure où les terrains sont enchevêtrés et forment des sortes de petits îlots.

Sur les 75 concessions figurant sur le plan le plus récent, 51 sépultures subsistent (la concession C 20-21 regroupe 2 terrains), 20 ont été détruites et 1 présente un monument postérieur à 1950 (hors étude).

Dans le cadre du recensement qui portait sur les concessions perpétuelles du cimetière de la Madaleine, 32 sépultures antérieures à 1950 ont fait l'objet d'un dossier individuel illustré (la concession C 20-21 regroupant 2 terrains). Parmi les concessions recensées on signalera l'importance des enclos funéraires (15/51), soit globalement un peu plus de 29% des concessions subsistantes.

18 tombeaux sont signés ou attribués à des entrepreneurs, marbriers, architectes ou sculpteurs : H. Bezancourt (C 1), A. Bigot (céramiste ; C 15 bis), Cheussey (architecte ; C 58), Duthoit frères (sculpteurs ; C 58), G. Devauchelle (C 58), Gevers (C 8), Gadré (C 1), H. Lamolet (C 20-21 et C 65 bis), Lamolet-Tattegrain (C 13 et C 35), A. Leroy (C 1 bis), Leroy-Digeon (C 1 bis et C 73), Lesot (C 43 et C 44), Georges Lesot-Helleux (C 50), Moriamé-Dermone (C 72), Albert Polart (C 15 bis), Rose (serrurier ; C 70), A. Sallé (C 50, C 52, C 58, C 54 et C 60 bis), Sueur (C 15 bis).

Typologie : Les tombeaux recensés présentent essentiellement la forme de stèles (environ 40). Il subsiste également d'autres formes de monuments : croix funéraires (10), dalles funéraires (20), colonnes funéraires (15), tombeaux-monuments (4), cippe (3), tombeaux en forme de sarcophage (4), tombeaux en forme de niche monumentale (1).

Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections inscrit MH partiellement, 1986/06/25
classé MH partiellement, 1995/05/10
Précisions sur la protection

La plaine C en totalité.

Annexes

  • Concessions détruites et documentées

    C 7 : Concession acquise en août 1849 par Joséphine Rosa Niquet, repasseuse, domiciliée à Amiens, Passage des Minimes.

    C 9 : Concession acquise en janvier 1838 par Claude Antoine Joseph Blin, propriétaire, domicilié à Hesdin (62). Une note en marge indique que cette sépulture est "à conserver comme présentant un intérêt d'Art", voir rapport de l'architecte de la ville, du 20 avril 1925.

    C 10 : Concession acquise en mars 1849 par Eugène Augustin Vercoustre, débitant de tabac, domicilié à Amiens, Passage du Commerce.

    C 11 : Concession acquise en juin 1849 par Bruno Alexandre Petit, lithographe, domicilié à Amiens, rue du Marché aux Herbes.

    C 12 : Concession acquise en octobre 1859 par Clarisse Marie Françoise Charlotte Geneau, rentière, domiciliée à Amiens, 5 rue du Cloître Saint-Nicolas.

    C 14 : Concession acquise en juin 1849 par Jean-Baptiste François Malpart, garde-magasin au théâtre, domicilié à Amiens, 51 rue des Trois Cailloux. Cette concession, conservant sa grille en fer forgé (en mauvais état), ne semble plus contenir de monument funéraire.

    C 15 : Concession acquise en août 1849 par Françoise Lotiquet, rentière, domiciliée à Amiens, Passage du Commerce.

    C 16 : Concession acquise en août 1849 par Alexandre Chenu, peintre, domicilié à Amiens, 65 rue de la Barette et par Louis Lavigne, employé, domicilié à Amiens, 51 rue de la Barette.

    C 17 : Concession acquise en septembre 1849 par Françoise Lenté veuve Wargnier, ménagère, domiciliée à Amiens, 21 rue des Capucins.

    C 22 : Concession des familles Autriquet-Obry-Dekemp, Rumault-Gaudeboeuf acquise en août 1849 par Amable Louis Autriquet, plombier, domicilié à Amiens, 7 rue des Capucins (tombeau actuel hors étude).

    C 23 : Concession acquise en juin 1842 par Jean-Baptiste Louis Joseph Dècle et son épouse, domiciliés faubourg Saint-Pierre et par Amable Victor Dècle et son épouse, domiciliés à Amiens, Petite rue du Quai.

    C 25 : Concession acquise en mai 1853 par Grégoire de Saint-Rémy René, propriétaire, domicilié à Amiens, 19 rue Neuve.

    C 28 : Concession acquise en novembre 1849 par Alexandre François Lesaulnier-Thuillot, ouvrier-tamisier, domicilié à Amiens, 8 rue de Ville.

    C 29 : Concession acquise en novembre 1847 par Flore Lemarchand veuve Grégoire, propriétaire, domiciliée à Amiens, 19 rue Neuve.

    C 30 : Concession acquise en mai 1853 par François Achille Lesellyer, domicilié à Amiens, 7 rue des Ecoles Chrétiennes.

    C 33 : Concession acquise en juillet 1849 par Cosme Adrien Dury, horloger, domicilié à Conty (80), par Victorine Dury, épouse Rémy, domiciliée à Amiens, Place Saint-Firmin et par Jean-Baptiste Dury, domicilié à Fresnoy (76).

    C 34 : Concession acquise en juillet 1849 par Marguerite Nathaline Giraud veuve Lucas de Mont Rocher, propriétaire, domiciliée à Amiens, 6 rue Caumartin.

    C 38 : Concession acquise en juillet 1849 par Julianne Adélaïde Félicité Bailleul, veuve Legrand, lingère, domiciliée à Amiens, rue des Chaudronniers et par Florimond Legrand, ouvrier-charpentier, domicilié à Montières (80).

    C 39 : Concession acquise en juillet 1849 par François Dominique Bellet, tourneur-mécanicien, domicilié à Amiens, 33 rue des Granges. La première inhumation date de 1824.

    C 46 : Concession acquise en novembre 1847 par Pierre Guillaume Morvillez, ancien notaire, domicilié à Corbie (80) et par Charles Morvillez, principal clerc de notaire, domicilié à Amiens. La première inhumation date de 1830 et la dernière de 1832.

    C 59 : Concession acquise en juillet 1862 par Pauline Pélagie Bastien, domiciliée à Amiens, 70 rue des Trois Cailloux et Palmyre Louise Bastien, domiciliée à Amiens, Quai de la Somme.

    C 66 : Concession acquise en novembre 1846 par Nicolas Radiguet, avocat, domicilié à Amiens, rue de Noyon. La première inhumation date de 1833.

  • Plaine C. Monuments repérés

    Tombeau (croix funéraire) Tirancourt (C1ter)

    Concession acquise en janvier 1898 par Jules Benoit Courcelle, tailleur, domicilié à Amiens, 40 faubourg de la Hotoie.

    Cette concession de forme triangulaire conserve sa clôture antérieure en fonte et fer forgé (en mauvais état) et contient une croix funéraire également en fonte et fer forgé (déposée), probablement élevée vers 1898 (date d´acquisition de la concession et de l´unique inhumation). Il s´agit d´un tombeau individuel.

    Tombeau (stèle funéraire) de la famille Lucas-Guidé (C5)

    Concession acquise en août 1849 par Pierre Stanislas Lucas, tonnelier, domicilié à Amiens, 18 rue de Noyon.

    Cette concession, conservant sa clôture, contient une stèle stylisée à acrotères en pierre de Tournai, sans doute réalisée vers 1849 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation) ou vers 1881 (date de la dernière inhumation et analyse stylistique). Elle comporte une inscription sur la base : Erigé / Par la Piété Filiale.

    Tombeau (stèle funéraire) de la famille Jovelet-Hémart (C8)

    Concession acquise en décembre 1864 par Augustin Charles Jovelet, domicilié à Amiens, 40 rue du Long Rang. Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que l'entrepreneur F. Gevers a construit le monument - une stèle néogothique - en 1873.

    Cette concession, conservant sa grille en fonte et fer forgé, contient une stèle de style néogothique (voir illustration dans dossier de synthèse), en pierre de Tournai, signée par l'entrepreneur Gevers, sans doute réalisée vers 1873 (autorisation de construction)

    Tombeau (croix funéraire) Fontaine (C18)

    Concession acquise en octobre 1849 par Marie Marthe Louise Fontaine, couturière, domiciliée à Amiens, 16 Place Saint-Firmin.

    Cette concession ne conserve plus sa clôture d'origine et contient un simple socle octogonal en grès et vraisemblablement une croix funéraire en fonte ouvragée et fer forgé, (déposée dans la concession voisine), sans doute été réalisée entre 1849 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation) et 1860 (date de la dernière inhumation).

    Tombeau Gaffet-Ficheux et Ficheux (C24)

    Concession acquise en novembre 1840 par Joseph François Charles Ficheux, propriétaire et par Jean-Baptiste Auguste Gaffet-Ficheux, percepteur, domiciliés à Amiens, 5 rue du Chapeau de Violettes. Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M ; 2M 18/1) indiquent qu'une "pierre tombale" a été posée en 1820.

    Cette concession, conservant partiellement sa clôture, contient des dalles funéraires cintrées en calcaire, couchées horizontalement sur un soubassement en briques. Cependant, la végétation envahissante ne permet pas de les dater précisément. L´une de ces deux dalles peut correspondre à la "pierre tombale" posée en 1820 (autorisations de construction).

    Tombeau (croix funéraire) Deslandes (C27)

    Concession acquise en juin 1855 par Adélaïde Félicité Deslandes, rentière, domiciliée à Amiens, 20 rue Sire Firmin Leroux.

    Cette concession, conservant sa grille en fonte et fer forgé, contient vraisemblablement une croix funéraire en fonte et fer forgé (déposée à l´extérieur de la sépulture), sans doute réalisée entre 1839 (date de l´unique inhumation) et 1855 (date d´acquisition de la concession).

    Tombeau (stèle funéraire) Dutilleux (C31)

    Concession acquise en juillet 1849 par Victor Alfred Dutilleux, débitant et par madame veuve Dutilleux, née Decamps, domiciliés à Amiens, boulevard du Mail.

    Cette concession, conservant sa clôture, contient une stèle cintrée en pierre de Tournai, aujourd´hui déposée, qui a probablement été élevée vers 1849 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation).

    Tombeau (stèle funéraire) Dufour-Hordequin (C35)

    Concession acquise en juillet 1849 par Evariste Dufour, commis, domicilié à Amiens, 27 rue des Minimes. Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que l'entrepreneur Lamolet-Tattegrain a réalisé le monument ainsi que son entourage en 1905.

    Enclos funéraire Delamustière (C40)

    Concession acquise en juin 1849 par Adrienne Félix Angélique Caroline Morgan veuve Delamustière, propriétaire, domiciliée à Amiens, 9 boulevard de Longueville.

    Cette concession conservant sa grille en fonte et fer forgé, contient deux stèles néogothiques identiques de forme ogivale en marbre, probablement élevées vers 1849 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation) pour celle de gauche et vers 1860 (date de l´unique inhumation mentionnée) pour celle de droite.

    Tombeau (stèle funéraire) Bizet (C48)

    Concession acquise en mai 1840 par Philippe Bizet, brasseur, domicilié à Amiens, 96 rue Saint-Leu.

    Cette concession, conservant sa clôture, contient une stèle cintrée en calcaire (déposée), sans doute réalisée vers 1840 (date d´acquisition de la concession et de l´une des inhumations).

    Enclos funéraire de la famille Acloque-Poulin (C53)

    Concession acquise en mai 1857 par Elisa Poulain veuve Acloque, femme de confiance, domiciliée à Amiens, 11 rue du Cange.

    Cette concession, conservant sa grille en fonte et fer forgé, contient deux monuments : une stèle trapézoïdale en calcaire (voir illustration dans dossier de synthèse), probablement élevée vers 1842 (date de la première inhumation) et une croix funéraire en fonte et fer forgé en mauvais état, sans doute réalisée entre 1857 (date d´acquisition de la concession) et 1880 (date de la dernière inhumation).

    Tombeau (stèle funéraire) de la famille Delache (C54)

    Concession acquise en novembre 1850 par Cécile Delache, journalière, domiciliée à Amiens, 5 rue Castillé. Elle fut agrandie en décembre 1877 par Edmond Poupé, conducteur des Ponts-et-Chaussées, domicilié à Amiens, 28 rue de la Contrescarpe.

    Cette concession ne conserve plus sa clôture et contient une stèle stylisée en pierre de Tournai (voir illustration dans dossier de synthèse), signée par l'entrepreneur A. Sallé et sans doute réalisée entre 1869 (date de la première inhumation) et 1877 (date d´agrandissement de la concession et de la dernière inhumation).

    Tombeau (stèle funéraire) de la famille Prieur-Toupiolle, [...] et Busscher-Desmaret (C60bis)

    Concession acquise en octobre 1862 par Pierre Joseph Prieur, domicilié à Amiens, 49 chaussée Saint-Pierre et Auguste Achille Joseph Toupiolle, domicilié à Amiens, 27 rue Saint-Louis, agrandie en septembre 1881 par Eléonore Adélaïde Zoé Toupiolle veuve Prieur, propriétaire, domiciliée à Amiens, 2 rue Tappeplomb.

    Cette concession conserve sa grille en fonte et fer forgé et contient une stèle architecturée (voir illustration dans dossier de synthèse) réalisée par l'entrepreneur A. Sallé (signature), vers 1880 (date de l´une des inhumations) ou 1881 (date d´agrandissement de la concession) en remplacement du monument d´origine.

    Enclos funéraire Ducrotoy-Dupont (C61)

    Concession fut acquise en août 1851, par Narcisse Ducrotoy, ancien teinturier, domicilié à Amiens, 4 rue des Sergents.

    Cette concession, conservant sa grille de clôture, contient trois colonnes funéraires en calcaire qui ont été élevées vers 1865 (date de l´une des inhumations), 1851 (date d´acquisition de la concession et de l´une des inhumations) et 1849 (date de la première inhumation).

    Tombeau (stèle funéraire) Lamon et Moneret (C62)

    Concession acquise en décembre 1840 et agrandie en août 1843 par Nicolas Alexandre Lamon, libraire, domicilié à Amiens, 1 Place Périgord.

    Cette concession conserve sa grille en fer forgé et contient une stèle stylisée en calcaire, probablement élevée entre 1843 (date d´agrandissement de la concession et de l´une des inhumations) et 1879 (date de la dernière inhumation).

    Tombeau (colonne funéraire) Cazaretti (C63)

    Concession acquise en août 1849 par Pierre François Cazaretti, dentiste, domicilié à Amiens, 35 rue de la République.

    Cette concession conserve sa clôture et contient une colonne funéraire en calcaire (déposée), probablement élevée vers 1849 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation).

    Enclos funéraire Vasseur-Fleury (C65)

    Concession acquise en août 1840, par Amélie Demailly-Radiguet et par messieurs Charles François Marie Vasseur-Fleury, Achille Demailly, Alphonse Demailly et Marie Pierre Jules Gensse, domiciliés à Amiens. Une partie de la sépulture (8 m²) se trouve en bordure d'allée et une autre (7,50 m²) se situe derrière la concession Gensse-Mollet (C 65 bis).

    Cette concession contient trois dalles funéraires en forme de chapeau de gendarme en calcaire, sans doute réalisées pour celle de gauche vers 1840 (date d´acquisition de la concession et de l´une des inhumations) pour la femme du négociant Vasseur, pour celle de droite vers 1827 (date de l´une des inhumations mentionnées) pour son fils et pour celle postérieure vers 1854 (date de l'une des inhumations mentionnées) pour le négociant amiénois Joseph Achille Demailly.

    Épitaphe (dalle funéraire gauche) : + / D.O.M / Ici repose / le corps de Dame Elisabeth Françoise Sophie / FLEURY / épouse de Mr Charles François Marie / VASSEUR / ancien négociant / décédé le 27 janvier 1840 / âgée de 60 ans et 8 mois / - / Mr VASSEUR / ci-dessus prénommé / est décédé à Lamotte-en-Santerre / le 30 mars 1860. / Son corps a été inhumé ici le 2 avril suivant / - / Priez Dieu pour le repos de leurs âmes / - / De Profundis / - / Requiescant in Pace.

    Épitaphe (dalle funéraire postérieure) : + / D.O.M / Ici repose / le corps de Dame / Marie Françoise Justine / FLEURY / épouse de Monsieur Joseph Achille / DEMAILLY / négociant en cette ville, décédée / le quatre juin mil huit cent dix neuf / âgée de trente-six ans et six mois / - / Elle fut / aussi bonne épouse que bonne mère / - / Sous cette pierre est aussi le corps de / Mr. DEMAILLY / ci-dessus prénommé / décédé à Amiens le vingt-huit septembre mil huit cent cinquante quatre / âgé de soixante-seize ans.

    Enclos funéraire Demailly (C68)

    Concession acquise en septembre 1846 par Alfred Demailly, propriétaire, domicilié à Amiens, 32 rue des Saintes-Maries et Alban Dusouich, ingénieur, domicilié à Arras (62).

    Cette concession, conservant sa grille en fonte et fer forgé, contient deux stèles cintrées en calcaire qui ont probablement été élevées entre 1821 et 1846 (dates des inhumations mentionnées) pour celle du fond (fig.) et vers 1855 (date de la dernière inhumation) pour celle du centre.

    Enclos funéraire Vast (C70)

    Concession acquise en juin 1850 par Amédée Félix Vast, chef de bureau à la Préfecture, domicilié à Amiens, Place Montplaisir.

    Cette concession conserve partiellement sa clôture en fonte ouvragée exécutée par le serrurier amiénois Rose. Elle contient les vestiges d'une stèle en calcaire difficilement datable et une dalle funéraire rectangulaire en calcaire, fixée sur un soubassement en briques, sans doute réalisée vers 1850 (date d´acquisition de la concession et de l´unique inhumation mentionnée).

    Tombeau (stèle funéraire) Alexandre (C71)

    Concession acquise en juin 1850 par François Dominique Armand Alexandre, médecin, domicilié à Amiens, 51 rue Gresset.

    Cette concession, conservant partiellement sa clôture, contient une stèle néogothique de forme ogivale en calcaire, en partie déposée, probablement élevée vers 1850 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation).

Références documentaires

Documents figurés
  • Plan du cimetière général de la Maladrerie, dessin par Cheussey architecte communal, 1828 (BM Amiens ; PA 65).

  • Plan général du cimetière de la Madeleine, feuille 4, [s.d.] (AC Amiens).

    AC Amiens
Bibliographie
  • C[OMTE], Stéphane. Promenades au cimetière de la Madeleine, précédées d'un précis historique sur l'origine de cet établissement, sa première destination, et les diverses transformations qu'il a subies depuis sa fondation jusqu'à nos jours. Amiens : Imp. Duval et Herment, 1847.

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Ville d'Amiens - Vincent Caroline - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.