Dossier d’œuvre architecture IA02010688 | Réalisé par
Barbedor Isabelle (Rédacteur)
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • enquête thématique régionale, La première Reconstruction
  • patrimoine de la Reconstruction
La ville nouvelle de Fargniers
Œuvre étudiée
Auteur
Copyright
  • (c) Ministère de la culture - Inventaire général
  • (c) AGIR-Pic

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté d'agglomération Chauny-Tergnier-La Fère - Tergnier
  • Commune Tergnier
  • Lieu-dit Fargniers
  • Dénominations
    ville nouvelle
  • Dossier dont ce dossier est partie constituante
  • Parties constituantes étudiées
  • Parties constituantes non étudiées
    jardin public

Entièrement détruit durant la Première Guerre mondiale, le village de Fargniers est reconstruit grâce à la dotation de la fondation Carnegie. Une ville nouvelle s'élève à l'est de l'ancien village. dans laquelle sont déplacée la mairie, les écoles et les services.

La commission, créée pour dresser les plans de reconstruction et en conduire la réalisation, est composée de MM. d'Estournelles de Constant, sénateur, président du Centre européen, Justin Godart, député, vice-président du Centre européen, Henri-Paul Nénot, architecte, Membre de l'Institut, Paul Bigot, architecte, Prix de Rome, Paul Landowski, sculpteur, Prix de Rome, Pol Neveux, Inspecteur général des bibliothèques, Honnorat, sénateur, ancien Ministre de l'Instruction publique, Léon L'Hérondelle, maire de Fargniers, Charles Roche, maire de Reims.

La présentation qui en est faite en 1922, dans la revue Conciliation internationale, indique : "après maints remaniements, [le plan] se présente comme un carrefour où, dans les jardins et la verdure, seront édifiés hôtel-de-ville, écoles, pouponnière, bibliothèque, maisons populaires d'études et de jeux, services d'hygiène, bains, etc. Dans un cadre agréable et avec des moyens pratiques, modernes se développeront la vie municipale et la vie sociale de la commune. Comme le désir des Trustees de la Dotation était de voir rapidement exécuter leur décision du 21 avril 1922, afin qu'un modèle de reconstitution fut à la disposition des communes dévastées, le Centre européen pressa les choses et, dès le 9 juillet 1922, la première pierre de la place Carnegie pouvait être posée" (p. 9-10).

Le maire de Fargniers, Léon L'Hérondelle, s'exprime par ces mots : "Notre cité va renaître plus belle, plus prospère qu'autrefois. Les anciennes rues, tortueuses, étroites, incommodes, dangereuses, disparaîtront. Les nouvelles voies plus directes et plus larges permettront une circulation facile aux véhicules et aux piétons. Déjà les grandes lignes du nouveau plan de reconstruction sont esquissées sur le sol : la future route nationale est tracée, le pourtour de la place Carnegie est déterminé, les plans des bâtiments communaux sont achevés et bientôt les chantiers seront en pleine activité, au coeur de notre future cité" (p. 18).

"Fargniers, qui n'était qu'un faubourg de Tergnier avant la guerre, devient, grâce à la Dotation Carnegie, une petite ville indépendante qui sera fière de ses voies larges, de ses groupes scolaires, de sa piscine, de son cinéma, de son école en plein air, de ses jardins d'enfants, de sa bibliothèque, de sa mairie moderne derrière laquelle on a prévu l'emplacement pour le tir à l'arc, si fort en honneur chez les enfants du Valois et de la Thiérache, et le jeu de boules aimé des vieillards. Ce sera une belle cité saine et gaie qui sortira de la terre labourée par les canons à côté des ruines que le temps lentement a nivelées." p. 32.

L'article publié en 1927 dans La technique sanitaire décrit l'avancement des réalisations (annexe). Le plan de la nouvelle ville, publié dans la revue Conciliation internationale (1922), montre un dispositif de voies rayonnantes depuis une place circulaire réunissant tous les équipements publics, entre l'église (reconstruite à son emplacement) et le cimetière (conservé à son emplacement). Le plan montre également la connexion à la trame de l'ancien village.

Les vues aériennes (IGN) permettent également de mesurer l'avancement de l'aménagement urbain de la nouvelle ville qui se développe à l'est du village, jusqu'au cimetière. En 1931, la rue Marceau (actuelle rue Jean-Baptiste-Jourdan), au sud de la place, et les rues projetées au nord de la place ne sont pas encore ouvertes. Le tracé des rues Marceau (Jean-Baptiste-Jourdan) et Lafayette est cependant visible. Au sud de la rue Gambetta, s'étend une cité desservie par six impasses aboutissant à la voie ferrée. La maternité est construite rue Faidherbe, au nord du village.

La connexion avec la trame ancienne conservée se traduit par la rectification du tracé de la rue Jean-Jaurès, au niveau du carrefour de l'église, par l'ouverture de la rue Carnot et la création d'un rond-point auquel aboutissent voies anciennes et voies nouvelles. Le cimetière communal est intégré au plan de la ville nouvelle.

Le projet est partiellement réalisé. Au nord de la place, plusieurs rues prévues ne seront pas ouvertes (rue Hoche et chemin de Saint-Quentin). La rue du 8 mai-1945, aménagée en 1973 pour desservir un lotissement, reprend le tracé de l'avenue de Quessy. La rue Lafayette, tracée en 1931, est achevée en 1944 ; les maisons y sont construites vers 1958 (rive nord) et vers 1970 (rive sud). Au sud de la place, la rue Marceau (actuelle rue Jean-Baptiste-Jourdan), tracée en 1931, est achevée en 1949 jusqu'à la rue Marquette et non jusqu'au rond-point comme le prévoyait le plan. Seules sept maisons seront construites rue d'Estournelles-de-Constant (n° 4 à 12 et 3-5 et 7-9).

Un stade est aménagé entre la place et le cimetière, vers 1962. Au nord de la place, le tracé de la rue du Docteur-Marcel-Lefèvre, ouverte en 1973, ne s'inscrit pas dans le plan d'origine.

La commune de Fargniers fusionne avec celles de Vouel et de Tergnier, en 1974. Peu après cette date commence la destruction progressive des rues d'Italie, puis de Serbie, de Roumanie et de Montenegro, qui permet la construction d'un nouvel ensemble de logements achevés en 1980.

La ville nouvelle de Fargniers couvre une superficie d'environ 45 hectares et présente une trame régulière avec des axes rayonnants depuis une place circulaire, raccordés aux voies anciennes rectifiées. La place est ceinturée par un boulevard circulaire de 14 m. de large, sur lequel débouchent les axes secondaires rayonnants (rues Charles-François-Dumouriez, Jean-Baptiste-Jourdan, Lafayette, du 8-Mai-1945, du Docteur-Marcel-Lefèvre). Elle est traversée par une voie principale (avenues Jean-Jaurès et André-Boulloche) depuis laquelle l'avenue d'Estournelles-de-Constant est ouverte dans l'axe de la mairie. Des rues secondaires relient les voies principales au nord (rues Marquette et François-Kellermann) et desservent un ensemble de logements au sud (rues de Belgique et d'Angleterre).

  • Typologies
    cité-jardin (1er quart 20e siècle)
  • Statut de la propriété
    propriété privée
    propriété de la commune
  • Intérêt de l'œuvre
    à signaler

Couvrant une superficie d'environ 45 hectares, la ville nouvelle de Fargniers présente toutes les caractéristiques de la garden-city. Avec des équipements réunis au centre d'une place circulaire et un système rayonnant de voies desservant des habitations, le plan proposé par Nénot et Bigot est inspiré du modèle schématique de son inventeur, Ebezener Howard (1850-1928). La conception et la réalisation traduisent cependant, comme dans la cité-jardin de la Compagnie du Nord, une interprétation française du concept qui fait de la "ville-jardin" une cité-jardin résidentielle. Les fonctions commerciales ou productives restent concentrées dans le coeur historique de Fargniers.

Documents d'archives

  • Conciliation internationale. Les Réparations. Les ruines de Fargniers et la dotation Carnegie. Introduction de M. d'Estournelles de Constant, sénateur président du centre européen de la dotation Carnegie. Bulletin trimestriel N° 3. Dépôt des publications de la conciliation. Rue Fontevrault, LA FLÈCHE (Sarthe), 1922.

  • "Une ville reconstruite par la dotation Carnegie". La Lanterne, 10 juillet 1922.

  • Le Gaulois littéraire et politique. Paris.

    Drouilly, Georges. "Fargniers, future cité modèle". 10 juillet 1922, p. 1-2.
  • VOGT, Blanche. "Fargniers. Une ville américaine dans la France dévastée". L’œuvre, 10 juillet 1922, p. 2.

  • GYBAL, André. "Une visite à Fargniers, ville modèle des régions libérées". Le Quotidien, 1er octobre 1923, p. 2-3.

  • La Technique sanitaire et municipale : hygiène, services techniques, travaux publics.

    "Ville de Fargniers. Place Carnegie". 1927, p. 345-347.

Documents figurés

  • Fargniers. Plan cadastral. Tableau d'assemblage, 1824 (AD Aisne ; 3P0346_01).

  • Fargniers. Plan cadastral. Section A, 1ère feuille, 1824 (AD Aisne ; 3P0346_02).

  • Fargniers. Plan cadastral. Section A, 2e feuille, 1824 (AD Aisne ; 3P0346_03).

  • Fargniers. Vue aérienne, 1931 (IGN ; C94PHQ4451_1931_NP3_HR50_0009).

  • La rue Lafayette et la route de Travercy à l'arrière-plan. Vue prise du clocher de l'église de Fargniers. Photographie, vers 1935 (Archives diocésaines de Soissons).

  • Fargniers. L'avenue Jean-Jaurès et la ville nouvelle à l'arrière-plan. Vue prise du clocher de l'église. Photographie, vers 1935 (Archives diocésaines de Soissons).

  • Commune de Fargniers. Plan des édifices communaux à reconstruire avec le généreux concours de la dotation Carnegie pour la paix internationale. Extrait de Conciliation internationale. Les réparations. Les ruines de Fargniers et la dotation Carnegie. janvier 1922.

    1922, n° 3, pl. hors texte.

Annexes

  • Une ville reconstruite par la dotation Carnegie (1922)
  • Fargniers future cité modèle (1922)
  • Une visite à Fargniers (1923)
  • Ville de Fargniers - La Technique sanitaire et municipale : hygiène, services techniques, travaux publics (1927)
Date d'enquête 2017 ; Date(s) de rédaction 2017
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
Barbedor Isabelle
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.