Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

La ville de Saint-Ouen

Dossier IA80009615 inclus dans Ancienne école primaire de filles de Saint-Ouen réalisé en 2008

Fiche

Á rapprocher de

Œuvres contenues

Historique

Le plan par masse de culture de 1804 et le cadastre de 1832 donnent une représentation du village, traversé par le ruisseau ou rivière des Puits (cana de la Rigolel) et par la rivière de Naours (la Nièvre).

Le village rue s’est développé le long de la chaussée Brunehaut et, dans une moindre mesure, de la rue de Vignacourt, suivant un axe dominant N-O/S-E, témoin des circulations principales. Au nord du village, malgré la forte pente de la Cavée, on note la présence de plusieurs maisons, également implantées à l’entrée du chemin de la Cense et de la ruelle d’En-Bas, qui mène au marais.

Parallèles aux cours d'eau, il existe des voies secondaires, le chemin de Berteaucourt (qui double le sentier traversant la Bassure du moulin, de l’autre côté de la rivière) et le chemin de Berteaucourt à Bettencourt (rue de la Girafe), ainsi que des chemins qui donnent accès au marais (à l'ouest) et aux terres en culture (à l'est).

Plusieurs ponts construits sur la chaussée de Brunehaut permettaient de traverser les cours d'eau. Le principal, à quatre arches, était établi au niveau des moulins du château (plans de 1807 et 1834), le second en bois sur le canal des Puits, au sud de la mare (cadastre de 1834). Un troisième pont (cadastre de 1834) était établi sur le fossé Bazin, sur le côté de la mare qui occupe la chaussée.

Ces ponts nécessitaient des réparations fréquentes, sur la chaussée qui constituait un tronçon de la grande route de Paris à Calais.

Vers 1736, Lambert Bourdeau et Jean Flandre, maîtres maçons à Flixecourt, établissent un devis pour la reconstruction du pont de Saint-Ouen, en maçonnerie.

Deux ans plus tard, l’intendant M. de Chauvelin ordonne la réparation des deux ponts en bois et menace de supprimer un pont et un canal menant au moulin, si les réparations ne sont pas faites par les seigneurs de Saint-Ouen (AD Somme ; C 1070). En 1783, les habitants de Saint-Ouen se plaignent que "les rues de leur village, notamment la chaussée Brunehaut, sont en si mauvais état, qu'il est dangereux d'y passer à cheval et impossible d'y passer à voitures chargées".

Sur le cadastre de 1834, plusieurs mares sont visibles sur la chaussée, au niveau de la rivière du puits et du fossé Bazin.

Les cours d'eau sont modifiés pour l'installation d'un moulin (canal de la Rigole) dans le marais, dont l'enquête de 1855 apprend qu'il est "indispensable aux habitants pour extraire l’argile". Les eaux et entailles sont aussi "indispensables à la classe ouvrière, pour le rouissage du chanvre". Le pâturage dans le marais est lui aussi indispensable à la "classe ouvrière", qui représente les 2/3 de la population de la commune. Le tourbage est une source de revenus pour la commune. L'enquête de 1855 signale également dans le marais la présence d'une place publique, avec jeu de tamis.

Sur le cadastre napoléonien l'église s'élève au centre du village, en site de carrefour. Au nord du village, on distingue les vestiges du château ou ancien manoir de Saint-Ouen.

Le plan par masse de culture (1807) montre l'étendue du village au début du 19e siècle. On y découvre une succession de fermes à cour fermée, avec logis sur rue, rue de Vignacourt (rive nord) et route d’Amiens, au sud de l’église. Quelques grosses fermes avec logis en cœur de parcelle font exception, notamment rue d’Amiens (actuelle rue Philippe-Louis) celle qui sera acquise pour installer l’école de garçons (actuelle mairie) et rue de Vignacourt. L’Etat des sections confirme la présence de nombreux cultivateurs rue de Vignacourt (9) et rue d’Amiens (10). Entre le fossé Bazin et la rivière, on observe une implantation perpendiculaire des logis plus fréquente.

Deux moulins sont représentés sur la carte de Cassini. Sur le cadastre de 1834 on en recense trois ; deux sont établis sur la rivière de Naours (la Nièvre), le dernier est construit entre 1804 et 1832 sur la Rigole ou rivière des Puits. Ce dernier est acquis par M. Crignon qui le fait démolir en 1855 pour faire construire une laverie mécanique, puis une maison, en 1861. La laverie sera démolie en 1864.

Le développement du village au 19e siècle

Le village se caractérise par un renouvellement important du bâti dans les années 1830, près de 25 maisons sont reconstruites, rue d’Amiens et autour de l’église.

L'acquisition de la fabrique par les Saint Frères, en 1864, s'accompagne de la construction de premiers logements, sur des terrains marécageux acquis par l'entreprise et progressivement asséchés. Le canal de la Rigole sera comblé, comme le fossé Bazin (actuelle rue Carnot). La première cité est construite face à la fabrique (29 maisons et 177 habitants en 1872). En 1881, Saint-Ouen compte déjà trois cités ouvrières : la cité Brunehaut (28 maisons-182 habitants), la cité Saint-Jean (42 maisons et 244 habitants), enfin la cité Saint-Pierre (36 maisons et 230 habitants).

Après la création de la route qui relie Ville-le-Marclet à Saint-Ouen et Saint-Léger, en 1874, la création de la ligne Frévent-Gamaches s'accompagne de la construction de la halte de Saint-Ouen, devant l'usine Saint Frères.

A la fin du 19e siècle, l'instituteur évoque dans sa monographie communale, "la construction prochaine de caniveaux et de trottoirs en fera une sorte de bourg, quand l'éclairage des rues sera installé".

L'agglomération s'est considérablement étendue, "de nombreuses constructions de maisons, à la limite imprécise des territoires voisins amènent avec les communes précitées, des difficultés administratives que l'on verrait disparaître, si de part et d'autre, l'on procédait à une nouvelle délimitation, après une équitable révision du cadastre". La ville s'est effectivement agrandie sur le territoire de Ville-le-Marclet, sur celui de Saint-Léger-lès-Domart (cité Saint-Jean). Au 20e siècle, c'est ensuite sur le territoire de Bettencourt-Saint-Ouen avec la cité Saint-Jacques ou encore l'abattoir.

Situé sur la commune de Ville-le-Marclet, un pôle d'habitat s'est également développé dans la continuité du village de Saint-Ouen, au lieu-dit Le Marclet, distant de 3 km du village de Ville-le-Marclet.

Proche des sites de production de Saint-Ouen, le Marclet accueille de nombreuses habitations ouvrières, à partir de la fin des années 1880, comme le signale la monographie communale : "Le Marclet et La Cavée [qui comptent 63 habitants] comprennent des maisons d'ouvriers bâties depuis peu d'années. Le Marclet est appelé à prendre une certaine extension".

Des logements locatifs nombreux

Après une initiative isolée, en 1841, rue d’Amiens, la construction de maisons de rapport s’intensifie, à partir de 1864, date de la première cité construite à Saint-Ouen par les Saint Frères pour loger les contremaîtres de la nouvelle usine.

Les initiatives privées accompagnent la construction des premières cités Saint Frères. Elles peuvent être isolées, comme celle de Joseph Dard, contremaître à Harondel, qui fait construire six maisons ruelle du Marais, ou au contraire répétées, à l’exemple de Thomas Flandre, qui fait construire cinq maisons rue de la République en 1865 et en 1867, ou Loyer-Boidin, qui fait également construire 4 maisons en 1879 et en 1880, ruelle Fossé-Bazin et rue Lamartine, puis quatre maisons, rue Lamartine, en 1882, et encore deux maisons en 1888, rue Thiers.

Le cultivateur Napoléon Sainte fait construire deux maisons, rue de la Cense à Saint-Ouen, en 1865, et dix maisons, au Marclet, en 1887 (cité Napoléon).

De nombreuses constructions se succèdent au Marclet, par unités ou par groupes de deux ou trois logements destinés à la location, comme le confirment les matrices cadastrales et les autorisations d'alignement conservées aux archives départementales. En 1884, deux maisons de rapport sont construites, pour un cultivateur de Ville. En 1893, Richard Villemant, instituteur public, demande l'autorisation de construire deux maisons.

Dès la fin du 19e siècle, l'instituteur de Saint-Ouen souligne, dans sa monographie communale que "les habitations sont plus confortables, bien que chaque recoin soit utilisé pour faire des logements parfois mal conditionnés".

L'habitat

L’habitat se caractérise aujourd'hui par la présence de nombreuses cités ouvrières, implantées autour de l’usine, à proximité de ses nombreux accès. Le village de Saint-Ouen conserve cependant un habitat des 19e et 20e siècles, qui témoigne des nombreuses activités qui y coexistaient.

On constate l’importance des maisons à étage, principalement le long de la chaussée, depuis l’ancienne voie ferrée jusqu’à l’église, qui marque le cœur économique du village. On observe également un nombre important de maisons à 5 ou 6 travées, quelques modèles à pavillon central et ailes basses (29 rue de la République et 28 rue Philippe-Louis). Les fermes présentent une typologie, illustrée par plusieurs exemples rue de Vignacourt, rue Philippe-Louis et rue Général-Leclerc.

Activités

Les statistiques de 1809 (6M) signalent la présence de 164 personnes travaillant dans les activités textiles (chanvre et toile). En 1836, on recense 227 fileuses et 18 tisserands pour 147 ménages (611 habitants).

Le recensement de 1851 fait apparaître des ouvriers et des contremaîtres de fabrique (42 ouvriers et 4 contremaîtres), qui attestent l'importance de l'activité de la fabrique Crignon à cette date. Le travail à domicile est encore important : 151 fileuses et 84 tisserands pour 175 ménages (696 habitants).

En 1872, après son rachat par les Saint, la "fabrique" emploie 85 ouvriers, 6 contremaîtres, 10 employés et 2 directeurs : l’Allemand Frederik Borland et l’Anglais Jean Gissop. Il reste encore 7 fileuses et 57 tisserands à domicile dans le village, qui compte alors 319 ménages (1270 habitants).

Le développement de l'activité industrielle est ensuite extrêmement rapide et important puisqu'on atteint 806 ouvriers de fabrique et 34 employés en 1881 pour 425 ménages (1953 habitants). A la fin du 19e siècle, "19 étrangers belges et quelques mécaniciens anglais viennent y travailler momentanément" (monographie communale). "tant que cette usine [Saint Frères] prospèrera, Saint-Ouen accroîtra son bien être".

En 1906, Saint-Ouen compte 1189 ouvriers d'usine, 65 employés d'usine, 2 contremaîtres d'usine, 2 directeurs, 8 contremaîtres (ou chefs de fabrication). Saint Frères emploie 1405 personnes pour 810 ménages (3402 habitants).

Conclusion

L'implantation d'une première filature par Prudent Cyril Crignon en 1845 puis des usines textiles des Saint Frères, à partir de 1863, sont à l'origine d'une croissance sans précédent de la population et du village, durant le 4e quart du 19e siècle et le 1er quart du 20e siècle.

Parties constituantes non étudiées monument aux morts
Dénominations village, ville
Aire d'étude et canton Grand Amiénois - Domart-en-Ponthieu
Adresse Commune : Saint-Ouen
Adresse :
Période(s) Principale : Moyen Age, Temps modernes, 19e siècle, 20e siècle
Typologies village-rue, mutation

La commune de Saint-Ouen fait partie de la zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type 1 "Cours de la Nièvre, de la Domart et de la Fieffes".

Sites de protection zone naturelle d'intérêt écologique faunistique et floristique

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série P ; 3 P 711/3. Saint-Ouen. État de sections.

  • AD Somme. Série P ; 3 P 711/4. Saint-Ouen. Matrices des propriétés bâties et non bâties.

  • AD Somme. Série P ; 3 P 711/9. Saint-Ouen. Matrices des propriétés bâties.

  • AD Somme. Série P ; 3 P 711/10. Saint-Ouen. Matrices des propriétés bâties.

  • AD Somme. Série O ; 99 O 3402. Saint-Ouen. Administration communale.

  • AD Somme. Série O ; 99 O 3403. Saint-Ouen. Administration communale.

Documents figurés
  • Carte de Cassini. N°23 : Dieppe, gravure à l'eau-forte, Le Roy le Jeune géographe, 1757.

    Extrait figurant le village de Saint-Ouen.
  • Plan visuel du dixmage et terroir de Saint-Ouen, «levé et dessiné à la réquisition du collège et du sieur de Savoye, curé de St-Ouen, par Guidé, arpenteur royal, le 25, 26 et 27 may 1779 et signé dudit arpenteur (AD Somme ; D 73).

  • Saint-Ouen. Plan par masse de cultures, 1804 (AD Somme ; 3 P 1102).

  • Saint-Ouen. Plan cadastral : tableau d'assemblage, dessin à l'encre, à l'aquarelle et au lavis sur papier, Delgove géomètre, 1832 (AD Somme ; 3 P 1470/1).

  • Saint-Ouen. Plan cadastral : section A2, dessin à l'encre, à l'aquarelle et au lavis sur papier, Delgove géomètre, 1832 (AD Somme ; 3 P 1470/3).

  • Saint-Ouen. Plan cadastral : section A3, dessin à l'encre, à l'aquarelle et au lavis sur papier, Delgove géomètre, 1832 (AD Somme ; 3 P 1470/4).

    Extrait figurant l'emplacement de l'ancien manoir..

Liens web

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.