Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 431 - triés par pertinence
  • Monument aux morts de Domart-en-Ponthieu
    Monument aux morts de Domart-en-Ponthieu Domart-en-Ponthieu - en village - Cadastre : parcelle non cadastrée
    Titre courant :
    Monument aux morts de Domart-en-Ponthieu
    Description :
    Le monument aux morts de Domart-en-Ponthieu se situe sur une place publique. La clôture qui isole ´un groupe sculpté en calcaire (étudié) placé sur un piédestal en granit belge. Inscriptions : DOMART -EN-PONTHIEU / A SES ENFANTS / MORTS / POUR LA FRANCE.
    Observation :
    Le monument aux morts de Domart-en-Ponthieu est l´un des 21 monuments inaugurés en 1923. Le groupe
    Canton :
    Domart-en-Ponthieu
    Historique :
    Un premier projet est proposé vers 1921 et approuvé par l'autorité préfectorale en janvier 1922 décide donc d'ériger le monument sur la place du Marché aux Chevaux, en face de la maison des Templiers . Un marché est passé avec le statuaire amiénois Albert Roze en novembre 1922 : celui-ci propose pour 26 000 francs un groupe sculpté sur socle en granite de Belgique, conforme à la maquette en plâtre
    Localisation :
    Domart-en-Ponthieu - en village - Cadastre : parcelle non cadastrée
  • Monument aux morts de Crécy-en-Ponthieu
    Monument aux morts de Crécy-en-Ponthieu Crécy-en-Ponthieu - rue du Presbytère rue de l' Eglise - en village - Cadastre : parcelle non cadastrée
    Titre courant :
    Monument aux morts de Crécy-en-Ponthieu
    Description :
    Le monument aux morts de Crécy-en-Ponthieu se situe dans le cimetière sur le parvis de l´église paroissiale. La clôture qui isole le monument de l´espace public est formée de bornes en granite reliées par des chaînes. Le monument présente la forme d´un obélisque en granit belge surmonté d´un coq
    Observation :
    Le monument aux morts de Crécy-en-Ponthieu est l´un des 127 monuments inaugurés en 1921.
    Canton :
    Crécy-en-Ponthieu
    Représentations :
    Soldat en buste dans un médaillon entouré d'une couronne de laurier, chêne et palme, à la base du monument. Appliques en fonte sur la face antérieure de la pyramide : croix de guerre et palme. Coq gaulois en ronde-bosse en fonte au sommet de la pyramide. Armes de la ville de Crécy, au revers de la
    Historique :
    En juillet 1920, une souscription publique lancée pour l'érection d'un monument aux morts avait rapporté plus de 15000 francs, et la municipalité vota en outre un crédit de 5000 francs pour le monument aux morts en novembre 1920. Le monument, un des modèles les plus courants, a été réalisé par Jules Dulermez, marbrier à Abbeville. Il fut entouré de quatre piles en ciment surmontées d'éléments en bronze
    Localisation :
    Crécy-en-Ponthieu - rue du Presbytère rue de l' Eglise - en village - Cadastre : parcelle non
  • Monument aux morts de Domart-en-Ponthieu
    Monument aux morts de Domart-en-Ponthieu Domart-en-Ponthieu - en village - Cadastre : parcelle non cadastrée
    Dossier :
    Vue générale. Monument aux morts de Domart-en-Ponthieu
  • Groupe sculpté (figure colossale) : Les Frères d'arme
    Groupe sculpté (figure colossale) : Les Frères d'arme Domart-en-Ponthieu - Monument aux morts - en ville
    Historique :
    Domart-en-Ponthieu. Il a été exécuté en 1923 par le sculpteut amiénois Albert Roze. Un marché fut passé socle en granit belge, conforme à la maquette en plâtre présentée au comité d'érection du monument.
    Localisation :
    Domart-en-Ponthieu - Monument aux morts - en ville
  • Le village de Ribeaucourt
    Le village de Ribeaucourt Ribeaucourt - en village
    Dossier :
    Verger au bord de la route de Domart-en-Ponthieu. Le village de Ribeaucourt
  • Tombeau (stèle funéraire) d'Auguste Saint-Aubin, curé d'Allonville
    Tombeau (stèle funéraire) d'Auguste Saint-Aubin, curé d'Allonville Allonville - Eglise paroissiale de la Décollation de Saint-Jean-Baptiste - en village
    Description :
    Stèle d'applique en marbre noir, de forme rectangulaire.
    Observation :
    Cette stèle funéraire d'applique en marbre a été réalisée vers 1869, date du décès d'Auguste Saint
    Inscriptions & marques :
    DOMART EN PONTHIEU / LE 20 DECEMBRE 1801 / CURE D'ALLONVILLE DEPUIS 1829 / ET DECEDE DANS CETTE PAROISSE
    Localisation :
    Allonville - Eglise paroissiale de la Décollation de Saint-Jean-Baptiste - en village
  • Tombeau (chapelle) de la famille Robillard-Varlet
    Tombeau (chapelle) de la famille Robillard-Varlet Fransu - rue du Bon-Blé - en village - Cadastre : 1983 D 191, 192, 193
    Toit :
    zinc en couverture
    Description :
    Le tombeau, construit en calcaire appareillé en pierre de taille, présente la forme d'une chapelle
    Typologies :
    tombeau en forme de chapelle
    Canton :
    Domart-en-Ponthieu
    Représentations :
    . La verrière de la baie axiale, en forme de médaillon, est un portait en buste d'après photographie d'Irma Robillard, décédée en 1901 à l'âge de vingt ans.
    Historique :
    cimetière de Fransu, a été érigé en 1921 par le maçon Delarace, de Domart-en-Ponthieu. Le serrurier amiénois Ducroquet est l'auteur de la porte. Les trois verrières ont été réalisées en 1922 par le maître verrier
    Localisation :
    Fransu - rue du Bon-Blé - en village - Cadastre : 1983 D 191, 192, 193
  • Ancienne église paroissiale Saint-Léger (détruite) et cimetière de Saint-Léger-lès-Domart
    Ancienne église paroissiale Saint-Léger (détruite) et cimetière de Saint-Léger-lès-Domart Saint-Léger-lès-Domart - Ruellette (la) - rue de l' Eglise - isolé - Cadastre : 1832 B 355, 356 2013 B 3 et 5
    Titre courant :
    Ancienne église paroissiale Saint-Léger (détruite) et cimetière de Saint-Léger-lès-Domart
    Annexe :
    la rive gauche de la rivière de Domart et sur le versant d'un coteau ; cette église se trouvant en -lès-Domart, 13 avril 1855. Rapport de M. Charles Demoulin, architecte à Doullens, concernant l'état de l'église de Saint-Léger-lès-Domart, 13 avril 1855. Cette église qui date de 1578 est construite en pierre avec couverture en tuiles. La longueur est de 20 mètres sur 8,70 m de large, hors œuvre verts, imprégnés d'humidité sont soufflés hors d'aplomb, s'écrasent, tombent en ruine et n'offrent plus aucune solidité. Le mur intérieur ente la nef et le chœur, qui supporte le clocher en pierre est pourri
    Observation :
    Comme à Pont-Remy (Somme), l'ancienne église de Saint-Léger-lès-Domart s'élevait en situation isolée, à plus d'un kilomètre du village. Détruite vers 1860 en raison de sa vétusté, elle est connue par une description faite en 1855 par l'architecte Charles Demoulin. Bien qu'il mentionne la date de 1578
    Canton :
    Domart-en-Ponthieu
    Historique :
    L'ancienne église paroissiale de Saint-Léger-les-Domart était isolée du village, distant d'environ petites dimensions, présentait un choeur plus étroit que la nef. Le plan de masse dessiné en 1860 (fig .) en donne les dimensions, 14,60 m de long sur 8,70 de large pour la nef, et 7,70 de long sur 6,20 de (annexe) date l'église de 1578 et indique qu'elle était construite en pierre et couverte de tuiles. Il quatre petites baies en façade sud. Mal entretenue, son état est jugé si vétuste, qu'en mars 1855 un Charles Demoulins, chargé de dresser l'état sanitaire, la décrit en avril 1855, comme étant "dans un état , s'écrasent, tombent en ruine et n'offrent plus aucune solidité. Le mur intérieur entre la nef et le choeur des habitants, il est agrandi en 1885 grâce à l'achat d'un terrain de 21 ares qui appartenait à la marquise de Beynat. En 1906, il est à nouveau agrandi de plus de 13 ares.
    Localisation :
    Saint-Léger-lès-Domart - Ruellette (la) - rue de l' Eglise - isolé - Cadastre : 1832 B 355, 356
    Référence documentaire :
    voyer du canton de Domart-en-Ponthieu, 5 février 1860 (AD Somme ; 99 O 3385). canton de Domart-en-Ponthieu, 12 avril 1860 (AD Somme ; 99 O 3385). Mairie de Saint-Léger-lès-Domart. Projet d'élargissement du cimetière, dessin à l'encre sur papier
  • Le mobilier de l'église Saint-Martin
    Le mobilier de l'église Saint-Martin Pernois - Église paroissiale Saint-Martin rue de l' Église - en village
    Annexe :
    à Amiens, et bénites le 20 novembre 1884 en présence de l'abbé X, curé-doyen de Domart-en-Ponthieu , portant l´inscription gravée : EN SOUVENIR/DE MONSIEUR L´ABBE/JULIEN LAURAIN/CURE DE PERNOIS/DE 1903 A ´autel), table d´autel en chêne soutenue par deux pieds massifs fixés sur une plate-forme parquetée 3e BAPTISMAUX ET LEUR COUVERCLE - BÉNITIER, en forme de coquille, marbre rouge veiné, milieu 18e siècle (revers ), laiton, limite 19e siècle 20e siècle (nef, mur nord) - LUMINAIRES D´APPLIQUE D´ÉGLISE (3), support en fer forgé et abat-jour en verre moulé, 1re moitié 20e siècle (croisée du transept et chœur) - LUSTRES D ), de style néo-gothique, laiton et hampe en bois, limite 19e siècle 20e siècle (sacristie, placard moitié 20e siècle (crédence du maître-autel) - CALICE, métal blanc et coupe en argent, poinçon garantie en plâtre peint, 2e moitié 20e siècle (sacristie) - BANNIÈRES DE PROCESSION (3), hampes de bannières éléments rapportés en laiton, 1ère moitié 20e siècle (chœur) - CROIX DE PROCESSION, laiton, 20e siècle
    Illustration :
    Estampe : Christ en croix avec la Vierge, saint Jean et la Madeleine, 2e moitié du 19e siècle
    Canton :
    Domart-en-Ponthieu
    Historique :
    autels secondaires). Les trois cloches ont été bénites en 1884. Selon Guyencourt (op. cit.), on voyait encore en 1913 dans l'église une console portant les armoiries de Henri Feydeau de Brou, évêque de 1687 à
    Localisation :
    Pernois - Église paroissiale Saint-Martin rue de l' Église - en village
    Référence documentaire :
     : Arrondissement de Doullens, volume n° 2 : canton de Domart-en-Ponthieu. Amiens : Yvert et Tellier /Paris
  • Cité ouvrière Saint Frères à Saint-Léger-lès-Domart, dite cité Saint-Charles
    Cité ouvrière Saint Frères à Saint-Léger-lès-Domart, dite cité Saint-Charles Saint-Léger-lès-Domart - 2 à 254 cité Saint-Charles - en village - Cadastre : 2007 AE 77 à 147, 199 à 202, 210 à 266, 431
    Titre courant :
    Cité ouvrière Saint Frères à Saint-Léger-lès-Domart, dite cité Saint-Charles
    Description :
    La cité comprend un ensemble de 127 logements mitoyens et alignés sur rue, répartis en quatre blocs postérieure et dépendance. Les logements, à étage de comble, sont construits en briques et couverts de tuiles
    Annexe :
    , une autre plus petite, coupée en son milieu par un mur de refend montant à mi-hauteur du plafond maison, fait avec descadres en bois de caroline sur lesquels on a cloué du grillage très fin. En été, la plafonnage de toiture. On utilise cet espace pourstocker des bottes d’oignons, d’échalotes, de haricots. En angle de la pièce. Assez haute du centre, il faut baisser la tête en approchant du mur de façade. Le . L’épaisseur de plafond atteint à peine trois centimètres. Une fenêtre, en chien assis, de modestes dimensions de refend, le plat-cul avait cédé sa fonction à une vraie cave voûtée en briques avec une porte à la vieille, avec sa fenêtre en chien assis, celle derrière est nettement plus petite ; pour elle glacières. Il arrivait en février que l’urine gèle dans les pots de chambre. Pour tenter de se défendre du décoratif. La fermeture de la porte était assurée par une clanche en fer plat, manoeuvrable de l’extérieur suffisait de se rappeler qui, dans le coin, avait la même serrure. On allait en solliciter le prêt pour se
    Typologies :
    implantation en rangée
    Observation :
    ), construits dans les années 1870, sont contemporains des premières cités de Saint-Ouen. En 1881, la cité compte 50 logements. A l'ouest, vers Saint-Ouen, les 71 logements supplémentaires signalés en (Cartonnerie), la cité compte deux maisons mitoyennes à étages, implantées en parcelle d'angle.
    Illustration :
    Plan de masse de la cité en cours de construction (section 1) par Ségard, 1897 (AD Somme ; 99 O Plan de masse de la cité en cours de contruction (section 2) par Ségard, 1897 (AD Somme ; 99 O Saint-Léger-lès-Domart. La gare et la cité Saint-Charles, carte postale, vers 1910 (coll. part Saint-Léger-lès-Domart. Rue de la Gare, carte postale, vers 1930 (coll. part La cité Saint-Charles et la gare, en 1991. IVR22_19918000040Z Les logements de la "vieille cité" (80 à 108 cité Saint-Charles), en 1991. IVR22_19918000044Z Les logements de la "cité neuve" (198 à 160 cité Saint-Charles), en 1991. IVR22_19918000042Z Vue de l'arrière des logements depuis le nord, en 1991. IVR22_19918000046Z Vue de situation depuis le nord, en 1991. IVR22_19938000045ZA Vue de l'arrière des logements et des jardins de la "vieille cité", en 1991. IVR22_19918000047Z
    Canton :
    Domart-en-Ponthieu
    Historique :
    La cité ouvrière, dite cité Saint-Charles, a été édifiée en plusieurs campagnes, à l'initiative des ), dans la Cité Neuve, extension mentionnée "en construction", sur le plan du 23 août 1897 (actuels n°118 à 254 cité Saint-Charles). En 1911, la cité compte 127 logements pour 102 ménages (489 habitants ). Daniel Clerentin (1991) raconte ses souvenirs de la cité dans laquelle il est né en 1919 (annexe).
    Localisation :
    Saint-Léger-lès-Domart - 2 à 254 cité Saint-Charles - en village - Cadastre : 2007 AE 77 à 147
    Référence documentaire :
    , agent voyer du canton de Domart-en-Ponthieu, 23 août 1897 (AD Somme, 99 O 3386). Voierie, 1897. AD Somme. Série O ; 99 O 3386. Saint-Léger-lès-Domart. Administration communale Saint-Léger-lès-Domart (Somme). Rue de la Gare, carte postale, vers 1930 (coll. part.). Saint-Léger-lès-Domart. La gare. Cité Saint-Charles, carte postale, vers 1910 (coll. part.).
  • Ancienne église paroissiale Saint-Nicolas (détruite) et cimetière de Vauchelles-lès-Domart
    Ancienne église paroissiale Saint-Nicolas (détruite) et cimetière de Vauchelles-lès-Domart Vauchelles-lès-Domart - rue Guilbert - en village - Cadastre : 1832 B1 122, 123 1984 B 83
    Titre courant :
    Ancienne église paroissiale Saint-Nicolas (détruite) et cimetière de Vauchelles-lès-Domart
    Description :
    Situé en bordure du plateau ouest qui surplombe le village, le cimetière a gardé la même emprise au
    Canton :
    Domart-en-Ponthieu
    Historique :
    . L'aquarelle de 1868 montre un édifice entièrement construit en pierre de taille, avec une solide façade succursale de Mouflers. Elle a été érigée en chapelle secondaire en 1854. Désaffectée après la construction le cahier des charges de la vente de ses matériaux de démolition a seulement été publié en 1899. Le déblaiement des matériaux de démolition. En 1883, Agathe des Essarts, comtesse de Saint-Sauveur, a demandé
    Localisation :
    Vauchelles-lès-Domart - rue Guilbert - en village - Cadastre : 1832 B1 122, 123 1984 B 83
    Référence documentaire :
    Église de Vauchelles-les-Domart, canton de Domart-en-Ponthieu. Dessin, L. Gillard (BM Abbeville . Vauchelles-lès-Domart. Administration communale, 1870-1939. Vauchelles-lès-Domart. Plan cadastral : section B1, dessin à l'encre, à l'aquarelle et au lavis sur Eglise de Vauchelles-lès-Domart, aquarelle sur papier par Oswald Macqueron, 25 février 1868 (BM Cimetière de Vauchelles-lès-Domart, dessin sur papier par L. Gillard (BM Abbeville, collection
  • Groupe sculpté (figure colossale) : Les Corps d'armée victorieux
    Groupe sculpté (figure colossale) : Les Corps d'armée victorieux Amiens - Monument aux morts - en ville
    Observation :
    variantes de ce thème à Domart-en-Ponthieu et à Amiens.
    Représentations :
    Soldats en pied revêtus de l'uniforme des différents corps de l'armée : infanterie, cavalerie
    Historique :
    ) d'Amiens, commencé en 1927 et inauguré en 1929. Elles ont été exécutées par le sculpteur amiénois Albert
    Localisation :
    Amiens - Monument aux morts - en ville
  • Groupe sculpté (grandeur nature) : La Veuve et l'orphelin
    Groupe sculpté (grandeur nature) : La Veuve et l'orphelin Hangest-sur-Somme - Monument aux morts - en village
    Observation :
    variantes de ce thème à Domart-en-Ponthieu et à Amiens.
    Historique :
    d'Hangest. Le monument, en pierre de Lavoux, devait être posé pour le 15 septembre 1923. La commission d'examen départementale approuva le monument le 1er août 1923, en jugeant sa composition intéressante.
    Localisation :
    Hangest-sur-Somme - Monument aux morts - en village
  • Groupe sculpté : La Veuve et l'orphelin
    Groupe sculpté : La Veuve et l'orphelin Corbie - Monument aux morts - en ville
    Observation :
    variantes de ce thème à Domart-en-Ponthieu et à Amiens.
    Historique :
    Corbie, inauguré en 1925. Il est l'oeuvre du sculpteur amiénois Albert Roze.
    Localisation :
    Corbie - Monument aux morts - en ville
  • Cimetière communal de Pernois
    Cimetière communal de Pernois Pernois - Croix (la) - V.C. 2 - isolé - Cadastre : 1984 ZA 52
    Description :
    latérales (fig.). La croix de cimetière est placée au milieu de l'allée centrale, à proximité du tombeau en forme de chapelle érigé en 1863 (?) pour la famille Balledens, donatrice de terrain (fig.). Les
    Illustration :
    , tombeau (stèle funéraire) de la famille Dormenval-Breilly, après 1932, signée : TOMBEUR A DOMART, tombeau
    Canton :
    Domart-en-Ponthieu
    Historique :
    Doullens (Boitte, Demarcourt), de Domart-en-Ponthieu (Tombreu) et d'Amiens (Lesot, Castermant),
  • Le village de Vauchelles-lès-Domart
    Le village de Vauchelles-lès-Domart Vauchelles-lès-Domart - en village
    Titre courant :
    Le village de Vauchelles-lès-Domart
    Illustration :
    Le vallon de Mouflers en direction de Vauchelles. IVR22_20118001158NUCA La rue de Mouflers avec la mairie à gauche et l'église en fond de perspective
    Canton :
    Domart-en-Ponthieu
    Texte libre :
    la R.D. 216, qui assure la communication vers Domart-en-Ponthieu à l'est et la R.N. 1, reliant ainsi compte alors un marchand de nouveautés, rue de Domart. En 1881, on compte 6 tisseurs (rue de Brucamps) et un ouvrier de fabrique (rue de Domart). En 1906, seuls deux ouvriers tisseurs, travaillent pour Saint Introduction La commune de Vauchelles-lès-Domart s'étend sur une superficie de 392 hectares pour une population de 127 habitants en 2007 (215 en 1896 avec 57 feux, 305 en 1841 avec 78 feux, 257 en de Mouflers vers la R.N. 1. La rue de Domart, à l'ouest, rejoint également la R.D. 216 au-delà de laquelle un chemin la prolonge à travers le bois de Vauchelles, en direction de la ferme de Rèderie (Ville -le-Marclet). En 2000, 3 exploitations agricoles (6 en 1988) regroupaient une superficie agricole utilisée (SAU) de 230 ha (228 ha en 1988), soit une SAU moyenne de 77 ha (38 ha en 1988). Les surfaces agricoles représentaient 186 ha de terres labourables (177 ha en 1988) et 70 ha de culture fourragère (72
    Localisation :
    Vauchelles-lès-Domart - en village
    Référence documentaire :
    , agent-voyer auxiliaire du canton de Domart-en-Ponthieu, novembre 1889 (AD Somme ; 99 O 3655). AD Somme. Série O ; 99 O 3654. Vauchelles-lès-Domart. Administration communale, avant 1869. AD Somme. Série O ; 99 O 3655. Vauchelles-lès-Domart. Administration communale, 1870-1939. AD Somme. Série O ; 99 O 3656. Vauchelles-lès-Domart. Administration communale, 1870-1939. AD Somme. Série P ; 3 P 778/3. Vauchelles-lès-Domart. Etat de sections. AD Somme. Série P ; 3 P 778/4. Vauchelles-lès-Domart. Matrice des propriétés foncières, 1836-1914. AD Somme. Série M ; 6M 778. Vauchelles-lès-Domart. Recensement de population. AD Somme. 2 NUM 91. Vauchelles-lès-Domart. Monographie communale, par O. Duval, instituteur, 1897. p. 505 BACQUET, Gérard. Le Ponthieu. Auxi-le-Château : Gérard Bacquet, 1992. Vauchelles-lès-Domart. Plan cadastral : tableau d'assemblage, dessin à l'encre, à l'aquarelle et au
  • Église paroissiale Saint-Léger de Saint-Léger-lès-Domart
    Église paroissiale Saint-Léger de Saint-Léger-lès-Domart Saint-Léger-lès-Domart - place Publique - en village - Cadastre : 2007 AC 163
    Titre courant :
    Église paroissiale Saint-Léger de Saint-Léger-lès-Domart
    Description :
    Construit en brique et pierre, l'édifice à nef unique de cinq travées se termine par une abside , pilastres et fronton du second niveau, etc.) sont en calcaire. L'édifice est couvert d'ardoise, le vaisseau
    Observation :
    sont réalisés par Louis Faÿ, maçon à Domart-en-Ponthieu, et Pascal Faucher, charpentier à Vignacourt Vétuste, l'ancienne église Saint-Léger est reconstruite au centre du village, en 1860. Les travaux utilisé par l'architecte en 1850 à l'église de Bettencourt-Saint-Ouen, et la façade architecturée sont également l'auteur de l'école de Saint-léger-lès-Domart, de l'église et de l'école de garçons de Saint-Ouen
    Illustration :
    Saint-Léger-lès-Domart. La place. Carte postale, début du 20e siècle (coll. part
    Canton :
    Domart-en-Ponthieu
    Historique :
    exécutés par Louis Faÿ, maçon à Domart-en-Ponthieu, et Pascal Faucher, charpentier à Vignacourt. L'ensemble accès, le conseil municipal de la commune décide en 1855 de construire une nouvelle église, qui prendra le choix définitif de l'emplacement en septembre 1858, à proximité de l'école et de la mairie, les plans de la nouvelle église sont adoptés en 1859. Les travaux débutent l'année suivante. Ils sont est achevé en 1864 pour un montant total de réalisation de 22 572 francs. Le plan à nef unique et abside semi-circulaire, déjà utilisé par l'architecte en 1850 à l'église de Bettencourt-Saint-Ouen, et la
    Localisation :
    Saint-Léger-lès-Domart - place Publique - en village - Cadastre : 2007 AC 163
    Couvrements :
    fausse voûte en berceau plein-cintre
    Référence documentaire :
    -Léger-lès-Domart. Administration communale, avant 1869. AD Somme. Série O ; 99 O 3387. Saint-Léger-les-Domart, administration communale, 1870-1939. Saint-Léger-lès-Domart. La place. Carte postale, début du 20e siècle (coll. part.).
  • Maison, devenue école primaire de filles et mairie, puis école primaire de garçons et mairie, puis salle des fêtes de Pernois
    Maison, devenue école primaire de filles et mairie, puis école primaire de garçons et mairie, puis salle des fêtes de Pernois Pernois - 183 rue de la Ville - en village - Cadastre : 1832 B 709, 710 1984 AC 76
    Toit :
    tuile mécanique ciment amiante en couverture
    Étages :
    en rez-de-chaussée surélevé
    Description :
    Le bâtiment d'origine, en rez-de-chaussée surélevé, occupe l'angle des rues de l'Eglise et de la . La façade était probablement à l'origine en torchis sur solin de brique. Le bâtiment ainsi que son
    Observation :
    Maison caractéristique de la première moitié du 19e siècle (en rez-de-chaussée, en pan de bois et
    Canton :
    Domart-en-Ponthieu
    Historique :
    cadastre napoléonien de 1832 (parcelles B 709 et 710). L'édifice divisé en deux unités de propriété transformés en cour pour les élèves. Ce nouvel aménagement, dont les plans d'appropriation ne sont pas connus -école en 1960, l'ancien bâtiment a été agrandi au nord et transformé en salle des fêtes. Le logement de
    Localisation :
    Pernois - 183 rue de la Ville - en village - Cadastre : 1832 B 709, 710 1984 AC 76
    Référence documentaire :
    Domart-en-Ponthieu, 14 avril 1910 (AD Somme ; 99 O 2984).
  • L'ancien hameau de Houdencourt
    L'ancien hameau de Houdencourt Fransu - Houdencourt - en écart
    Description :
    sud par la croix de chemin en fer forgé de la famille Roussel. À proximité de la chapelle se dresse toujours le logis de l'ancien presbytère, construit en pan de bois et torchis, mais envahi par la végétation et en partie effondré. À l'extérieur de l'enceinte du manoir, au bord du chemin de Fransu, s'élève dernière en 1873.
    Illustration :
    /MARBRIER/ABBEVILLE, 1873, en bordure de la route de Fransu. IVR22_20108001912NUCA
    Canton :
    Domart-en-Ponthieu
    Historique :
    Le hameau s'est formé sur un ancien chemin de Domart-en-Ponthieu à Ribeaucourt, que rejoint à cet place séparant le château du presbytère et des autres maisons. Une croix en fer forgé a été dressée à la présence de 17 maisons et 60 habitants en 1851, 15 maisons et 63 habitants en 1872, enfin 10 maisons et 38 habitants en 1881. Dès la fin du 19e siècle, le hameau avait déjà été déserté par ses habitants, à l'exception des occupants du manoir, et seules quelques maisons subsistaient. En 1906, il ne reste que le Charles Albert Antoine Dorémus, curé de Fransu et de Houdencourt ; il est cédé en 1907 à la famille sécurité en 1983. Le manoir, dont le logis a été très endommagé par un incendie en 1987, a été relevé de
    Localisation :
    Fransu - Houdencourt - en écart
    Référence documentaire :
    de Fransu, canton de Domart-en-Ponthieu, aquarelle sur papier par Oswald Macqueron, 27 mars 1872 (BM
  • Le Val-de-Nièvre - dossier de présentation
    Le Val-de-Nièvre - dossier de présentation
    Annexe :
    domicile ou dans de petits ateliers (Beauval, Canaples, Halloy-lès-Pernois, Havernas, Domart-en-Ponthieu de coton (Vignacourt, Doullens), de chanvre (Berneuil), de lin (Candas, Beauval, Domart-en-Ponthieu -Léger-lès-Domart et Canaples à la fin des années 1970, et entre Longpré-les-Corps Saints en 2005 L'artisanat textile en Val de Nièvre Une tradition locale Comme dans l'ensemble de la Picardie macérer en milieu humide (rivières ou marais) afin de séparer les fibres par élimination de la sève et des petit bâtiment chauffé par une cheminée, comme celui que l'on voit encore en bordure de la cour d'une des négociants d'Amiens ou d'Abbeville qui en assurent la diffusion sur le marché national ou européen " et de les vendre en ville. Cette décision vient régulariser une production jusqu'alors anarchique et ou des petites fermes, ou étaient situés en sous-sol ou en soubassement des logis lorsque la milieu du siècle, et font travailler plus de 70 tisserands, 13 fileuses et un teinturier. En revanche, à
    Illustration :
    La Nièvre en aval du moulin de Pernois. IVR22_20098005082NUCA Le vallon de Mouflers à Vauchelles-lès-Domart. IVR22_20118001106NUCA Paysage de bocage sur le plateau du Camp-Malvaux à Vauchelles-lès-Domart. IVR22_20118001104NUCA Ferme en pan de bois et torchis à Canaples, milieu du 19e siècle. IVR22_20108001437NUCA Maison en pan de bois et torchis à Havernas, 1ère moitié du 19e siècle. IVR22_20108001325NUCA
    Texte libre :
    -Domart et Domart-en-Ponthieu, la Vallée Candas à Pernois, ou la vallée de Belval à Canaples. Par ailleurs différente, façonnée en partie par la R.D. 12 qui les relie à Amiens et à Saint-Riquier. Domart-en-Ponthieu mis en service le parc éolien du Miroir, sur le plateau de Domart-en-Ponthieu et de Saint-Léger-lès circulaires correspondant à des tumulus arasés de l'âge du bronze et du premier âge du fer (Domart-en-Ponthieu , Ribeaucourt), notamment de grandes villae (Domart-en-Ponthieu, Fransu, Havernas, L’Étoile, Vauchelles-lès petits ateliers (Beauval, Canaples, Domart-en-Ponthieu, Havernas, Pernois, Saint-Ouen). En outre, de Ponthieu, l'importante châtellenie de Domart comprend également les terres de Bernaville et de Berneuil. À Berteaucourt-les-Dames. Domart, érigée en pairie en 1407 puis qualifiée de baronnie, comprend notamment dans sa contrainte d'émigrer en 1688 après la révocation de l'édit de Nantes. Le Ponthieu est ravagé par les armées LE TERRITOIRE Un paysage entre vallée et plateau Le Val de Nièvre s'étend en majorité sur le
    Référence documentaire :
    Picquigny. Tome V : Arrondissement de Doullens, volume n° 2 : canton de Domart-en-Ponthieu. Amiens : Yvert BACQUET, Gérard. Le Ponthieu. Auxi-le-Château : Gérard Bacquet, 1992. GROUE, Lucien. Aux sources de la Nièvre en Picardie. Abbeville : F. Paillart, 2000. LEFEBVRE, François. Saint Frères. Un siècle de textile en Picardie. Amiens : Encrage, 2002.
1 2 3 4 22 Suivant