Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 3407 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Les hôpitaux généraux du Nord et du Pas-de-Calais
    Les hôpitaux généraux du Nord et du Pas-de-Calais
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale patrimoine hospitalier du Nord - Pas-de-Calais
    Référence documentaire :
    Douai. Plan de l'hôpital général de la charité. (Archives communales de Douai ; 1 Fi 246). Plan de distribution générale du sous-sol, élévation latérale nord et coupes longitudinale et Dunkerque. 1784. Plan figuratif du terrain de l'hôpital, par H. Gyselinck architecte (AD Nord ; 15P universitaires de France, 1974. IMBERT, Jean. Le droit hospitalier de l’Ancien Régime. Paris : Presses universitaires de France JEORGER, Murielle. "La structure hospitalière de la France sous l’Ancien Régime". Annales XVIIIe siècles. Position des thèses de l’École du Louvre, 1958.
    Titre courant :
    Les hôpitaux généraux du Nord et du Pas-de-Calais
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
    Texte libre :
    obligation, pour les pauvres valides, de travailler. D’autres cités des Pays-Bas emboitèrent les pas d’Ypres matière de secours public dans les Pays-Bas ne tardèrent pas à recevoir l'appui de leur suzerain Charles pauvres. Pareil système de municipalisation de l'assistance ne tardèrent pas à trouver une exacte l'hôpital général de Saint-Omer ne s'inscrivit pas dans ce retard général dans le mouvement régional de -Julien. En Flandre française dont la ville de Dunkerque ne relevait pas directement d'un point de vue semi-échec, et le pouvoir ne tarda pas à faire marche arrière au bout de trois ans. Aussi, la d’une croissance économique de même amplitude, inflation sans précédent dans l'histoire de l'économie européenne qui résultait d'un afflux massif et au surplus sur une période assez courte de métaux précieux en siècle, à un développement du paupérisme et corrélativement de celui de la mendicité. L’ampleur du . De grands décalages existent cependant entre les mesures prises d'une ville à l'autre, puis d'un État
    Illustration :
    Projet de construction de l'hôpital général de Douai. Plan de distribution générale du rez-de -chaussée, dressé vraisemblablement par Michel-François Playez, vers 1756 (Archives communales de Douai ; 1 Projet de construction de l'hôpital général de Lille. Plan de distribution du sous-sol, projet de Plan figuratif du terrain de l'hôpital de Dunkerque, par H. Gyselinck architecte, 1784 (AD Nord Ancien hôpital général de Saint-omer. IVR32_20166200382NUCA Ancien hôpital général de Valenciennes. IVR31_20025902611V Ancien hôpital général de Douai. IVR31_20015901249ZA Ancien hôpital général de Lille. IVR31_20145902440NUCA
  • Les jardins étonnants en Nord - Pas-de-Calais - dossier d'opération
    Les jardins étonnants en Nord - Pas-de-Calais - dossier d'opération
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Référence documentaire :
    GUILLAUME, E. La conservation des mosaïques de Rémy Callot, un habitant - paysagiste. Villeneuve d'Ascq : mémoire de Master 1 d'Histoire de l'art contemporain, sous la direction de Mme Bière, Université de Lille III Charles De Gaulle, juin 2005. PETIT, M-R. D’un art spontané, à propos de trois créateurs, thèse de doctorat en médecine, Lille
    Titre courant :
    Les jardins étonnants en Nord - Pas-de-Calais - dossier d'opération
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
    Texte libre :
    Le choix du sujet Le service du Patrimoine culturel de la Région Nord - Pas-de-Calais a mené une minier du Nord-Pas de Calais, dans les communes de Bouvignies, Somain, Wallers, Waziers dans le , Meurchin, Pont-à-Vendin, Rouvroy, Ruitz, Sains-en-Gohelle, Wingles dans le Pas de Calais. L'étude a Pas de Calais, Steenwerck (incontournable exemple de la « Ferme aux avions » des frères Vanabelle -paysagistes en Nord - Pas-de-Calais ont été basés également sur les ouvrages réalisés sur le sujet comme ceux ces jardins insolites de la région Nord - Pas-de-Calais a été mené dans le cadre du projet "Mineurs du Monde" (programme initié par la Région Nord - Pas-de-Calais en 2010 pour valoriser l'Histoire de son jardins des cités minières du bassin du Nord - Pas-de-Calais s’inscrit aussi dans la continuité des Houillères du Bassin du Nord Pas de Calais (créées en 1946 par l’Etat, succédant aux compagnies privées) dans décerné à un périmètre du bassin minier du Nord - Pas-de-Calais. Ces déplacements ont révélé que certains
    Illustration :
    L'installation d'un anonyme dans la région de Dunkerque. IVR31_20145902825NUC4A Le jardin de Jean Poteau à Rouvroy. IVR31_20146202504NUC4A La palissade du jardin de Rémy Callot à Carvin. IVR31_20106201365NUC4A
  • Les églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas de Calais 1945-2010 - dossier de présentation
    Les églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas de Calais 1945-2010 - dossier de présentation
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas-de-Calais 1945-2010
    Titre courant :
    Les églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas de Calais 1945-2010 - dossier de présentation
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
    Texte libre :
    particulièrement pertinente pour la région Nord-Pas de Calais. En effet, elle a été à partir de 1945 un lieu de la Manche et la Belgique, le Nord-Pas de Calais a abrité les bunkers de l’organisation Todt et les le Nord-Pas de Calais Les départements du Nord et du Pas-de-Calais sont les plus touchés par les Calais. Propriétaires de la grande majorité des églises détruites (60 sur 63 dans le Nord-Pas de Calais , Bonte, Hentges et d’autres sont ainsi nommés dans le Nord-Pas de Calais. Ils sont chargés d’établir la rapprochement de l’assemblée et du sanctuaire. La région Nord-Pas de Calais figure parmi les régions les plus églises en brique dominent largement la production de l’après-guerre dans le Nord-Pas de Calais. Si elles particulièrement active dans le Pas-de-Calais et désignée à plusieurs reprises pour des reconstructions d’églises développées dans le secteur de l’architecture civile. Dans les reconstructions des églises du Pas-de-Calais Nord-Pas de Calais Dans le Nord-Pas de Calais, 120 églises nouvelles sont construites de 1945 à 2000
  • L'inventaire des églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas de Calais 1945-2010 - conditions d'enquête
    L'inventaire des églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas de Calais 1945-2010 - conditions d'enquête
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas-de-Calais 1945-2010
    Titre courant :
    L'inventaire des églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas de Calais 1945-2010 - conditions
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
    Texte libre :
    -Pas de Calais (1945-2000). En 2005, dans le cadre d’une vacation de trois mois au service de l’inventaire général du patrimoine culturel de la DRAC Nord-Pas de Calais, Céline Frémaux a créé un dossier Mérimée du Ministère de la Culture. Aujourd’hui décentralisé au Conseil régional du Nord-Pas de Calais . Le contexte scientifique et l'objectif de l’étude La région Nord-Pas de Calais s’avère églises du Nord-Pas de Calais construites à partir de 1945 permet d’étudier l’évolution de l’architecture par les anciennes Sociétés houillères des bassins du Nord et du Pas-de-Calais Certaines revues religieuse. L’étude exhaustive des constructions d’églises paroissiales d’une région telle que le Nord-Pas de Calais permet d’avoir une vision plus juste des mutations de l’architecture religieuse et d’analyser les discrète car elles ne présentent pas d’intérêt du point de vue de l’évolution de l’architecture. L’étude 1. Le contexte de l’étude L’inventaire des églises paroissiales construites et reconstruites entre
  • Des jardins étonnants en Nord - Pas-de-Calais - dossier de présentation
    Des jardins étonnants en Nord - Pas-de-Calais - dossier de présentation
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Titre courant :
    Des jardins étonnants en Nord - Pas-de-Calais - dossier de présentation
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
    Texte libre :
    , Berck dans le Pas de Calais, Steenwerck et Gravelines dans le Nord. Le bassin minier du Nord - Pas de en 1842 des premiers gisements de houille dans le Pas-de-Calais, dans le parc du château de madame De Nationalisation et la création en 1946 des Houillères du Bassin du Nord-Pas de Calais (HBNPC), se substituant aux Calais, long de 120 km sur 4 à 12 km de large, s'étend d'est en ouest de la frontière belge au Boulonnais L'étude n'a pas porté sur toutes les communes du bassin minier mais sur 16 communes dans lesquelles ont été repérés des sites de jardins insolites créés par les habitants eux-mêmes. Elle comprend les communes de Bouvignies, Somain, Wallers, Waziers dans le département du Nord et celles de Billy-Montigny , Sains-en-Gohelle, Wingles. L'étude a également pris en compte les sites exceptionnels de trois communes Hainaut belge. Les premières prospections du sous-sol aboutissent à la mise en lumière d'un gisement de présence de cette matière première indispensable au développement de l'industrie régionale. Les
  • Autel, tabernacle, retable et 2 gradins d'autel (maître-autel)
    Autel, tabernacle, retable et 2 gradins d'autel (maître-autel) Rainneville - Eglise paroissiale Saint-Eloi - en village
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Inscription gravée en majuscules sur la face latérale gauche de l'autel : D. O. M. Hoc sancrosanctum altare in sacello Fiefs anno MDCCLXXXVIII extruxit Maria Franciscus Hubertus baro de Malet de
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique canton de Villers-Bocage
    Historique :
    Ainsi que l'explique l'inscription gravée sur le côté nord de l'autel, cet ensemble fut élevé dans la chapelle de Fiefs (en Artois) en 1788 par le baron Marie-François-Hubert de Malet de Coupigny . Après les troubles révolutionnaires qui virent l'exécution du baron de Coupigny, sa petite-fille le transporta dans l'église de Rainneville où il fut reconsacré à la Vierge, en 1862 (année de la bénédiction de , de même que la garniture intérieure du tabernacle, en damas de soie blanche.
    Observation :
    L'intégralité du dossier est consultable au centre de documentation de l'Inventaire et du
    Représentations :
    figure biblique Agneau de Dieu croix livre Sur la face antérieure de l'autel est sculpté l'Agneau de Dieu couché sur la croix et le livre aux sept sceaux, entouré de rayons lumineux. Il est placé dans un médaillon orné d'une coquille et de deux roses autour d'une feuille d'acanthe. Sur les côtés court un faisceau de laurier, motif répété sur le
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Le maître-autel de Rainneville se compose d'un autel-tombeau, d'un tabernacle à dais d'exposition et de deux gradins. C'est un ensemble homogène en parements de marbre rose, gris et blanc, sur un socle de briques.
    Auteur :
    [commanditaire] Malet de Coupigny Marie-François-Hubert de
    Dimension :
    Dimensions approximatives : h = 375, la = 335, pr = 130. Dimensions de l’autel : h = 100, la = 335
    États conservations :
    Les parties datant du 18e siècle ont été remontées sur un socle de briques au 19e siècle.
    Origine :
    Nord-Pas-de-Calais, 62, Fiefs
  • Ancien hôpital général de Saint-omer, dit hôpital général Saint-Louis, puis hospice Saint-Louis (actuellement centre administratif et hôtel de ville)
    Ancien hôpital général de Saint-omer, dit hôpital général Saint-Louis, puis hospice Saint-Louis (actuellement centre administratif et hôtel de ville) Saint-Omer - 16 rue du Saint-Sépulcre - en ville - Cadastre : 1974 AC 451 2016 AC 01 871
    Historique :
    Si l’idée de l’enfermement des mendiants et vagabonds remonte au milieu du XVIe siècle et prit d'enfermement fut prescrite dans le royaume de France par Louis XIV en 1662 par sa déclaration du 14 juin. La décision de la fondation était cependant laissée à l'initiative des autorités locales, décision biens et revenus d'établissements d'assistance en déshérence ou indûment détournés de leur destination originelle charitable. A Saint-Omer, l’initiative de la fondation revint à l’évêque local, Louis-Alphonse de Valbelle qui, après avoir fait acquisition en 1699 de l'édifice occupé par l’ancien collège des Bons -Enfants, obtint du roi des lettres patentes de confirmation du mois de février 1702. Son petit-neveu , Joseph-Alphonse de Valbelle, entreprit en 1731 la reconstruction totale de l’édifice en commençant par le corps de bâtiment occidental, soit celui fermant présentement le fond de la cour. Les plans correspondant au projet général de reconstruction furent dressés par l’ingénieur Bernard-Joseph de Neuville. Le
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale patrimoine hospitalier du Nord - Pas-de-Calais
    Référence documentaire :
    AD Pas de Calais. série W, 1 W 63783 : Hôpital-hospice de Saint-Omer, projet de construction d'un l'architecte Joseph Philippe, 2 octobre 1956 (Archives départementales du Pas de Calais ; 1 W 63781). départementales du Pas de Calais ; 1 W 27188). l'architecte Joseph Philippe, 20 novembre 1968 (AD Pas-de-Calais. série W, 1 W 63783). service de maternité, note de synthèse, convention d'architecte (1968-1969), plans datés du 20 novembre Plan de distribution générale légendé du rez-de-chaussée, avec l'élévation de deux des bâtiments noms de propriétaire des dites maisons, dressé par le géomètre-arpenteur Chipart, 17 mai 1756 (Archives de la Société académique des antiquaires de Morinie ; MC2, carton C). Plan de distribution générale légendé du rez-de-chaussée, avec l'élévation de deux des bâtiments noms de propriétaire des dites maisons, dressé par le géomètre-arpenteur Chipart, 17 mai 1756
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Destinations :
    hôtel de ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Précisions sur la protection :
    Façades et toitures sur rue, sur cour d'honneur et sur cour de service ; portail d'accès à la cour de service.
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier en fer-à-cheval en maçonnerie
    Auteur :
    [ingénieur] Neuville Bernard-Joseph de [commanditaire] Valbelle Louis-Alphonse de [commanditaire] Valbelle Joseph-Alphonse de
    Description :
    Le gros œuvre est fait d'une maçonnerie de brique jaune avec quelques membres d'architecture en pierre de taille calcaire : c'est ainsi le cas du tympan sculpté des frontons, de toutes les corniches , des bandeaux séparant le rez-de-chaussée du 1er étage, enfin des bases, socles et chapiteaux des pilastres d'ordre colossal scandant la façade sur la rue du Saint-Sépulcre ainsi que de l'architrave de l'entablement de ce même ordre colossal. Les toitures sont toutes couvertes d'ardoise. Le bâtiment édifié à la fin des années 1960 sur le flanc méridional de la cour pour y établir une maternité comporte un étage de comble au-dessus du premier étage. Un escalier en fer-à-cheval se déploie eu centre de la façade sur jardin du bâtiment fermant le nord de la cour, bâtiment disposé en rez-de-chaussée surélevé sur cette façade compte tenu de l'importance du dénivelé. Les bâtiments situés respectivement en fond de centre d’un avant-corps couronné d’un fronton triangulaire, selon la manière noble de l'architecture
    Titre courant :
    Ancien hôpital général de Saint-omer, dit hôpital général Saint-Louis, puis hospice Saint-Louis (actuellement centre administratif et hôtel de ville)
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
    Illustration :
    1956 (Archives départementales du Pas de Calais ; 1 W 63781). IVR32_20176200502NUCA 1956 (Archives départementales du Pas de Calais ; 1 W 63781). IVR32_20176200503NUCA départementales du Pas de Calais ; 1 W 63781). IVR32_20176200499NUCA Pas de Calais ; 1 W 63781). IVR32_20176200500NUCA départementales du Pas de Calais ; 1 W 63781). IVR32_20176200501NUCA l'architecte Joseph Philippe, 20 novembre 1968 (AD Pas-de-Calais. série W, 1 W 63783). IVR32_20176200508NUCA l'architecte Joseph Philippe, 20 novembre 1968 (AD Pas-de-Calais. série W, 1 W 63783). IVR32_20176200506NUCA Joseph Philippe, 20 novembre 1968 (AD Pas-de-Calais. série W, 1 W 63783). IVR32_20176200504NUCA sud-ouest, dressés par l'architecte Joseph Philippe, 20 novembre 1968 (AD Pas-de-Calais. série W, 1 W novembre 1968 (AD Pas-de-Calais. série W, 1 W 63783). IVR32_20176200507NUCA
  • Église paroissiale Saint-Vulgan
    Église paroissiale Saint-Vulgan Lens - route de Lille - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas-de-Calais 1945-2010
    Historique :
    La chapelle Notre-Dame-des-Mines, construite par la Société des Mines de Lens en 1922, desservait , construit par l'abbé Fernand Pentel, architecte de l'évêché d'Arras, en 1961-1962.
    Description :
    l'abbaye de Wisques (Pas-de-Calais). L'église Saint-Vulgan est un édifice cylindrique en brique couvert par une coupole en voile de béton. Elle est prolongée par un corps de bâtiment de plan rectangulaire abritant la chapelle de semaine , qui peut s'ouvrir sur l'autel, des salles de catéchisme et la sacristie. La nef est éclairée par une bande de vitraux en dalle de verre éclaté courant sous la corniche, due au Père Pierre Cholewka, de
    Localisation :
    Lens - route de Lille - en ville
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
  • Eglise paroissiale du Saint-Curé-d'Ars
    Eglise paroissiale du Saint-Curé-d'Ars Arras - rue de Provence - en ville - Cadastre : 2005 AS 64
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas-de-Calais 1945-2010
    Historique :
    souscriptions. L'église est réalisée en 1959-1960 sur les plans de l'architecte Jean Gondolo, assisté de Jacques
    Description :
    par le Père Pierre Cholewka, de l'abbaye de Wisques (Pas-de-Calais). La façade dotée d'un large auvent L'église du Saint-Curé-d'Ars est la première église de France totalement conçue en bois lamellé -collé. La charpente couverte d'ardoise descend jusqu'au sol, évoquant la tente de Dieu au milieu des hommes. Les murs gouttereaux et de façade sont formés d'une bande ininterrompue de dalles de verre conçue est ornée d'une grande verrière et d'un mât de 18 mètres de haut portant la croix.
    Localisation :
    Arras - rue de Provence - en ville - Cadastre : 2005 AS 64
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
  • Église paroissiale Sainte-Elisabeth
    Église paroissiale Sainte-Elisabeth Lens - route de Béthune rue du Père Joseph Puchala - en ville - Cadastre : 2013 AV 01 305
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas-de-Calais 1945-2010
    Historique :
    terrain est acheté au groupe de Lens des Houillères du Pas-de-Calais. La construction de l'église, confiée aux architectes Jacques Durand et Andrzej Kulesza, est financée par le comité paroissial de Sainte -Elisabeth. L'église, achevée en 1967, est particulièrement destinée aux immigrés polonais de la région de
    Description :
    L'église, de plan rectangulaire, s'ouvre sur un vaste parvis qui l'isole de la route de Béthune. Sa structure est constituée de deux volumes triangulaires aux pointes opposées, superposés. L'un est élevé en . La couverture est en tôle d'acier galvanisé. Le revêtement intérieur des murs et de la couverture est en lame de bois. La nef peut accueillir 400 personnes.
    Localisation :
    Lens - route de Béthune rue du Père Joseph Puchala - en ville - Cadastre : 2013 AV 01 305
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Couvrements :
    lambris de couvrement
  • Église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens
    Église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens Blangerval-Blangermont - R.D. 109 - en ville - Cadastre : 2005 A2 64
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas-de-Calais 1945-2010
    Historique :
    . Elle est reconstruite par l'architecte d'Avion (Pas-de-Calais) Paul Pamart entre 1960 et 1964. Les L'ancienne église de Blangerval, datant de 1875, est détruite pendant la Seconde Guerre mondiale travaux sont entièrement financés par les dommages de guerre. Les communes de Blangerval et Blangermont
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    de ciment brut. Les deux pans de la couverture en tuile plate descendent très bas et se rétrécissent de la façade principale vers le chevet. Toutes les lignes de la nef, de plan triangulaire, convergent vers le chœur. Le plan et les formes de cette église, alliés au jeu des ouvertures teintées réparties sur les deux façades longitudinales, en font un lieu de culte intimiste, bien intégré dans le paysage
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
  • Chapelle Sainte-Thérèse
    Chapelle Sainte-Thérèse Avion - boulevard Henri-Martel - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas-de-Calais 1945-2010
    Historique :
    désaffectée en 1974. Elle est victime, comme de nombreuses églises et chapelles du Nord - Pas-de-Calais, de profit de la chapelle Saint-Nicolas alors en construction dans la ZUP de Calais (voir dossier IA62001267 La chapelle Sainte-Thérèse construite par la compagnie des Mines de Liévin pour la cité du n° 7 est l'insuffisance de moyens pour leur réparation et leur entretien au moment du transfert du patrimoine cultuel des Houillères, nationalisées, aux associations diocésaines. La cloche de l'ancienne chapelle est récupérée au
    Murs :
    parpaing de béton
    Description :
    La chapelle Sainte-Thérèse est aménagée dans une ancienne maison d'habitation de la cité minière signaler le lieu de culte.
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
  • Église paroissiale Saint-Folquin
    Église paroissiale Saint-Folquin Wizernes - place de l' Eglise - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas-de-Calais 1945-2010
    Historique :
    cultuel reconstruit du Pas-de-Calais après la Seconde Guerre mondiale, en 1961-1965. L'ancienne église de Wizernes est endommagée par les bombardements de 1944 et arasée en 1951 devant relever la projection au sol de l'ancien édifice. Le conseil municipal revient sur sa première décision et propose de reconstruire l'église à un nouvel emplacement, à 200 mètres de l'ancienne église . L'église de Wizernes, conçue par l'architecte audomarois Francis Lemaire, est le dernier établissement
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    L'église en brique et béton armé, de plan rectangulaire, est un vaste édifice en forme de tente . Les deux longs pans de sa toiture, couverts de tuile plate, sont en effet très imposants. Le fronton triangulaire en béton armé enduit et peint en blanc prend appui lourdement sur les piliers de la façade encadrant l'entrée. Un clocher construit hors œuvre jouxte l'édifice. A l'intérieur, l'espace de la nef est
    Localisation :
    Wizernes - place de l' Eglise - en ville
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
  • Église paroissiale Saint-Nicolas
    Église paroissiale Saint-Nicolas Calais - ZUP de Beau-Marais - place de l' Eglise - en écart - Cadastre : 2005 CE 201
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas-de-Calais 1945-2010
    Historique :
    Une nouvelle paroisse est érigée dans la ZUP est de Calais, développée pour le logement des ouvriers des usines sidérurgiques de Dunkerque. Les autorités religieuses prévoient d'abord un centre
    Canton :
    Calais-Est
    Description :
    terrasse. Implanté au milieu de la ZUP de Beau-Marais, son volume s'intègre discrètement à l'ensemble des hauts immeubles de logement collectif. Il comprend un sanctuaire, quatre salles de réunion et un , marqué par la présence d'une grande verrière en dalle de verre.
    Localisation :
    Calais - ZUP de Beau-Marais - place de l' Eglise - en écart - Cadastre : 2005 CE 201
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
  • Eglise paroissiale Saint-Pierre-Saint-Paul
    Eglise paroissiale Saint-Pierre-Saint-Paul Calais - place du Chanoine-Bourgeois - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas-de-Calais 1945-2010
    Historique :
    L'église Saint-Pierre, implantée au centre du quartier du Courgain maritime à Calais, datant de 1867, est endommagée par les bombardements de 1944 et démolie en 1953. Une nouvelle église est reconstruite au même emplacement, financée par les dommages de guerre. Elle est élevée en 1960-1962, sur les plans de l'architecte calaisien Georges Wiart.
    Canton :
    Calais-Centre
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    L'église Saint-Pierre-Saint-Paul est construite en béton armé et couverte de tuile plate . L'architecte la conçoit sur un plan rectangulaire dissymétrique afin de libérer un espace de circulation entre renversée. Un clocher hexagonal est élevé au-dessus du choeur. Les cloches proviennent de l'ancienne église . Les vitraux sont réalisés par Blanchet et Lesage. Le motif sculpté de la façade est l'oeuvre de Jean Muse. Le chemin de croix est dû à Blanchet.
    Localisation :
    Calais - place du Chanoine-Bourgeois - en ville
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Vue de trois quart face. IVR31_20156200126NUCA Détail de l'orgue et de la rose. IVR31_20156200114NUCA Verrières de la nef. IVR31_20156200122NUCA
  • Chapelle Saint-Félicien
    Chapelle Saint-Félicien Camiers - Sainte-Cécile-Plage - rue des Lys - en ville - Cadastre : 2010 AP 34
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas-de-Calais 1945-2010
    Historique :
    balnéaire de la côte d'Opale, n'ont pas suffi à couvrir le coût de la construction d'un nouvel édifice en Les dommages de guerre afférents à l'ancienne chapelle en bois de Sainte-Cécile-Plage, station dur. Grâce à de nombreux dons, à la participation de l'association diocésaine d'Arras et à la main -d’œuvre bénévole, ce hameau de Camiers est néanmoins parvenu à s'équiper d'un lieu de culte relativement
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    parpaing de béton
    Description :
    La chapelle Saint-Félicien est élevée en parpaing de béton enduit et couverte de tuiles mécaniques . L'édifice, de plan rectangulaire, peut accueillir jusqu'à 150 personnes. L'éclairage du sanctuaire est assuré essentiellement par la baie ménagée entre les deux pans de couverture et l'ouverture de façade
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
  • Église paroissiale Saint-Michel
    Église paroissiale Saint-Michel Étaples - rue du Bac - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas-de-Calais 1945-2010
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    prévoyait de dégager les alentours de l'édifice, n'a pas été entièrement respecté, l'église s'impose dans le L'église, de plan rectangulaire, est élevée en béton armé et revêtue de dalles de ciment. Elle est pente, comprenant une nef bordée de deux bas-côtés. Une tour-clocher est implantée à l'angle sud-est de l'édifice, tandis que l'angle sud-ouest est occupé par le baptistère de plan carré, directement accessible du porche. Les ouvertures sont réalisées grâce à l'encastrement de cubes de béton creux.
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
  • Église paroissiale de la Nativité-de-Notre-Dame
    Église paroissiale de la Nativité-de-Notre-Dame Capelle-lès-Hesdin - rue de Crécy - en ville - Cadastre : 2010 D1 221
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas-de-Calais 1945-2010
    Historique :
    totale, qui sera retenu. L'architecte n'étant pas agréé pour des travaux de cette envergure, il fait L'église de Capelle-lès-Hesdin est détruite par les bombardements anglais en juin 1944. Le conseil municipal du village demande en 1955 au ministère de la Reconstruction et du Logement (MRL) l'autorisation de la reconstruire à l'identique, considérant qu'un tiers de l'église, dont le chœur, est encore debout. L'accord est obtenu mais quand la commune adhère à la coopérative de reconstruction La renaissance des clochers, cette dernière demande à l'architecte Auguste Legrand un plan de reconstruction
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    L'église, de plan rectangulaire, a une structure en béton armé et un parement de pierre. Elle implanté à un angle de la façade. Un auvent en béton abrite l'entrée. Les vitraux ont été réalisés par Ripeau sur des cartons de Chapuis. Ce dernier a également dessiné une tapisserie pour le décor de l'église. Le bas-relief de façade, le Christ et le chemin de croix sont l’œuvre du sculpteur Louis
    Localisation :
    Capelle-lès-Hesdin - rue de Crécy - en ville - Cadastre : 2010 D1 221
    Titre courant :
    Église paroissiale de la Nativité-de-Notre-Dame
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Vocables :
    de la Nativité-de-Notre-Dame
  • Eglise paroissiale Saint-Laurent
    Eglise paroissiale Saint-Laurent Saint-Laurent-Blangy - rue Laurent-Gers - en ville - Cadastre : 2010 AC 39, 42
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas-de-Calais 1945-2010
    Historique :
    -gothique, présentait de graves défectuosités de construction qui ne tardèrent pas à entraîner des L'église paroissiale dédiée à Saint-Laurent, détruite durant les combats de la Première Guerre si l'on se fie au dessin des ouvertures et aux éléments de décor de sa tour-clocher-porche. Après la guerre de 1914-1918, la reconstruction de l'église fut projetée et celle-ci fut réalisée autour de 1924 dispositions et le style de l'édifice disparu. Cette église bâtie en béton armé qui par son style s'inspirait des courants modernistes en vogue durant la période de l'entre-deux-guerres auxquels s'ajoutait une touche prégnante du style Art déco, alors à la mode, matinée de quelques réminiscences de style néo dégradations importantes dans son gros œuvre. Compte tenu de son état de dégradation avancé, elle dut être financement de l'opération, de la construction d'une nouvelle église. Ces travaux, entamés dès 1981, furent
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    chacun des flancs de ce vaisseau unique régnait une étroite galerie de circulation qu'il est difficile de couverture en ardoise était directement posée sur l'extrados de la voûte en béton armé. L'actuelle et troisième église Saint-Laurent, de plan en hémicycle, offre un gros œuvre en maçonnerie de brique et une renouvelant l'image de l'église au centre de la ville. L'élan ascendant de la toiture, au tracé hyperbolique , s'amorce à l'entrée de la nef et se termine sur le clocher. A l'intérieur, les chaises sont disposées en demi-cercle autour de l'espace central entièrement ouvert correspondant au sanctuaire.
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Porche, détail de l'auvent. IVR31_19806204382X Porche, détail de l'intrados de l'auvent. IVR31_19806204383X
  • Église paroissiale Saint-Martin
    Église paroissiale Saint-Martin Œuf-en-Ternois - R.D. 105 - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas-de-Calais 1945-2010
    Historique :
    bombardements en 1944. Une nouvelle église est reconstruite par l'architecte Jean Rocard, également l'auteur de travaux sont financés par les dommages de guerre.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La reconstruction de l'église Saint-Martin ne peut être envisagée sur ses anciennes bases en raison projet qui, tout en conservant le clocher de l'ancienne église, réserve un nouvel emplacement à la nef . La solution retenue est la construction d'une grande halle de plan rectangulaire s'avançant dans le cimetière, raccordée au côté nord du clocher. Les murs pleins élevés en pierre de savonnière assurent la transition avec le clocher ancien. La façade percée de larges baies est élevée en béton armé et parpaing
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais