Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Le village de Favières

Dossier IA80007265 réalisé en 2004

Fiche

Dénominations village
Aire d'étude et canton Somme - Rue
Adresse Commune : Favières

Rien de précis ne s'attache à l'histoire du village proprement dit. C'est davantage celle du territoire qui a fait l'objet de plus d'attention de la part des différents auteurs (voir "territoire communal").

Le recensement de population dispose de chiffres discutables. Cela pourrait expliquer la forte chute démographique entre 1851 et 1872 (de 578 individus à 209). En 1881, le chiffre reprend une base qui semble plus probable (464) et diminue ainsi progressivement jusqu´en 1936 (399). Le nombre de maisons présente cette même diminution puisque le village passe de 135 habitations en 1882 à 114 en 1936.

Sur l´ensemble du village, au début du 19e siècle (cadastre napoléonien), les logis sont situés soit en fond de cour, soit sur rue, toujours orientés vers le sud, indifféremment placés parallèlement ou perpendiculairement (plus rarement) à la voie de circulation.

D´après les observations de terrain recoupées avec celles des documents (cadastres napoléonien et actuel), il semble que le centre du village ait été en partie modifié dès la fin du 19e siècle. Dans la rue des Forges, au sud de l´église, un lotissement, occupé en 1828 par une ferme de grande ampleur, a, dès la fin du 19e siècle, accueilli de nombreuses constructions (fermes et maisons de type urbain) en brique. Favières s´est ainsi largement transformé dès cette époque. Les habitations, parfois dépourvues de dépendances, ont été établies sur des fondations anciennes, en brique (soit la façade seule, tout en conservant la structure en torchis et pans de bois pour le reste de la construction, soit les quatre murs, conservant ici aussi la structure et la charpente en bois d´origine), avec annexes agricoles. Le bâti, relativement aéré, s´est donc ainsi concentré.

Au milieu du 20e siècle, d´après les recherches de Bertier (chantier 1425, 1945), trois grands types d´habitat occupaient le village de Favières : des petites fermes à cour ouverte sur la rue en forme de U (15 à 50 hectares), de grandes fermes à cour fermée (50 à 200 hectares) et les maisons de ménagers qui exploitaient la terre, parfois accompagnées de bâtiments sur cour ouverte (disposés en L ou en U). L´écurie était toujours systématiquement située sous le même toit que le logis, en liaison directe avec la chambre du maître.

Période(s) Principale : Moyen Age

La topographie du village de Favières, situé en plaine maritime, doit sans doute beaucoup aux petites courses, coursettes et canaux qui la traversent et qui tissent dans le sol une trame jouant de l'architecture qui la façonne à son tour (les propriétés sont accessibles en traversant un rû). Le territoire du village est découpé en grands lotissements de forme irrégulière (puisque de formation naturelle). Chacun est découpé en parcelles laniérées plus ou moins larges et longues.

Les bâtiments communaux sont situés au fond d´une impasse (mais ne sont pas développés autour d´une place) ; seul le triangle situé au coeur du village, formant carrefour, pourrait tenir lieu de place publique.

Aujourd'hui, le bâti, qui s´aligne le long de la trame viaire, est relativement concentré. Le logis, souvent parallèle à la rue, est indifféremment situé le long de celle-ci ou en retrait. Le torchis n´est présent qu´à de rares exemples, massivement remplacé par la brique. Certaines maisons de villégiature ou d´ouvriers agricoles appartiennent à cette vague de construction. Au cours de cette réhabilitation, les logis des fermes ont fait l´objet d´un soin particulier (cf la ferme des Marronniers). Les toits sont indifféremment recouverts d´ardoises ou de pannes. Les enduits de couleur sont d´une grande variété, tout comme les volets et portes (rouge, beige pâle).

Les bâtiments annexes sont surtout utilisés en tant qu´étable. La grange est très peu usitée ici. Seules les grandes propriétés possèdent un bâtiment pour le stockage du foin, qui est, la plupart du temps, abrité dans les greniers au-dessus des écuries ou étables.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série M ; 2 M_LN 236. Recensement de population de la commune de Favières, [1836-1936].

Documents figurés
  • Plan du Marquenterre, de la Baie de Somme à la Baie d´Authie, 18e siècle, encre et lavis sur papier, 18e siècle (AD Somme : RL 343).

  • Favières - Route d'Abbeville au Crotoy, carte postale en noir et blanc, coll. Déserable Coulon - J. Panier éditeur, début 20e siècle (B.M. Amiens : Ph 1194 C).

  • Favières - Maréchalerie, carte postale en noir et blanc, début 20e siècle.

  • Favières - Café sur la route de Noyelles, carte postale en noir et blanc, début 20e siècle.

  • Favières - Route d'Abbeville au Crotoy, carte postale en noir et blanc, Edition Magdelaine Blondin, début 20e siècle (B.M. Amiens : Ph 1194 C).

  • Environs du Crotoy - Petit coin à Favières, carte postale en noir et blanc, début 20e siècle.

Bibliographie
  • DELATTRE, Daniel. La Somme. Les 783 communes. Grandvilliers : Daniel Delattre, 1999.

    p. 127-128
  • DELIMEUX, A. Monographie de Favières. Abbeville, Imprimerie Nouvelle, 1911.

  • GUERVILLE, André. Chapelles et oratoires en pays de Somme. Abbeville : F. Paillart éditeur, 2003.

    p. 30-31.
  • RODIERE, Roger. Statistique féodale du baillage de Rue et de quelques villages voisins. Première partie. Communes du canton actuel de Rue. Bulletins de la Société d'Emulation d'Abbeville, 1935-1939, t. XVI

    p. 368-370
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) SMACOPI (c) SMACOPI - Fourmond Catherine - Guérin Inès