Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Plaine L

Dossier IA80005021 réalisé en 2004

Fiche

Œuvres contenues

Appellations plaine L
Dénominations quartier
Aire d'étude et canton Grand Amiénois
Adresse Commune : Amiens
Adresse : rue Saint-Maurice , Cimetière de la Madeleine
Cadastre : non cadastré

La plaine L s'inscrit dans la première extension du cimetière, projetée en 1827 et réalisée en 1828.

Le registre communal indique que les concessions sont acquises entre 1830 et 1917, 31 ont été agrandies. Les sources conservées aux archives départementales (série O) indiquent qu'une concession est accordée aux Polonais en 1837, ainsi qu'au chapitre de la cathédrale en 1863.

Le plan du cimetière, postérieur à la première extension (fig. 1), montre que toutes les concessions sont jointives ; quelques concessions isolées apparaissent à l'arrière des rangées de concessions bordant les allées.

Le commissaire Stéphane Comte (1847) décrit plusieurs tombeaux de cette plaine, notamment ceux qui sont adossés au mur ouest mais également ceux des entrepreneurs Mangot et Vion, ceux des familles Paillart-Lecoq, Mancel, Maillet, Robert, Degove-Bazille, Couderc, Couvreur, Vasseur, et Renard-Dorville.

Le long du mur ouest, deux tombeaux (détruits) sont décrits par Stéphane Comte, celui de François Cosme Damien Jahan (L 29), cippe exécuté dans les ateliers du marbrier Deventer, et l'enclos funéraire des Ursulines (L 58), qui contenait alors deux croix en bois et la dalle funéraire de la supérieure restauratrice de l'ordre Louise Thérèse Anastasie de Clermont-Tonnerre (cf. annexe).

Quatre monuments sont signalés dans le rapport de l'architecte communal en 1925 : ceux des familles Merlin (L 7), Mangot-Lotiquet (L 11), Leprince (L 28), et Vasseur (L 137).

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle
Auteur(s) Auteur : Deventer Jean-Baptiste Joseph,
Jean-Baptiste Joseph Deventer (1789 - 1858)

Négociant en marbres et marbrier à Amiens.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
marbrier, attribution par source

La plaine L, de forme triangulaire, est située dans l'angle nord-ouest de la première extension du cimetière (fig.) et s'étend sur un plateau. Elle est desservie par une allée principale qui la sépare de la plaine M et par des allées de desserte qui distribuent les concessions adossées aux murs ouest (fig.) et nord et permettent de traverser la grande pelouse qui en occupe le centre.

Les concessions sont regroupées le long des murs et des allées. Le long de l'allée séparant les plaines L et M, les concessions sont adossées, dans la partie nord-est.

Dans le cadre du recensement, qui portait sur les concessions perpétuelles du cimetière, seuls les 116 tombeaux antérieurs à 1950 ont fait l'objet d'un dossier individuel illustré.

On signalera l'importance des enclos funéraires (29/124) et de nombreux tombeaux du 2e quart du 19e siècle.

Attribution : Six tombeaux sont signés par les architectes F. Corroyer (L 111), E. Douillet (L 211A), L. Esgonnière du Thibeuf (L 77), P. Viénot (L 101), P. Ansart (L 127) et les frères Duthoit (L 137). Sept tombeaux sont signés par Galampoix (L 40), Lesot-Helleux (L 25), H. Lamolet (L 34), Coënen (L 35), Leroy-Digeon (L 41), Dutry (L 49), J. Lamarre (L 62). Enfin, cinq attributions sont faites par travaux historiques aux entrepreneurs Leroy-Caussin (L 35), Tattegrain (L 48) et Leroy-Digeon (L 37) et aux sculpteurs Sallé (L 48) et Lavigne (L 37).

Typologie : les tombeaux présentent principalement la forme de stèles ; et plus ponctuellement de croix monumentales (L 66, 25, 44), de colonnes (L 25, 30, 33, 35, 40, 41, 49), de sarcophage (L 64), auxquels s'ajoutent deux tombeaux en forme de chapelle (L 37 et L 48).

Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections inscrit MH partiellement, 1986/06/25
Précisions sur la protection

Les bordures de la plaine L comprenant les concessions L 246 à L 305, L 307 à L 331bis et L 332 à L 348, ainsi que les concessions bordant les murs (concessions L 2 à L 211A) : inscription par arrêté du 25 juin 1986.

Annexes

  • Plaine L. Monuments repérés.

    - Enclos funéraire Thuillier (L5)

    Concession acquise en octobre 1846, par Baptiste Louis Thuillier, capitaine en retraite, domicilié à Amiens et Alphonse Thuillier, conducteur, domicilié à Ailly-sur-Noye (80).

    Cette concession contient une croix monumentale en fer forgé et une stèle rectangulaire, illisible, fixée horizontalement au mur. Ces deux monuments ont vraisemblablement été réalisés entre 1842 et 1861, dates des inhumations.

    - Tombeau (stèle funéraire) Calot-Moucheron (L8)

    Concession acquise en décembre 1842, par Alexandre Calot et Caroline Moucheron, son épouse, domiciliés à Amiens, 118 faubourg de Hem.

    Cette concession contient une stèle à entablement et fronton cintré, subsistant à l'état de vestiges, qui peut avoir été réalisée entre 1831 et 1865, dates des inhumations.

    - Tombeau (stèle funéraire) des familles Thuillier-Cauchon et Vasseur-Thuillier et Lecointe-Vasseur (L9)

    Concession acquise en avril 1842, par Antoine Fernand Honoré Thuillier-Cauchon, menuisier, domicilié à Amiens.

    Cette concession, surélevée par rapport au niveau du sol, contient une stèle épaulée à trois tables (dont la partie supérieure est déposée), du 4e quart 19e siècle (analyse stylistique), qui pourrait remplacer le tombeau d´origine.

    Épitaphe (table centrale) : Théodeline MOMY / épouse de Robert LECOINTE / receveur de l'enregistrement / 21 ans le 4 décembre 1893

    Épitaphe (table droite) : Joséphine VASSEUR / épouse LECOINTE / chef de division à la préfecture / décédée le 5 janvier 1887 / à l'âge de 49 ans. / Benjamin LECOINTE / chef de division honoraire / à la préfecture / décédé le 21 décembre 1916 / à l'âge de 89 ans / [...].

    -Enclos funéraire Lobligeois (L10) ILLUSTRATION

    Concession acquise en avril 1841, par Marie Elisabeth Vasseur, veuve Lobligeois domiciliée à Amiens, 69 rue Royale.

    Epitaphe : Louis François Armand / LOBLIGEOIS / Md épicier / âgé de 49 ans / [...].

    Cette concession contient une stèle rectangulaire, subsistant à l'état de vestiges, réalisée vers 1842 (date de la première inhumation). Au fond, sur la droite, l´écroulement du mur a probablement détruit une autre stèle, qui semble plus récente (3e quart 19e siècle).

    - Enclos funéraire Maillet (L16) ILLUSTRATION

    Concession acquise en avril 1830, par Alexandre Joseph Maillet, Nicolas Barthélémy Maillet, Pierre Joseph Maillet et Charles Victor Maillet, négociants et propriétaires, domiciliés à Amiens. La sépulture est décrite par S. Comte (1847), qui signale la présence d'une stèle "de style moderne" (cf. annexe).

    Cette concession contient trois monuments. Au fond subsistent les vestiges d´une stèle, qui peut être le monument décrit par S. Comte en 1847. De chaque côté se dressent deux colonnes, probablement identiques à l'origine, donnant ainsi un effet de symétrie. Ces deux colonnes ont été élevées vers 1854 et 1858, dates des inhumations.

    -Enclos funéraire Robert-Vasseur (L17) ILLUSTRATION

    Concession acquise en mars 1830, par Marie Madeleine Fortunée Vasseur, veuve Robert, propriétaire, domiciliée à Amiens, rue des Sergents. Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que des réparations ont été réalisées en 1906, par l'entrepreneur Darras. La sépulture Robert est décrite par S. Comte (1847), qui signale la présence d'une stèle identique à celle de la concession voisine "de style moderne" (cf. annexe).

    Cette concession contient trois monuments inaccessibles. Au centre, s´élève une stèle en chapeau de gendarme, à gauche, une stèle à croix monumentale et à droite, une autre stèle en chapeau de gendarme, tournée vers l´intérieur de la concession. Cette concession nécessiterait une enquête complémentaire.

    - Enclos funéraire Bazille-Destré (L18) ILLUSTRATION

    Concession acquise en juin 1830, par Thérèse Scholastique Destré, veuve Bazille, propriétaire, domiciliée à Amiens, rue des Sergents. La sépulture Degove-Bazille est décrite par S. Comte (1847), qui signale la présence d'une stèle identique aux deux concessions voisines "de style moderne", ainsi qu'une stèle surmontée d'une croix dorée (cf. annexe).

    Cette concession contient une stèle rectangulaire à trois tables, dont le couronnement est manquant, et une stèle en chapeau de gendarme, qui ne semble plus être dans sa disposition d´origine. Celle de droite, initialement surmontée d´une croix dorée a sans doute était érigée vers 1843 (date de l´inhumation). La stèle principale pourrait dater des années 1830.

    Epitaphe (stèle rectangulaire, table centrale) : D.O.M / Ici repose / le corps de Louis Pierre / DEGOVE / propriétaire en cette ville / qui fut à l'âge de 50 ans enlevé à sa famille / et à ses amis, le 20 octobre 1828. / - / Une mort cruelle et prématurée / nous l'a ravi, jamais elle ne s'effacera / du coeur de ses enfants, de ses parens (sic) / de ses amis et surtout de celui / de son inconsolable épouse.

    - Tombeau Gaudelette-Hautoy (L 21)

    Concession acquise en décembre 1839, par Jacques, Achille Rose, maître-menuisier, domicilié à Amiens.

    Cette concession est délimitée par une grille en fer forgé, à portillon antérieur central, fixée sur un mur-bahut en grès. Il ne subsiste que la base d´une stèle peut-être réalisée en 1838 ou 1839, date d´acquisition de la concession et de la première inhumation.

    - Tombeau de la famille Jullien-Despréaux (L23-24) ILLUSTRATION

    Concession acquise en décembre 1852, par Arsène Sellier, domicilié à Amiens, 43 rue du Faubourg-de-Noyon, et par Armand François Fortuné Jullien, brasseur, domicilié à Amiens, 34 rue Riolan, qui l'agrandit en avril 1880.

    Cette concession contient une stèle à entablement et fronton, en calcaire, sans doute réalisée vers 1852, date d´acquisition de la concession et de la première inhumation. Elle porte la signature de l´entrepreneur de monuments funèbres Galampoix. On signalera l´inscription en creux donnant le nom des destinataires du monument.

    - Enclos funéraire Guillard (L27) ILLUSTRATION

    Concession acquise par Pierre Joseph Guillard, négociant, en novembre 1839.

    Cet enclos, dont il ne subsiste que deux monuments identifiables, contient une stèle en marbre, sans doute réalisé vers 1869 (date du décès). Les deux stèles en pierre de Tournai, dont une subsiste à l'état de vestiges, sont illisibles, mais vraisemblablement légèrement postérieures. La stèle en marbre, de style néogothique, est comparable à celle de la concession B 151 (tombeau de Narcisse Retourné), réalisée vers 1853.

    - Tombeau (stèle funéraire) des époux Darras-Froment (L31)

    Concession acquise en juin 1840 par Marie Amable François Darras, propriétaire à Amiens.

    Cette concession, adossée au mur d'enceinte est délimitée par une grille en fer et en fonte, à portillon, commune aux tombeaux voisins. Elle contient une stèle cintrée (illisible), en pierre de Tournai, qui pourrait avoir été réalisée au milieu du 19e siècle.

    - Tombeau (stèle funéraire) Godart-Macartan, puis Duquenoy-Damerval (L36)

    Concession acquise en 1844 par Jean-Baptiste Augustin Honoré Godard, propriétaire à Amiens et par Adélaïde Virginie Macartan, sa première épouse.

    La stèle, renversée et actuellement illisible, peut avoir été réalisée vers 1844.

    - Enclos funéraire Dorbis-Fontaine (L39)

    Concession acquise en janvier 1847 par Henri Armand Fontaine, domicilié au Cloître de L'horloge, et par Victor Dorbis, archiviste, domicilié rue Pierre-L'Hermite.

    Il subsiste, dans cette concession, une stèle très abîmée, qui peut être datée de la 2e moitié du 19e siècle, et la base d'une autre stèle.

    - Enclos funéraire de la famille Ravin (L40) ILLUSTRATION

    Concession acquise par Charles François Ravin, rentier, en 1847. Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent qu´un ossuaire est construit en 1909 par l´entrepreneur Lamolet-Tattegrain.

    Cet enclos présente une disposition symétrique traditionnelle des stèles mais contient une colonne monumentale, tout à fait exceptionnelle par ses dimensions, réalisée vers 1865 par l'entrepreneur Galampoix. La stèle principale a sans doute été réalisée vers 1854 (date de la première inhumation) et complétée vers 1886 et 1909 (dates des décès) par les petites stèles d'applique.

    - Enclos funéraire Morvillez-Joiron, Morvillez-Kaenne et Andrieu-Morvillez (L41)

    Concession acquise en 1849, par Charles Morvillez, voyageur et par sa soeur, Alexandrine Andrieu. Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que la colonne funéraire est réalisée par l'entrepreneur Leroy-Digeon fils, en 1874.

    Cette concession contient une stèle et une colonne, tous deux signés Leroy-Digeon. La stèle en calcaire a sans doute été réalisée vers 1851 (date de la première inhumation). La colonne, réalisée en 1874, est l'oeuvre de l'entrepreneur Leroy-Digeon fils, également connu sous le nom d'Alexandre Leroy.

    - Enclos funéraire Noblesse (L44)

    Concession acquise en 1849 par Jean Antoine et Augustin Philibert Noblesse.

    Cette concession de type couloir, adossée au mur d'enceinte du cimetière, est délimitée par une grille en fer et en fonte. Elle contient une stèle en marbre et une croix en fer forgé, toutes deux renversées.

    - Tombeau de la famille Ravin-Gallet (L46)

    Concession acquise en 1849 par Marie Louise Gallet veuve Ravin, rentière. Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que le caveau est construit en 1882 par l´entrepreneur A. Lamarre, domicilié à Amiens, 130 rue St-Leu.

    Ce tombeau-stèle d'applique, en calcaire, actuellement illisible, peut avoir été réalisé vers 1882, date de la construction du caveau par l´entrepreneur A. Lamarre.

    -Tombeau (stèle funéraire) de la famille Desruelle (L47)

    Concession acquise en 1848 par Amable Victoire Duez, veuve Desruelle, rentière à Amiens.

    -Enclos funéraire Laurent (L54)

    Concession acquise par Augustin Alexandre Laurent, en avril 1833. Stéphane Comte (1847) décrit la concession, ombragée de beaux sapins, qui contient une stèle et trois dalles funéraires (cf. annexe).

    Cette stèle d´applique, en calcaire, peut avoir été réalisée entre 1833 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation) et 1847, date de la publication de Stéphane Comte. Elle constitue le seul vestige de l´enclos funéraire décrit par Stéphane Comte.

    - Tombeau (stèle funéraire) Villejean (L60)

    Concession acquise par Paul Villejean, rentier à Amiens, en novembre 1861.

    Cette stèle funéraire en calcaire a sans doute été réalisée entre 1900 et 1914, comme le suggère la calligraphie des épitaphes.

    - Enclos funéraire Waquet, tombeau (croix funéraire) de Célestine Lequien (L66)

    Seul subsiste, dans cette concession acquise par M. Waquet, un tombeau en forme de croix monumentale en fer, sans doute réalisé vers 1878 (date du décès). Conservant sa plaque à épitaphes, il constitue ainsi un repère chronologique intéressant et un exemple bien conservé d'un type traditionnel de la région, généralement polychrome.

    - Tombeau (stèle funéraire) Samain-Lepan (L67)

    Concession acquise en avril 1864, par Louis Samain-Lepan, domicilié à Amiens, 108 rue de Beauvais.

    Cette concession, délimitée par de gros poteaux en pierre de Tournai, contient une stèle à fronton triangulaire (déposé) en pierre de Tournai, signée par l'entrepreneur Leroy-Digeon et sans doute réalisée vers 1864 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation).

    - Tombeau (stèle funéraire) Scotté-Joly (L 68)

    Concession acquise en mars 1862, par Flore Joséphine Joly, veuve Scotté, domiciliée à Amiens, 7 rue de la Barette.

    Cette concession, délimitée par une grille antérieure en fer forgé et par des poteaux latéraux en calcaire, contient les fragments d´une stèle cintrée en calcaire, probablement élevée entre 1862 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation) et 1875 (date de la dernière inhumation).

    - Tombeau (stèle funéraire) Mangot-Niquet (L72)

    Concession acquise en juin 1858, par Charles Mangot, négociant, domicilié à Amiens, 7 Petite-Rue-Saint-Remy. Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que des travaux ont été réalisés en 1820.

    Epitaphe : Ici repose / Mr Charles MANGOT / ancien commandant d'artillerie / de la Garde Nationale / ancien négociant / vice-président du tir de Picardie / décédé le 30 7bre 1889 dans sa 72e année

    Epitaphe : Mr Louis Marie François / MADER / capitaine au long de ligne / décédé à Paris le [...] mars 1878 / à l'âge de [...] ans / De profundis

    Epitaphe : Ici repose / Mr Louis Henri Joseph / MANGOT / capitaine en retraite / chevalier de la Légion d'Honneur / décédé le 8 octobre 1869 / à l'âge de 87 ans

    Epitaphe : Mr Antoine Jean Marie / MADER / chef de bataillon en retraite / chevalier de la Légion d'Honneur / décédé le 18 novembre 1877 / dans sa 73e année / époux d'Hélène Angélique / MANGOT / - / Notre souvenir voit revivre / ce que nos yeux ont vu mourir

    Epitaphe : Ici repose / Madame Madeleine Hélène / NIQUET/ épouse de Mr L[ouis] J[osep]h Henry / MANGOT / capitaine retraité / chevalier de la Légion d'Honneur / décédée le 19 mai 1858 / à l'âge de 60 ans / - / Elle fut bonne épouse et bonne mère / - / Priez Dieu / pour le repos de son âme.

    -Tombeau Mohr (vestiges) (L73)

    Cette concession acquise en juillet 1861, par Désiré Mohr, professeur de musique, domicilié à Amiens, 27 place Longueville.

    Une note en marge indique que cette concession est entretenue par la ville.

    La base de la stèle (seul vestige du monument) porte la signature de l'entrepreneur Galampoix.

    - Enclos funéraire Prévost et Madaré (L74-75)

    Concession acquise en août 1862 et agrandie en octobre de la même année, par Eugène Hippolyte Madaré, et par Joséphine Aglaé Prévost, domiciliés à Amiens, 37 rue des Rabuissons.

    Cette concession est délimitée par une grille antérieure en fonte et fer forgé et contient deux tombeaux en calcaire, une colonne funéraire (illisible et déposée) et les fragments d'une stèle. Ces deux monuments ont sans doute été réalisés entre 1851 et 1885 (dates des première et dernière inhumations).

    - Tombeau (stèle funéraire) Thériot (L78)

    Concession acquise en décembre 1856, par Alfred Jean Thériot, mécanicien, domicilié à Amiens, 37 rue des Huguenots et par Pierre Onésype Thériot, ouvrier du génie, domicilié à Metz (57).

    Cette concession, délimitée par une grille en fer forgé, contient les vestiges d´une stèle en calcaire, probablement élevée vers 1856 (date d´acquisition de la concession et de l´une des inhumations).

    - Tombeau Marchand et Picart-Lepère (L 79)

    Concession acquise en novembre 1850, par Charles Florent Marchand, domicilié à Amiens, 31 rue du Moulin-Neuf et par madame veuve Picart-Lepère Marie, Marguerite, Ulphe, domiciliée à Amiens, 1 Cour Motte.

    Cette concession, délimitée par une grille en fer forgé, contient la base d´une stèle, probablement élevée vers 1850 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation).

    - Tombeau (stèle funéraire) Jumel-Gesny (L80)

    Concession acquise en mai 1853, par Auguste Joseph Jumel, négociant et par Gesny Josephe Elisa son épouse, domiciliés à Amiens, 15 rue de Metz.

    Cette concession, délimitée par une grille en fer forgé, contient une stèle à entablement et fronton triangulaire (déposé) en calcaire, dont la base subsiste contre le mur et la partie supérieure est déposée, et qui a probablement été élevée vers 1853 (date d´acquisition de la concession et de l´une des inhumations).

    - Tombeau (stèle funéraire) Beauger (L 81)

    Concession acquise en septembre 1856, par Marie Anne Beauger, rentière, domiciliée à Amiens, 26 rue des Corroyers.

    Cette concession, délimitée par des poteaux en calcaire, contient une stèle néogothique en calcaire (déposée), probablement élevée vers 1855 (date de l´une des inhumations) ou 1856 (date d´acquisition de la concession).

    - Tombeau (stèle funéraire) Lesueur (L82)

    Concession acquise en septembre 1856, par Adélaïde Lesueur, domiciliée à Amiens, 63 rue Saint-Roch.

    Cette concession, délimitée par des poteaux en calcaire, contient une stèle cintrée en calcaire, dont la base subsiste contre le mur et la partie supérieure est déposée, sans doute réalisée entre 1856 et 1881 (date d'acquisition de la concession et de la dernière inhumation).

    - Enclos funéraire des familles Caron-Mille et Patté-Roger-[...]noire (L88)

    Concession acquise en janvier 1860, par Charles Caron, coupeur de velours, domicilié à Amiens, 32 rue Blanquetaque.

    Cette concession, délimitée par une grille en fer forgé, contient plusieurs tombeaux. La stèle cintrée en pierre de Tournai, difficilement lisible, semble être le monument le plus ancien, sans doute élevé entre 1856 (date de la première inhumation) et 1860 (date d´acquisition de la concession). Elle est encadrée par deux croix d'applique en calcaire, réalisée en 1897 (à gauche) pour Suzanne Patte et en 1928 (à droite) pour Marthe Patte (dates portées). Enfin, la petite stèle-épitaphe en marbre, ornée de la photo d'un poilu, pourrait dater de 1917 (date du décès du jeune soldat mort au champ d´honneur) et les deux autres, plus récentes mais illisibles, de 1959 (dates des deux dernières inhumations).

    - Tombeau (stèle funéraire) François et Poulain (L95)

    Concession acquise en novembre 1852, par monsieur François Antoine, Félix, domicilié à Amiens, 1 rue Jeanne-Natière.

    Cette concession, délimitée par des poteaux antérieurs en calcaire, contient une stèle cintrée en calcaire, sans doute réalisée vers 1859 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation).

    Epitaphe : Mr. Félix Antoine / FRANCOIS / décédé le 13 avril / 1869 / dans sa 61e année. / Il emporte avec lui / les regrets de toute / sa famille.

    - Tombeau (stèle funéraire) Hévin (L 97)

    Concession acquise en avril 1861, par Jérôme Hévin, domicilié à Amiens, 58 rue des Majots.

    Cette concession, délimitée par une grille antérieure en fer forgé, contient les vestiges d'une stèle en calcaire, probablement élevée vers 1861 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation).

    - Tombeau (stèle funéraire) de la famille Thuillier-Nicole (L99)

    Concession acquise en mars 1893, par madame veuve Thuillier-Nicole Juliette, sans profession, domiciliée à Amiens, 218 rue Béranger.

    Cette concession, délimitée par deux poteaux antérieurs en pierre de Tournai et matérialisée par un sol à trois niveaux également en pierre de Tournai, contient une stèle néogothique stylisée en pierre de Tournai, sans doute réalisée vers 1893 (date d´acquisition de la concession et de la première date de décès portée).

    -Tombeau (stèle funéraire) de la famille Renard-Gaudefroy (L102)

    Concession acquise en avril 1857, par Pierre Auguste Guillain Renard, propriétaire, domicilié à Puchevillers (80), par Baptiste Joseph Achille Dujardin, propriétaire, domicilié à Amiens, 38 rue de Noyon, par Adélaïde Bulte, veuve Renard, propriétaire, domiciliée à Bonnières (62) et par Claude François Edouard Duvette, propriétaire, domicilié à Amiens, 10 rue Henri-IV.

    Cette concession, délimitée par des poteaux en calcaire, contient une stèle en chapeau de gendarme en calcaire, sans doute réalisée vers 1857 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation).

    -Tombeau (stèle funéraire) de la famille Acloque-Domont (L103)

    Concession acquise en septembre 1854, par Joseph Acloque, tailleur, domicilié à Amiens, 17 rue Pavée.

    Cette concession, délimitée par des poteaux en calcaire, contient une stèle cintrée en calcaire, sans doute réalisée vers 1854 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation).

    -Tombeau (stèle funéraire) Facque-Lefebvre (L104) ILLUSTRATION

    Concession acquise en mai 1854, par Clarisse Lefebvre, veuve Facque, rentière, domiciliée à Amiens, 14 rue Dame-Jeanne.

    Cette concession, délimitée par une grille en fer forgé, contient une stèle en chapeau de gendarme en calcaire, illisible, probablement élevée vers 1853 (date de la première inhumation) ou vers 1854 (date d´acquisition de la concession).

    - Tombeau (stèle funéraire) de la famille Debray-Desmarquest (L105) ILLUSTRATION

    Concession acquise en mai 1853 et agrandie en octobre 1853, par Louise Alexandrine Desmarquest, veuve Debray, propriétaire, domiciliée à Amiens, 43 rue des Rabuissons. Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que l'entrepreneur Lefebvre fils a réalisé des travaux en 1853.

    Cette concession, délimitée par une grille en fonte et fer forgé, contient une stèle à entablement et fronton triangulaire en calcaire, sans doute réalisée vers 1853 (date d´acquisition et d´agrandissement de la concession et de la première inhumation) pour le notaire Louis Jean-Baptiste Debray. On signalera également la présence d´une belle croix en fonte moulée fixée au pied du monument.

    Epitaphe : Ici / repose le corps de / Louis Jean-Baptiste / DEBRAY / ancien notaire / à Lamotte-en-Santerre / et notaire honoraire / décédé le 11 mai 1853 / à l'âge de 52 ans.

    -Tombeau (stèle funéraire) de la famille Mille-Legrand (L106)

    Concession acquise en avril 1853, par Amable Mille, teinturier, domicilié à Amiens, 2 faubourg de Hem.

    Cette concession, délimitée par une grille en fonte et fer forgé, contient une grande stèle rectangulaire d'applique à entablement en calcaire, difficile à lire, et probablement élevée entre 1844 (date de la première inhumation) et 1853 (date d´acquisition de la concession). On signalera la présence d´un sapin planté au pied du monument.

    -Tombeau (stèle funéraire) de la famille Derly-Polard (L108) ILLUSTRATION

    Concession acquise en mai 1864, par Sophie Polard, veuve Derly, domiciliée à Amiens, 5 rue Tourne-Coëffe.

    Cette concession, délimitée par une grille antérieure en fonte et fer forgé, contient une stèle architecturée en pierre de Tournai, illisible, signée par l'entrepreneur Lamolet et sans doute réalisée entre 1844 (date de la première inhumation) et 1864 (date d´acquisition de la concession et de l´une des inhumations).

    - Tombeau (stèle funéraire) de Rosalie Sévin, dite Madeleine Baptiste (L109)

    Concession acquise en septembre 1849, par Rosalie Fisseaux, veuve Pansiot et par Jules Amédée Fisseaux, marchand de volailles, domiciliés à Amiens, rue Dijon.

    Cette concession, délimitée par une grille en fonte et fer forgé, contient une stèle en chapeau de gendarme en calcaire, sans doute réalisée vers 1849 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation) pour Rosalie Sévin, dite Madeleine Baptiste, unique défunte mentionnée sur le tombeau.

    Epitaphe : Ici / repose une bonne mère / Rosalie / SEVIN / dit M[adel]eine BAPTISTE / M[archan]de de Volailles en cette Ville / née à Beauval en 1793 / décédée à Amiens le 23 avril 1849.

    - Tombeau (stèle funéraire) Polart (L 110)

    Concession acquise en décembre 1849, par Marthe Genneviève Dupont, veuve Polart, sans profession, domiciliée à Amiens, 69 rue Saint-Leu, par Louis François Polart, sergent de ville, domicilié à Amiens, 1 rue des Majots, et par Amable Baptiste Polart, débitant, domicilié à Amiens, 69 rue Saint-Leu.

    Cette concession, délimitée par une grille antérieure en fonte et fer forgé, contient les vestiges d'une stèle en calcaire, recouverte par la végétation et probablement élevée vers 1849 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation).

    - Tombeau Vignon (L 113)

    Concession acquise en août 1836 et agrandie en juin 1838, par Jean-Baptiste, Stanislas Vignon, marchand, domicilié à Amiens, rue de Noyon.

    Cette concession, adossée au second mur d'enceinte, n'est plus délimitée dans sa partie antérieure et est matérialisée de chaque côté par des poteaux calcaire initialement reliés par des barres de fer. Des arbres ont envahi le centre de cette sépulture, dans laquelle il ne subsiste plus aucune trace de monument.

    -Tombeau (stèle funéraire) Lescot-Prévôt (L120)

    Concession acquise en juin 1858, par Pierre Natalis Lescot-Prévôt, rentier, domicilié à Pont-de-Metz (80).

    Cette concession, délimitée par une grille en fonte, contient une stèle rectangulaire en calcaire, sans doute réalisée vers 1858 (date d´acquisition de la concession et de l´une des inhumations). On signalera la présence d´un porte-couronne de style néogothique au centre de la concession.

    - Tombeau (stèle funéraire) Gérard-Lescot (L 121)

    Concession acquise en juin 1858, par Stéphanie Hortense Lescot, veuve Gérard, rentière, domiciliée à Amiens, 38 rue Gresset.

    Cette concession, qui conserve partiellement sa clôture, contient les vestiges d'une stèle en calcaire, sans doute réalisée entre 1833 et 1871 (dates des première et dernière inhumations).

    -Tombeau (stèle funéraire) de la famille Martel-Hordé (L123)

    Concession acquise en octobre 1857, par Amable Prosper Martel, domicilié à Amiens, 7 quai de la Passerelle.

    Cette concession, délimitée par une grille en fer forgé, contient une stèle néogothique en pierre de Tournai, signée Gadré, sans doute réalisée vers 1890 (date de l´une des inhumations).

    -Tombeau (stèle funéraire) Grare-Rose (L124)

    Concession acquise en novembre 1855, par Françoise Rose, veuve Grare, journalière, domiciliée à Amiens, 9 rue de la Contrescarpe.

    Cette concession, qui ne conserve plus sa clôture, contient une stèle cintrée en calcaire, en mauvais état, probablement élevée vers 1855 (date d´acquisition de la concession et de l´une des inhumations).

    -Enclos funéraire de la famille Lefebvre-Dubois (L125) ILLUSTRATION

    Concession acquise en avril 1849 et agrandie en octobre 1855, par Sophie Marguerite Dubois, veuve Lefebvre, domiciliée à Amiens, 76 rue du Hocquet.

    Cette concession, délimitée par une grille en fer forgé, contient deux tombeaux, une stèle cintrée en calcaire, sans doute réalisée entre 1849 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation) et 1855 (date d'agrandissement de la concession et de l'une des inhumations) et une croix funéraire en fonte et fer forgé, probablement élevée au milieu du 19e siècle (analyse stylistique).

    Epitaphe (stèle cintrée) : Sophie Amable / LEFEBVRE, / décédée le 17 8bre 1855, âgée de 17 ans et 1 mois / - / La mort a terminé ton douloureux martyre. / Ton âme chaste et pure est remontée vers Dieu. / Et ta mère succombe au désespoir qu'inspire / Ton éternel adieu. / Toi seule sur la terre étais mon bonheur. / Que ferai-je ici-bas, sans toi, fille adorée. / Rien ne pourra calmer désormais la douleur / De mon âme navrée.

    -Tombeau (stèle funéraire) Delzant-Turben (L126)

    Concession acquise en juin 1854, par Servais François Joseph Delzant, propriétaire, domicilié à Amiens, 29 rue Saint-Fuscien.

    Cette concession, délimitée par une grille en fer forgé, contient une stèle à entablement et fronton en calcaire, en mauvais état, sans doute réalisée vers 1854 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation).

    -Enclos funéraire Bazille (L128)

    Concession acquise en mai 1853, par Pierre Joseph Bazille, rentier, domicilié à Amiens, rue Gribeauval.

    Cette concession, délimitée par une grille en fonte et fer forgé, contient plusieurs monuments. A gauche, les deux bases de stèles juxtaposées en calcaire, ont sans doute été réalisées vers 1853 (date d´acquisition de la concession). A droite, la stèle cintrée en calcaire a probablement été élevée vers 1836 (date de la première inhumation) On signalera la présence d´un porte-couronne mortuaire de style néogothique en pierre de Tournai sur le côté gauche de la concession.

    -Tombeau (stèle funéraire) Bazin-Maillet (L129)

    Concession acquise en juin 1862, par Juliette Maillet, veuve Bazin, domiciliée à Amiens, 4 rue du Lycée.

    Cette concession, délimitée par une grille en fer, contient une stèle en calcaire, en mauvais état, probablement élevée vers 1862 (date d´acquisition de la concession) et de l'inhumation d'Auguste Bazin (1824-1862), agréé au Tribunal de Commerce d'Amiens.

    Epitaphe : Auguste BAZIN / né à Honfleur le 23 mai 1824 / Agréé au Tribunal de Commerce d'Amiens / époux de Juliette MAILLET / décédé le 28 février 1862 / âgé de 38 ans.

    - Tombeau (stèle funéraire) Mention (L131) ILLUSTRATION

    Concession acquise en février 1850, par Jean-Baptiste Mention, employé, et Jules Adrien Mention, emballeur, domiciliés à Amiens, 13 rue des Cordeliers.

    Cette concession, délimitée par une grille en fer forgé à barreaux croisés, contient une stèle cintrée en pierre de Tournai sans doute réalisée entre 1850 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation) et 1868 (date de l´une des inhumations, la première portée sur le tombeau).

    - Enclos funéraire de la famille J. L Doutart (L 139) ILLUSTRATION

    Concession acquise en octobre 1839, par Joséphine Vanderscheit, veuve Doutart, rentière, domiciliée à Amiens, 23 rue des Francs-Muriers. La croix funéraire porte la signature de l'entrepreneur A. Sallé.

    Cette concession, qui ne conserve que partiellement sa clôture, contient six monuments. Au centre la croix en calcaire, signée par l'entrepreneur A. Sallé, peut avoir été élevée vers 1887, date du décès de Louis Joseph Charles Doutart. Contre le mur s'élève le tombeau familial, une stèle funéraire en pierre de Tournai, encadrée de deux stèles rectangulaires d'applique, sans doute réalisées vers 1888 pour la stèle centrale (date de la dernière inhumation portée), 1897 pour la stèle gauche (dates d´inhumations portées) et 1896 pour la stèle droite (unique date d´inhumation portée). Enfin sur la droite, subsistent deux petits obélisques en marbre blanc identiques, qui semblent contemporains, l'un élevé vers 1854.

    -Tombeau (stèle funéraire) Pinchemel (L140) ILLUSTRATION

    Concession acquise en novembre 1840, par Donat, Jean-Baptiste Pinchemel, épicier, domicilié à Amiens, 19 rue des Vergeaux.

    Cette concession, délimitée par des poteaux antérieurs en pierre de Tournai, contient une stèle néogothique en pierre de Tournai, signée par l'entrepreneur Gevers et sans doute réalisée vers 1890 (date de l´une des inhumations), pour le receveur de l´Enregistrement Jules Ernest Fardel.

    Epitaphe : [...] / Jules Ernest FARDEL / né à Doullens le 23 février 1821 / décédé Receveur de l'Enregistrement en retraite / à Amiens le 30 mars 1890 / - / Jean-Baptiste Donat PINCHEMEL / né à Amiens le 30 novembre 1829 / avoué honoraire, ancien adjoint au Maire / de la Ville d'Amiens / décédé Juge de Paix à Saint-Just-en-Chaussée / le 18 août 1910 / [...].

    - Tombeau (stèle funéraire) Bruxelles-Gaillot (L144)

    Concession acquise en mars 1844, par Lucie Gaillot, veuve Bruxelles, fabricante de pain d'épices, domiciliée à Amiens, rue Saint-Germain.

    Cette concession, délimitée par une grille en fer forgé, contient une stèle à entablement et fronton triangulaire en calcaire, ornée d´une tablette en fonte au niveau de l´entablement portant vraisemblablement à l'origine le nom du destinataire, sans doute réalisée vers 1844 (date d´acquisition de la concession et de l´une des inhumations).

    -Tombeau (stèle funéraire) des familles Hordé-Colbert et Maillart-Hordé (L145)

    Concession acquise en novembre 1847 et agrandie en mars 1849, par Claire Colbert, veuve Hordé, rentière, par Eugène Maillart, fabricant, et Clarisse Hordé son épouse, domiciliés à Amiens, 15 rue des Clairons. Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que l'entreprise A. Barbier-Tavernier et Dupont a réalisé des travaux en 1880.

    La base en calcaire constitue le seul vestige de la stèle d´origine, probablement élevée vers 1849 (date d´agrandissement de la concession).

    Epitaphe : MAILLARD Emile / artiste-peintre / 1846-1926

    Epitaphe : L[ieutenan]t MAILLART Pierre / Mort pour la France / 1893-1915.

    - Enclos funéraire Cagnard et Douchet (L148-149)

    La concession L 149 fut acquise en juin 1849, par Jean-Louis, Frédéric Douchet, propriétaire, domicilié à Amiens, 2 rue des Meuniers, Saint-Maurice. La concession L 148 fut acquise en avril 1870, par François, Wulphy Cagnard, domicilié à Amiens, 13 Grande-Rue-Saint-Maurice. Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que l'entrepreneur Lefebvre fils, domicilié à Amiens 3 rue de l'Ecluse, a réalisé des travaux en 1874.

    Cette concession, délimitée par une grille en fer forgé, contient trois monuments : au centre une stèle à croix de style néo-rocaille, probablement élevée dans le 4e quart du 19e siècle (analyse stylistique), à droite, une stèle cintrée en calcaire déposée sur le sol en plusieurs fragments et sans doute réalisée entre 1862 (date de la première inhumation) et 1870 (date d´acquisition de la concession) et enfin, contre le mur la base d'une stèle (?) en calcaire subsistant à l'état de vestiges, et probablement élevée vers 1849 (date d´acquisition de la concession L 149).

    Epitaphe (stèle cintrée) : Gustave Adolphe / CAGNARD / propriétaire / Membre du conseil de fabrique / [non lu]

    Epitaphe (stèle cintrée) : Charles VAHNEL / cultivateur / Médaille militaire / Croix de guerre 1914-1918 / 1888-1954

    - Tombeau (stèle funéraire) de la famille Doutart (L 155)

    Concession acquise en mai 1850, par Auguste Jean-Baptiste Doutart, rentier, domicilié à Amiens, 35 rue Saint-Jacques et par Victor, Joseph Prudhomme, ouvrier-serrurier, domicilié à Amiens, 33 rue Saint-Jacques.

    Cette concession, délimitée dans sa partie antérieure par un mur-bahut en calcaire, contient une stèle en chapeau de gendarme en calcaire, sans doute réalisée vers 1850 (date d´acquisition de la concession et de l´une des inhumations).

    Epitaphe : Amable DOUTART / ancien menuisier / 83 ans - 1er mai 1850.

    - Enclos funéraire Dujardin-Choquet (L156) ILLUSTRATION

    Concession acquise en juin 1850, par Marthe Eugénie Choquet, veuve Dujardin, propriétaire, domiciliée à Amiens, rue Saint-Jacques.

    Cette concession, délimitée par une grille en fonte et fer forgé à barreaux croisés, contient deux stèles juxtaposées à fronton cintré (déposés) en calcaire, sans doute réalisées entre 1850 (date d´acquisition de la concession) et 1861 (date de l´une des inhumations).

    Epitaphe : DUJARDIN / Pierre Nicolas / Chef de division à la Préfecture / de la Somme / né à Amiens en 1806 / décédé en la même ville le 31 mai 1861 / âgé de 54 ans.

    -Tombeau (stèle funéraire) de la famille Bralant-Viart (L157) ILLUSTRATION

    Concession acquise en juillet 1850, par Bernard Maurice Bralant, débitant, domicilié à Amiens, 39 place du Marché-aux-Herbes.

    Cette concession, délimitée par une grille en fonte et fer forgé, contient une stèle en chapeau de gendarme en calcaire, sans doute réalisée vers 1850 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation).

    -Tombeau (stèle funéraire) Drevelle (L158)

    Concession acquise en décembre 1850, par Eugène Jean-Baptiste Drevelle, boucher, domicilié à Amiens, 28 place du Marché-au-Fil, par François Drevelle, boucher, domicilié à Amiens, 21 Grande-Rue de Beauvais et par Augustin Drevelle, boucher, domicilié à Amiens, rue Mondain.

    Cette concession, ne conservant plus de clôture, contient une stèle cintrée en calcaire, probablement élevée vers 1850 (date d´acquisition de la concession et de l´une des inhumations).

    Epitaphe : Mr. Augustin Joseph / DREVELLE / M[archan]d Boucher / décédé le 6 décembre 1850 / âgé de 66 ans et 11 mois / époux de Marie Catherine / Rosalie LADENT.

    -Enclos funéraire Decour (L159)

    Concession acquise en septembre 1851, par Elisabeth Decour, veuve Colbert, rentière, domiciliée à Amiens, 28 rue Neuve-des-Minimes.

    Cette concession, délimitée par une grille en fer forgé, contient une stèle cintrée en calcaire subsistant à l'état de vestiges, sans doute élevée entre 1851 (date d´acquisition de la concession) et 1862 (date de la première inhumation), ainsi qu´une petite stèle en granite noir poli, probablement déposée vers 1910.

    -Tombeau (stèle funéraire) de la famille Balin (L160)

    Concession acquise en août 1853, par Joseph, Hyacinthe Balin, limonadier, domicilié à Saint-Brieux (22).

    Cette concession, délimitée par deux poteaux antérieurs en calcaire, contient une stèle cintrée en calcaire, sans doute réalisée vers 1853 (date d´acquisition de la concession et de la dernière inhumation).

    - Tombeau (stèle funéraire) Delvacq (L 163)

    Concession acquise en mai 1857, par Jean-Baptiste Théophile Delvacq, professeur de musique, domicilié à Amiens, 54 rue des Jacobins.

    Cette concession, ne conservant plus de clôture, contient les vestiges d'une stèle en calcaire, probablement élevée entre 1840 (date de la première inhumation) et 1857 (date d´acquisition de la concession).

    - Tombeau (stèle funéraire) Delvacq et Boulogne (L 164)

    Concession acquise en octobre 1856, par Jean-Baptiste, Théophile Delvacq, professeur de musique, domicilié à Amiens, 54 rue des Jacobins.

    Cette concession, délimitée par une grille antérieure en fonte et fer forgé, contient les vestiges d'une stèle, sans doute réalisée entre 1852 et 1875 (dates des première et dernière inhumations).

    -Tombeau (stèle funéraire) de la famille Honeste Wargnier (L168) ILLUSTRATION

    Concession acquise en décembre 1856, par Honeste André Wargnier, courtier de commerce, domicilié à Amiens, 16 rue de la Narine.

    Cette concession, délimitée dans sa partie antérieure par des poteaux en calcaire, contient une grande stèle en chapeau de gendarme en calcaire, sans doute réalisée vers 1856 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation).

    -Tombeau Chatelain (L 172) ILLUSTRATION

    Concession acquise en septembre 1852, par Charles Chatelain-Guibet, ancien tailleur, domicilié à Amiens, 25 rue des Rabuissons.

    Cette concession, matérialisée par un sol (très abîmé) en pierre de Tournai, contient une stèle cintrée en calcaire, probablement élevée vers 1852 (date d’acquisition de la concession et de l’une des inhumations).

    - Tombeau Boulfroy (L 178)

    Concession acquise en janvier 1851, par Joseph Boulfroy, serrurier, domicilié à Amiens, 7 rue Saint-Germain.

    Cette concession, délimitée par une grille en fonte ouvragée, contient l'armature métallique d'un auvent protège-couronne, fixée à même la clôture ainsi que les vestiges d'un Christ en croix, adossé contre le mur.

    - Tombeau Desailly (L 180)

    Concession acquise en août 1849 et agrandie en novembre 1850, par Lucien Aubin Desailly, boulanger, domicilié à Amiens, Grande-Rue de Beauvais.

    Cette concession ne contient plus aucune trace de monument.

    - Tombeau (stèle funéraire) de la famille Beauvisage-Létuvé (L181)

    Concession acquise en juillet 1850, par Marie Madeleine Létuvé, veuve Beauvisage, débitante, domiciliée à Amiens, 1 rue de la Poissonnerie-d'Eau-Douce.

    Cette concession, ne conservant que partiellement sa clôture, contient une stèle néogothique en pierre de Tournai, probablement élevée vers 1850 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation). On signalera la présence d´un porte-couronne mortuaire de style néogothique en pierre de Tournai au pied du monument.

    Tombeau (croix funéraire) Cacheux (L182)

    Concession acquise en juin 1850, par Casimir Cacheux, rentier, domicilié à Amiens, rue du Petit-Saint-Roch.

    Cette concession, qui a perdu sa clôture, contient une croix funéraire en fonte et fer forgé, probablement élevée vers 1850 (date d´acquisition de la concession et de l´unique inhumation).

    - Tombeau (stèle funéraire) Chatelain (L184)

    Concession fut acquise en juillet 1850, par Céline Tavernier, veuve Chatelain, domiciliée à Amiens, impasse du Jeune-Matin et par Marie Chatelain, mineure représentée par Jacques Leleu, son tuteur, peintre, domicilié à Amiens, 40 rue Gresset.

    Cette concession, délimitée par un portillon antérieur en fer forgé, contient une stèle cintrée en calcaire, très difficile à lire et menacée (fragments déposés), qui a probablement été élevée vers 1850 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation).

    -Tombeau (croix funéraire) Dupetit (L187)

    Concession acquise en mars 1851, par Honoré Aquilin Dupetit, corroyeur, domicilié à Amiens, 11 rue de Job.

    Cette concession, délimitée dans sa partie antérieure par un portillon central en fonte et fer forgé, contient une croix funéraire en fonte et fer forgé, probablement élevée entre 1847 et 1882 (dates des deux uniques inhumations).

    -Enclos funéraire de la famille Devillers (L 195) ILLUSTRATION

    Concession acquise en octobre 1860 et agrandie en mai 1865, par Justine Baratte, veuve Devillers, domiciliée à Amiens, 10 quai de la Passerelle. Elle fut agrandie une seconde fois, en juin 1871, par Gustave Lehr-Joliot, domicilié à Paris, 9 boulevard Haussmann.

    Cette concession, rehaussée par rapport au niveau du terrain, est délimitée par des poteaux en calcaire. Elle contient deux monuments, dont une stèle en calcaire, sans doute réalisée vers 1853, date du décès de l´ancien fabricant François Joseph Devillers. Un second petit monument en calcaire (probablement une croix dont la partie supérieure aurait disparu) subsiste à l'état de vestiges.

    -Enclos funéraire Briez-Marchand et Leclercq-Marchand (L197)

    Concession acquise en mai 1864, par Clarice Flore Marchand, veuve Briez, épouse Leclercq en secondes noces, et par Louis Joseph Leclercq son époux, grilleur de velours, domiciliés à Amiens, 2 rue du Château-Milan.

    Cette concession, qui ne conserve que partiellement sa clôture, contient six monuments, disposés sans aucune symétrie et témoignant de l´évolution de l´occupation du terrain en fonction des inhumations. Au premier plan, se trouve le monument le plus récent, une stèle contemporaine en granito, probablement construite vers 1962 (date de la première inhumation mentionnée). Sur le côté droit, sont déposées une stèle rectangulaire en pierre de Tournai, sans doute réalisée vers 1864 (date de l´échange du terrain de la plaine H vers la plaine L), ainsi que les vestiges d'une stèle trapézoïdale en calcaire, sans doute réalisée vers 1878 (date de l´une des inhumations mentionnées). Contre le mur à droite subsistent les fragments d'une stèle en calcaire et au centre s'élève une colonne funéraire brisée en calcaire, toutes deux ont vraisemblablement été élevées dans la 2e moitié du 19e siècle. Enfin, sur le côté gauche, tournée vers le centre de la concession, se dresse la base d'une stèle (?) en calcaire, signée par l´entrepreneur Lesot et sans doute réalisée au cours du 4e quart du 19e siècle. On signalera la présence d´un buis planté au centre de la concession.

    - Tombeau (stèle funéraire) Mouronval-Durieu (L 199)

    Concession acquise en août 1861, par Charles, Joseph Mouronval-Durrieu, propriétaire, domicilié à Amiens, rue des Vergeaux.

    Cette concession, délimitée par des poteaux en calcaire, contient une stèle cintrée également en calcaire, actuellement déposée face contre terre. Elle a probablement été élevée vers 1861 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation).

    - Enclos funéraire Duchaussoy-Guénard (L200) ILLUSTRATION

    Concession acquise en mai 1861 et agrandie en juillet 1861, par Caroline Guénard, veuve Duchaussoy et par Benjamin Duchaussoy, merciers, domiciliés à Amiens. Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que l´entrepreneur Veuve Lamolet a réalisé le caveau ainsi que le monument funéraire en 1881.

    Cette concession, délimitée par une grille en fonte ouvragée, contient deux monuments. Contre le mur, s'élève une stèle néogothique en pierre de Tournai, signée par l'entrepreneur Lamolet-Tattegrain et sans doute réalisée vers 1848-1849 (dates des deux premières inhumations). A gauche se trouve un socle de colonne en calcaire, probablement élevée vers 1886-1887 (dates des deux inhumations mentionnées).

    - Enclos funéraire de la famille Leroux et Voiron (L201)

    Concession acquise en juillet 1860 et agrandie en juillet 1861, par Edouard Leroux, confiseur, domicilié à Amiens, 26 rue Saint-Jacques.

    Cette concession est rehaussée par rapport au niveau du sol et délimitée par des poteaux en pierre de Tournai. Elle contient quatre monuments. Le tombeau principal est une stèle cintrée en calcaire, probablement élevée vers 1860 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation) ou 1861 (date d´agrandissement de la concession). Elle est précédée de trois tombales à dos d'âne en granite belge (illisibles), sans doute réalisées au cours de la 2e moitié du 19e siècle ou 1er quart du 20e siècle.

    - Tombeau Eloy (L 203)

    Concession acquise en novembre 1857, par Noël Eloy, cultivateur, domicilié à Amiens, 12 rue du Boucaque.

    Cette concession, délimitée par des poteaux en calcaire et complètement envahie par la végétation, ne conserve plus aucune trace de monument.

    - Tombeau (stèle funéraire) Harmant-Rose (L 204)

    Concession acquise en juin 1852, par Emélie Rose, veuve Harmant, aubergiste, domiciliée à Amiens, 18 rue du Grand-Faubourg-de-Noyon.

    Cette concession, délimitée par des poteaux en calcaire, contient la base d'une stèle en calcaire, complètement recouverte par la végétation et probablement élevée vers 1852 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation).

    - Enclos funéraireTouzet (L205)

    Concession acquise en août 1844, par Gérard, Marcellin Touzet, domicilié à Amiens, 7 rue Henri-IV.

    Cette concession, délimitée par une grille en fonte et fer forgé, contient deux monuments subsistant à l'état de vestiges, dont une stèle inidentifiable et une stèle trapézoïdale en calcaire, toutes deux recouvertes par la végétation et sans doute réalisées entre 1833 et 1866 (dates de la première et dernière inhumations), probablement vers 1844 (date d´acquisition de la concession et de deux des inhumations). On signalera les attributs professionnels sculptés sur la partie supérieure de la stèle trapézoïdale.

    - Tombeau (stèle funéraire) de la famille Patour-Debéthune (L206)

    Concession acquise en juin 1849 et agrandie en novembre 1850, par Joseph Patour propriétaire, et Zéphirine Eugénie Debéthune son épouse, domiciliés à Amiens, 34 rue Saint-Martin.

    Cette concession, délimitée par une grille en fer forgé, contient un fronton cintré en calcaire, unique vestige d'une stèle initialement fixée contre le mur. Elle a sans doute été réalisée entre 1841 et 1858 (dates des première et dernière inhumations), probablement vers 1848 (date de l´une des inhumations) ou 1849 (date d´acquisition de la concession) ou encore 1850 (date d´agrandissement de la concession).

    - Tombeau (stèle funéraire) de la famille Canat (L207)

    Concession acquise en août 1849, par Jean Canat, gardien de la maison de Justice, domicilié à Amiens, place de l'Hôtel-de-Ville.

    Cette concession, délimitée par deux poteaux antérieurs en calcaire et matérialisée de chaque côté par une sorte de palissade métallique, contient une stèle en chapeau de gendarme en calcaire (déposée), signée par l'entrepreneur Galampoix et sans doute réalisée vers 1849 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation).

    - Tombeau (stèle funéraire) des familles Rigault et Mahout-Rigault (L208-209) ILLUSTRATION

    La concession L 208 fut acquise en août 1849, par Jean René Rigault, domicilié à Amiens, rue de la Poissonnerie-d'Eau-Douce. La concession L 209 fut acquise en juillet 1849, par Constant Mahout, domicilié à Amiens, 38 rue du Quai.

    Cette concession, délimitée par une grille en fonte à barreaux croisés, contient plusieurs monuments. La stèle cintrée en calcaire, tombeau principal, a sans doute été réalisée vers 1849 (date d´acquisition des deux concessions et de l´une des inhumations).

    - Tombeau Tourniquet (L 210)

    Concession acquise en mai 1849, par Jean-Baptiste Tourniquet, cafetier, domicilié à Amiens, Place de l'Hôtel-de-Ville. Elle fut agrandie en septembre 1854, par Jean-Marie Tourniquet, compositeur, domicilié à Amiens, 10 rue des Bourelles.

    Cette concession, délimitée par des poteaux antérieurs en granito, contient les vestiges d'une stèle en calcaire très difficile à lire, mais probablement élevée vers 1854 (date d´agrandissement de la concession et de l´une des inhumations).

    - Tombeau Grincourt-Gasser (L246)

    Concession acquise en décembre 1869, par Adolphe Grincourt, employé de commerce, domicilié à Amiens, 15 rue Evrard de Fouilloy.

    - Tombeau Boniface (L247)

    Concession acquise en juillet 1870, par Alfred Boniface, employé d'assurances, domicilié à Amiens, 4 rue des Cordeliers.

    - Tombeau (stèle funéraire) Dufourmantelle-Cozette (L248)

    Concession acquise en décembre 1869, par Désiré Joseph Dufourmantelle, propriétaire, domicilié à Amiens, 21 rue des Cordeliers.

    - Tombeau Cailly-Pierru (L249)

    Concession acquise en décembre 1869, par monsieur Cailly-Pierru Pierre, négociant, domicilié à Amiens, 2 rue Saint-Germain.

    - Tombeau (stèle funéraire) Alot-Warin (L250) ILLUSTRATION

    Concession acquise en décembre 1869 par Léontine Warin veuve Alot, briquetière, domiciliée à Amiens, 82 rue du Faubourg du Cours.

    -Tombeau (stèle funéraire) Marguerie-Alot (L251) ILLUSTRATION

    Concession acquise en décembre 1869, par Pierre Marguerie, propriétaire et par Adolphine Alot, son épouse, domiciliés à Amiens, 11 Quai de l'Abattoir.

    - Tombeau Caron-Decalogne (L252)

    Concession acquise en décembre 1869, par Henri Caron, marchand-brocanteur, domicilié à Amiens, 7 rue des Verts Moines.

    - Tombeau Caumartin-Gosselin (L253)

    Concession acquise en décembre 1869, par Noël Alexandre Caumartin, marchand-boulanger, domicilié à Amiens, 23 rue Saint-Fuscien. Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que l'entrepreneur Lamolet a construit une "stèle néoclassique" en 1870.

    - Tombeau Bacquet-Capet (L254)

    Concession acquise en décembre 1869, par Lucie Capet, veuve Bacquet sans profession, domiciliée à Amiens, 12 rue Sire Firmin Leroux.

    - Tombeau Caille-Degand (L255)

    Concession acquise en décembre 1869, par Jean-Baptiste Henri Caille-Degand, fabricant, domicilié à Amiens, 24 rue Haute des Tanneurs. Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que l'entrepreneur Leroy-Digeon a construit une "stèle néoclassique, agrémentée de deux tables" en 1870.

    - Tombeau Jancourt (L256)

    Concession acquise en janvier 1870, par Louis Clovis Jancourt, rentier, domicilié à Amiens, Hospice Saint-Vincent-de-Paul.

    - Tombeau Daire-Duhamel (L257)

    Concession acquise en janvier 1870, par Albéric Daire, propriétaire, domicilié à Amiens, 53 boulevard de l'Est. Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que l'entrepreneur Lesot-Helleux a réalisé des travaux en 1913.

    Monument détruit, tombeau actuel hors étude.

    - Tombeau Drevelle-Béguet (L257ter)

    Concession acquise en décembre 1872, par Eugène Augustin Drevelle, négociant en vins, domicilié à Amiens, 16 rue des Jeunes-Matins.

    - Tombeau Darras-Brandicourt (L258bis)

    Concession acquise en janvier 1870, par Paul Auguste Darras-Brandicourt, domicilié à Amiens, 84 rue de la Citadelle.

    - Tombeau Wier-Prieur (L259)

    Concession acquise en janvier 1870, par madame veuve Wier-Prieur Joséphine, domiciliée à Amiens, 17 rue Martin Bleu Dieu.

    - Tombeau Grouille-Douchet et Tattegrain-Grouille (L260)

    Concession acquise en janvier 1870, par monsieur Tattegrain-Grouille, domicilié à Amiens, 9 rue des Francs Mûriers. Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que l'entrepreneur G. Mercier a réalisé des travaux en 1915.

    Monument détruit, tombeau actuel hors étude.

    - Tombeau (stèle funéraire) Denizot-Choquet (L261) ILLUSTRATION

    Concession acquise en janvier 1870, par Louis Denizot, domicilié à Amiens, 15 boulevard Saint-Jacques.

    - Tombeau Dambreville (L262)

    Concession acquise en février 1870, par Claire Dambreville, domiciliée à Amiens, 4 rue Basse Notre-Dame.

    -Tombeau (stèle funéraire) des familles Leclercq et Hutteau Orrier (L 263)

    Concession acquise en mars 1870, par Adolphe Hutteau, domicilié à Amiens, 18 rue Gresset.

    Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que l'entrepreneur Lefèbvre fils réalise le caveau en 1870.

    Concession non étudiée en raison de la végétation trop dense.

    - Tombeau Debreilly (L264)

    Concession acquise en mars 1870, par Louis Jean-Baptiste Debreilly, domicilié à Amiens, 18 rue du milieu de la Veillère.

    - Tombeau (stèle funéraire) Joseph (dit Lefebvre) Leriche (L265)

    Concession acquise puis agrandie en mars 1870, par madame veuve Joseph (dite Lefebvre), née Leriche, domiciliée à Amiens, 50 rue Saint-Jacques. Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que l'entrepreneur Leriche a construit le monument en 1870.

    - Tombeau Enique (L266)

    Concession acquise en avril 1870, par Félicitée Rose Enique, domiciliée à Amiens, 36 rue de Metz l'Evêque.

    - Tombeau Ranson-Lefebvre (L267)

    Concession acquise en mars 1872, par François Ranson, domicilié à Amiens, 32 rue Porte de Paris.

    - Tombeau Pruvost-Dècle (L268)

    Concession acquise en mai 1870, par Joseph Firmin Pruvost-Dècle, domicilié à Amiens, 61 boulevard Saint-Jacques.

    - Tombeau Fisseaux-Hermant (L269)

    Concession acquise puis agrandie en mai 1870, par monsieur Fisseaux-Hermant, domicilié à Amiens, 8 rue de Metz.

    - Tombeau Fanchon-Léger (L271)

    Concession acquise en mai 1870, par madame veuve Fanchon-Léger Marie Catherine Adélaïde, domiciliée à Amiens, 83 rue du Lycée.

    - Tombeau Bouvier-Desmarest (L272)

    Concession acquise en mai 1870, par madame veuve Bouvier-Desmarest Ursule, domiciliée à Amiens, 52 rue des Bourelles.

    - Tombeau (stèle funéraire) Chaussoy-Labussière (L273)

    Concession acquise en juin 1870, par Augustine Labussière, veuve Chaussoy, domiciliée à Amiens, 33 rue des Rabuissons.

    - Tombeau (stèle funéraire) Hénin-Mongrenier (L274) ILLUSTRATION

    Concession acquise en mai 1870, par François Hénin-Mongrenier, domicilié à Amiens, 12 rue Saint-Leu. Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que l'entrepreneur Lefebvre a réalisé des travaux en 1870.

    - Tombeau (stèle funéraire) Pigné-Heurtaux (L275) ILLUSTRATION

    Concession acquise en septembre 1846, par Pierre Pigné, marchand-épicier et par Marie Françoise Joséphine Heurtaux son épouse, domiciliés à Amiens, 75 rue de la Hotoie.

    - Tombeau Robiquet (L276)

    Concession acquise en juillet 1871, par Clémence Robiquet, domiciliée à Amiens, 4 rue de la Bibliothèque.

    - Tombeau (stèle funéraire) Delaporte et Demolliens (L277-278)

    La concession L 277 fut acquise en juin 1870, par Antoine Delaporte, domicilié à Amiens, 41 rue Saint-Germain. La concession L 278 fut acquise en juin 1870, par Adèle Demolliens, domiciliée à Amiens, 41 rue Saint-Germain.

    - Tombeau Moncourt (L279)

    Concession acquise en mai 1870 et agrandie en juin de la même année, par Laurent Moncourt, domicilié à Amiens, 95 boulevard Saint-Jacques.

    - Tombeau (stèle funéraire) Gasser-Gueudet (L280) ILLUSTRATION

    Concession acquise en décembre 1869 et agrandie en juin 1870, par Alexandre Gasser, employé de commerce, domicilié à Amiens, 12 boulevard de Beauvais.

    - Tombeau Hallot-Cozette (L281)

    Concession acquise en juillet 1870, par Marie Cozette, veuve Hallot, domiciliée à Amiens, 38 rue du Boucaque.

    - Tombeau Pruvot (L282)

    Concession acquise en juillet 1870, par Joseph Pruvot, domicilié à Amiens, 9 rue de la Crevasse.

    - Tombeau Dufour-Labbé (L283)

    Concession acquise en août 1870, par madame veuve Dufour-Labbé, domiciliée à Amiens, 7 rue du Grand Vidame.

    - Tombeau Chrétien-Boulanger (L284)

    Concession acquise en août 1870, par Vast Chrétien, domicilié à Amiens, 5 Place de l'Impératrice.

    - Tombeau Beldame-Testu (L285)

    Concession acquise en octobre 1870, par monsieur Beldame-Testu, domicilié à Amiens, 61 rue Saint-Germain.

    - Tombeau Andrieux-Barbier (L286)

    Concession acquise en octobre 1870, par Victor Andrieux-Barbier, domicilié à Amiens, 58 Place du Marché de Lanselles.

    - Tombeau Delattre-Méruque (L287)

    Concession acquise en novembre 1870, par Adèle Méruque, veuve Delattre, domiciliée à Amiens, 63 rue Duméril.

    - Tombeau Maillard-Pépin (L288)

    Concession acquise en février 1871, par Joséphine Pépin, veuve Maillard, domiciliée à Amiens, rue Sire Firmin-le-Confesseur.

    - Tombeau Maillet-Cornet (L289)

    Concession acquise en mai 1871, par Aimée Cornet, veuve Maillet, domiciliée à Amiens, 1er rue de la Hotoie.

    -Tombeau Caron-Julien (L 290)

    Concession acquise en mai 1871, par Jules Caron-Jullien, domicilié à Amiens, 15 rue du Bastion. La première inhumation date de 1871 et la dernière de 1892.

    -Tombeau Galet-Dufétel (L291) ILLUSTRATION

    Concession acquise en mai 1871, par Denis Galet-Dufétel, domicilié à Amiens, 14 rue Henri IV.

    -Tombeau Noël-Dubois (L292)

    Concession acquise en juin 1871, par Auguste Noël-Dubois, domicilié à Amiens, 24 rue des Vergeaux.

    Tombeau Morel-Delarouzee (L293) ILLUSTRATION

    Concession acquise en août 1871, par Pierre Louis Alphonse Morel-Delarouzée, domicilié à Amiens, 6 rue des Trois Cailloux.

    -Tombeau Poullain (L294)

    Concession acquise en août 1872, par Elisabeth Poullain, lingère, domiciliée à Amiens, 112 rue du Hocquet.

    -Tombeau Chivot-Douay (L295)

    Concession acquise en juin 1871, par Benjamin Chivot-Douay, domicilié à Amiens, 19 rue Saint-Martin.

    -Tombeau Dekemp (L296)

    Concession acquise en juin 1871, par Catherine Wyns, veuve Dekemp, étuviste, domiciliée à Amiens, 16 rue de la Poisonnerie d'Eau Douce.

    -Tombeau Guibet-Dupetit (L297)

    Concession acquise en mars 1871, par Victorien Guibet-Dupetit, domicilié à Amiens, 14 rue du Petit faubourg de Noyon.

    -Tombeau Brunel (L298)

    Concession acquise en mars 1871, par Pierre Constantin Brunel, domicilié à Amiens, 90 rue Haute des Tanneurs.

    -Tombeau Pennelier (L299)

    Concession acquise en février 1871, par Joséphine Colard, veuve Pennellier, domiciliée à Amiens, 42 rue du Lycée. La première inhumation date de 1871 et la dernière de 1927.

    -Tombeau Léchopier-Boury (L 300) ILLUSTRATION

    Concession acquise en novembre 1858 et agrandie en février 1871, par Jean-Baptiste Léchopier, domicilié à Amiens, 89 rue du faubourg de Hem.

    -Tombeau Landragin-Morin (L301) ILLUSTRATION

    Concession acquise en février 1871, par Marie Marguerite Morin, veuve Landragin, domiciliée à Amiens, 105 rue Saint-Jacques. La première inhumation date de 1871.

    -Tombeau Corroyer-Bazille (L302) ILLUSTRATION

    Concession acquise en janvier 1871, par Amédée Corroyer-Bazille, domicilié à Amiens, 70 rue des Trois Cailloux. La première inhumation date de 1871.

    -Tombeau Brunel (L303)

    Concession acquise en décembre 1870, par Alphonse Brunel, domicilié à Amiens, 30 rue Martin Bleu Dieu. La première inhumation date de 1852 et la dernière de 1876.

    -Tombeau Drevelle-Boudoux (L305)

    Concession acquise en juin 1854, par André Edouard Drevelle, domicilié à Amiens, 12 rue des Saintes-Maries et fut agrandie en février 1870, par André Edouard Drevelle-Boudoux domicilié à Amiens, 14 rue des Saintes-Maries. La première inhumation date de 1813 et la dernière de 1889.

    Une note en marge indique que la première acquisition en 1854 a été faite au cimetière de Saint-Acheul et que lors de l'agrandissement en 1870 la surface initialement acquise a été ajoutée à celle achetée au cimetière de la Madeleine.

  • Plaine L. Concessions détruites, décrites par Stéphane Comte

    " La sépultutre de la famille MAILLET [L16], anciens négociants en cette ville, joint la précédente. Le monument est de style moderne et n'offre rien de particulier ; dans le tympan du fronton sont sculptés un hibou entouré d'une couronne de pavots et deux branches de cyprès. Plusieurs membres de la famille sont inhumés dans cette enceinte."

    Stéphane C[omte], 1847, p. 197.

    " La sépultutre de la famille ROBERT [L17] vient à la suite. Le monument est semblable au précédent ; il n'y a de différence que dans les ornements, placés au même endroit : ils se composent d'un clepsydre ailé entouré d'un serpent et de deux flambeaux à demi-renversés. Le fronton est surmonté d'une palmette.

    La famille ROBERT a plusieurs de ses membres inhumés dans cette sépulture."

    Stéphane C[omte], 1847, p. 197-198.

    "La famille DEGOVE-BAZILLE [L18] a sa sépulture à la suite. Le monument est de même style et de même forme que ceux dont nous venons de parler ; mais il est dépouillé d'ornements, si on en excepte un agneau rédempteur au-dessus duquel est gravée cette citation :

    "Agno saturantur qui imitantur."

    Sur la droite et sur le premier plan, s'élève un beau cippe en marbre blanc veiné d'Italie, surmonté d'une croix dorée. A l'élévation supérieure de ce cippe, est gravée, en caractères dorés, cette inscription :

    "Philippine BAZILLE, veuve de M. DEGOVE, décédée le 24 décembre 1843, à l'âge de 67 ans."

    Les inscriptions d'autres membres défunts de cette famille, notamment celle de M. DEGOVE, ancien marchand de fer en cette ville, époux de Dlle Philippine BAZILLE, sont gravées sur des tables de marbre noir appliquées sur le fût du monument qui est adossé contre le mur. Deux sapins d'une fort belle venue et de gracieuses plates-bandes ornent l'enceinte de cette sépulture."

    Stéphane C[omte], 1847, p. 198.

    " Nous constatons, en passant, la présence d´un cippe en marbre blanc veiné d´Italie, d´un fort beau travail. Il est élevé à la mémoire et sur l´emplacement destiné à la sépulture de M. François Cosme Damiens Jahan [L 29], propriétaire, décédé le 30 janvier 1840, à l´âge de 76 ans. Ce cippe sort des ateliers de M. Deventer. "

    Stéphane C[omte], 1847, p. 201-202.

    " Nous nous arrêtons, à quelques pas, devant le monument élevé dans l´enceinte de la sépulture de la famille de M. Alexandre Laurent [L54], ancien négociant et fabricant de velours d´Utrecht. Ce monument est de forme moderne, avec chapiteau cintré au milieu duquel est sculptée une couronne de pavots nouée par un ruban. Trois pierres horizontales portent les inscriptions suivantes :

    Sur la première à droite :

    Ici repose le corps

    De M. Alexandre LAURENT

    Décédé le 13 novembre 1842, âgé de 77 ans.

    Sur la seconde :

    Ici repose le corps d´Alexandrine Henriette

    COULON, épouse de M. Alexandre

    Laurent, décédée le 22 avril 1839,

    A l´âge de 57 ans

    Et sur la troisième :

    Ici repose le corps

    de Dame Amélie LAURENT

    épouse de M. Grégoire Sainte-Marie

    notaire à Roye, décédée

    le 9 avril 1833, à l´âge de 21 ans.

    De beaux sapins ombragent ces tombes que ferme une grille en fer. "

    Stéphane C[omte], 1847, p. 205-206.

    " La sépulture qui précède [celle des Caron-Vitet] est suivie par celle des Soeurs-Ursulines [L 58]. Même simplicité qu´aux soeurs du Sacré-Coeur. Deux croix en bois, peintes en noir, sont plantées sur un pareil nombre de tombes. A droite, on remarque une pierre sépulcrale couchée, sur laquelle est gravée cette épitaphe :

    Ici repose le corps de dame

    Louise Thérèse Anastasie

    De CLERMONT-TONNERRE

    Supérieure et restauratrice

    Des Ursulines

    Décédée le 2 avril 1827

    Agée de 73 ans et 8 mois

    Et de religion, 51 ans et 6 mois.

    Cette dame est la tante de M. le comte de Clermont-Tonnerre, de Bertangle (sic). C´est elle qui, après la Révolution, réorganisa à Amiens la congrégation des Dames Ursulines dont elle fut la supérieure jusqu´à sa mort. Elle était réputée pour sa charité et sa piété.

    Une haie à moitié rompue entoure cette modeste tombe. "

    Stéphane C[omte], 1847, p. 208-209.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Amiens. Cimetière de la Madeleine. Registre des concessions.

  • AD Somme. Série O ; 99 O 211. Amiens. Cimetières avant 1869.

Documents figurés
  • Amiens. Plan cadastral. Section F, dite de Saint-Maurice, dessin, par Leblanc géomètre, 1852 (DGI).

  • Plan général du cimetière de la Madeleine, feuille 10, s. d. (AC Amiens).

    AC Amiens
Bibliographie
  • C[OMTE], Stéphane. Promenades au cimetière de la Madeleine, précédées d'un précis historique sur l'origine de cet établissement, sa première destination, et les diverses transformations qu'il a subies depuis sa fondation jusqu'à nos jours. Amiens : Imp. Duval et Herment, 1847.

    p. 201-202 et p. 208-209
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Ville d'Amiens - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.