Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 10 sur 10 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Château de Ribeaucourt
    Château de Ribeaucourt Ribeaucourt - rue du Château - en village - Cadastre : 1835 B1 144 à 148, 197 à 206 1835 B2 433 à 479 1984 B 239 à 248, 262, 281
    Référence documentaire :
    AD Somme. Série B ; 1 B 2573. Inventaire après décès de François-Louis Gabriel Le Fournier, marquis
    Représentations :
    l'origine les armoiries d'alliance de Louis François Le Fournier de Wargemont (d'argent à trois roses de
    Auteur :
    [architecte d'arrondissement] Antoine Louis Henry [architecte] Douillet Louis [commanditaire] Le Fournier de Wargemont Antoine [commanditaire] Le Fournier de Wargemont François-Louis
    Texte libre :
    , peuvent être attribués à l'architecte Louis-Henry Antoine, qui travaille pour la famille de Berny à décès de François-Louis Le Fournier de Wargemont en 1773 (annexe 2) pour avoir une idée très précise du Ribeaucourt et s'y installe avec son époux Antoine Le Fournier, seigneur de Wargemont (paroisse de Graincourt probablement été construit pour Antoine Le Fournier de Wargemont dans les années 1620, en tous les cas avant François-Louis Le Fournier, marquis de Wargemont, maréchal de camp, des travaux considérables à Ribeaucourt communique avec l'aile des cuisines. La villégiature de chasse de la famille de Berny François-Louis Le Pierre-Louis Degove (1777-1828) et à son gendre Jean-Charles Deberny (1782-1855), également héritier château est partiellement restauré par l'architecte amiénois Louis Douillet, qui fait notamment abattre la
  • Ancienne chapelle et cimetière Saint-Honoré d'Amiens (détruits)
    Ancienne chapelle et cimetière Saint-Honoré d'Amiens (détruits) Amiens - faubourg de Beauvais - rue Saint-Honoré - en ville - Cadastre : 1813 CC 248, 249
    Historique :
    ´Amiens Jean-Baptiste Morgan, du sculpteur Antoine Henry (mort en 1806) et deux anciens curés de la soit allongée de 10 pieds. Aimé et Louis Duthoit (1874) indiquent que la chapelle Saint-Honoré est dessin de Louis Duthoit (1827) figure un édifice de plan octogonal allongé. La façade principale est
    Observation :
    dessin de Louis Duthoit (annexe 1). Elevée en 1662, elle aurait été agrandie au nord en 1675 (Goze) et le la deuxième moitié du 17e siècle. L'intérêt des dessins de Louis Duthoit, qui en donne une
    Référence documentaire :
    4e série, pl. 20 La chapelle Saint-Honoré, démolie en 1869, dessin par Louis Duthoit, 1827. In DUTHOIT, Aimé et Louis. Le Vieil Amiens, 1874. 4e série, pl. 21 La chapelle Saint-Honoré en 1869, dessin par Louis Duthoit, 1869. In DUTHOIT, Aimé et Louis. Le Vieil Amiens, 1874. tome 4, p. 162 GOZE, Antoine. Histoire des rues d'Amiens. Amiens : Alfred Caron imprimeur éditeur p. XI DUTHOIT, Aimé et Louis. Le vieil Amiens. Amiens : typographie et lithographie T. Jeunet, 1874
  • Auberge du Soleil, Hôtel de Contay, puis couvent d'Oratoriens, couvent des Dames du Sacré-Coeur-de-Jésus, actuellement lycée du Sacré-Coeur
    Auberge du Soleil, Hôtel de Contay, puis couvent d'Oratoriens, couvent des Dames du Sacré-Coeur-de-Jésus, actuellement lycée du Sacré-Coeur Amiens - Ville Haute - rue de l'Oratoire rue des Augustins - en ville
    Historique :
    d'Aimé et Louis Duthoit (1874), l'hôtel des seigneurs de Contay succédait à une auberge portant l'enseigne Au-Soleil. Les auteurs situent la construction de l'église en 1687. Le dessin de Louis Duthoit construite sur les plans de l'architecte Paul Louis Delefortrie et consacrée en 1867.
    Référence documentaire :
    4e série, pl. 6 Ancien couvent de l'Oratoire, dessin par Louis Duthoit, 1823. In : DUTHOIT, Aimé et Louis. Le Vieil Amiens, 1874. tome 4, p. 4-5 GOZE, Antoine. Histoire des rues d'Amiens. Amiens : Alfred Caron imprimeur éditeur p. XI DUTHOIT, Aimé et Louis. Le vieil Amiens. Amiens : typographie et lithographie T. Jeunet, 1874
    Illustration :
    Ancien couvent de l'Oratoire, dessin par Louis Duthoit, 1823 (Le Vieil Amiens, 1874
  • Ancienne buerie des Islots, teinturerie, retorderie, usine d'impression sur étoffes, puis usine de blanchiment et teinturerie Vanbéghin (détruit)
    Ancienne buerie des Islots, teinturerie, retorderie, usine d'impression sur étoffes, puis usine de blanchiment et teinturerie Vanbéghin (détruit) Saint-Quentin - Oëstres - en ville - Cadastre : 1821 E 416 à 424
    Référence documentaire :
    Jean-Louis Leleux - Jean-François Camus - Veuve Modeste Rouen AC Saint-Quentin. Série G ; 1 G 50 à contestations de Jean-Louis Leleux (1864 - 1 G 54) de Pierre Defaux (1880 - 1 G 56) AC Saint , dessiné par Delatour François. (Musée Antoine Lécuyer). Plan de Saint-Quentin. Plan, manuscrit, couleur, 1 : 100 toises, 44 x 58 cm, [1745]. (Musée Antoine , 72 x 55 cm, [n.d.], dessiné par Ch. Gomart. (Musée Antoine Lécuyer).
    Illustration :
    la ville (D), le moulin Garand (E), le faubourg Saint-Martin (F). (Musée Antoine Lécuyer Plan des prés et bâtiments de la buerie des Isleaux, postérieur à 1732 (Musée Antoine Lécuyer Antoine Lécuyer). IVR22_20050205388NUCAB La Buerie des Islots en 1745 (Musée Antoine Lécuyer). IVR22_20050205386NUCAB
  • Monument funéraire de Monseigneur Charles de Bourlon
    Monument funéraire de Monseigneur Charles de Bourlon Soissons - Cathédrale Saint-Gervais-Saint-Protais place Cardinal-Binet - en ville
    Référence documentaire :
    Soissons et du Soissonnais" d'Antoine-Pierre Cabaret, seconde partie).
    Annexe :
    l´aider : il l´assista au sacre de Louis le Grand à Reims. Prenant l´église de Soissons pour
  • Ensemble de huit pièces murales : Les Actes des Apôtres
    Ensemble de huit pièces murales : Les Actes des Apôtres Beauvais - cathédrale Saint-Pierre - en ville
    Historique :
    en 1665 par Louis XIV. Elle fut commandée par les vicaires généraux capitulaires de Mornay et
    Référence documentaire :
    p. 27 GILBERT, Antoine-Pierre-Marie. Notice historique et descriptive de l'église cathédrale Saint p. 74-79 PIHAN, Louis (abbé). Beauvais, sa cathédrale, ses principaux monuments. Beauvais : H SEROUX d'AGINCOURT, Jean-Baptiste Louis Georges. Histoire de l'art par les monumens, depuis sa
  • Ancienne abbaye (de chanoines réguliers de saint Augustin puis de génovéfains) Saint-Barthélemy à Noyon, pensionnat des sœurs de saint Thomas de Villeneuve (détruite)
    Ancienne abbaye (de chanoines réguliers de saint Augustin puis de génovéfains) Saint-Barthélemy à Noyon, pensionnat des sœurs de saint Thomas de Villeneuve (détruite) Noyon - place Saint-Barthélémy - en ville - Cadastre : 1831 H 948 1974 AM 216
    Texte libre :
    la fin du règne de Louis XV (Moët). Sa situation topographique près du rempart en fit une proie Paris. Vendue le 19 novembre 1793 au sieur Louis Marie Mouton (qui la revendit deux ans plus tard au révolutionnaire puis, en 1796, de collège municipal, que dirigeait Nicolas Henry avec soixante élèves. L´ouverture
  • Hôtel de ville de Noyon
    Hôtel de ville de Noyon Noyon - place de l' Hôtel-de-Ville - en ville - Cadastre : 1831 H 689 1974 AL 132, 133
    Texte libre :
    l'approbation du roi de France Louis le Gros, puis de ses successeurs, unit les intérêts du clergé, des Monuments historiques au milieu du 19e siècle. Le projet de l'architecte des Monuments historiques Antoine
  • Eglise paroissiale Saint-Nicolas d'Aubenton (détruite)
    Eglise paroissiale Saint-Nicolas d'Aubenton (détruite) Aubenton - rue Saint-Nicolas - en ville - Cadastre : 1986 B2 180 à 181, 649 à 650, 740 à 741
    Annexe :
    ° 144 : Jugement étaient présents Antoine Demideau, maçon demeurant au faubourg du jetton (sic), Paul Binet, maçon et entrepreneur demeurant à Aubenton : Jean-Louis Blin, couvreur d´ardoise et entrepreneur et 1723 : par Antoine Lanoise et François Huget Arpenteurs Royaux jurés, résidens au Bourg de Signy
  • Tableau et cadre : Le Repas chez Simon
    Tableau et cadre : Le Repas chez Simon Vervins - Eglise paroissiale Notre-Dame place de l' Eglise - en ville
    Historique :
    ). Selon Antoine Schnapper, ce tableau correspond à celui présenté au Salon de 1699 sous le titre de La direction du peintre Louis-Nicolas Lemasle, auteur en 1846 de la peinture monumentale du palais de Justice
1