Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 1824 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Chapelle funéraire de la famille de Berny à Ribeaucourt
    Chapelle funéraire de la famille de Berny à Ribeaucourt Ribeaucourt - rue de l' Église - en village - Cadastre : 1835 B1 303 1984 B 191
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Val-de-Nièvre patrimoine funéraire Val-de-Nièvre
    Historique :
    . Par arrêté préfectoral du 10 mars 1857, la commune cède à Charles de Berny, maire et propriétaire du marquise de Persan à Jean-Charles Deberny en même temps que le château et le domaine. En 1840, la Doullens, Louis Henry Antoine, qui a travaillé ces mêmes années pour la famille de Berny au château et qui siècle, la concession est fermée par une simple clôture bornée. En 1933, Gérard de Berny demande aux à l'initiative de l'héritier de Gérard de Berny, Alain de Mieulle d'Estornez. La chapelle et son La chapelle funéraire de la famille de Wargemont, construite vers 1770, a été vendue en 1821 par la reconstruction de la nef de l'église a entraîné la destruction accidentelle de l'ancienne chapelle seigneuriale château, un terrain adjacent au flanc nord de l'église, et situé pour partie sur la voie publique et le cimetière (B1 304), pour qu'il puisse y établir la chapelle funéraire de sa famille. En échange de quoi celui-ci s'engage à donner un presbytère à la commune, à faire réparer le toit de l'église et construire
    Observation :
    funéraire de la famille de Berny en reprend également le symbole, accentué par l'enclos funéraire construit au 20e siècle. Autres réalisations de Louis Henry Antoine dans le Val de Nièvre : écoles primaires de Beauval (filles), Berteaucourt-les-Dames (filles), Canaples (filles), L'Étoile (filles et garçons ), Ribeaucourt (filles) et Saint-Ouen (garçons), presbytères de Ribeaucourt et Saint-Léger-lès-Domart et agrandissement du château de Ribeaucourt.
    Référence documentaire :
    Restauration de l'église et reconstruction de la chapelle funéraire, 1840-1857 AD Somme. Série O Eglise de Ribeaucourt, aquarelle sur papier par Oswald Macqueron, 27 mars 1872 (BM Abbeville Basilique de Ribeaucourt, carte postale colorisée, phototypie Desaix à Paris, avant 1932 (coll p. 42 INVENTAIRE GENERAL DU PATRIMOINE CULTUREL. Région PICARDIE. Le Val de Nièvre, un territoire à l'épreuve de l'industrie. Réd. Frédéric Fournis, Bertrand Fournier, et al. ; photogr. Marie-Laure Monnehay
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    La chapelle est construite en pierre de taille sur un plan rectangulaire. Le mur est en brique . L'élévation extérieure est ponctuée de contreforts, tandis que les rampants des découverts font saillie sur d'une rose. La chapelle est séparée de l'église par une large arcade garnie en partie inférieure d'une couvertes jusqu'à mi-hauteur de dalles de marbre poli. Le fond de la chapelle est occupé par l'autel et sa plate-forme, flanqués de deux portes donnant accès à un dégagement et à l'escalier menant au caveau, qui forment un avant-corps en pierre de taille à pans coupés à l'arrière de la chapelle.
    Auteur :
    [commanditaire] Berny Charles de [commanditaire] Mieulle d'Estornez d'Angosse Alain-René de
    Localisation :
    Ribeaucourt - rue de l' Église - en village - Cadastre : 1835 B1 303 1984 B 191
    Titre courant :
    Chapelle funéraire de la famille de Berny à Ribeaucourt
    Appellations :
    de la famille de Berny
    Couvrements :
    lambris de couvrement
    Illustration :
    Vue générale de l'église et de la chapelle funéraire depuis l'ouest, avant 1932 (coll. part Vue de l'église et de la chapelle funéraire depuis le nord, années 1930 (coll. part Vue générale de l'enclos et de la chapelle funéraire. IVR22_20108000098XA Vue de trois-quarts arrière de l'enclos et de la chapelle funéraire. IVR22_20118001455NUCA Façade de la chapelle. IVR22_20118001154NUCA Intérieur de l'enclos et flanc de la chapelle funéraire. IVR22_20118001450NUCA
  • Clôture de l'enclos funéraire de la famille de Berny
    Clôture de l'enclos funéraire de la famille de Berny Ribeaucourt - rue de l' Église - en village - Cadastre : 1984 B 191
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Val-de-Nièvre
    Historique :
    En 1933, Gérard de Berny, propriétaire du château, fait appel à Pierre et à Gérard Ansart pour funéraire qu'il entoure, l'enclos appartient toujours aux héritiers de Gérard de Berny. construire une clôture monumentale autour de l'enclos de la chapelle funéraire familiale. Les deux de Guiscard (Oise), sont les fondateurs du Groupement de Notre-Dame des Arts, et comptent parmi les acteurs majeurs dans le domaine de l'art sacré en Picardie durant l'entre-deux-guerres. La genèse du square Pierre-Marie-Saguez, à Amiens, a été aménagé en 1936 sur les vestiges de la nef de l'ancienne église des Cordeliers, à partir des plans de Pierre Ansart. Cette réalisation a manifestement influencé l'esprit et la forme du dernier projet pour l'enclos funéraire de Ribeaucourt. C'est ainsi qu'au fil des des morts, au projet final avec simples arcades rythmées de contreforts. Les contreforts du square amiénois, dont le couronnement trilobé couvert en double bâtière est la reprise allégée d'un caractère de
    Observation :
    Particulièrement bien documenté, la clôture de l'enclos funéraire de la famille de Berny est sacré de l'entre-deux-guerres en Picardie. Par sa parenté avec le square Pierre-Marie-Saguez à Amiens , il constitue une étape importante de la carrière commune des deux artistes, dont plusieurs réalisations ont été identifiées dans le Val de Nièvre : verrière de l'église de Berteaucourt-les-Dames , tableau commémoratif des morts de l'église de Canaples, décor du chœur de l'église de Flixecourt.
    Référence documentaire :
    Archives privées. Ribeaucourt. Projets pour la chapelle de M. de Berny, par Pierre et Gérard Ansart Portrait de Gérard de Berny, photographie argentique, studio Harcourt, vers 1950 (AC Ribeaucourt). Relevé pour l'emplacement du cloître de Ribeaucourt, dessin à l'encre sur calque signé et daté Enclos funéraire de Ribeaucourt : le cloître, dessin à l'encre sur calque par Pierre et Gérard Enclos funéraire de Ribeaucourt : le cloître (entrée), dessin à l'encre sur calque par Pierre et Enclos funéraire de Ribeaucourt : le cloître, dessin à l'encre sur calque par Pierre et Gérard Enclos funéraire de Ribeaucourt : le cloître, dessin à l'encre sur calque par Pierre et Gérard Enclos funéraire de Ribeaucourt : le cloître, plan-tirage par Pierre et Gérard Ansart, 1933-1934 Enclos funéraire de Ribeaucourt, dessin au crayon sur papier par Pierre et Gérard Ansart, vers 1934 Enclos funéraire de Ribeaucourt, dessin à l'encre et à la gouache sur papier par Pierre et Gérard
    Représentations :
    croix ; crosse La fermeture en fer forgé des arcades est formée de croisillons stylisées. Les deux vantaux de la porte principale sont encadrés de motifs débordants de croix et de crosses stylisées.
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    l'ensemble, est couvert en double bâtière, rappel discret des contreforts de la chapelle. Les rampants des pourvues de fermetures ajourées en fer forgé. La porte, située dans l'axe de celle de la chapelle, est fermée par deux vantaux, dont l'un porte la plaque : SERRURERIE PICARDE/17, RUE DE METZ, 17/AMIENS. La
    Auteur :
    [commanditaire] Berny Gérard de
    Localisation :
    Ribeaucourt - rue de l' Église - en village - Cadastre : 1984 B 191
    Titre courant :
    Clôture de l'enclos funéraire de la famille de Berny
    Appellations :
    de la famille de Berny
    Annexe :
    Les projets de l'enclos funéraire de Berny, 1933-1937 (fonds du cabinet Ansart, archives privées ) Le fonds du cabinet d'architecture de Pierre et Gérard Ansart conserve de nombreux plans et dessins qui permettent de suivre l'évolution du programme de l'enclos funéraire de Ribeaucourt entre 1933 et 1937. Le relevé de l'emplacement effectué par Pierre Ansart le 1er juin 1933, épouse la forme de la peut être daté des années 1933-1934 grâce au plan-tirage de l'élévation latérale, qui porte la mention manuscrite d'un devis du 21 janvier 1934. Il s'agit d'un cloître de style néo-gothique presque aveugle sur antérieur, fermé de vantaux ajourés en fer forgé, est surmonté d'un groupe sculpté. Il est accosté à gauche d'une arcade feinte, ornée d'une station de chemin de croix en relief, et éclairée d'une claustra en arc caveau de la chapelle funéraire. La représentation de moines, pour donner l'échelle des élévations, et être daté des années 1934-1935. Le plan régulier reprend l'idée de cloître, mais seulement pour
    Illustration :
    Gérard de Berny, studio Harcourt, vers 1950 (AC Ribeaucourt). IVR22_20118000657NUCA Plan de situation par Pierre Ansart, 1er juin 1933 (arch. privées). IVR22_20118000344NUCA Projet de grille pour l'entrée de l'enclos funéraire, par Pierre et Gérard Ansart, vers 1937 (arch Projets de grilles pour l'enclos funéraire, par Pierre et Gérard Ansart, vers 1937 (arch. privées Projet de grille pour les arcades de l'enclos funéraire, par Pierre et Gérard Ansart, vers 1937 Vue générale de l'enclos et de la chapelle funéraires. IVR22_20108000098XA Vue de trois quarts arrière de l'enclos funéraire et de la chapelle. IVR22_20118001455NUCA Intérieur de l'enclos et flanc de la chapelle funéraire. IVR22_20118001450NUCA Vantaux de la porte. IVR22_20118001157NUCA Partie supérieure des vantaux de la porte. IVR22_20118001371NUCA
  • Jardin de Charles Pecqueur
    Jardin de Charles Pecqueur Ruitz - 26 rue du Calvaire - en village - Cadastre : 2011 AB 01 298, 299
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    dans les environs de Ruitz. A la Libération, Charles Pecqueur est élu maire de sa commune (1946-1965 date ni épitaphe.£La maison est louée depuis 25 ans ; elle appartient au fils de monsieur Charles Charles Pecqueur est né le 31 mai 1908 à Bruay-en-Artois. Certains souvenirs d'enfance l'ont marqué comme l'arrivée des Allemands dans son village en 1914 et la fermeture de son école transformée en hôpital de fortune. A l'âge de treize, en 1921, il débute sa carrière de mineur de fond, qu'il poursuivra jusqu'en 1958. Il finit sa carrière en tant que formateur à la mine-image de Bruay-La-Buissière (devenue depuis un musée). En 1930, il s'installe à Ruitz dans la maison de son grand-père. Trois ans plus tard garage dont les parois sont ornées de trophées d'animaux réalisés en ciment et peints. Il y reconstitue une galerie d'abattage en hommage au métier de mineur. Sans avoir jamais appris le dessin il crée des certaines pièces de la maison comme le vestibule. Il s'adonne également à la peinture sur bouteilles, dame
    Description :
    (réalisé avec des pierres récupérées fixées avec du ciment), les scènes illustrant les fables de La Fontaine ainsi que les pergolas du jardin, sont constitués de structures en grillage métallique recouvertes de ciment. Celui-ci est plaqué puis façonné à la main pour donner la forme voulue. Les œuvres sont ensuite rehaussées de peinture achetée et préparée à partir de pigments de couleurs (silexone). Les animaux exposés devant la maison, côté rue, (éléphants, tigre ou hippopotame) sont fabriqués de la même façon. Les scènes en bas relief présentées sur le mur de palissade situés derrière la maison, côté jardin, sont réalisées en ciment laissent encore apparaître de nombreuses traces de polychromie. Monsieur Pecqueur a également réalisé une boîte à lettres et une niche de ses mains. Le pavement devant la maison , les piliers de la balustrade ainsi que la maçonnerie de la façade du garage ont fait l'objet de traitements décoratifs particuliers (chainages) réalisés avec des matériaux comme le grès pour le muret de la
    Titre courant :
    Jardin de Charles Pecqueur
    Appellations :
    Charles Pecqueur
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
    Illustration :
    galerie reconstituée dans le garage de la maison de Charles Pecqueur. Déposés en 1995, actuellement Vue intérieure du garage, trophée : tête de sanglier ou de biche. IVR31_20106201434NUCA Fond du jardin, sculpture de jeune fille assise près d'un puits contemplant l'horizon 42 rue du Calvaire : Popeye, vue de profil. IVR31_20106201391NUCA Tombeau d'attente, cimetière de Ruitz. IVR31_20146202728NUC4A Assiette peinte : le château d'Olhain dans le Pas de Calais. IVR31_20146202679NUC4A Peinture à l'huile : Don Quichote dans un paysage minier près de Ruitz. IVR31_20146202685NUC4A Dame-jeanne peinte : chevalement et fosse, revers au portrait de mineur prenant son repas
  • Buste : Charles Saint
    Buste : Charles Saint Beauval - 4 rue de l' Eglise - en ville - Cadastre : 1989 AL 142
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Inscription gravée sur l'obélisque tronquée : Charles Saint / 1826-1902
    Historique :
    Buste de l'industriel Charles Saint, réalisé après sa mort survenue en 1902, par le sculpteur amiénois Albert Roze. L’œuvre figure dans le catalogue raisonné de l'artiste publié en 1946. D'emblée , l’œuvre est conçue pour le jardin de la villa Ducrotoy qui fait face à l'église. C'est d'ailleurs vers cet
    Référence documentaire :
    BEAUVAL (Somme). Inauguration du buste de M. Charles Saint. Le 22 Sept. 1908, carte postale Beauval - Le monument de M. Charles Saint, ancien député de l'arrondissement de Doullens, carte BEAUVAL - Buste de M. Charles Saint, carte postale, E. Testu, phot-édit. Beauval, [début 20e siècle ] BEAUVAL - Buste de M. Charles Saint, carte postale, E. Testu, phot-édit. Beauval, [début 20e siècle] (coll
    Représentations :
    L’œuvre représente l'industriel, bienfaiteur de la commune, âgé, portant la moustache et barbiche en mouchet. Le revers de sa veste est orné d'une distinction honorifique en bouton (légion d'honneur ? ). Les flancs de l'obélisque servant de support au buste sont ornés de couronnes de fleurs et d'une palme.
    Description :
    Le buste de l'industriel est sculpté en marbre, en ronde-bosse, et couronne un monument formé d'un obélisque tronqué, reposant sur un haut socle carré à trois degrés, formé de l'assemblage de plusieurs pierres en calcaire blanc. Sur la face antérieure de l'obélisque figure l'inscription gravée du nom de l'industriel accompagné de ses dates de naissance et de mort. Les flancs sont ornés de palmes et de couronnes de fleurs sculptées en haut-relief.
    Localisation :
    Beauval - 4 rue de l' Eglise - en ville - Cadastre : 1989 AL 142
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le jardin de la propriété de l'industriel
    Titre courant :
    Buste : Charles Saint
    Catégories :
    taille de pierre
    Illustration :
    Inauguration du buste de Charles Saint, 22 septembre 1908 (coll. part.). IVR22_20138015659NUC2A Détail du buste de Charles Saint. IVR22_20138000166NUC2A Vue de situation. IVR22_20138015657NUC2A
  • Maison, dite Villa Charles
    Maison, dite Villa Charles Cayeux-sur-Mer - 15 rue Adolphe-Roux 01 allée Adolphe-Roux - en ville - Cadastre : 1988 AZ 90
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Département de la Somme
    Cadre de l'étude :
    patrimoine de la villégiature la Côte picarde
    Historique :
    Maison dite Villa Charles construite au cours du 1er quart du 20e siècle par les frères Bocquet
    Représentations :
    Les carreaux de céramique bleus, fréquents sur cette portion de littoral, participent au décor.
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit en maçonnerie
    Description :
    Edifice de plan massé, de deux travées en façade surélevé par un soubassement habitable, accessible , est couvert à longs-pans et croupes brisées. Chaque travée est amortie par une fenêtre de lucarne à fermette débordante. Une large corniche agrémente le faîte du mur. Le rez-de-chaussée est accessible en rue est vraisemblablement habitable (présence de fenêtres) et destiné à loger le propriétaire en été
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Maison, dite Villa Charles
    Appellations :
    Villa Charles
    Illustration :
    Vue de trois-quarts, élévations antérieure et latérale droite. IVR22_20058002604NUCA
  • Plaque commémorative de Charles Paradis
    Plaque commémorative de Charles Paradis Coyolles - Église paroissiale Notre-Dame (Nativité de la Vierge) place de l' Église - en village
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Département de l'Aisne
    Inscriptions & marques :
    [CRETTE PERSON]NE MRE / CHARL[ES PARADIS PRE]STRE / ET CVRE DE COYLLIOLLE ET / LARGNY LEQVEL EST [......]E Texte de l'inscription funéraire et commémorative : IHS MA / CY DEVANT GIST VENER[A]BLE / ET DIS / LE 25 AOVST 167[4....] DE / 66 ANS. [IL ou QVI] A FONDE VN [OBIS]T / SOLENNEL EN CETTE EGLISE / PO[V ]R LE REPOS DE SON AME / AV IOVR [DE SON DECES] / COMME IL[.......] / PASSE PAR [DEVANT .....]IN complété grâce à une photographie prise il y a une dizaine d'années et au texte de l'épitaphe qui figure
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique canton de Villers-Cotterêts
    Historique :
    Cette plaque commémorative a été réalisée après le décès de Charles Paradis, curé de Coyolles et Largny pendant 40 ans, décédé le 25 août 1674 à l'âge de 66 ans. Contrairement à la pierre tombale du la fondation de cérémonies religieuses, effectuée par ce prêtre peu de temps avant son décès.
    Représentations :
    L'épitaphe qui occupe le champ de la dalle est précédée des symboles religieux I.H.S. et M.A., eux -mêmes surmontés de nuées d'où partent des rayons lumineux.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La plaque, encastrée dans le mur, a été réalisée dans une seule tranche de calcaire blanc. Elle cintrés à oreilles. L'inscription commémorative, gravée sur le champ poli de la plaque, est surmontée d'un
    Localisation :
    Coyolles - Église paroissiale Notre-Dame (Nativité de la Vierge) place de l' Église - en village
    Emplacement dans l'édifice :
    mur nord de la nef, première travée ouest
    Titre courant :
    Plaque commémorative de Charles Paradis
    États conservations :
    La surface de la pierre est rongée par l'humidité, et pulvérulente. L'inscription a presque
    Appellations :
    de Charles Paradis
    Catégories :
    taille de pierre
  • Monument sépulcral de Charles Saint
    Monument sépulcral de Charles Saint Beauval - - allée du Cimetière - en ville - Cadastre : 1989 AC 98, 99
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    Monument sépulcral de Charles Saint, réalisé en 1894 par l'architecte Paul-Louis Delefortrie, qui ". L'édicule est construit dans le courant de l'année suivante. Charles Saint décède en 1902. L'industriel est avait réalisé auparavant pour la famille l'église de Beauval ainsi que le château de Flixecourt pour famille Saint fasse ériger sa chapelle "au fond du cimetière, à l’extrémité de la grande allée inhumé dans la crypte familiale, aux côtés de son épouse Opportune, de Marie-Angelique Candillon, sa grand mère et de Pierre-François Saint, son grand-père. Le monument est orné d'une reproduction du Silence, que le sculpteur Auguste Préault réalise en 1842 pour la tombe de Jacob Roblès, au cimetière du Père-Lachaise. Exposé au Salon de 1849, œuvre fut largement diffusée. Ce monument a été restauré en droite de l'emmarchement.
    Référence documentaire :
    Beauval, monument de Charles Saint, intérieur. Carte postale. Vers 1905 (Collection particulière).
    Représentations :
    laurier, symbole de gloire éternelle. Les verrières représentent saint Charles et sainte Opportune. L'ensemble du décor de ce monument emprunte son registre à la symbolique de la mort et de la vie relief. Cette figure de masque funéraire est également sculptée au sommet des angles rentrants du monument et servent de piédestal à autant de pots à feu. Les écoinçons qui encadrent le tympan sont également sculptés de motifs végétaux au centre desquels sont représentés l'alpha et l'oméga, symbole de naissance et de mort. Si une partie des chapiteaux porte l'initiale de la famille Saint, une autre partie remplace les volutes ioniques de l'ordre corinthien par deux chouettes, représentés ici comme animaux psychopompes, c'est à dire chargé de transporter les âmes à travers la nuit, les ténèbres, vers l'autre monde . Entre les deux, une capsule de pavot évoque le sommeil éternel. La frise de l'entablement est ornée de
    Description :
    Le monument de Charles Saint est situé au bout de l’allée centrale du cimetière de la commune. Il , il présente un plan en croix grecque, surmonté d'un lanternon octogonal, rythmé par autant de colonnettes supportant un dôme polygonal en calcaire, qui culmine à 16,80 m de haut. L'entrée qui occupe le centre de la façade principale est surmontée d'un tympan sculpté d'une représentation en haut-relief du granite rose tandis que celles à l'extérieur de la composition sont en granite gris. Sur les côtés et à latérales et postérieure par une différence de couronnement : celui ci est à fronton cintré du côté emprunte au vocabulaire symbolique de la mort et du repos éternel (voir Décor et représentation).
    Titre courant :
    Monument sépulcral de Charles Saint
    Illustration :
    Vue de trois quarts face du monument sépulcral. IVR22_20128000551NUC2A Vue d'ensemble de trois quarts. IVR22_20128000552NUC2A Le Silence de Préault, ornant le tympan de l'entrée du monument. IVR22_20138015902NUC2A Détail des figures de masques mortuaires ornant les angles du monument. IVR22_20138015906NUC2A Détail des chapiteaux corinthiens ornés de guirlandes, de rinceaux et de l'initiale S Détail d'un chapiteau corinthien orné de l'initiale S. IVR22_20138015909NUC2A
  • Le mobilier de la chapelle funéraire de la famille de Berny
    Le mobilier de la chapelle funéraire de la famille de Berny Ribeaucourt - Chapelle funéraire de la famille de Berny - en village
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Val-de-Nièvre
    Historique :
    des années 1960 à l’initiative de l’héritier de Gérard de Berny, Alain de Mieulle d’Estornez placer le tableau commémoratif des morts de la famille de Berny ainsi qu’un nouvel autel, complétés d’un (revêtement du sol et des murs, lambris de couvrement, clôtures et luminaires d’applique). Il fait également
    Parties constituantes non étudiées :
    carrelage de sol lambris de couvrement clôture de chapelle
    Auteur :
    [commanditaire] Mieulle d'Estornez d'Angosse Alain-René de
    Localisation :
    Ribeaucourt - Chapelle funéraire de la famille de Berny - en village
    Titre courant :
    Le mobilier de la chapelle funéraire de la famille de Berny
    Annexe :
    Liste des objets mobiliers de la chapelle funéraire de la famille de Berny LE MOBILIER DE LA CHAPELLE FUNÉRAIRE DE LA FAMILLE DE BERNY (Seuls sont mentionnés les éléments faisant partie de chambranle de marbre avec clefs sculptées, à gauche aux armoiries de la famille de Berny (d'argent à trois -revêtement, 3e quart du 20e siècle - TABLEAU COMMÉMORATIF DES MORTS, de la famille de Berny, marbre blanc, et l’aménagement et du décor de la chapelle, à l’exception de objets mobiliers de l’église qui y sont entreposés bandes de gueules chargées de sept roses au naturel posées 2, 3 et 2), timbrées d’une couronne de marquis et accompagnées de la devise LEGENS DOMOS (héritier de sa maison) ; à droite aux armoiries de la famille de Morgan (d'argent à trois rencontres de buffles de sable posées 2 et 1, éclairées et lampassées de gueules), timbré d'une couronne de baron et accompagné de la devise : PATIENTIA VICTRIX (l'endurance est victorieuse), 3e quart du 20e siècle (de part et d’autre de l’autel) - LAMBRIS DE COUVREMENT
    Illustration :
    Plaque commémorative des morts de la famille de Berny et son entourage. IVR22_20128000187NUC2A Plaque commémorative des morts de la famille de Berny. IVR22_20128000188NUC2A Autel et retable de mosaïque : Résurrection du Christ. IVR22_20128000190NUC2A Retable de mosaïque : Résurrection du Christ. IVR22_20128000193NUC2A Bandeau de mosaïque courant à mi-hauteur des murs. IVR22_20118001151NUCA Détail du garde-corps en fer forgé accompagnant la plaque commémorative des morts de la famille de Berny, aux initiales entrelacées B et M (Berny et Morgan). IVR22_20128000189NUC2A
  • Monument funéraire de Charles de Morienne
    Monument funéraire de Charles de Morienne Augy - Grande Rue
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Transcription : CI DEVANT GIST/CHARLES DE [M]/[ORI]ENNE EN SON VIVANT ESCUIE/R SEIGNEUR D'AUGI/EN PARTIE LE/QUELLE DEC[EDA]/ LE 22E JOUR [DE]/DÉCEMBRE 16[16]/PRIEZ DIEU POU/R SON ÂME.
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique canton de Braine
    Historique :
    Charles de Morienne, écuyer et seigneur d'Augy, est décédé en 1616. Le monument funéraire, réalisé défunt agenouillé en prière. L'armure du personnage ainsi que le traitement de la chevelure et de la barbe sont également caractéristiques de la période. Une iconographie semblable se retrouve sur le monument funéraire de Philippe de Castres et de Louise de Grossaine, du début du 17e siècle, en l'église de
    Représentations :
    homme: chevalier, de profil, agenouillé, prière, casque, armure, bible
    Statut :
    propriété de la commune
    Titre courant :
    Monument funéraire de Charles de Morienne
    États conservations :
    La surface de la pierre est usée, notamment au niveau du visage est des pieds du personnage
    Appellations :
    de Charles de Morienne
    Catégories :
    taille de pierre
    Aires d'études :
    Val de l'Aisne
  • Monument funéraire de Monseigneur Charles de Bourlon
    Monument funéraire de Monseigneur Charles de Bourlon Soissons - Cathédrale Saint-Gervais-Saint-Protais place Cardinal-Binet - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    . Les armoiries gravées sur la plaque en calcaire gris sont celles de Monseigneur Charles de Bourlon La longue inscription commémorative, gravée sur la plaque de marbre, est transcrite en pièce annexe , évêque de Soissons de 1656 à 1685 : d'or à la bande d'azur chargée de trois annelets d'or.
    Cadre de l'étude :
    mobilier et objets religieux la cathédrale de Soissons
    Historique :
    Après la mort de l'évêque Charles de Bourlon en 1685 et son inhumation dans le chœur de la contre le mur nord de la chapelle pour servir de cadre monumental à l'éloge de Mgr Charles de Bourlon. Ce l'épitaphe du précédent évêque Simon Legras, mort en 1656), puis gravé sur une table de marbre installée à proximité de la tombe du prélat. À l'occasion du remaniement du chœur et des chapelles voisines dans la seconde moitié du 18e siècle, le chapitre prend la décision en 1769 de réserver la quatrième chapelle nord du déambulatoire aux monuments funéraires des évêques de Soissons. Un mémorial est alors construit monument a survécu à la Révolution et aux guerres et c'est le seul monument funéraire d'un évêque de
    Observation :
    La cathédrale ayant été classée par liste de 1862, les objets qui, comme les monuments funéraires ou commémoratifs, étaient incorporés à l'édifice à cette date, profitent de la même protection.
    Référence documentaire :
    p. 201-204, 326. AD Aisne. Sous-série 4 J : 4 J 2 (copie des "Mémoires pour servir à l'histoire de ). Description des localités de la France (Soissons). p. 89, n° 808 LARTIGUE, Jean-Jacques. Dictionnaire & armorial de l'épiscopat français (1200-2000
    Représentations :
    végétale de fleurs et de fruits. Les armoiries de Monseigneur Charles de Bourlon sont surmontées d'une . L'amortissement, sommé d'un fronton cintré, est bordé de chaque côté par une volute de laquelle tombe une chute crosse, d'une mitre et du chapeau épiscopal d'où partent des cordons terminés par quatre rangs de houppes.
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Description :
    Le monument, appliqué au mur, se compose d'une structure en calcaire de couleur crème, ornée d'un décor architectural en relief, sculpté dans la masse. Il sert d'écrin à un grand tableau de marbre noir d'un cadre cintré en marbre noir à nombreuses veines blanches. Deux rectangles de marbre (ou de
    Titre courant :
    Monument funéraire de Monseigneur Charles de Bourlon
    États conservations :
    en manque de nombreux petits fragments. La dorure de l'inscription s'efface.
    Appellations :
    de Monseigneur Charles de Bourlon
    Catégories :
    taille de pierre
    Annexe :
    Inscription commémorative du monument funéraire de Monseigneur Charles de Bourlon (1656-1685 ) Inscription commémorative du monument funéraire de Monseigneur Charles de Bourlon (1656-1685) AD PERPETVAM AC ´illustrissime prince de l´Église Charles de Bourbon, l´excellent évêque de Soissons. Ce parisien d´origine FOELICEM MEMORIAM / ILLUSTRISSIMI ECCLESIÆ PRINCIPIS / KAROLI DE BOURLON SUESSONUM ANTISTITIS OPTIMI. / IS Traduction de l'inscription (traduction : f. Dominique-Marie Dauzet) En mémoire éternelle et heureuse de l avait des ancêtres illustres, par la pourpre, le rang et la destinée. La douceur de sa nature et de ses mœurs, la grâce de sa faconde, La finesse de son esprit lui valurent l´amitié de tous et couronnèrent de succès ses études théologiques en Sorbonne. Il s´acquit réputation et gloire dans les chaires les plus prisées de la Capitale : il y remplit le ministère de la Parole de Dieu, tout plein de force l´aider : il l´assista au sacre de Louis le Grand à Reims. Prenant l´église de Soissons pour
  • Tableau : portrait de Charles de Broglie (?)
    Tableau : portrait de Charles de Broglie (?) Noyon - Ancienne cathédrale Notre-Dame place du Parvis - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Inscription donnant l'identité du modèle (sur la barre du châssis) : 1733 1777. CHARLES DE BROGLIE EVEQUE ET COMTE DE NOYON, PAIR DE FRANCE, ABBE D'OURSCAMP, CARDINAL DE SIGNE DE LA SAINTE EGLISE ROMAINE . L'original de ce tableau se trouvait en 1914 dans la cathédrale de Noyon.
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique canton de Noyon
    Historique :
     ; Charles de Broglie ayant été son successeur de 1766 à 1777. Copie moderne de l'original perdu pendant la Première Guerre mondiale ; cette peinture fait partie d'une suite de portraits des évêques de Noyon dont deux originaux sont seuls conservés ; selon Maxime de Sars, il s'agirait du portrait de Jean-François de La Cropte de Bourzac, évêque de Noyon de 1733 à 1766
    Représentations :
    portrait Broglie Charles de) en buste de trois-quarts évêqu
    Statut :
    propriété de la commune
    Titre courant :
    Tableau : portrait de Charles de Broglie (?)
  • Dalle funéraire de Charles de Chepoix
    Dalle funéraire de Charles de Chepoix Brétigny - Ancien prieuré de clunisiens Saint-Pierre et Saint-Nicolas, église paroissiale Saint-Hubert place des Tilleuls - en village
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Armoiries identifiées de la famille de Chepoix : blason chargé de cinq tours.
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique canton de Noyon
    Historique :
    Charles de Chepoix fut seigneur de Brétigny ; il mourut en 1503 comme il l'est mentionné sur la
    Représentations :
    figure homme en pied de face armure heaume gantelet
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Brétigny - Ancien prieuré de clunisiens Saint-Pierre et Saint-Nicolas, église paroissiale Saint
    Titre courant :
    Dalle funéraire de Charles de Chepoix
    États conservations :
    Forte usure de la surface de la dalle rendant la gravure illisible par endroits.
    Appellations :
    de Charles de Chepoix
    Catégories :
    taille de pierre
  • Ancienne usine de bonneterie Charles Delacour-Credaz, puis Joseph Valton-Delacour
    Ancienne usine de bonneterie Charles Delacour-Credaz, puis Joseph Valton-Delacour Villers-Bretonneux - 43 rue d'Amiens - en village - Cadastre : 1978 A 456 à 458 1978 C 88
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    L'usine de bonneterie Charles Delacour-Credaz, établie avant 1881, est reconstruite après la première guerre mondiale par son gendre Joseph Valton-Delacour, originaire de Troyes, qui crée une première usine rue d'Herville, attestée en 1906 et 1911 (recensements de population). La conciergerie et l'écurie dépendant du logement patronal datent de 1921. Les ateliers, magasin, bureau et conciergerie, endommagés au cours de la seconde guerre mondiale, ont été rétablis en 1949. Devenu magasin de commerce. 1923
    Parties constituantes non étudiées :
    atelier de fabrication
    Dénominations :
    usine de bonneterie
    Description :
    Atelier de fabrication à toiture en sheds, en tuile flamande mécanique, en rez-de-chaussée, oculus , croupe. Logement patronal à élévation ordonnancée, un étage carré, un étage de comble, sous toit à longs pans brisés, croupe brisée sous couverture d'ardoise. Ecuries, en rez-de-chaussée, baies en arc plein
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Ancienne usine de bonneterie Charles Delacour-Credaz, puis Joseph Valton-Delacour
    Appellations :
    Bonneterie Charles Delacour-Credaz
    Destinations :
    usine de bonneterie magasin de commerce
  • Le décor sculpté de la clôture de l'enclos funéraire de la famille de Berny : Calvaire, la Vierge de Pitié
    Le décor sculpté de la clôture de l'enclos funéraire de la famille de Berny : Calvaire, la Vierge de Pitié Ribeaucourt - Enclos funéraire de la famille de Berny - en village
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Armoiries de la famille de Berny sculptées en partie supérieure du montant d'angle portant le calvaire (d'argent à trois bandes de gueules chargées de sept roses au naturel posées 2, 3 et 2).
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Val-de-Nièvre
    Historique :
    Comme l'ensemble de leurs réalisations communes, l'enclos funéraire de Ribeaucourt est envisagé par marbrier Marcel Sueur, membre du Groupement de Notre-Dame-des-Arts et collaborateur habituel du cabinet (archives privées) permettent de suivre l'évolution des recherches sur le décor sculpté jusqu'à la réalisation finale. Les premiers projets de l'enclos, particulièrement ornés, font déjà la part belle à un abondant décor sculpté (décor d'architecture, chemin de croix en relief, statues engagées etc.). Sur le croquis préparatoire de l'élévation latérale du premier projet, la mention manuscrite : "Mr Giot , sculpteur/ 20 rue de Gentilly à Montrouge" évoque probablement l'auteur pressenti du décor sculpté, Marius -Antoine Giot, sculpteur réputé de l'entre-deux-guerre et auteur en 1935 du monument aux morts d'Ailly-sur , mettent l'accent sur les deux éléments qui seront finalement retenus : le calvaire et la Vierge de Pitié chapelle, dans l'axe de la porte de l'enclos, dont on distingue le socle sur le plan du premier projet. Une
    Observation :
    Ensemble représentatif de la sculpture monumentale du « style 1930 », en relation avec le caractère
    Référence documentaire :
    Enclos funéraire de Ribeaucourt, dessin à l'encre et à la gouache sur papier par Pierre et Gérard Enclos funéraire de Ribeaucourt. Modification du portail d'entrée, dessin à l'encre et au crayon Enclos funéraire de Ribeaucourt, dessin à l'encre sur calque par Pierre et Gérard Ansart, vers 1937 Enclos funéraire de Ribeaucourt, plan-tirage par Pierre et Gérard Ansart, vers 1937 (arch. privées). Enclos funéraire de Ribeaucourt. Le calvaire, dessin à l'encre sur calque par Gérard Ansart, vers Enclos funéraire de Ribeaucourt. Le calvaire, dessin à l'encre sur calque par Gérard Ansart, vers Enclos funéraire de Ribeaucourt, dessin au crayon sur papier par Pierre et Gérard Ansart, vers 1937 Enclos funéraire de Ribeaucourt. Plan. Détails, dessin à l'encre sur calque signé et daté Pierre et Enclos funéraire de Ribeaucourt. Plan et élévations. Détails et profils grandeur, dessin à l'encre Enclos funéraire de Ribeaucourt. Plaque sous la Pieta, dessin au crayon sur papier kraft par Gérard
    Représentations :
    Le calvaire est composé du Christ en croix, de la Vierge et de saint jean. La Vierge de Pitié est
    Description :
    Les deux groupes en calcaire sculpté en ronde bosse sont intégrés à la maçonnerie de l'enclos, le calvaire surmontant l'angle nord-est et la Vierge de Pitié occupant une arcade de l'élévation postérieure . Le calvaire présente un revers sculpté, la Vierge de Pitié un revers plat.
    Auteur :
    [commanditaire] Berny Gérard de [entrepreneur] Sueur marbrerie et entreprise de monuments funèbres
    Localisation :
    Ribeaucourt - Enclos funéraire de la famille de Berny - en village
    Titre courant :
    Le décor sculpté de la clôture de l'enclos funéraire de la famille de Berny : Calvaire, la Vierge de Pitié
    Dimension :
    Dimensions approximatives du calvaire : h = 180 ; la = 120 ; pr = 35. Dimensions de la Vierge de
    Illustration :
    Projet de Calvaire pour l'enclos funéraire, par Pierre et Gérard Ansart, vers 1937 (arch. privées Projet de calvaire surmontant la porte de l'enclos (face), par Gérard Ansart, vers 1937 (arch Projet de calvaire surmontant la porte de l'enclos (profil), par Gérard Ansart, vers 1937 (arch Projet de calvaire surmontant l'enclos (revers et profil), par Gérard Ansart, vers 1937 (arch Projet de calvaire à l'angle de l'enclos (face et trois quarts), par Gérard Ansart, vers 1937 (arch Projet de calvaire à l'angle de l'enclos (élévation et situation), par Gérard Ansart, vers 1937 Projet de calvaire à l'angle de l'enclos (vue aérienne de situation), par Gérard Ansart, vers 1937 Projet de calvaire à l'angle de l'enclos (face), par Gérard Ansart, vers 1937 (arch. privées Projet de Vierge de Pitié pour l'enclos (porte ?), par Pierre et Gérard Ansart, vers 1937 (arch Projet de monument aux morts dans les arcades postérieures de l'enclos, par Gérard Ansart, 2 mars
  • Dalle funéraire de Charles Paradis (n° 2)
    Dalle funéraire de Charles Paradis (n° 2) Coyolles - Église paroissiale Notre-Dame (Nativité de la Vierge) place de l' Église - en village
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Département de l'Aisne
    Contributeur :
    Massary de Xavier
    Inscriptions & marques :
    PERSONNE M. CHARLES PARADIS PRESTRE ET CVRE DE COYL/LIOLLE ET LARGNY NATIF DE NEVVILLY DIOCESSE D'AMIENS Texte de l'épitaphe, gravée sur le pourtour de la dalle : ICY GIST LE CORPS DE VENER. ET DISCRETTE / QVI APRES AVOIR EXCERCE LA CHARGE DE PASTEVR DVRANT VN ESPACE DE 40 ANS TRESPASSA 25 AOVST 1674. AAGE DE / 66 ANS Priez Dieu Pour Luy.
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique canton de Villers-Cotterêts
    Historique :
    Comme l'indique l'épitaphe, cette dalle funéraire est celle de Charles Paradis, curé de Coyolles et Largny pendant 40 ans, décédé le 25 août 1674, à 66 ans. La dalle est sans doute postérieure de peu au décès. Cette pierre, qui était vraisemblablement à l'origine insérée dans le dallage de l'église, a été retirée et incrustée dans le mur lors de la grande restauration des années 1874-1875. Il existe dans l'église une seconde dalle, de petite taille, se rapportant au même prêtre, portant une courte épitaphe et
    Observation :
    L'église conserve plusieurs dalles funéraires, portant l'effigie gravée de ses desservants.
    Représentations :
    Le défunt Charles Paradis, qui fut curé de cette paroisse, est représenté en prière, debout et de pourrait donc s'agir d'un portrait. Il est représenté sous une arcade dont les supports sont ornés de
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    constituée d'un seul bloc de calcaire blanc. Sur sa surface polie, le défunt est représenté par un trait
    Localisation :
    Coyolles - Église paroissiale Notre-Dame (Nativité de la Vierge) place de l' Église - en village
    Titre courant :
    Dalle funéraire de Charles Paradis (n° 2)
    États conservations :
    On observe un début de dégradation de la surface de la pierre, dû à la très forte humidité de l'église. De très faibles traces de peinture sombre ou d'impastation sont visibles dans certains creux.
    Appellations :
    de Charles Paradis
    Catégories :
    taille de pierre
    Illustration :
    Vue générale de la dalle. IVR22_19920202049V
  • Monument commémoratif (gisant) de Charles-Florimond Tavernier
    Monument commémoratif (gisant) de Charles-Florimond Tavernier Saint-Quentin - Ancienne collégiale royale, actuellement basilique Saint-Quentin - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    La signature, le lieu et la date de réalisation de la statue sont gravés sur l'avant du lit mortuaire, près des pieds : JEAN DU SEIGNEUR / sculpsit / PARIS 1865. L'inscription commémorative de la commande est gravée à l'avant de la dalle servant de socle : LE CLERGÉ, LE CONSEIL DE FABRIQUE ET LES PAROISSIENS / ONT ÉRIGÉ CE MONUMENT À LEUR VÉNÉRÉ PASTEUR, L'AN DE N. S. MDCCCLXVI. Trois longues inscriptions rappelant les principaux événements de la vie de l'archiprêtre Tavernier, ses oeuvres et ses recommandations , sont gravées sur le mur de fond de l'enfeu. Elles sont transcrites en pièce annexe.
    Cadre de l'étude :
    mobilier et objets religieux la basilique de Saint-Quentin
    Historique :
    A peine la mort de l'archiprêtre Tavernier, survenue le 5 mars 1865, est-elle connue, qu'est exprimé le désir d'élever dans l'ancienne collégiale un monument à la mémoire de ses bienfaits et de ses vertus. Le Conseil de Fabrique souhaitait vivement donner à cette oeuvre une forme répondant à la généreuse souscription de la paroisse, digne du prêtre défunt et en harmonie avec l'architecture de l'église . On choisit donc l'enfeu du chanoine Grégoire de Ferrière[s], dépourvu de son gisant depuis la Révolution. Vers 1862, la peinture murale qui l'ornait avait été délivrée de son badigeon et la restauration de ses sculptures ornementales avait été commencée. Ce cadre imposait donc à la fois le programme artistique (un gisant) et la taille de l'oeuvre. La statue fut réalisée de 1865 à 1866 par Jean Du Seigneur (1808-1866), sculpteur parisien allié à une éminente personnalité de Saint-Quentin (le gisant est signé et daté). Le journal de l'artiste nous informe que l'esquisse fut commencée le 13 octobre 1865, le
    Référence documentaire :
    p. 234 GOMART, Charles. Notice sur l'église de Saint-Quentin. Bulletin monumental, 1870, vol. 36 p. 340-346 POINDRON, Abbé Théodore. Le zèle pastoral ou vie de M. Charles-Florimond Tavernier, curé p. 40 BACQUET, Augustin. Collégiale de Saint-Quentin - Aisne - Basilique mineure. Etude des . Semaine religieuse des trois diocèses de Beauvais, Soissons & Amiens. p. 52 HACHET, Jules. La basilique de Saint-Quentin. Son Histoire - Sa Description. Troisième -archiprêtre de Saint-Quentin. 2e édition, Saint-Quentin : typographie et lithographie Jules Moureau, 1879.
    Représentations :
    L'archiprêtre Charles-Florimond Tavernier est représenté mort, allongé sur une dalle couverte d'un drap qui lui sert de lit funéraire, la tête posée sur un coussin. Il porte le costume de sa fonction , composé d'une aube bordée de dentelle aux manches et en bas du corps, de la chasuble, de l'étole et du
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    L'oeuvre est constituée de deux éléments, taillés dans le calcaire. Le premier est une dalle rectangulaire, posée sur le socle du gisant disparu de Grégoire de Ferrière[s] et n'offrant au regard qu'une lit mortuaire de plan rectangulaire. Ce gisant est sculpté dans un seul bloc de pierre de Caen , calcaire de teinte beige.
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Emplacement dans l'édifice :
    déambulatoire nord revers de l'armoire à reliquaires
    Titre courant :
    Monument commémoratif (gisant) de Charles-Florimond Tavernier
    Dimension :
    262 cm de largeur, 60 cm de profondeur et 10 cm de hauteur.
    Appellations :
    de Charles-Florimond Tavernier
    Annexe :
     : A LA MÉMOIRE / de Me CHARLES FLORIMOND TAVERNIER / DÉCÉDÉ CURÉ ARCHIPRÊTRE DE ST QUENTIN / LE 5 Transcription des inscriptions Trois inscriptions sont gravées sur le mur de fond de l'enfeu . Inscription de gauche : Il dit / comme David : / Domine dilexi decorem / domus tuae et commença la / restauration de cette Eglise avec / le concours de la Fabrique et des Fidèles / Il fonda l´Ecole des Frères de la doctrine / chrétienne, les Augustines garde-malades / les Petites Soeurs des pauvres la Conférence / de St Vincent de Paul l´oeuvre des Dames de / la Providence celle de Marie au Temple / les Confréries de Notre-Dame des Victoires / des Mères chrétiennes, de St Joseph, etc... Inscription centrale MARS 1865, / DONT LE CORPS REPOSE DANS LE CIMETIÈRE DE CETTE PAROISSE. / NÉ A CILLY LE 3 MARS 1800 . / ORDONNÉ PRÊTRE EN 1823, PROF. AU GD SÉMIN[AIR]E DE SOISSONS EN 1822, / CURÉ DE BURELLE EN 1824 ET DE ROSOY-SUR-SERRE EN 1828, / CHAN. TITUL. DE LA CATH. DE SOISSONS MEMB. DU CONS. EPISC. EN 1837, / CURÉ
    Illustration :
    Détail de la signature du sculpteur; IVR22_20010202726X
  • Dalle funéraire de Charles et Jean Gerault
    Dalle funéraire de Charles et Jean Gerault Jumigny - Eglise paroissiale Saint-Pierre place Saint-Pierre - en village
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Département de l'Aisne
    Inscriptions & marques :
    Transcription : "Ici sont inhumez les / corps de Me Charles / Gerault décédé le 3 / novembre 1629 M. Charles Gerault / Confr auprès de Laon / et de Damelle Antoinette / Boquillon ont sou/ haité être agé de / 25 ans et de Me Jean Gerault décédé le 23 / octobre 1687 agé de / 77 ans tous deux fils / de
    Historique :
    Cette dalle à effigie gravée de Charles Gerault a été réalisée vers 1629, date de décès du
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    L’œuvre est gravée dans un seul bloc de calcaire orné d'un décor à relief gravé.
    Titre courant :
    Dalle funéraire de Charles et Jean Gerault
    Appellations :
    de Charles et Jean Gerault
    Catégories :
    taille de pierre
  • Tableau : l'Extase de saint Charles Borromée
    Tableau : l'Extase de saint Charles Borromée Noyon - Ancienne cathédrale Notre-Dame place du Parvis - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique canton de Noyon
    Représentations :
    saint Charles Borromée: agenouillé, extase, crucifix, mitre, crosse, angelot
    Statut :
    propriété de la commune
    Titre courant :
    Tableau : l'Extase de saint Charles Borromée
    États conservations :
    Toile recoupée du côté droit ; décollement et écaillage de la couche picturale.
  • Tombeau de l'ingénieur Charles Dominique Granclas
    Tombeau de l'ingénieur Charles Dominique Granclas Amiens - rue Saint-Maurice 42 plaine K Cimetière de la Madeleine - en ville - Cadastre : non cadastré
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    patrimoine funéraire le cimetière de la Madeleine
    Historique :
    d'une "pyramide en pierre de Senlis d'un style particulier" (cf. annexe). Le dessin des frères Duthoit construit en 1878 un petit monument en forme de croix moderne en marbre ou granite belge.
    Observation :
    Somme, Charles Dominique Granclas (1750-1823), se signale par l'originalité de sa forme et par la Cette concession, qui a perdu sa clôture d'origine, contient un monument original en forme de pyramide, réalisé en 1823 (autorisation de construction). C´est l'un des plus anciens tombeaux du cimetière , dont la forme rappelle le tombeau de Voltaire à Fernay et certains tombeaux d'applique du 18e siècle . Ce monument, élevé à la mémoire de l'ingénieur en chef des Ponts-et-Chaussées du département de la qualité de l'épitaphe. La niche circulaire, ornant la stèle, abritait initialement une lampe sépulcrale disparue. Né à Charmes dans les Vosges, Charles Dominique Granclas fut sous-ingénieur des Ponts-et -Chaussées à Valenciennes, Boulogne et Calais de 1777 à 1790, puis ingénieur en chef à Arras et Amiens à partir de 1805. Il fut à l'initiative d'un projet pour la construction du palais de justice et l'aménagement de la future place René-Goblet.
    Référence documentaire :
    Le tombeau de Granclas au cimetière de la Madeleine, dessin (encre sur papier) des frères Duthoit , vers 1850 (Musée de Picardie, Amiens ; MP Duthoit VI-121). AC Amiens. Cimetière de la Madeleine. Registre des concessions. BM Amiens. Série M ; 2 M 18/1. Autorisations de constructions de caveaux et de monuments (1807-1828). BM Amiens. Série M ; 2 M 18/4. Autorisations de constructions de caveaux et de monuments (1874-1884). p. 214 C[OMTE], Stéphane. Promenades au cimetière de la Madeleine, précédées d'un précis historique sur l'origine de cet établissement, sa première destination, et les diverses transformations qu'il a
    Représentations :
    La niche circulaire, surmontée d'une croix en creux, est ornée d'une couronne de laurier.
    Description :
    monument en forme de pyramide, en pierre de Senlis. L'une des faces est percée, dans sa partie supérieure , d'une niche circulaire. Le mur est recouvert d'un enduit de ciment d'imitation, simulant la pierre de -gît / Charles Dominique / GRANCLAS / ingénieur en chef au corps royal des Ponts-et-Chaussées / du département de la Somme / décédé le 16 décembre 1823, âgé de 73 ans. / Il fit du bien pendant sa vie, / ses dans l'autre il le récompense de sa gloire.
    Localisation :
    Amiens - rue Saint-Maurice 42 plaine K Cimetière de la Madeleine - en ville - Cadastre : non
    Titre courant :
    Tombeau de l'ingénieur Charles Dominique Granclas
    Appellations :
    Charles Dominique Granclas
    Annexe :
    Extrait de : Promenades au cimetière de la Madeleine [Granclas] "Le premier monument, joignant le chemin n°11, est celui de M. GRANCLAS, ancien ingénieur au corps royal des ponts-et-chaussées. Ce monument se compose d'une pyramide en pierre de Senlis d'un style particulier. A l'élévation supérieure est pratiquée une niche dans laquelle est placée une lampe sépulcrale ; autour de cette niche est sculptée une couronne de feuilles de lauriers. On y lit cette inscription, que cachent en partie quatre belles têtes de buis : "Ci-gît / Charles-Dominique / GRANCLAS / ingénieur en chef au corps royal des ponts-et -chaussées / du département de la Somme / décédé le 16 décembre 1823, âgé de 73 ans. / Il fit du bien pendant , / priez Dieu que dans l'autre il le récompense de sa gloire." Stéphane C[omte], 1847, p. 214.
    Illustration :
    Le tombeau de Granclas au cimetière de la Madeleine, dessin des frères Duthoit, vers 1850 (Musée de
  • Tombeau (croix funéraire) de Charles Rataux
    Tombeau (croix funéraire) de Charles Rataux Landouzy-la-Ville - rue du Cimetière - en village - Cadastre : 1990 AK 46, 47, 49b
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    Ce tombeau qui est celui de Charles Rateaux, mort pour la France au cours de la 1ère Guerre mondiale, fait partie du petit carré militaire du cimetière de Landouzy-la-Ville. La croix en fonte, de style néo-gothique, a été fournie par le fabricant et fondeur de Charleville-Mézières, Alfred Corneau , comme en témoigne la marque de fabricant et le numéro de série au pied de la croix. Cette croix provient
    Observation :
    La croix en fonte, de style néo-gothique, exécutée par le fabricant et fondeur de Charleville -Mézières, Alfred Corneau, montre la persistance, dans les années 1920, de modèles en série déjà existant au cours de la 2e moitié du 19e siècle.
    Représentations :
    La croix de style néo-gothique, est ornée en son centre de la représentation de saint Pierre en pied, la base de la croix comporte outre une tête d'ange la représentation d'une urne funéraire voilée.
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Le socle rectangulaire est en pierre de taille calcaire de Tournai dite pierre bleue, à élévation
    Titre courant :
    Tombeau (croix funéraire) de Charles Rataux
    Appellations :
    de Charles Rataux
1 2 3 4 92 Suivant