Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Cimetière communal d'Amiens, dit du Petit-Saint-Jean

Dossier IA80002929 réalisé en 2003

Fiche

Œuvres contenues

Le cimetière du Petit Saint-Jean est l'un des quatre cimetières ruraux d'Amiens créés au milieu du 19e siècle, en application tardive de la loi de prairial an 12, qui impose leur éloignement des habitations.

D'abord destiné à remplacer le cimetière de la chapelle Saint-Jean-Baptiste, il est aménagé sur une parcelle surplombant le faubourg, dont il est séparé par la voie ferrée. Il est alors accessible par une rue ouverte (actuelle rue Lescouvé) et par un chemin rural. Il sera agrandi à l'ouest, vers le faubourg et la voie ferrée et doté d'un portail et d'une conciergerie (1893). Les extensions ultérieures sont réalisées au nord et au sud, accompagnés de la création de nouveaux accès.

La trame orthogonale est caractéristique des cimetières ruraux contemporains soumis à des plans de répartition des concessions. Les concessions perpétuelles sont disposées le long de l'allée principale, puis en bordure des allées perpendiculaires, dans la partie la plus ancienne du cimetière, comme dans la première extension.

La croix de cimetière et le reposoir sont élevés au centre de l'allée principale. Le monument aux morts est placé à l'entrée principale.

Le cimetière du Petit Saint-Jean se caractérise par une dimension monumentale plus importante que dans la plupart des cimetières ruraux. Le relief permet une mise en scène de certains tombeaux, notamment aux abords de la croix de cimetière où ils dominent le visiteur entrant par l'entrée principale, au bas du cimetière.

Appellations Petit-Saint-Jean
Parties constituantes non étudiées conciergerie, dépositoire, monument aux morts, borne fontaine
Dénominations cimetière
Aire d'étude et canton Grand Amiénois - Amiens
Adresse Commune : Amiens
Adresse : rue d' Elbeuf , rue Lescouvé
Cadastre : 2003 IL 299

Documents figurés :

Le cimetière figure sur le cadastre de 1852, dans la section M8, dite du Cimetière-Neuf.

Sources :

Les documents conservés aux archives départementales (série O) indiquent que le cimetière du Petit-Saint-Jean est créé en 1851. Il est agrandi en 1885, 1912 et 1927. La conciergerie est construite en 1893.

Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que les premières concessions sont acquises en 1851. Le rapport sur le projet de distribution du cimetière (1851) décrit les zones affectées aux concessions perpétuelles (68), trentenaires (56), de 15 ans (60), enfin aux fosses communes. Il mentionne une moyenne annuelle de 15 à 20 inhumations. Les concessions perpétuelles, divisées en sépultures familiales et individuelles, sont situées de chaque côté de l'allée centrale. Des dérogations sont cependant autorisées dès 1851, comme le montre la demande de M. Boulanger-Gontier qui veut élever son tombeau familial face à celui de la famille Crignier-Gontier, dans la zone des concessions perpétuelles individuelles. Cette demande est motivée par le fait que "la disposition régulière de ces deux monuments [de même proportion et de même style] de chaque côté de l'allée, à l'entrée du cimetière, serait d´un bon aspect". Elle est acceptée malgré l'avis négatif de l´architecte communal.

En 1853, M. Rumigny demande que sa fille soit inhumée dans le cimetière et non à la Madeleine, il est du Petit-Saint-Jean et toute sa famille est dans ce cimetière.

En 1859, une seconde demande est autorisée bien qu´elle ne respecte pas le plan défini, celle de la famille Crignier. Le concessionnaire avait acquis une concession trentenaire de 7,50 m2 en 1854 et veut la transformer en concession perpétuelle ; celle-ci s'avère cependant insuffisante pour élever un "monument dont la dimension et le style serait (sic) d'un bel aspect pour l'entrée du cimetière".

En 1892, en raison de l'éloignement du cimetière et de la nécessité d'une surveillance pour éviter les dégradations, la municipalité vote les crédits nécessaires à la construction d´un logement réalisée par l'entrepreneur A. Mercier, sur les plans de l´architecte communal Charbonnier. Les ferronneries du portail sont réalisées par le serrurier Ducroquet-Joliet.

En 1910, l'ouverture de la porte du côté de la rue d´Elbeuf est autorisée, les mardi et jeudi après-midi, pour faciliter l´accès aux personnes âgées. Les sources conservées aux archives communales (série M) signalent l'installation de deux bornes fontaines, en 1932 et en 1946, et la plantation de tilleuls de Hollande dans l'extension, en 1943.

Plusieurs monuments repérés portent la signature des entrepreneurs amiénois Denis, Sellier, Ozenne, Galampoix, Cavillon et Benoît.

Travaux historiques :

L´affiche de 1877 publiée dans « Amiens, 3 siècles d´affiches » (1984) signale que les concessions accordées en 1852 pour une durée de quinze années doivent être renouvelées. Le manuscrit Pinsart signale son agrandissement en 1884.

L´étude réalisée par Fr. Caquineau et G. Frère (2003) indique que le cimetière, créé vers 1851, a été agrandi en 1928 et en 1945. Les plantations comprennent des conifères (cyprès de Lawson et pins noirs) et des feuillus (tilleuls), ceinturant les plaines.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle, 2e quart 20e siècle
Dates 1851, daté par source
1893, daté par source
1912, daté par source
1927, daté par source
1932, daté par source
1943, daté par source
1946, daté par source
Auteur(s) Auteur : Charbonnier, architecte communal, attribution par source
Auteur : Mercier Anatole Victor,
Anatole Victor Mercier (1844 - 1939)

Entrepreneur à Amiens, 11 rue Gaudissart. Fils d'Adolphe Louis Mercier (1813-1880).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Auteur : Béquin entreprise de monuments funèbres,
entreprise de monuments funèbres Béquin

Entreprise de monuments funèbres fondée par Dosithée Béquin (né en 1865 à Géranflos) et installée 430 rue Saint-Maurice (1906) puis 385 rue Saint-Maurice (1911). Au milieu du 20 siècle, l'entreprise est dirigée par son fils Robert Béquin (né en 1892).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Auteur : Ozenne entreprise de monuments funèbres,
entreprise de monuments funèbres Ozenne
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Auteur : Sellier entreprise de monuments funèbres,
entreprise de monuments funèbres Sellier

Entreprise de monuments funèbres établie à Amiens, route d'Albert, au début du 20e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, signature
Auteur : Denis entreprise de monuments funèbres,
entreprise de monuments funèbres Denis

Entreprise de monuments funèbres fondée par Sosthène Denis et établie à Amiens, à proximité du nouveau cimetière Saint-Pierre. En 1937, elle est donnée 495 route d'Albert (AC Amiens 2M 17/27).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, signature
Auteur : Benoît A.,
A. Benoît

Entrepreneur actif à Amiens au début du 20e siècle, établi 585 route de Rouen.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, signature
Auteur : Cavillon entreprise de monuments funèbres, dit(e) Cavillon-Galampoix,
entreprise de monuments funèbres Cavillon , dit(e) Cavillon-Galampoix

Entreprise de monuments funèbres amiénoise située au Château Fort et dirigée par Florent Cavillon-Galampoix (1853-1909), gendre de Joseph Galampoix.

Plusieurs autorisations de constructions de monuments pour le cimetière du Petit-Saint-Jean, sont faites au nom de Cavillon (1900-1905) et de Cavillon-Galampoix (1901-1908).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, signature
Auteur : Cloquier entreprise de monuments funèbres,
entreprise de monuments funèbres Cloquier

Entreprise de monuments funèbres fondée par Louis Cloquier (1889-1954), qui commence sa carrière comme tailleur de pierre chez Lamolet (recensement de 1906). L'entreprise est située 199 rue de Cagny, à proximité du vieux cimetière de Saint-Acheul.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, signature
Auteur : Ducroquet entreprise de serrurerie,
entreprise de serrurerie Ducroquet

Entreprise de serrurerie.

Ducroquet-Joliet et Ducroquet-Clément.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
serrurier, attribution par source

Le cimetière du Petit-Saint-Jean est situé en agglomération, en limite du territoire communal. La parcelle traversante de forme rectangulaire, d´une superficie d´environ 5500 m2, est close par une haie (au nord-ouest le long de la voie ferrée et au sud-est, rue d'Elbeuf) et par un mur, au nord-est et au sud-ouest. Le cimetière dispose de trois accès rue d'Elbeuf et d'un accès, rue Lescouvé, près duquel se situe la conciergerie. Rue Lescouvé, le portail (fig. 6 et 7) est encadré de piliers en briques et calcaire ; rue d'Elbeuf, le portail central est encadré de piliers de briques et calcaire (fig. 8). Le couronnement des piliers de l'entrée principale sont ornés de couronne mortuaire en calcaire. Le cimetière, qui s´étend sur une pente descendante, est distribué par un réseau d´allées orthogonales délimitant douze îlots, au nord, quatre îlots, dans la première extension, et douze îlots, au sud. Ces allées sont bitumées. L´espace entre les tombes, disposées perpendiculairement aux allées, est recouvert de graviers. Les concessions perpétuelles sont disposées le long de l'allée principale, les plus anciennes proches du portail central de la rue d'Elbeuf. Les îlots sont entièrement occupés par des concessions. L´aménagement végétal se limite à des alignements d´arbres de tiges ceinturant les îlots (dans les plaines A et B et dans la partie neuve) et à la haie de clôture. L'allée principale n'est pas plantée. La conciergerie (fig. 9) est construite en briques et couverte d'ardoises. Le dépositoire (fig. 10) présente une façade à pignon masquée par un enduit en ciment. Deux portes en fer donnent accès à des caveaux temporaires. La croix de cimetière (étudiée) se situe au milieu de l'allée principale et le monument aux morts (étudié), près de l'entrée principale (rue Lescouvé). Un enclos funéraires (étudié) et quatre-vingt-onze tombeaux (dont 34 étudiés) ont été repérés dans le cimetière. Caractéristiques des monuments non étudiés : Datation : 4e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle. Matériau : marbre belge, calcaire, fer. Typologie : stèles funéraire, croix funéraire, colonne funéraire, niche, sarcophage. Signatures : Denis / Sellier / Ozenne / Galampoix / Cavillon / Benoît.

Typologies cimetière indépendant (graveyard) de plan régulier, cimetière rural
Techniques sculpture
Représentations couronne mortuaire
Statut de la propriété propriété publique

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Somme. Série O ; 99 O 211. Amiens. Cimetières avant 1869.

  • AD Somme. Série O ; 99 O 277. Amiens. Cimetières 1870-1939.

  • BM Amiens. Série M ; 2 M 17/2. Cimetières d'Amiens.

    Petit-Saint-Jean (1841-1910)
  • AC. Amiens. Série M ; 2M 17/27. Cimetières.

  • BM Amiens. MS E 1377. Fonds Pinsard. PINSARD, Charles. Rues, places et monuments d'Amiens. Recueil de notes, tome 49.

    p. 79
Documents figurés
  • Cimetière du Petit-Saint-Jean. Agrandissement, dessin, 1er quart 20e siècle (Archives communales et communautaires d'Amiens métropole ; 16Fi 189).

  • Cimetière du Petit-Saint-Jean. Plan général, dessin, 20e siècle (Archives communales et communautaires d'Amiens métropole ; 16Fi 172).

Bibliographie
  • DUVANEL, Maurice. ROY Paule. Amiens. 3 siècles d'affiches. Amiens : CRDP, 1984.

    p. 43
  • CAQUINEAU, Francis, FRERE, Gersende. Gestion du patrimoine arboré et ramassage des déchets des cimetières de la ville d´Amiens. Ville d'Amiens : Service espaces publics, unité parcs et jardins, novembre 2003.

    p. 11
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Barbedor Isabelle
Isabelle Barbedor

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.