Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 35 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Tombeau (stèle funéraire) des familles A. Lecull et Daperon-Lecull
    Tombeau (stèle funéraire) des familles A. Lecull et Daperon-Lecull Amiens - rue Saint-Maurice 114 plaine P Cimetière de la Madeleine - en ville - Cadastre : non cadastré
    Historique :
    effectués en 1884 par l'entrepreneur Lesot, pour M. Lecull, et qu'une demande est déposée par l'entrepreneur D'après le registre communal, cette concession est acquise en août 1884, par Alphonse Lecull
    Observation :
    L'aménagement de cette concession, en 1884, semble résulter de deux commanditaires et de deux entrepreneurs différents. La construction du caveau par l'entrepreneur Lesot est commandée par M. Lecul. La identique au tombeau de la famille Stortz-Lefebvre et à celui de la famille Digeon, elle illustre une
    Référence documentaire :
    BM Amiens. Série M ; 2 M 18/4. Autorisations de constructions de caveaux et de monuments (1874-1884).
    Représentations :
    Le portillon comporte un ensemble d'arabesques, que l'on retrouve sur toute la clôture, et que
    Description :
     ; lettrage orange) : 1886 ; 1898. Inscription concernant le destinataire : Famille A. LECULL et DAPERON -LECULL. Signature : A. GEVERS / Amiens.
    Auteur :
    [marbrier] Geevers entreprise de marbrerie et sculpture de monuments funèbres
    Typologies :
    composite : stèle funéraire à croix monumentale et stèles à acrotères stylisés
    Titre courant :
    Tombeau (stèle funéraire) des familles A. Lecull et Daperon-Lecull
    Appellations :
    familles A. Lecull et Daperon-Lecull
  • Tombeau (chapelle) des familles Luneau-Marseigne et Cavillier
    Tombeau (chapelle) des familles Luneau-Marseigne et Cavillier Amiens - rue Saint-Maurice 95 plaine F Cimetière de la Madeleine - en ville - Cadastre : non cadastré
    Historique :
    , domicilié à Amiens. Elle fut agrandie une première fois en juillet 1850, par Michel Luneau et Nathalie
    Observation :
    Cette concession, rehaussée en fonction du dénivelé du terrain, acquise et agrandie en 1850 puis en calcaire, signé par l'entrepreneur Lefebvre fils, et sans doute réalisé vers 1866 (date du second agrandissement de la concession et de l'une des inhumations) en remplacement du monument d'origine.
    Représentations :
    de rubans. Les acrotères sont gravés de belles fleurs et les pilastres cannelés sont coiffés de végétal en fonte ouvragée et la partie inférieure est ornée d'une couronne de laurier agrémentée d'un tomettes noires et blanches présente un motif de croix latine. Un crucifix en bois noir est déposé sur le faux autel et une croix ainsi que deux couronnes de fleurs en barbotine sont fixées sur le mur
    Description :
    , en relief) : Familles Luneau-Marseigne et Cavillier. Signature (base du pilastre droit) : Lefebvre Cette concession, en bordure d'allée, est délimitée par une grille en fonte ouvragée et fer forgé dalles en pierre de Tournai et agrémenté de deux emplacements latéraux à usage de jardinières à plantes qu'un fronton triangulaire à acrotères et des pilastres cannelés rythment les quatre angles de l'édicule corniche moulurée, est en calcaire et recouverte d'une protection en zinc. Enfin, le monument est fermé par latéraux sont chacun agrémentés de six tablettes en marbre portant les épitaphes des défunts et le sol présente un dallage de tomettes noires et blanches. Inscriptions : Dates des décès (mur intérieur gauche
    Titre courant :
    Tombeau (chapelle) des familles Luneau-Marseigne et Cavillier
    Appellations :
    familles Luneau-Marseigne et Cavillier
  • Le mobilier de l'église Saint-Nicolas de Dury
    Le mobilier de l'église Saint-Nicolas de Dury Dury - Eglise paroissiale Saint-Nicolas rue de l' Eglise - en village
    Cadre de l'étude :
    mobilier et objets religieux
    Historique :
    romain et 8 statues en bois. Les verrières de la nouvelle église sont réalisées dans l'atelier de Pierre Calvaire et un évêque) et l´inscription suivante : FONDUE EN 1876 AVEC LE METAL DE L´ANCIENNE CLOCHE ET LES DONS RECUEILLIS PAR MR LESAGE MAIRE ET PIERRE SEVIN MARGUILLIER / J´AI ETE BENITE PAR MR BUCQUOY CHANOINE PREBENDE ASSISTE DE MR VALEMBERT CHANOINE HONORAIRE DE LA CATHEDRALE D´AMIENS ET CURE DE DURY / J ´AI ETE NOMMEE CAROLINE FLORE PAR MR ALEXANDRE JOSEPH FRANCOIS DE PAULE DU CASTEL ET MADAME VIRGINIE FLORE LANGUERLEN. La cloche d´un poids de 300 kg, mesure 90 cm de hauteur et présente un diamètre 64 cm et de 115 cm à la base.
    Auteur :
    [fondeur] Cavillier et Lecull
    Texte libre :
    ´ancienne église et un ensemble de meuble contemporain : la maître-autel et le tabernacle (fig. 1), le confessionnal et les chaises. Mobilier provenant de l´ancienne église : Christ en croix (mur ouest) en bois croix en cuivre et laiton (fig. 3). Base en calcaire à chapiteau sur laquelle est posée un petit
  • Tombeau (stèle funéraire) de la famille Cavillier-Lesage
    Tombeau (stèle funéraire) de la famille Cavillier-Lesage Amiens - rue Saint-Maurice 52 plaine C Cimetière de la Madeleine - en ville - Cadastre : non cadastré
    Historique :
    D'après le registre communal, cette concession fut acquise en mai 1843, par Apollinaire Cavillier
    Observation :
    fondeur Nicolas Cavillier et 1843 (date d'acquisition de la concession et de l'une des inhumations). l'entrepreneur A. Sallé et sans doute réalisée entre 1830 (date des deux premières inhumations) pour l'épouse du
    Représentations :
    La grille est ornée d'épis de blé (?) et de pots-à-feu peints et le portillon était initialement croix latine, est sculpté d'une couronne de lierre et d'immortelles entrelacée de rubans et les
    Description :
    ans / - / Constant Apollinaire / CAVILLIER / Fondeur à Amiens / 18 janvier 1864 / 74 ans et 6 mois . Épitaphe : Geneviève / FAROUX / Veuve de Mr. Nicolas / CAVILLIER / fondeur à Carepuis / 8 octobre 1830 - 80 . Inscription concernant le destinataire (fronton, en creux) : Famille Cavillier-Lesage. Signature (base, en
    Auteur :
    [commanditaire] Cavillier Apolinaire
    Titre courant :
    Tombeau (stèle funéraire) de la famille Cavillier-Lesage
    Appellations :
    famille Cavillier-Lesage
    Illustration :
    Stèle funéraire de la famille des fondeurs Nicolas et Constant Apollinaire Cavillier, A. Sallé
  • Le mobilier de l'église de l'église Saint-Cyr et Sainte Julitte de Pont-de-Metz
    Le mobilier de l'église de l'église Saint-Cyr et Sainte Julitte de Pont-de-Metz Pont-de-Metz - Eglise paroissiale Saint-Cyr et Sainte-Julitte rue de l' Eglise - en village
    Cadre de l'étude :
    mobilier et objets religieux
    Historique :
    confectionnés par le menuisier amiénois Louis Tellier, en 1817 et la refonte d´une cloche par le fondeur amiénois Cavillier, en 1820.
    Auteur :
    [fondeur de cloches] Cavillier
    Localisation :
    Pont-de-Metz - Eglise paroissiale Saint-Cyr et Sainte-Julitte rue de l' Eglise - en village
    Titre courant :
    Le mobilier de l'église de l'église Saint-Cyr et Sainte Julitte de Pont-de-Metz
    Texte libre :
    L´église Saint-Cyr et Sainte-Julitte de Pont-de-Metz conserve un mobilier en partie renouvelé à la choeur représentant saint Joseph et Jésus (baie 2), est offerte en 1891, en souvenir de la première martyre de saint Cyr et sainte Julitte (baie 1), offerte en 1893. Une plaque en cuivre signale également fenêtres nord sont offertes par Léonie et Eugénie Bralant (baie 3) et par Aurée et Aurélie Cozette (baie 5).
    Illustration :
    Baie 2 : Saint Joseph et l'Enfant Jésus, offerte en souvenir de la 1ère communion de Joseph Baie 3 : Crucifixion, don de Melles Léonie et Eugénie Bralant. IVR22_20078012728NUCA Baie 5 : Le Sacré-Coeur, don de Melles Aurée et Aurélie Cozette. IVR22_20078012729NUCA
  • Ensemble des huit cloches de la cathédrale, dites : Marie-Henriette-Amérique-France-Victoire, Julie-Paule-Simone, Gervaise, Protaise, Crépine, Crépinienne, Sixtine et Juliette
    Ensemble des huit cloches de la cathédrale, dites : Marie-Henriette-Amérique-France-Victoire, Julie-Paule-Simone, Gervaise, Protaise, Crépine, Crépinienne, Sixtine et Juliette Soissons - Cathédrale Saint-Gervais-Saint-Protais place Cardinal-Binet - en ville
    Inscriptions & marques :
    vigesima tertia. /Fondue par Cavillier père et fils à Carrepuits, Somme, l’an 1881. Traduction de , évêque de Soissons et Laon, l’an du Seigneur 1881, le 23 octobre. Fondue par Cavillier père et fils à Leblanc de Beaulieu / évêque de Soissons et Laon et nommée PROTAISE. / Cavillier à Carrépuits (Somme). Sur publiée dans l'hebdomadaire diocésain. JULIE-PAULE-SIMONE : Quæ prius vocabar Simone illustrissimo et suo anno 1645 dicata et postea anno 1810 ecclesiæ cathedralis majoribus campanis associata nunc / Deperdita voce iterum fusa sumptibus illustrissimi et reverendissimi D.D. episcopi venerabilis capituli domino Julio Henrico de la Prairie et a domina Joanna / Felicitate Julia Dorchy defuncti Pauli Augustini Deviolaine uxore et illustrissimi et reverendissimi D.D. Odonis Thibaudier episcopi suessionensis / et l’inscription : J’ai été faite pour l’abbaye de Saint-Jean-des-Vignes et nommée Simone par illustrissime et l’église cathédrale et réunie à d’autres cloches dont je suis la plus grosse.Ayant perdu la voix, je renais
    Cadre de l'étude :
    mobilier et objets religieux la cathédrale de Soissons
    Historique :
    refondre. Ainsi s'efface Simone en faveur de Julie-Paule, issue de la fonderie d'Amédée Cavillier et aussi au guet et à l'horloge de la ville. Le Rituel de Nivelon, composé vers 1200, signale déjà l’existence de deux séries de cloches - les grosses et les petites - parmi lesquelles les cloches nommées "Lettarda" et "Gloriosa" font individuellement entendre leur voix au cours de certains offices. Dans la la cloche nommée "Guillaume", et l’évêque Jean Milet (1442-1503) offre également à la cathédrale une grosse cloche et une horloge. Les protestants qui s’emparent de la ville en 1567 détruisent la plupart Lambert et Claude Causard. Ce dernier ouvrage laisse le chapitre insatisfait à cause de faux tons irrémédiables. Enfin, en 1781, le chapitre fait installer une nouvelle cloche pour le guet, la précédente et les Monseigneur Henri-Claude de Bourdeilles, évêque de Soissons, et pour marraine, Madame la comtesse de Bourdeilles ; la deuxième a pour parrain Monsieur Le Pelletier, intendant de la province, et pour marraine
    Référence documentaire :
    , registres et papiers contenus dans les archives du chapitre de l'église cathédrale de Soissons, t. 1. Soissons et du Soissonnais" d'Antoine-Pierre Cabaret, seconde partie). p. 186-187. Bulletin de la Société archéologique, historique et scientifique de Soissons, 1907, 3e t. 2, p. 414, 417, 470-471, 484. DORMAY, chanoine Claude. Histoire de la ville de Soissons, et de ses rois, ducs, comtes et gouverneurs. Avec une suitte des Evesques, & un Abbregé de leurs actions : diverses remarques sur le clergé, & particulierement sur l'Eglise Cathedrale ; et plusieurs recherches sur département de l’Aisne. Premier Article. Bulletin de la Société archéologique, historique et scientifique de , tempore episcopi Nivelonis exaratum. Soissons : Société archéologique, historique et scientifique, Paris (Dimanche 22 Juin 1924). La Semaine Religieuse du diocèse de Soissons, Laon et Saint-Quentin. Organe de Soissons et Laon, destinée au clergé et aux familles chrétiennes, 8e année, 1881, n° 46, Samedi 12 novembre
    Représentations :
    Odon Thibaudier (1876-1889) et du chapitre, un Christ et plusieurs saints. Les six cloches baptisées en 1924 ont toutes pour décor commun : la croix, les armoiries de Monseigneur Binet (1920-1927) et celles de deux drapeaux avec l'inscription : Vive la France et Vive l’Amérique. Crépine aurait une représentation des deux martyrs Gervais et Protais. A Gervaise, aurait été attribuée la Vierge en relief et à Crépinienne comme à Juliette, les saints Crépin et Crépinien martyrs. Enfin, Sixtine aurait été enrichie des
    Description :
    Les huit cloches, de plan circulaire, sont réalisées en bronze et dotées de battants en fonte de
    Auteur :
    [fondeur de cloches] Cavillier Nicolas [fondeur de cloches] Cavillier Amédée
    Titre courant :
    -Paule-Simone, Gervaise, Protaise, Crépine, Crépinienne, Sixtine et Juliette
    Dimension :
    -Victoire pèse 5500 kg et sa note est le sol grave ; Julie-Paule-Simone pèse 3505 kg et sa note est le la ; Crépine pèse 2700 kg et sa note est le si ; Gervaise pèse 2140 kg et sa note est l'ut ; Protaise pèse 1475 kg et sa note est le ré ; Crépinienne pèse 1050 kg et sa note est le mi ; Sixtine pèse 770 kg et sa note est le fa dièse ; Juliette pèse 600 kg et sa note est le sol aigu.
    Illustration :
    , Crépinienne, Sixtine et Juliette) fondues en 1924 par Armand Blanchet, suspendues dans la cathédrale pour leur
  • Église paroissiale Saint-Martin et ancien cimetière de Pernois
    Église paroissiale Saint-Martin et ancien cimetière de Pernois Pernois - rue de l' Église - en village - Cadastre : 1832 B 689, 690 1984 AC 69, 70
    Historique :
    Saint-Martin de Pernois, et aux religieux qui desservaient la paroisse, une confirmation de divers droits et dîmes. Cet établissement, qui relevait de l'abbaye Saint-Lucien de Beauvais, disparait semble-t , l'archivolte du portail occidental et le linteau orné d'un arc trilobé de la porte latérale. Le transfert est cure et décimateurs de la paroisse. L'église est remaniée et en partie reconstruite au milieu du 18e , qui fait notamment ériger le transept et l'abside. Par devis du 25 avril 1810, Charles Demoulins , architecte à Doullens, mène des réparations à l'église, comprenant la réfection de la charpente et de la couverture, ainsi que la démolition et la reconstruction du clocher. Les pignons du transept sont alors remplacés par des croupes, les voûtes d'ogives du chœur et les ailerons du portail sont détruits. Le notamment la base et la colonne de l'ancienne croix, et une croix de tombeau qui a subsisté au moins jusqu'à la Première Guerre mondiale. Les trois cloches sont refondues en 1884 par le fondeur amiénois Lecul
    Référence documentaire :
    et monumentale, 1913, t. V, vol. 2. p. 62-64 GUYENCOURT, R. de. Pernois. L'église. In : La Picardie historique et monumentale. Tome V  : Arrondissement de Doullens, volume n° 2 : canton de Domart-en-Ponthieu. Amiens : Yvert et Tellier /Paris
    Représentations :
    ), MA (au nord) et SM (au sud) se détachent dans une ormenation de rinceaux dorés sur un fond bleu-vert
    Description :
    unique, d'un transept et d'une abside. La façade occidentale est ponctuée de deux étroits contreforts. La d'ardoise et ouvert d'abat-son sur ses quatre côtés. Le portail est formé d'une baie cintrée soulignée d'une voussure et d'une archivolte. Selon R. de Guyencourt, la clef, aujourd'hui très usée, représentait une tête d'une tribune, éclairée par un oculus ovale en façade. La nef est éclairée de quatre baies étroites et
    Titre courant :
    Église paroissiale Saint-Martin et ancien cimetière de Pernois
    Illustration :
    Tympan de la porte latérale nord (La Picardie historique et monumentale). IVR22_20108000051NUCA Eglise et monument aux morts, vers 1925 (coll. part.). IVR22_20108000056XA Vue intérieure : transept et choeur, 2e quart du 20e siècle. IVR22_20108000057XA Vue du transept et du choeur. IVR22_20098005341NUCA Base et colonne de l'ancienne croix de cimetière. IVR22_20098005432NUCA
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Nicolas
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Nicolas Babœuf - Eglise paroissiale Saint-Nicolas rue de l' Eglise - en village
    Cadre de l'étude :
    mobilier et objets religieux
    Historique :
    cloches, fondues par Lecull et Daperon d'Amiens, le 7 décembre 1875. En 1923, 12 bancs fabriqués par Poleux et Platel, menuisiers à Baboeuf, sont placés dans l'église. La chaire à prêcher est inaugurée en
    Référence documentaire :
    tome XXI, p. 29-33. TASSUS, Abbé. Notes historiques sur la paroisse de Baboeuf. Comité archéol. et hist. Noyon : comptes rendus et mémoires lus aux séances, 1908.
    Auteur :
    [fondeur] Lecull et Daperon [menuisier] Poleux et Platel
    Annexe :
    LISTE DES OEUVRES NON ETUDIEES LISTE DES OEUVRES NON ETUDIEES Choeur, nef et bas-côtés - Statues (bas-côté sud, mur sud) - Bas-relief en marbre blanc taillé. XVIIIe s. Dimensions : H = 54,5 cm et L = 65 cm. Brisée dans la partie gauche. Iconographie : nuées, agneau rayonnant étendu sur la croix et le attribuées à M. COLLINET, Paris, 1925, les baies 1 et 2 étant seules signées. Baie 0 : La Cène et la Passion  : Scènes de l´enfance du Christ en 6 médaillons Baies 3 et 5 : grisaille Baie 4 : grisaille avec médaillon CHANOINE TASSUS, CURE DE BABOEUF DE 1862 à 1915. Baies 10 et 12 : Vitraux par R. HOUILLE MAITRE-VERRIER . SAINTE ANNE BONNE MERE PRIEZ POUR NOUS. Baie 12 : saint Eloi en costume épiscopal et debout devant son trône, un reliquaire à sa droite, dans le fond Noyon et sa cathédrale. Inscr. SAINT ELOI EVEQUE DE NOYON 640. DON DE M. ET MME PAUL MENGET 1936. Baie 7 du même auteur (?) : Jésus prêche du haut de la barque paroisse de Baboeuf". Comité archéol. et hist. Noyon : comptes rendus et mémoires lus aux séances, 1908, p
    Aires d'études :
    Sources et Vallées
    Texte libre :
    de la fonderie Lecul et Daperon d'Amiens. La grosse pèse 1203 kilos, la moyenne 900 kilos. et la L´abbé Tassus (1908) décrit et documente une partie du mobilier de l´église. En 1699, Godebert de la Porte fait réparer le plancher de la nef et les lambris qui sont près des crédences. Il achète à Résurrection (étudié) et une navette pour mettre l'encens. Il fait également fabriquer des bancs pour les femmes puis, pour un plancher au grand autel et une galerie autour des fonts baptismaux, par Antoine , permit à la fabrique de faire refondre la moyenne, qui était fêlée, par Florentin Cavillier, de Carrépuis petite 656 kilos. L´aménagement et le décor intérieurs sont refaits entre 1856 et 1862 (peinture des lambris du choeur et carrelage du choeur) et le mobilier est renouvelé. Un grand dais pour les processions du Saint-Sacrement est acquis entre 1851 et 1853. Le chemin de croix est donné par Mademoiselle Boisset en 1857 et un bâton de la Vierge est acquis en 1859. En 1864, une statue de saint Nicolas est
  • Tombeau (stèle funéraire) des familles Digeon-Grimaux-Viellard
    Tombeau (stèle funéraire) des familles Digeon-Grimaux-Viellard Amiens - rue Saint-Maurice 38 plaine N Cimetière de la Madeleine - en ville - Cadastre : non cadastré
    Historique :
    (série M) indiquent que l'entrepreneur Leroy-Digeon a construit le caveau en 1874 et qu'en 1876 , l'entrepreneur A. Leroy a réalisé des travaux (pose de la clôture, bétonnage et asphalte). La stèle porte la
    Observation :
    , notamment le tombeau Stortz-Lefebvre et celui des familles A. Lecull et Daperon-Lecull, dans la plaine P. Cette concession conserve sa clôture d'origine et contient une stèle à croix monumentale en pierre monument a sans doute été réalisé entre 1874, date d'acquisition de la concession et de la construction du caveau par l'entrepreneur Leroy-Digeon, et 1892, date du décès de Ferdinand Alexandre Albert Digeon
    Référence documentaire :
    BM Amiens. Série M ; 2 M 18/4. Autorisations de constructions de caveaux et de monuments (1874-1884).
    Représentations :
    relief, et sa base à volutes est sculptée de grappes de raisin.
    Description :
    par de grosses chaînes en fonte et fixés sur un mur-bahut en pierre de Tournai, devant lequel se
    Auteur :
    [marbrier] Geevers entreprise de marbrerie et sculpture de monuments funèbres
  • Le mobilier de l'église paroissiale de l'Assomption-de-la-Vierge
    Le mobilier de l'église paroissiale de l'Assomption-de-la-Vierge Porquéricourt - Eglise paroissiale et cimetière de l'Assomption-de la-Vierge rue de l' Eglise - en village
    Cadre de l'étude :
    mobilier et objets religieux
    Historique :
    Bancs 1870 vestiaire et placards sacristie 1873 Denoyer menuisier à Noyon cloches Adolphe Cavillier
    Auteur :
    [fondeur de cloches] Cavillier Adolphe
    Localisation :
    Porquéricourt - Eglise paroissiale et cimetière de l'Assomption-de la-Vierge rue de l' Eglise
    Annexe :
    Nef - Christ en croix Divers - Calice et patène en argent doré, ap. 1918. - Maître-autel et autels
    Aires d'études :
    Sources et Vallées
  • Tombeau (stèle funéraire) Stortz-Lefebvre
    Tombeau (stèle funéraire) Stortz-Lefebvre Amiens - rue Saint-Maurice 26 plaine P Cimetière de la Madeleine - en ville - Cadastre : non cadastré
    Observation :
    la production du fabricant A. Gevers, identique au tombeau des familles A. Lecull et Daperon-Lecull en pierre de Tournai, signée Gevers et sans doute réalisée vers 1910 pour le marchand bijoutier et de la famille Digeon, dans la plaine N.
    Description :
    Tournai. Elle contient une stèle architecturée en pierre de Tournai, agrémentée de part et d'autre de couronnes mortuaires en barbotine (pensée, pavots, dahlias, violettes (?) et roses). Inscriptions : Dates
    Auteur :
    [marbrier] Geevers entreprise de marbrerie et sculpture de monuments funèbres
  • Tombeau (stèle funéraire) des familles A. Lecull et Daperon-Lecull
    Tombeau (stèle funéraire) des familles A. Lecull et Daperon-Lecull Amiens - rue Saint-Maurice 114 plaine P Cimetière de la Madeleine - en ville - Cadastre : non cadastré
    Dossier :
    Vue de la stèle. Tombeau (stèle funéraire) des familles A. Lecull et Daperon-Lecull
  • Tombeau (stèle funéraire) des familles A. Lecull et Daperon-Lecull
    Tombeau (stèle funéraire) des familles A. Lecull et Daperon-Lecull Amiens - rue Saint-Maurice 114 plaine P Cimetière de la Madeleine - en ville - Cadastre : non cadastré
    Dossier :
    Vue générale. Tombeau (stèle funéraire) des familles A. Lecull et Daperon-Lecull
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Géry
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Géry Varesnes - Eglise paroissiale et ancien cimetière Saint-Géry rue du Point-du-Jour - en village
    Cadre de l'étude :
    mobilier et objets religieux
    Historique :
    refondue en 1843 par Cavillier, fondeur à Solente. Les vitres de l'église sont réparées en 1843.
    Auteur :
    [fondeur] Cavillier Adolphe
    Localisation :
    Varesnes - Eglise paroissiale et ancien cimetière Saint-Géry rue du Point-du-Jour - en village
    Annexe :
    - Verrière, baie d´axe (baie 0) : Sacré-Coeur, signé M. et J. JUTEAU ERMONT, 1960 Nef, transept, bas-côtés - Statue en plâtre (bras sud du transept) : saint Roch et saint Joseph - Statue en plâtre (bras nord du transept) : Vierge de Lourdes - Statue en plâtre (bas-côté sud) : Jeanne d´Arc et Ange - Statue en plâtre (nef) : Christ en croix - Statue en plâtre (bas-côté nord) : sainte Thérèse et saint Antoine - Verrière , signé M. J. JUTEAU, 1961 - Verrière (chapelle des fonts, 1ère chapelle nord) : Agneau, attribué à M. et
    Aires d'études :
    Sources et Vallées
  • Cloche, dite Adrienne-Charlotte
    Cloche, dite Adrienne-Charlotte Fransu - Église paroissiale Saint Ferréol rue du Bon-Blé - en village
    Inscriptions & marques :
    ADRIENNE CHARLOTTE ME FRANCOIS BRASSEUR CURE DE BEAUMETZ M'A BENIE/PH ET FLORENTIN CAVILLIER FONDEURS Dédicace, date et signature autour du vase supérieur : L'AN 1750 MESSIRE ADRIEN JACQUES WIGNIER , SEGNEUR DE FRANSU DU TRANSLOY DU BOIS/LOUIS DE PIGNACOURT DIVERGNY ET AUTRES LIEUX CAPITAINE D'UNE COMPAGNIE DETACHEE DE 60 HOMMES D'INFANTERIE ET DAME CHARLOTTE/FRANCOISE DU CHESNE SON EPOUSE MONT NOMMEE chevron d'or, à trois étoiles de même posées 2 et 1) et de Charlotte-Françoise Duchesne de La Motte-Buleux
    Cadre de l'étude :
    mobilier et objets religieux
    Historique :
    porte les armoiries d'alliance du couple. Philippe et Florentin Cavillier, pour leur part, appartiennent baptisée par Adrien Jacques Wignier, écuyer, qui a acquis la seigneurie de Fransu en 1737, et son épouse
    Représentations :
    Une frise de fleurettes et une frise d'acanthes et de palmettes entourent l'inscription sur le vase supérieur. Une croix orne la faussure, et un cartouche rocaille porte les armoiries.
    Description :
    frappe et la pince sont également bordées de filets. Le décor est figuré en relief sur la faussure.
    Auteur :
    [fondeur de cloches] Cavillier Philippe [fondeur de cloches] Cavillier Florentin
  • Le village de Bouchon
    Le village de Bouchon Bouchon - en village
    Référence documentaire :
    AD Somme. Série P ; 3 P 117/3. Bouchon. Etat de sections des propriétés bâties et non-bâties. Bouchon. Plan cadastral : tableau d'assemblage, dessin à l'encre, à l'aquarelle et au lavis sur Bouchon. Plan cadastral : section A, dessin à l'encre, à l'aquarelle et au lavis sur papier , Sannier jeune et Honoré géomètres, 1834 (AD Somme ; 3 P 1564/2). Bouchon. Plan cadastral : section B2, dessin à l'encre, à l'aquarelle et au lavis sur papier , Sannier jeune et Honoré géomètres, 1834 (AD Somme. Série P ; 3 P 1564/4). , à l'aquarelle et au lavis sur papier par Emile Riquier, architecte, 19 mars 1874 (AD Somme ; 99 O Bouchon. L'église et l'école, carte postale, Veuve Brunel-Wallet éditeur, avant 1911 (AD Somme p. 220-223 SOCIETE DES ANTIQUAIRES DE PICARDIE. Dictionnaire historique et archéologique de la Picardie, tome III : Arrondissement d'Amiens, cantons d'Oisemont, Picquigny, Poix et Villers-Bocage. Amiens
    Précisions sur la protection :
    La commune de Bouchon fait partie de la zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type 1 : Larris des vallées de Bouchon et de Villers.
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone naturelle d'intérêt écologique faunistique et floristique
    Texte libre :
    nord-est et celle de Villers au nord, qui rejoignent le vallon de L'Etoile. Il est traversé en sa déploie sur les plateaux et dans le vallon de l'Étoile, qui prolonge au sud la vallée de Villers, vers la et forme même un cirque au lieu-dit les Larrys. Dominé par le plateau de Mouflers au nord, le village 1988) et 124 ha de cultures fourragères (123 en 1988), dont 559 ha de superficie en fermage (274 en -est du territoire communal et franchit la vallée de de Mouflers par un viaduc. Historique Comme dans de nombreuses communes des vallées de la Somme et de la Nièvre, des vestiges d'occupation gallo décimateur, y possède des biens importants. On mentionne également une famille de Bouchon entre le 12e et le 14e siècle, puis le titre de seigneur de Bouchon est porté aux 14e et 15e siècles par les familles de seigneuries de l'Étoile et de Fransu. En 1470, la seigneurie se transmet ensuite par alliance à la famille de de Monchy et pour la seconde en 1667 à la famille de Belleforière de Soyecourt. Marie-Claude de
    Illustration :
    Le village, plan cadastral, section B2 développement par Sannier jeune et Honoré, 1834 (AD Somme Bouchon. L'église et école, avant 1911 (AD Somme ; non coté). IVR22_20108001025NUCA Croix et rue du Calvaire, avant 1911 (AD Somme ; non coté). IVR22_20108001023NUCA Place et Grande Rue, début du 20e siècle (AD Somme ; non coté). IVR22_20108001024NUCA Vue de situation depuis le plateau à l'ouest, avec l'église et le viaduc autoroutier Vue du village depuis le sud-est, avec l'église et la mairie à l'arrière plan Vue de la mairie et de l'église depuis le plateau au nord. IVR22_20108001080NUCA La rue de Haut menant à l'église et à la mairie. IVR22_20098000153XA L'église Saint-Pierre et son cimetière. IVR22_20098005282NUCA Vue de la croix de chemin bénite le 5 mai 1895, et du monument aux morts érigé par Léon Fiérain en
  • Tombeau (stèle funéraire) de la famille Cavillier-Lesage
    Tombeau (stèle funéraire) de la famille Cavillier-Lesage Amiens - rue Saint-Maurice 52 plaine C Cimetière de la Madeleine - en ville - Cadastre : non cadastré
    Dossier :
    Stèle funéraire de la famille des fondeurs Nicolas et Constant Apollinaire Cavillier, A. Sallé (entrepreneur). Tombeau (stèle funéraire) de la famille Cavillier-Lesage
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre-ès-Liens
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre-ès-Liens Larbroye - les Glos - Eglise paroissiale Saint Pierre-ès-Liens - en village
    Cadre de l'étude :
    mobilier et objets religieux
    Historique :
    cloche par Adolphe Cuvillier, fondeur à Solente, en 1860, et la réalisation d'un nouveau décor du chœur
    Auteur :
    [fondeur] Cavillier Adolphe
    Annexe :
    , marbre blanc - Autel et retable, bois doré et peint, XIXe s. portant les statuettes de saint Pierre , saint Paul et du Sacré-Coeur, plâtre - Bouquet provincial, 1927 - Statue de saint Pierre, plâtre - Bannière du « Groupe musical de Larbroye 1932 », velours rouge et lettres d´or Croisillon sud - Bouquet , bois - Ensemble de 5 statuettes de fonte : la Vierge, saint Jean et les 4 Evangélistes - Peinture sur toile : Christ en croix, après 1914 - Peinture sur bois : Pie XI et inscr. de consécration, 1926
    Aires d'études :
    Sources et Vallées
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Eloi de Beaucourt-sur-l'Hallue
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Eloi de Beaucourt-sur-l'Hallue Beaucourt-sur-l'Hallue - Eglise paroissiale Saint-Eloi - en village
    Cadre de l'étude :
    mobilier et objets religieux
    Auteur :
    [fondeur de cloches] Cavillier
    Annexe :
    tours de Jérusalem) ; cachet du fondeur ("Cavillier à Amiens", "Lecull et Daperon", une cloche : marbre noir et rose (chœur et bras du transept); marbre noir et calcaire (croisée) ; briques et grès noir Deleforterie, 1872-73. II. MOBILIER MONUMENTAL Plaque commémorative : "Amour et reconnaissance à saint Joseph moitié 19e siècle : deux autels secondaires, dédiés à la Vierge (bras nord du transept) et à saint Joseph chœur, bois et fer, 19e siècle. Déposée dans le bras nord du transept. Fonts baptismaux, pierre, style Plâtres polychromes Sainte Thérèse, signée "L. Alliot" (gravée sur le socle) et "Maison Delahaye. Amiens 20e siècle : saint Joseph, saint Eloi, Notre-Dame de Lourdes, Christ. VI.OBJETS RELIGIEUX Calices et titre et garantie, après 1838; poinçon de maître, identifié : Jean Brigaux (actif à Paris de 1838 à 1861 ). Décor : la Charité, la Foi et l'Espérance dans des médaillons (fausse coupe), et des motifs de vigne , blé et joncs (fausse coupe, pied, nœud). Dimensions : H = 27 cm. Diamètre pied = 13,5 cm. Diamètre
  • Le mobilier de l'église Saint-Nicolas
    Le mobilier de l'église Saint-Nicolas Berteaucourt-les-Dames - Église paroissiale Saint-Nicolas place du Général-Leclerc - en village
    Cadre de l'étude :
    mobilier et objets religieux
    Historique :
    Ruinée sous la Révolution et largement reconstruite dans la seconde moitié du 19e siècle funéraire de l'abbesse Angélique Charlotte de Halluin, et peut-être de quelques statues ou groupes sculptés , de la croix qui la sépare du chœur, du retable d'autel et du tableau qui l'orne ». Près de l'abside armoriés, de chapiteaux à figures fantastiques et de pierres tombales sur lesquelles sont représentées des abbesses en prières et des chevaliers recouverts de riches cottes d'armes. » Dans La Picardie en 1868, le dentelées et de quatre colonnes courtes chevronnées. » Il indique que la chaire à prêcher, plusieurs tableaux de prix et les orgues ont été transportés récemment à l'église de Flixecourt. C'est probablement à , réalisées par le fondeur Cavillier d'Amiens, sont baptisées le 17 mai 1859. Aussi, l'essentiel du mobilier
    Référence documentaire :
    AMH (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine). Berteaucourt-les-Dames ; 80/81. Abbaye, 1840 Duthoit, 1873. In : Aimé et Louis Duthoit. Quelques cantons de Picardie. Amiens : CRDP, 1979.
    Auteur :
    [fondeur de cloches] Cavillier
    Illustration :
    Relevé de la Mise au tombeau, par Louis Duthoit, 1873 (In : Aimé et Louis Duthoit..., 1979 Tabernacle de l'ancien maître-autel (?), bois peint et sculpté, limite 17e siècle 18e siècle Chemin de croix, bois peint et doré, 4e quart du 19e siècle, station VIII : Jésus console les