Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 4061 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Cimetière de Glisy
    Cimetière de Glisy Glisy - Le cimetière - voie communale n°201 - isolé - Cadastre : 1809 A1 257 2003 ZB 44
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    , également signalé par les matrices cadastrales. Certains monuments repérés portent la signature de l'entrepreneur Dufour, de Longueau. Le cimetière est visible sur le cadastre napoléonien de 1809. Les sources conservées aux archives 1831. Les concessions sont établies en 1876, date à laquelle le cimetière d'une superficie de 28 ares
    Référence documentaire :
    Glisy. Plan par masses de culture, par Cardinet géomètre, 1809 (AD Somme ; 3 P 974).
    Description :
    graviers. L´aménagement végétal se limite à des arbres de tige et des bosquets, plantés à proximité d´un Le cimetière de Glisy est situé à l´écart du village. Un chemin donne accès à la parcelle enclavée de forme rectangulaire, d´une superficie d´environ 4500 m2, qui est close par une haie. La parcelle de graviers. L´espace entre les tombes, disposées perpendiculairement aux allées, est recouvert de tombeau ; une haie d´arbres isole la partie non entretenue, au nord. Près de l´entrée se situe la borne fontaine. A l´ouest de cette partie du cimetière communal, se situe le cimetière militaire du Commonwealth (étudié) et neuf tombeaux (dont 5 étudiés) ont été repérés dans le cimetière. Caractéristiques des monuments non étudiés : Datation : 1er quart 20e siècle. Matériau : calcaire ; marbre. Typologie : stèle à croix ; cippe. Signatures : Dufour.
    Auteur :
    [entrepreneur] Dufour entreprise de marbrerie et de monuments funèbres
    Typologies :
    cimetière indépendant (graveyard) de plan régulier
    Titre courant :
    Cimetière de Glisy
    Texte libre :
    sarcophage, et le tombeau de la famille Dailly-Boulle, qui se signale par un obélisque. Visible sur le cadastre napoléonien de 1809, le cimetière de Glisy est l'un des plus anciens chemin d'accès à la parcelle "enclavée" est aménagé en 1831. La construction de la voie ferrée, vers 1846 à Saleux et à Salouël. Comme à Boves (cimetière Notre-Dame), il conserve une partie ancienne (au nord) actuellement envahie par la végétation. Enfin, comme de nombreux cimetières de l'aire d'étude à Allonville ou à Saint-Fuscien. C´est l´un des rares cimetières qui ne conserve pas de croix de cimetière. Comme de nombreux cimetières ruraux de l'aire d'étude, le cimetière de Glisy ne conserve pas de tombeau à caractère monumental. On signalera cependant le tombeau de la famille Loise-Lefèvre, en forme de
    Illustration :
    Extrait du plan par masse de culture, 1809 (AD Somme ; 3P 974). IVR32_20168006325NUCA Tombeau (cippe), par Dufour, vers 1908. IVR22_20038010703NUCA
  • Enclos funéraire de la famille Hacq
    Enclos funéraire de la famille Hacq Glisy - Cimetière voie communale n°201 - en village
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    La base de chaque tombeau porte la signature du fabricant Dufour, établi à Longueau.
    Observation :
    le fabricant Dufour de Longueau, dont le cimetière de Glisy compte plusieurs exemples. Sans doute réalisés vers 1908 et 1915, comme le suggèrent les épitaphes (non relevées), ils constituent des exemples tardifs de la typologie. La juxtaposition de deux cippes identiques a également été observée à Pont-de
    Description :
    (manquantes). Elle contient deux tombeaux en forme de pilier, disposés de part et d´autre d´une dalle fermant l'accès au caveau, au centre de l'enclos. Les piliers sont ornés de couronnes mortuaires et des rubans La concession est délimitée par des piliers, initialement reliés par des tiges et des chaînes / au printemps de sa vie / le 30 mai 1908 / à l'âge de 28 ans / [...]. Signature (base du pilier nord ) : DUFOUR à Longueau. Signature (base du pilier sud) : DUFOUR.
    Auteur :
    [entrepreneur] Dufour entreprise de marbrerie et de monuments funèbres
    Titre courant :
    Enclos funéraire de la famille Hacq
    Illustration :
    Vue de l'un des tombeaux. IVR22_20038000854NUCA
  • Tombeau (chapelle) de la famille Manier-Morel
    Tombeau (chapelle) de la famille Manier-Morel Longueau - cimetière rue Lucette-Bonnard - en village
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    Le tombeau porte la date 1881 et la signature de l'entrepreneur Dufour de Longueau.
    Observation :
    Le tombeau de la famille Manier-Morel a été construit en 1881 par Dufour, entrepreneur établi à Longueau, comme l'indiquent la signature et la date portées. Il a été élevé pour Noémie Louis Adèle Manier (1852-1880), à laquelle est dédiée une longue et émouvante épitaphe.
    Description :
    Le tombeau en forme de chapelle, construit en calcaire, est précédé d'un parvis délimité par une . Signature : Dufour / A Longueau.
    Auteur :
    [entrepreneur] Dufour entreprise de marbrerie et de monuments funèbres
    Typologies :
    tombeau en forme de chapelle à parvis enclos
    Titre courant :
    Tombeau (chapelle) de la famille Manier-Morel
  • Tombeau (cippe) de la famille Caziez-Leroy
    Tombeau (cippe) de la famille Caziez-Leroy Glisy - Cimetière voie communale n°201 - en village
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    Le tombeau porte la signature du fabricant Dufour, établi à Longueau.
    Observation :
    Ce cippe en calcaire, surmonté d'une urne, est représentatif de la production du fabricant Dufour , établi à Longueau, dont on trouve des exemples identiques dans le cimetière de Glisy. Il s'agit cependant
    Description :
    Tombeau en forme de pilier couronné surmonté d'une urne funéraire voilée et orné d'une couronne mortuaire. Signature : DUFOUR.
    Auteur :
    [entrepreneur] Dufour entreprise de marbrerie et de monuments funèbres
    Titre courant :
    Tombeau (cippe) de la famille Caziez-Leroy
  • Tombeau (stèle funéraire) de la famille Catelin-Geoffroy
    Tombeau (stèle funéraire) de la famille Catelin-Geoffroy Camon - Cimetière rue Roger-Salengro - en village
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    La stèle porte la signature de l'entrepreneur de monuments funèbres Dufour, établi à Longueau.
    Observation :
    Cette stèle funéraire en calcaire, de style néogothique, signée par l'entrepreneur Dufour de Longueau, a été réalisée entre 1895 et 1911. Elle présente des parentés avec un tombeau élevé dans le cimetière Notre-Dame de Boves.
    Description :
    stèle architecturée de style néogothique, à deux tables, également en calcaire. Signature : Dufour à
    Auteur :
    [entrepreneur] Dufour entreprise de marbrerie et de monuments funèbres
    Titre courant :
    Tombeau (stèle funéraire) de la famille Catelin-Geoffroy
  • Tombeau (stèle funéraire) de la famille Lefèvre-Floury
    Tombeau (stèle funéraire) de la famille Lefèvre-Floury Camon - Cimetière rue Roger-Salengro - en village
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Observation :
    Cette stèle funéraire en calcaire a été exécutée par l'entrepreneur de monuments funèbres Dufour
    Description :
    . Signature : DUFOUR.
    Auteur :
    [entrepreneur] Dufour entreprise de marbrerie et de monuments funèbres
    Titre courant :
    Tombeau (stèle funéraire) de la famille Lefèvre-Floury
  • Enclos funéraire des familles Damenez-Debeauvais, Damenez-Fossé et Fisseux-Damenez et Thuillier-Fisseux
    Enclos funéraire des familles Damenez-Debeauvais, Damenez-Fossé et Fisseux-Damenez et Thuillier-Fisseux Camon - Cimetière rue Roger-Salengro - en village
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    La concession contient deux tombeaux signés par l'entrepreneur Dufour de Longueau (stèle) et
    Observation :
    de monuments funèbres amiénois Cloquier, est plus tardif. Exécuté pour la famille Thuiller-Fisseux funéraire, a été exécutée par l'entrepreneur Dufour de Longueau (signature). Ce tombeau de famille a été élevé dans le nouveau cimetière de Camon, vers 1881, date du décès d'Auguste Nicolas Damenez-Debeauvais , maire de Camon de 1870 à 1881. Il conserve également la mémoire de Pierre Nicolas Damenez-Gribeauval , maire de Camon de 1840 à 1846, mort en 1847. Le tombeau en forme de sarcophage, signé par l'entrepreneur , Hubert Thuiller, maire de Camon de 1881 à 1888, y est inhumé.
    Description :
    La concession, délimité par une clôture, contient une stèle funéraire et un tombeau en forme de sarcophage. Inscriptions : Epitaphe (stèle) : Pierre Nicolas Damenez, maire de Camon, mort en 1847. Auguste Nicolas Damenez, maire de Camon, mort en 1881. Inscription concernant le destinataire (sarcophage ) : famille THUILLIER-FISSEUX. Signature (stèle) : DUFOUR à Longueau. Signature (sarcophage) : CLOQUIER.
    Auteur :
    [entrepreneur] Dufour entreprise de marbrerie et de monuments funèbres [entrepreneur] Cloquier entreprise de monuments funèbres
    Typologies :
    tombeau en forme de sarcophage
    Titre courant :
    Enclos funéraire des familles Damenez-Debeauvais, Damenez-Fossé et Fisseux-Damenez et Thuillier
    Illustration :
    Vue générale de la stèle et du sarcophage. IVR22_20078010136NUCA Vue de situation. IVR22_20078010086NUCA
  • Tombeau (chapelle) de la famille Govin-Mondon
    Tombeau (chapelle) de la famille Govin-Mondon Boves - Cimetière Saint-Nicolas avenue Général-Leclerc - en village
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    Le tombeau porte les signatures de l'entrepreneur Dufour, établi à Longueau, et du serrurier
    Observation :
    Ce tombeau chapelle de style néoclassique porte la signature de l'entrepreneur Dufour, établi à de la Madeleine.
    Description :
    Le tombeau en forme de chapelle est construit en calcaire et couvert de zinc. Le pignon en façade forme un fronton triangulaire amorti par des acrotères et initialement surmonté d'une croix. Une porte en fer forgé y donne accès. Le fronton est orné d'une couronne mortuaire et d'un ruban. Inscription concernant le commanditaire : monogramme GM. Signature (bas droit) : DUFOUR / A LONGUEAU. Signature (porte
    Auteur :
    [entrepreneur] Dufour entreprise de marbrerie et de monuments funèbres
    Typologies :
    tombeau en forme de chapelle
    Titre courant :
    Tombeau (chapelle) de la famille Govin-Mondon
    Illustration :
    Vue de situation. IVR22_20078010618NUCA Détail sur la signature : Dufour(entrepreneur). IVR22_20038010640NUCA
  • Tombeau (stèle funéraire) de la famille Magnien-Bouffet
    Tombeau (stèle funéraire) de la famille Magnien-Bouffet Amiens - 36 plaine A Vieux cimetière de Saint-Acheul - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    construit par le maçon Eloy Thuillier, en 1884. Le tombeau porte la signature du fabricant Dufour, établi à
    Observation :
    Seul exemple actuellement identifié de ce type de tombeau, attribuable au fabricant Dufour, établi
    Référence documentaire :
    BM Amiens. Série M ; 2 M 18/4. Autorisations de constructions de caveaux et de monuments (1874-1884).
    Description :
    La concession de type couloir est adossée au mur du cimetière et délimitée par une clôture. Elle comprend une stèle architecturée en calcaire, à colonnes et entablement. La clôture est matérialisée par deux piliers, placés aux angles antérieurs. Signature : DUFOUR / A LONGUEAU.
    Auteur :
    [entrepreneur] Dufour entreprise de marbrerie et de monuments funèbres
    Localisation :
    Amiens - 36 plaine A Vieux cimetière de Saint-Acheul - en ville
    Titre courant :
    Tombeau (stèle funéraire) de la famille Magnien-Bouffet
    Illustration :
    Vue de situation, tombeau au centre de l'image. IVR22_20058010189NUCA
  • Le mobilier de l'ancienne église Saint-Médard de Longueau
    Le mobilier de l'ancienne église Saint-Médard de Longueau Longueau - Eglise paroissiale Saint-Médard rue Chevalier-de-la-Barre - en village
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    mobilier et objets religieux
    Historique :
    de la nouvelle église est partiellement dessiné par l´architecte Henry Antoine (maître-autel et et tabernacle de l´autel secondaire sont réalisés par le menuisier amiénois Fruchard, en 1879. La personnages : le Baptême du Christ, saint Médard dans un encadrement de grisaille et saint Louis la Vierge et à saint Médard), de deux statues en bois représentant saint Médard et l'Ange Gardien, de Eloi, enfin de cinq tableaux représentant Le Baptême du Christ (3m / 2m), un prophète, saint Louis et  : Selon le Dictionnaire historique et archéologique de Picardie (1909), l'église conservait un bénitier aux armes des familles de Sachy et de Villers-Rousseville, un tableau représentant une Assomption fabrique fait l´acquisition d´un chemin de croix au marchand Ernest Waquant (vers 1890), d´un Enfant Jésus sur lit de paille au statuaire Z. Hesse (1892), d´un drap des morts à la fabrique Deprez-Sueur (1893 . L'inventaire du mobilier conservé dans l'église en 1906 (série W) signale la présence de deux autels (dédiés à
    Référence documentaire :
    p. 146 SOCIETE DES ANTIQUAIRES DE PICARDIE. Dictionnaire historique et archéologique de la Picardie . Tome I : Arrondissement d'Amiens, cantons d'Amiens, Boves et Conty. Amiens : Société des antiquaires de Picardie, 1919. Réed. Bruxelles : Editions culture et civilisation, 1979. Série W ; 1272W 193. Reconstruction de l'église de Longueau. AD Somme. Série W ; 1272W 193 . Reconstruction de l'église de Longueau.
    Auteur :
    [entrepreneur] Dufour entreprise de marbrerie et de monuments funèbres
    Localisation :
    Longueau - Eglise paroissiale Saint-Médard rue Chevalier-de-la-Barre - en village
    Titre courant :
    Le mobilier de l'ancienne église Saint-Médard de Longueau
    Illustration :
    Longueau. Projet de construction d'une église. Elévation principale, dessin, Henry Antoine
  • Cimetière communal de Longueau
    Cimetière communal de Longueau Longueau - rue Lucette-Bonnard - en village - Cadastre : 2003 AD 1, 2
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    divisions des zones de concessions. Les sépultures déplacées seront disposées sur les côtés nord et sud, les commune, Alexandre Manier, en échange d´une concession de 12 m2 et du droit de faire graver les noms des Rasetti, sur les plans de l'architecte communal Eugène Poitoux. Plusieurs monuments repérés portent la signature des entrepreneurs Dufour, R. Lamolet, Siraut, Martin, Ozenne et Cloquier. concessions perpétuelles sont regroupées au centre autour de la croix. La croix est offerte par le maire de la membres de sa famille « sur le qui portera la croix ». Deux parcelles destinées à l'agrandissement du cimetière sont acquises en 1893. Une clôture est construite en 1927 par l'entrepreneur de Longueau Louis
    Parties constituantes non étudiées :
    monument aux morts
    Description :
    nord et au sud. Les clôtures sur rue sont constituées d'un mur bahut en parpaings de béton surmonté accès à l'ouest, depuis la rue du Cimetière et de deux accès principaux à l'est, rue Lucette-Bonnard de cette allée s'élève un monument aux morts. L´espace entre les tombes, perpendiculaires aux allées neuve, aux abords du columbarium et du monument aux morts. Deux enclos funéraires et trente-cinq Le cimetière de Longueau est situé en agglomération. La parcelle traversante de forme trapézoïdale d'une grille (rue Lucette-Bonnard) et d'un simple grillage (rue du Cimetière). Le cimetière dispose d'un de tuiles mécaniques. Il est distribué par un réseau d´allées parallèles couvertes de graviers . L'allée principale se situe dans l'axe de l'accès depuis la rue du Cimetière, à l'ouest. A l'extrémité est , est recouvert de graviers. L´aménagement végétal se limite à quelques arbres de tige dans la partie tombeaux (dont 11étudiés) ont été repérés dans le cimetière. Caractéristiques des monuments non étudiés
    Auteur :
    [entrepreneur] Dufour entreprise de marbrerie et de monuments funèbres [entrepreneur] Ozenne entreprise de monuments funèbres [entrepreneur] Martin entreprise de monuments funèbres
    Typologies :
    cimetière indépendant (graveyard) de plan régulier
    Titre courant :
    Cimetière communal de Longueau
    Texte libre :
    urbain. Le columbarium et la conciergerie témoignent également de la mutation du cimetière rural. Comme La création du cimetière de Longueau, en 1849, est contemporaine de la reconstruction de l´église ´agglomération, le cimetière de Longueau constitue un des nombreux exemples de réorientation lié au développement quelques cimetières ruraux des communes marquées par l'essor industriel, le cimetière de Longueau conserve
    Illustration :
    Les tombes de musulmans se caractérisent par leur orientation et l'absence de superposition des Vestiges du tombeau de la famille Dufour. IVR22_20078010039NUCA Vue de l'allée principale. IVR22_20078012068NUCA Vue de l'ancienne allée principale. IVR22_20078010070NUCA Vue de l'ancienne allée principale. IVR22_20078010071NUCA Vue de la partie neuve du cimetière, le columbarium à l'arrière-plan. IVR22_20078001072NUCA Vue de la partie neuve du cimetière. IVR22_20078012069NUCA Tombes du Commonwealth, près de l'ancienne entrée principale. IVR22_20078010073NUCA Monument aux victimes du fascisme. IVR22_20078010075NUCA Monument au soldat inconnu. IVR22_20078010076NUCA
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste Mont-Saint-Jean - rue de l' Eglise - en village
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    mobilier et objets religieux
    Historique :
    la direction de l'architecte Pierre Douce et de l'entrepreneur Louis Friesteau. Peu d'éléments du du réemploi de deux chapiteaux en pierre calcaire datant du 12e siècle et la paire de statuettes de saint Pierre et saint Paul datant du 16e siècle. Lors de la reconstruction de l'église un premier maître du maître-autel à son emplacement actuel et des lambris de revêtement du choeur sur les plans de devis évoque également le tableau d'autel, exécuté à Paris et représentant la décollation de saint Jean conservé son carrelage en brique et les lambris de couvrement formant plafond du choeur qui sont ornés d'un de la 2e moitié du 18e siècle. L'autel secondaire dit de la Vierge et sa statue datent également de a été installé au cours du 19e et 20e siècle. Les baies ne paraissent pas avoir été pourvues de Le décor mobilier de l'église est postérieur à la reconstruction complète de l'édifice en 1748 sous décor de l'ancienne église paroissiale ont subsisté, vraisemblablement les fonts baptismaux constitués
    Parties constituantes non étudiées :
    clôture de choeur lampe de sanctuaire meuble de sacristie armoire de sacristie tabouret de célébrant fauteuil de célébrant bannière de procession chemin de croix croix de sacristie croix de procession
    Auteur :
    [fabricant de statues] Dufour entreprise de marbrerie et de monuments funèbres [fabricant de statues] Pieraccini [fabricant de statues] Venebout [fabricant de statues] Religieuse, maison
    Localisation :
    Mont-Saint-Jean - rue de l' Eglise - en village
    Titre courant :
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste
    Annexe :
    . Ce décor peint pourrait dater de la 2e moitié du 18e siècle, entre 1748 et 1777, date d´achèvement de , porte de la sacristie, chêne, taillé et mouluré petit cadre élégi. Elle comporte deux panneaux , déposée avec une partie de son mécanisme et son boîtier. Le mécanisme en fonte porte la plaque de peint blanc et faux or. Datant de la 1ère moitié du 19e siècle, il est de style néo classique. Il a anciens (18e siècle ?), en particulier la porte de la loge centrale avec ses garnitures en fer forgé et couleur noire et faux or, appui en bois. Cette clôture de choeur, qui comporte deux battants centraux , petite nature : Saint Antoine de Padoue et l´Enfant Jésus, plâtre peint polychrome, limite 19e 20e siècle . Elle est signée « Dufour rue du Vieux Colombier Paris » et porte la marque en relief « S Déposé en bronze et laiton, de style néo roman. L´ensemble date de la fin du 19e siècle ou du début du 20e -soleil, métal argenté et base en laiton, décor têtes d´angelots, grappes de raisins et épis de blé, base
    Illustration :
    Bannière de procession : Immaculée Conception. IVR22_19970201865X Bannière de procession : Saint Jean Baptiste. IVR22_19970201866X
  • Cimetière communal de Camon
    Cimetière communal de Camon Camon - rue Roger-Salengro - en village - Cadastre : 2003 AI 279
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    signature des entrepreneurs de monuments funèbres : Dufour de Longueau, et les amiénois Cloquier, Lesot et montant droit du portail, signé Guérard-Vast, est daté 1880. Quelques uns des monuments repérés portent la
    Description :
    superficie d'environ 11000 m2, est close par des haies végétales et des murs de briques en façade sur rue. Le perpendiculairement aux allées et adossées aux murs, est recouvert de graviers. Le cimetière comprend un dépositoire militaire) et à une haie ceinturant l'emplacement de la croix de cimetière, disposée dans l'allée principale Le cimetière de Camon est situé au nord du village. La parcelle de forme rectangulaire, d'une cimetière dispose d'un accès principal et conserve des vestiges du portail d'origine (fig. 2). Il est (fig. 5), au sud de la croix de cimetière. L'aménagement végétal se limite à une pelouse (cimetière , dans l'axe de l'entrée. Le cimetière militaire (fig. 6), comprenant 23 tombes, est aménagé à l'ouest . Signature (montant droit du portail) : GUERARD / VAST / Camon / 1880. Trois enclos funéraires (étudiés) et quarante-trois tombeaux (dont 14 étudiés) ont été repérés dans le cimetière. Caractéristiques des monuments . Signatures : Geveers / Dufour / Martin / Lamolet / Cloquier / Guérard-Vast.
    Auteur :
    [entrepreneur] Dufour entreprise de marbrerie et de monuments funèbres [entrepreneur] Geevers entreprise de marbrerie et sculpture de monuments funèbres [entrepreneur] Lesot entreprise de monuments funèbres [entrepreneur] Cloquier entreprise de monuments funèbres
    Typologies :
    cimetière indépendant (graveyard) de plan régulier
    Titre courant :
    Cimetière communal de Camon
    Texte libre :
    portail d'origine, construit par l'entrepreneur de Camon, Guérard-Vast. Quelques monuments provenant de Créé tardivement, en 1880, pour remplacer l'ancien cimetière, le nouveau cimetière de Camon illustre la typologie la plus fréquente des cimetières de plan régulier. Il conserve les vestiges du
    Illustration :
    Tombeau (obélisque) réalisé vers 1880 par l'entrepreneur de monuments funèbres amiénois Geveers Stèle à croix réalisée vers 1914 par l'entrepreneur de monuments funèbres amiénois Cloquier Tombeau sarcophage exécuté vers 1925 par l'entrepreneur de monuments funèbres amiénois Lamolet Stèle funéraire, réalisée vers 1882 par l'entrepreneur Dufour de Longueau. IVR22_20078010095NUCA Stèle à base porte-couronne mortuaire, réalisée vers 1887 par l'entrepreneur Dufour de Longueau Tombeau (obélisque) réalisé vers 1893 par l'entrepreneur Dufour de Longueau. IVR22_20078010097NUCA Stèles funéraires, à gauche par Dufour, vers 1908. La stèle de droite, vers 1875, provient de Vue de l'allée principale depuis l'entrée. IVR22_20078010102NUCA Vue du cimetière militaire (tombes des soldats de la première guerre mondiale Ancien tombeau (chapelle) de la famille Bellegueule, actuellement columbarium
  • Tombeau (cippe) Dufour-Dumont
    Tombeau (cippe) Dufour-Dumont Amiens - rue Saint-Maurice 46 plaine F Cimetière de la Madeleine - en ville - Cadastre : non cadastré
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    patrimoine funéraire le cimetière de la Madeleine
    Historique :
    , veuve Dufour, et Firmin Auguste Dufour, domiciliés à Amiens, 45 rue Royale. Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que des travaux ont été réalisés sur le caveau en 1908 et en 1915 , par les entrepreneurs A. Sallé et M. Sueur.
    Observation :
    trapézoïdal, et probablement élevé vers 1825, date du décès du négociant François Dufour-Dumont. Il présente Cette concession ne conserve plus sa clôture d'origine et contient un cippe en calcaire, légèrement la même typologie que le cippe contemporain de Joseph Antoine Bicheron.
    Référence documentaire :
    BM Amiens. Série M ; 2 M 18/10. Autorisations de constructions de caveaux et de monuments (1907 BM Amiens. Série M ; 2 M 18/11. Autorisations de constructions de caveaux et de monuments (1913 AC Amiens. Cimetière de la Madeleine. Registre des concessions.
    Description :
    / - / Ici repose / le corps de Mr. François / DUFOUR-DUMONT / ancien négociant / décédé le 3 avril 1825 Cette concession, en bordure d'allée, n'est plus délimitée et contient un cippe pyramidal en / âgé de 62 ans.
    Auteur :
    [entrepreneur] Sueur marbrerie et entreprise de monuments funèbres [entrepreneur] Sallé entreprise de monuments funèbres
    Localisation :
    Amiens - rue Saint-Maurice 46 plaine F Cimetière de la Madeleine - en ville - Cadastre : non
    Titre courant :
    Tombeau (cippe) Dufour-Dumont
    Appellations :
    Dufour-Dumont
  • Tombeau (stèle funéraire) des familles Dufour-Marchand et Dufour-Dufour et Ternissien-Dufour
    Tombeau (stèle funéraire) des familles Dufour-Marchand et Dufour-Dufour et Ternissien-Dufour Amiens - rue Saint-Maurice 198 plaine L Cimetière de la Madeleine - en ville - Cadastre : non cadastré
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    patrimoine funéraire le cimetière de la Madeleine
    Historique :
    , veuve Dufour, domiciliée à Amiens, 59 rue Voclin. Les sources conservées à la bibliothèque municipale la signature de l'entrepreneur Lamolet-Tattegrain.
    Observation :
    pierre de Tournai surmontée de crochets. Elle est signée Lamolet-Tattegrain et a sans doute été réalisée vers 1905, date à laquelle l'entrepreneur a réalisé des travaux (autorisation de construction) et date Cette concession, délimitée par des poteaux en pierre de Tournai, contient une stèle néogothique en de l'une des inhumations.
    Référence documentaire :
    BM Amiens. Série M ; 2 M 18/9. Autorisations de constructions de caveaux et de monuments (1905-1906). AC Amiens. Cimetière de la Madeleine. Registre des concessions.
    Description :
    triangulaire est surmontée de crochets. Au pied du monument se trouvent une jardinière à plantes en fonte et un Tournai reliés dans leur partie antérieure par une chaîne et de chaque côté par une barre de fer, et fixés  ; 1923 ; 1978 ; 1986. Épitaphe : Augustin DUFOUR / ancien sculpteur / veuf de Marie DUFOUR / 88 ans, 8 novembre 1920. Épitaphe : Joseph HIPPOLYTE / tapissier / époux de Marie DUFOUR / 53 ans, 30 décembre 1898 . Inscription concernant le destinataire : Familles Dufour-Marchand et Dufour-Dufour et Ternissien-Dufour Cette concession, adossée au second mur d'enceinte, est délimitée par des poteaux en pierre de sur une pierre de seuil en pierre de Tournai. Deux dalles également en pierre de Tournai ferment l'entrée du caveau. Elle contient une stèle néogothique en pierre de Tournai, dont la partie supérieure
    Auteur :
    [entrepreneur] Lamolet - St-Maurice entreprise de monuments funèbres
    Localisation :
    Amiens - rue Saint-Maurice 198 plaine L Cimetière de la Madeleine - en ville - Cadastre : non
    Titre courant :
    Tombeau (stèle funéraire) des familles Dufour-Marchand et Dufour-Dufour et Ternissien-Dufour
    Appellations :
    familles Dufour-Marchand et Dufour-Dufour et Ternissien-Dufour
  • Tombeau de la famille de l'entrepreneur de monuments funèbres Gadré-Tattegrain
    Tombeau de la famille de l'entrepreneur de monuments funèbres Gadré-Tattegrain Amiens - Montières - 305 plaine A Cimetière de Montières rue de Grâce - isolé
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    , entrepreneur de monuments funèbres.
    Observation :
    vraisemblablement de l'entreprise Gadré-Tattegrain. Ce tombeau en granite a été érigé en 1946, date du décès de Jeanne Tattegrain. Il provient
    Description :
    La concession n'est pas délimitée. Elle contient une stèle et une tombale sur soubassement, en
    Auteur :
    [entrepreneur, auteur commanditaire] Gadré marbrerie et entreprise de monuments funèbres
    Typologies :
    composite : stèle funéraire et tombale en forme de sarcophage
    Localisation :
    Amiens - Montières - 305 plaine A Cimetière de Montières rue de Grâce - isolé
    Titre courant :
    Tombeau de la famille de l'entrepreneur de monuments funèbres Gadré-Tattegrain
  • Bâtiment administratif d'entreprise de la Compagnie Nouvelle des Sucreries Réunies (C.N.S.R.), puis de la Générale Sucrière, puis de Saint-Louis Sucre
    Bâtiment administratif d'entreprise de la Compagnie Nouvelle des Sucreries Réunies (C.N.S.R.), puis de la Générale Sucrière, puis de Saint-Louis Sucre Eppeville - 90 rue du Maréchal-Leclerc - en village - Cadastre : 2015 A 40
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    l'époque à la mesure de l'ambition de la C.N.S.R., dirigée par Edmé Sommier et Emile Tabary. Détruits Le bâtiment administratif de la sucrerie de la Compagnie Nouvelle des sucreries Réunies est construit en même temps que les bâtiments de production du site industriel dont il dépend. Il est réalisé par l'architecte Georges Lisch qui dessine l'ensemble des édifices de la Compagnie à Eppeville. Les travaux, exécutés par la société Gobertange, sont achevés en 1921. La dimension de l'édifice est à partiellement au cours de la seconde guerre mondiale, ils sont entièrement reconstruits sur le même emplacement et suivant la même composition architecturale. Seul, l'ajout d'un étage ainsi que la largeur des ouvertures, distingue la nouvelle construction de l'ancienne. Dans les années 1960, il est complété d'un second espace de bureaux qui le flanque sur son pignon ouest.
    Hydrographies :
    canal de la Somme
    Référence documentaire :
    Plan masse général de l'usine et de ses dépendances, 1/2500e, tirage, Georges Lisch (architecte), 7 Projet de construction de bureaux pour la sucrerie, dessin au crayon, aquarelle et lavis, Georges [Les bureaux de la sucrerie], tirage photographique noir et blanc, 1921 (AD Somme ; 49 Fi 26). [Vue aérienne de la sucrerie et des bureaux], carte postale, Cim éditeur, vers 1970 (coll. part.). p. 88-90 BOWIE, Karen. Georges Lisch. Les villages de Béthancourt et d'Eppeville en Picardie p. 54-57. CERCLE CARTOPHILE DE HAM ET SA REGION. L'industrie dans l'agglomération hamoise... hier AD Somme. Série R ; 10 R 73. Eppeville. Compagnie Nouvelle des Sucreries Réunies. Dommages de . Monuments Historiques, septembre-octobre 1993, n° 189. et aujourd'hui. Ham : C.C.H., 2013. LAVIGNE, Eléonore. Reconstruction et restructuration industrielle après la première guerre mondiale
    Dénominations :
    bâtiment administratif d'entreprise
    Description :
    sucrerie et la cour de réception des betteraves. Il est implanté en bordure de la rue et présente un plan briques orangées, est à un étage carré et un étage de comble, couvert d'un toit en ardoise, à longs pans et demi-croupe en pignon et avant-corps, traité en pignon de façade. Sur la dernière travée à l'ouest , un petit pavillon en rez-de-chaussée forme terrasse et balcon à l'ouverture situé au premier étage. Le grand bâtiment occupe la partie est de l'espace industriel, entre les ateliers principaux de la rectangulaire de dix travées. Il présente une élévation ordonnancée marquée par un avant-corps central de trois
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Bâtiment administratif d'entreprise de la Compagnie Nouvelle des Sucreries Réunies (C.N.S.R.), puis de la Générale Sucrière, puis de Saint-Louis Sucre
    Appellations :
    de la Compagnie Nouvelle des Sucreries Réunies (C.N.S.R.)
    Illustration :
    Vue aérienne de la sucrerie et des bureaux, carte postale, vers 1970 (coll. part Projet de construction de bureaux pour la sucrerie, Georges Lisch, 1920 (AD Somme ; 49 Fi 5 Extrait du plan masse général de l'usine [avec indication des bureaux en rouge], Georges Lisch, 7 Les bureaux de la sucrerie, 1921 (AD Somme ; 49 Fi 26). IVR22_20158006172NUCA Vue d'ensemble de la façade sur rue des bureaux de la sucrerie. IVR22_20068000128XA Les bureaux, façade sur rue, vue de face. IVR22_20158006185NUCA
  • Cimetière de Pont-Noyelles
    Cimetière de Pont-Noyelles Pont-Noyelles - en village - Cadastre : 1957 AC 42
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique canton de Villers-Bocage
    Historique :
    Le cimetière est visible à cet emplacement sur le cadastre napoléonien de 1813.
    Observation :
    L'intégralité du dossier est consultable au centre de documentation de l'Inventaire et du
    Parties constituantes non étudiées :
    croix de cimetière
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    signature de Boulfroy (au nord), et par une chapelle funéraire abritant la sépulture de plusieurs curés du Le cimetière occupe un terrain trapézoïdal en haut du village, le long de la route d'Amiens à Albert qui forme la rue principale de Pont-Noyelles. Il est dominé par une croix en fonte portant la : certaines remontent à la guerre de 1870, en lien avec la bataille de l'Hallue, d'autres à la Première Guerre mondiale (deux tombes dues à l'offensive de juillet 1916). Parmi les tombes anciennes, on remarque celle
    Auteur :
    [marbrier] Dufour entreprise de marbrerie et de monuments funèbres [marbrier] Coënen entreprise de marbrerie et de monuments funèbres [entrepreneur] Lesot entreprise de monuments funèbres [entrepreneur] Martin entreprise de monuments funèbres [entrepreneur] Cavillon entreprise de monuments funèbres [entrepreneur] Timmerman G. et H.
    Typologies :
    cimetière indépendant (graveyard) de plan régulier
    Titre courant :
    Cimetière de Pont-Noyelles
    Illustration :
    Monument érigé en souvenir des 68 soldats morts pour la France pendant la bataille de l'Hallue, le La croix de cimetière. IVR22_19988000915Z 23 et 24 décembre 1870. IVR22_19988000922Z Petite stèle en pierre de Belgique, en souvenir des soldats allemands morts pendant la bataille de l'Hallue, les 23 et 24 décembre 1870 (partie occidentale du cimetière). IVR22_19988000921Z Stèle par le marbrier amiénois Coenen, pour un chasseur et un garde mobile anonymes tués pendant la bataille de l'Hallue, le 23 décembre 1870. Dans le fond, deux stèles mililtaires britaniques (juillet 1916 , bataille de la Somme). IVR22_19988000919Z
  • Cimetière Saint-Martin de Béhencourt
    Cimetière Saint-Martin de Béhencourt Béhencourt - - en village - Cadastre : 1813 D 216 1935 D 24
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique canton de Villers-Bocage
    Historique :
    cimetière ne sont pas antérieures au 19e siècle. La partie sud est de l'enclos abrite plusieurs monuments commémorant la guerre de 1870 et la première guerre mondiale. Le marbrier amiénois Coenen a signé les deux monuments en pierre d'Euville relatifs à la bataille de l'Hallue (23-24 décembre 1870). Outre les trois -Rembaux), et celle de Paul Scharer, tué en 1918 dans l'Aisne. Les autres tombes du cimetière sont pour la -Sulpice de Paris (1820-1888), au décor sculpté original (livre, calice, ciboire, et inscriptions Béhencourt est l'une des rares communes du canton de Villers-Bocage, avec Vadencourt, à avoir conservé son cimetière autour de l'église paroissiale, au lieu de le déplacer à l'écart du village par stèles élevées aux soldats britanniques morts en 1916 et 1918, cette partie du cimetière comprend également la tombe de Gaston Ogez, soldat mort en 1914 à Sainte-Menehould (due au marbrier d'Aulnoye Gaudier d'Albert, Vast-Arrachart, apparaît à deux reprises, notamment sur la chapelle funéraire néo-gothique de la
    Observation :
    L'intégralité du dossier est consultable au centre de documentation de l'Inventaire et du
    Parties constituantes non étudiées :
    croix de cimetière
    Statut :
    propriété de la commune
    Auteur :
    [marbrier] Dufour entreprise de marbrerie et de monuments funèbres [marbrier] Gaudier-Rembaux entreprise de marbrerie et monuments funèbres [marbrier] Coënen entreprise de marbrerie et de monuments funèbres [marbrier] Geevers entreprise de marbrerie et sculpture de monuments funèbres [marbrier] Sellier entreprise de monuments funèbres [entrepreneur] Sallé entreprise de monuments funèbres [entrepreneur] Denis entreprise de monuments funèbres
    Titre courant :
    Cimetière Saint-Martin de Béhencourt
    Illustration :
    Vue générale du cimetière autour de l'église. IVR22_19978000812VA
  • Monument commémoratif de la restauration du chœur au 18e siècle
    Monument commémoratif de la restauration du chœur au 18e siècle Soissons - Cathédrale Saint-Gervais-Saint-Protais place Cardinal-Binet - en ville
    Historique :
    un monument commémoratif, comportant une inscription gravée et dorée, placée dans un cadre de marbre Dans le courant des années 1760, les évêques successifs et le chapitre décident de rénover le chœur , le déambulatoire et les chapelles attenantes. A l'issue des travaux, et pour conserver le souvenir de ces entreprises, le chapitre fait dresser dans la chapelle voisine de l'entrée de la grande sacristie , à la gloire du roi et à la mémoire des évêques de Fitz-James et de Bourdeilles, du chapitre et des par le chanoine Guillaume-Germain Guyot, doyen du chapitre, et placée en 1774. Le monument subsiste , "dans un étroit réduit, destiné à réunir les écoulements des eaux pluviales" et était recouverte de presque intact, à l'exception de la plaque comportant l'inscription, qui a disparu aujourd'hui mais était encore presque entière au milieu du 19e siècle. Elle se trouvait alors conservée non loin de la sacristie mousse, comme le rapportent les abbés Poquet et Daras. On doit à ces auteurs l'une des transcriptions du
    Cadre de l'étude :
    mobilier et objets religieux la cathédrale de Soissons
    Référence documentaire :
    de Soissons et du Soissonnais. Vers 1784). du projet qu'on paraît avoir de le démolir et de le supprimer. Bulletin de la société archéologique , historique et scientifique de Soissons, 1865, t. 19, 1ère séance, lundi 9 janvier 1865. p. 86-90. POQUET, abbé Alexandre, DARAS, abbé Louis-Nicolas. Notice historique et archéologique de , aménagements liturgiques, mobilier de la cathédrale de Soissons. localités de la France (Soissons). p. 22. PÉCHEUR, abbé Louis-Victor. Mémoire sur le Jubé de la Cathédrale de Soissons, à l'occasion la cathédrale de Soissons, avec la biographie de ses évêques. Soissons : Voyeux-Solin, 1848.
    Dénominations :
    monument
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Catégories :
    taille de pierre marbrerie
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Une table de calcaire noir, insérée et scellée dans l'entablement, porte une inscription latine en mentionnait les événements majeurs de l'histoire de la cathédrale et commémorait le récent remaniement du annexe de la cathédrale, et son inscription, bien qu'incomplète, a pu être relevée par plusieurs auteurs lettres gravées et peintes en doré : IN CHRISTO JESU OMNIS AEDIFICATIO / CONSTRUCTA CRESCIT IN TEMPLUM SANCTUM / IN DOMINO IN QUO ET VOS COAEDIFICAMINI IN / HABITACULUM DEI IN SPIRITU. Ephes. cap. II °. Traduction : C'est en Jésus-Christ que toute construction s'ajuste et s'élève pour former un temple saint devenir une demeure de Dieu par l'Esprit (Épître de saint Paul aux Éphésiens, chapitre II, 21-22). Le cadre en marbre noir veiné renfermait une table de calcaire portant une longue inscription qui , qui divergent d'ailleurs sur certains mots. Transcription de ce texte : Mirabili in Sanctis Deo Optimo Maximo / Sacrum, / B.M.V. et B.B. Martyribus Gervasio et Protasio / Antiquitus Dicatum, / Saeculo XI
    Observation :
    La cathédrale figurant sur la liste des édifices classés de 1862, ce monument commémoratif intégré à l'architecture bénéficie de la même protection juridique.
    Précision dénomination :
    monument commémoratif
    Représentations :
    , bordé de chutes de feuilles de laurier et orné d'un cuir qui accueillait à l'origine, soit des armoiries agrémentés de feuilles d'acanthe et d'un motif de postes. Le monument est bordé sur chaque côté par un pilastre, surmonté d'un chapiteau ionique d'où tombent des chutes de fleurs. Une guirlande de bouquets de feuilles de laurier surmonte le cadre de marbre . L'entablement, souligné par des frises d'oves, puis d'olives et piécettes, est dominé par un amortissement , soit un sujet religieux. Ce décor est bordé en partie inférieure par des branches de laurier . L'amortissement est encadré par deux pots à feu, en forme de vases antiques de plan circulaire, qui sont
    Description :
    Le monument, appliqué contre un mur de la chapelle, adopte une forme rectangulaire et verticale. Il est réalisé en pierre de taille calcaire, bordé de pilastres et surmonté d'un entablement et d'un amortissement décoratif. Il renferme un cadre en marbre noir poli, veiné de blanc et de gris. Une table de calcaire gris, portant une inscription gravée et peinte en doré, est insérée dans l'entablement.
    États conservations :
    Quelques pierres calcaires sont rongées, dans la partie inférieure du monument. Il manque la table en pierre qui portait l'inscription principale. Le décor central de l'amortissement (armoiries ou
    Titre courant :
    Monument commémoratif de la restauration du chœur au 18e siècle
    Appellations :
    de la restauration du chœur au 18e siècle
    Illustration :
    Détail de la partie supérieure. IVR22_19970200194X