Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 39215 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Les piscines publiques dans les Hauts-de-France - dossier de présentation
    Les piscines publiques dans les Hauts-de-France - dossier de présentation
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale les piscines en Hauts-de-France
    Référence documentaire :
    piscines des Hauts-de-France. Mémoire de recherche de l'Ecole du Louvre, en histoire de l'art appliqué aux LE BAS, Antoine. Baignades, bains et piscines / loisirs et sports aquatiques en Île-de-France aux NALE, Élise. L'architecture des piscines publiques en France, 1961-1976. Mémoire de Master 2 AN. Série F ; sous-série F44 : 19780399/11. Jeunesse et sports ; Service de l'équipement ; Division Secrétariat d’État pour la réalisation de piscines : 1000 piscines. AN. Série F ; sous-série F44 : 19780399/12. Jeunesse et sports ; Service de l'équipement ; Division AN. Série F ; sous-série F44 : 19800382/1-19800382/683. Jeunesse et sports ; Service de l'équipement ; Division du plan et des affaires financières ; Bureau de gestion des opérations subventionnées : dossiers de subventions pour les équipements sportifs et socio-éducatifs, classement par départements, 1953 AN. Série F ; sous-série F44 : 19810584/6. Jeunesse et sports ; Service de l'équipement ; Services
    Titre courant :
    Les piscines publiques dans les Hauts-de-France - dossier de présentation
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Texte libre :
    , économiques et architecturales du 20e siècle ? L’élaboration de la piscine en tant qu’équipement sportif témoigne des mutations de la société et de l’urbanisation progressive de celle-ci. La première génération de piscines publiques, construites à partir du milieu du 19e siècle, profite de l’industrialisation (la chaleur produite par les usines est parfois récupérée pour chauffer l’eau des bassins) ou de travaux d’aménagement urbains (destruction de fortifications par exemple) pour s’installer au sein des ablutions corporelles. L’architecture de ces premières piscines couvertes prend souvent l’aspect d’une grande halle industrielle, parfois agrémentée de décors orientalisants évoquant bains antiques et hammams rapport au bain : la natation, dont la vocation première est l’hygiène de vie et le maintien du corps en bonne santé, commence à s’émanciper des soins de propreté. La deuxième génération de piscines, celle des dispositifs mis en oeuvre par des municipalités socialistes engagées en faveur de l’hygiène et luttant contre
    Illustration :
    Amiens (Somme). Les anciens vestiaires de la piscine de la Compagnie des Chemins de fer du Nord , dite La Cheminote, reconstruits en 1947, sur les plans de Pierre et André Dufau. IVR32_20178005073NUCA Saint-Amand-les-Eaux (Nord). La piscine municipale construite en 1925, sur les plans de Creil (Oise). La piscine municipale construite en 1926, sur les plans de l'architecte communal Jules-Edouard Pestre, renovée en agrandie en 1963, sur les plans de l'architecte André Garnier architecte, puis en 2013 sur les plans de l'agence Duval et Raynal. IVR32_20176000046NUC2A Roubaix (Nord). La piscine municipale construite sur les plans de l'architecte Albert Baert et plans de l'architecte Jean-Paul Philippon. IVR32_20175905056NUCA Saint-Omer (Pas-de-Calais). La piscine Solaris (1973), construite sur les plans de l'architecte Poix-de-Picardie (Somme). La piscine Tournesol, ouverte en 1974. IVR32_20188000095NUC2A
  • Le patrimoine des piscines publiques dans les Hauts-de-France - conditions d'enquête
    Le patrimoine des piscines publiques dans les Hauts-de-France - conditions d'enquête
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale les piscines en Hauts-de-France
    Titre courant :
    Le patrimoine des piscines publiques dans les Hauts-de-France - conditions d'enquête
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
    Texte libre :
    Hauts-de-France a été réalisée dans le cadre d’un stage conventionné entre la Région Hauts-de-France et certains sujets d’études menés par l’Inventaire des Hauts-de-France, comme la villégiature, le patrimoine piscines des Hauts-de-France : 1917-2017, sous la direction de Mme Stéphanie Celle, a été soutenu en . Pour ce faire, l’étudiante a élaboré un historique complet des piscines dans les Hauts-de-France (de la ou les équipements sportifs. Une série de dépliants dans la collection Découverte en Hauts-de-France des cinq départements de la nouvelle région des Hauts-de-France : Somme, Oise, Aisne, Nord et Pas-de l’évolution des besoins de fonctionnement. Le choix des Hauts-de-France et de la thématique des piscines particulièrement représentative. Son choix s’est porté sur les Hauts-de-France, dont la pertinence s’explique par déjà été réalisés sur des piscines à l’Inventaire des Hauts-de-France et seules deux piscines sont (années 1960-1970). L’enjeu principal de cette enquête sur les piscines des Hauts-de-France est donc
  • Hôtel de France
    Hôtel de France Ham - 5 place de l'Hôtel-de-Ville - en ville - Cadastre : 1826 B 36
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    patrimoine de la Reconstruction la première Reconstruction en Picardie
    Historique :
    La présence de l'hôtel de France à cet emplacement est attestée en 1879, au moment de l'acquisition ). L'hôtel de France est alors le plus important établissement de la ville. En 1911 Eugène Poitte y emploie des terrains destinés à la reconstruction de l'hôtel de ville de Ham. Les cartes postales du début du donnant accès à une cour en cœur de parcelle. Une salle de café était aménagée à gauche du passage cocher ; les trois fenêtres à droite du passage cocher éclairant peut-être une salle de restaurant. La façade regroupées à droite. Le premier étage, moins élevé, s'apparentait à un entresol. La construction de cet édifice, qui semble correspondre à celui qui est représenté sur le cadastre de 1826, pourrait dater du 17e cadastrales) pour Eugène Poitte, qui succède à Léon Lapie, entre 1906 et 1911 (recensements de population présentes à l'origine, au rez-de-chaussée : "Garage - hôtel - café - Poitte - patisserie". L'entrée de indépendant. Des publicités de 1912 (guide du touriste à Ham) et des années 1920 (coll. part) indiquent
    Observation :
    L'hôtel de France est l'un des plus anciens et des principaux hôtels de tourisme de Ham. Acquis vers 1910 par Eugène Poitte, ancien cuisinier du prince de Monaco, il est totalement détruit durant la Eugène Poitte, de le moderniser et de développer son activité.
    Référence documentaire :
    Ham. Hôtel de France. Propriétaire E. Poitte, carte postale, 2e quart 20e siècle (coll. part.). Encart publicitaire de l'hôtel de France. In E. Bocquet. Guide du touriste à Ham. Union commerciale 1906, 1911, 1926. AD Somme. Série M ; 6 M 410. Recensement de population. Ham. Ham. Plan cadastral, section B dite de la ville, [vers 1826] (AD Somme ; 3 P 2011/3). de Ham, 1912.
    Dénominations :
    hôtel de voyageurs
    Description :
    principale, à cinq travées, est renforcée par une lucarne de toit. L'inscription HOTEL DE FRANCE est gravée L'édifice comprend un bâtiment principal aligné sur la place de l'Hôtel-de-Ville, une cour en cœur de parcelle et des communs en fond de parcelle. Le bâtiment principal, à passage cocher latéral , compte deux étages carrés et un étage de comble. Il dispose de deux portes, qui donnent accès aux parties commerciales du rez-de-chaussée (restaurant) et à l'hôtel proprement dit. La travée axiale de la façade
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Ham - 5 place de l'Hôtel-de-Ville - en ville - Cadastre : 1826 B 36
    Titre courant :
    Hôtel de France
    Illustration :
    Encart publicitaire de l'hôtel de France. In E. Bocquet, Guide du tourisme à Ham, 1912 (Gallica Extrait du cadastre de 1826 (AD Somme ; 3 P 2011/3). IVR22_20158006207NUCA Vue de situation depuis le sud. IVR22_20158000620NUC2A Détail d'une baie de la façade sur rue. IVR22_20158006114NUCA
  • Ancien Hôtel de France
    Ancien Hôtel de France Ault - Bourg-d'Ault - 45 rue, dite Grande-Rue ruellette Saint-Pierre ancienne ruelle Ricard - en ville - Cadastre : 1983 AC 686
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Département de la Somme
    Cadre de l'étude :
    patrimoine de la villégiature la Côte picarde
    Historique :
    L'ancien hôtel de France, cités dans les guides touristiques, est l'un des deux premiers hôtels de tourisme d'Ault avec l'hôtel Saint-Pierre. Les recensements de population de 1872 et 1881 indiquent qu'il emploient un seul domestique. Les cartes postales anciennes montrent qu'avant 1903, l'hôtel est composé de reconstruit et agrandi. Après la première guerre mondiale, une annexe de l'hôtel est installée dans une demeure de la Grande rue, édifice à étage carré présentant une façade sur rue à 6 travées plus proche de la plage. Le recensement de population n'en fait pas mention en 1911. Les cartes postales anciennes '. L'hôtel est divisé en appartements. Un magasin de commerce a été ajouté sur la rue du Général-Leclerc, de même que des fenêtres de lucarne, à une date indéterminée.
    Référence documentaire :
    18 - Ault, L'Hôtel de France, carte postale, par CAP éditeur, 2e quart 20e siècle (coll. part.). 283 - Ault (Somme), La Grande rue et l'Hôtel de France, carte postale, par N.D. photographe éditeur Ault (Somme), annexe de l'Hôtel de France, carte postale, par H. Milan photographe éditeur, 1er pp. 34-35 MINARD, Alain. Ault et ses environs, Onival, Bois-de-Cise. Saint-Cyr-sur-Loire : Alan Guide pratique des familles aux bains de mer. Plages du Nord, de Normandie, de Bretagne et de Bains de mer du Nord et de Belgique, du Tréport à la frontière hollandaise. Paris : Hachette, coll PENEL, Eugène. De Paris à Boulogne, à Saint-Valery, au Tréport, à Calais, à Dunkerque, à Lille, à D’AURIAC, Eugène. Guide pratique, historique et descriptif aux bains de mer de la Manche et de
    Dénominations :
    hôtel de voyageurs
    Description :
    Edifice implanté à l'aplomb et en angle de rue. Des communs construits en fond de parcelle forment longs-pans et croupes. L'édifice, de plan en L, se développe sur deux rues. La cour est accessible par Saint-Pierre où est percée une porte. Sur l'angle, au rez-de-chaussée, subsiste une devanture en bois sur soubassement enduit, correspondant à l'ancienne salle de restaurant.
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Ancien Hôtel de France
    Appellations :
    Hôtel de France
    Illustration :
    L'Hôtel de France avant son incendie, carte postale, 1er quart 20e siècle (coll. part L'annexe de l'Hôtel de France dans la Grande Rue, carte postale, 1er quart 20e siècle (coll. part Ancienne annexe de l'Hôtel de France, 30 Grande-Rue. IVR22_20058003376NUCA Vue d'ensemble depuis la place de l'église. IVR22_20058001167XA Détail des initiales et date portée 'C.D. 1871' sur le corps de bâtiment en façade postérieure
  • Ensemble de deux hauts-reliefs : Pleureuses
    Ensemble de deux hauts-reliefs : Pleureuses Amiens - rue Saint-Maurice 47 plaine N Cimetière de la Madeleine - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    patrimoine funéraire le cimetière de la Madeleine
    Historique :
    . Le dessin de Duthoit (fig.1) montre qu'elles étaient initialement disposées inversement, de part et d'autre de la porte.
    Observation :
    contemporaines de la réalisation du monument, vers 1840.
    Référence documentaire :
    Le tombeau Tattegrain-Delabarthe au cimetière de la Madeleine, dessin des frères Duthoit,vers 1850 (Musée de Picardie, Amiens ; MP Duthoit).
    Représentations :
    La pleureuse de gauche, pieds nus, est vêtue d'une tunique drapée et d'un voile laissant apparaître de longs cheveux ondulés. Elle est assise, tient ses mains jointes sur ses genoux et lève les yeux au ciel, dans une attitude implorante (fig. 2). Celle de droite, également pieds nus, vêtue d'une tunique drapée et d'un voile laissant apparaître de longs cheveux ondulés relevés, cache son visage dans sa main une branche de cyprès (fig. 3).
    Description :
    Les deux pleureuses sont sculptées sur la façade antérieure, de part et d'autre de la porte d'entrée du tombeau de la famille Tattegrain-Delabarthe.
    Localisation :
    Amiens - rue Saint-Maurice 47 plaine N Cimetière de la Madeleine - en ville
    Titre courant :
    Ensemble de deux hauts-reliefs : Pleureuses
    Illustration :
    Le tombeau Tattegrain-Delabarthe au cimetière de la Madeleine, dessin des frères Duthoit,vers 1850 (Musée de Picardie, Amiens ; MP Duthoit). IVR22_20088000977NUCA Vue rapprochée de la pleureuse gauche. IVR22_20098000784NUCA Vue rapprochée de la pleureuse droite. IVR22_20098000785NUCA
  • Plaque de cheminée aux armes de France
    Plaque de cheminée aux armes de France Noyon - Ancienne cathédrale Notre-Dame place du Parvis - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Armes de France.
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique canton de Noyon
    Historique :
    Lieu de fabrication et origine inconnue.
    Matériaux :
    fonte de fer fondu décor dans la masse
    Dénominations :
    plaque de cheminée
    Représentations :
    ange: portant, cuir découpé: armoiries, fleur de lys, couronne
    Statut :
    propriété de la commune
    Titre courant :
    Plaque de cheminée aux armes de France
  • Ensemble de 2 hauts-reliefs grandeur nature : Christ et saint Eustache
    Ensemble de 2 hauts-reliefs grandeur nature : Christ et saint Eustache Flesselles - Eglise paroissiale Saint-Eustache - en village
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Signature et date : A. Carvin 1923, sur le relief de saint Eustache. Signature : A. Carvin, sur le
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique canton de Villers-Bocage
    Historique :
    Ces deux plâtres d'Auguste Carvin, sculpteur du Nord installé à Amiens (où il fut l'élève de Roze ), sont représentatifs de la manière académique de leur auteur, qui exécuta dans les mêmes années de nombreux monuments aux morts. L'iconographie de ces oeuvres est liée à leur destination, puisqu'elles représentent le Christ accueillant le fidèle, et saint Eustache, patron de la paroisse.
    Observation :
    L'intégralité du dossier est consultable au centre de documentation de l'Inventaire et du
    Titre courant :
    Ensemble de 2 hauts-reliefs grandeur nature : Christ et saint Eustache
  • Les piscines municipales de l'entre-deux-guerres
    Les piscines municipales de l'entre-deux-guerres
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale les piscines en Hauts-de-France
    Référence documentaire :
    remarquable" appliqué au patrimoine des piscines des Hauts-de-France : 1917-2017. 2 vol. Mémoire de recherche Bassins de natation et piscines. Béton armé, octobre, novembre, décembre 1936, janvier 1937, n°344 SÉE, Charles-Edmond. Bassins de natation et piscines. La construction moderne, 18 mars, 25 mars P. 77-92. REVAUX, Marc. Bassins de natation et piscines d'aujourd’hui. Travaux, avril 1944, n° 130. Jeumont - Intérieur de la Piscine, carte postale, Réant (Lille) éditeur, [vers 1930] (coll. part.). [Cours de natation à la piscine Pasteur de Maubeuge], tirage photographique noir et blanc, [vers ROUBAIX – Bains Municipaux – 1 – La Façade de l’Entrée Rue des Champs (Baert, Architecte), carte ROUBAIX – Bains Municipaux – 11 – Galerie des machines – Tableau de contrôle et utilisation de la LEFOREST – P.-de-C. – Terrain de sports – Piscine vue de face, carte postale, [vers 1940] (coll [Leforest (Pas-de-Calais) – Intérieur de la piscine municipale], carte postale, [vers 1940] (coll
    Titre courant :
    Les piscines municipales de l'entre-deux-guerres
    Texte libre :
    France et leur architecture peu réglementée. Dans les Hauts-de-France, seul les habitants du Nord ont le dans les Hauts-de-France (25 m à Roubaix et à Leforest ; 33,33 m pour le grand bassin à Bruay-en-Artois dans les Hauts-de-France sont celles de Roubaix et de Jeumont. A Jeumont, la façade de la piscine, en France par la victoire du parti socialiste de la S.F.I.O. Dans les villes industrielles du nord de la France, ces nouveaux maires font de la promotion de l’éducation, du sport et de l’hygiène publique pour , sensibles aux questions de l’équipement et de l’urbanisme . Ainsi, dans le nord de la France, on relève de publics sociaux dans le nord industriel de la France sont souvent issus eux-mêmes de la classe ouvrière prestigieuses piscines avec bains-douches (1932) de France, véritable manifeste de sa stratégie. Comme dans les confiée à Albert Baert (1863-1951), architecte lillois progressiste de gauche et franc-maçon, déjà réputé piscine soit enfin construite. Ainsi, dans le nord de la France, les piscines se construisent la plupart
    Illustration :
    La façade d’entrée de la piscine municipale de Maubeuge, carte postale, vers 1940 (coll. part Vue intérieure de la piscine pasteur de Maubeuge avant un cours de natation. Dans le fond, noter le Vue du bassin de la piscine de Saint-Amand-les-Eaux, carte postale, vers 1940 (coll. part Groupe de nageurs autour du bassin de la piscine municipale de Valenciennes, carte postale, vers Jeumont (Nord), façade d'entrée de la piscine construite en 1927 par Adolphe Danis, carte postale Jeumont (Nord), intérieur de la piscine (au fond, plaque en faïence représentant une fontaine de Jeumont (Nord), baigneurs dans le bassin de natation, carte postale, vers 1930 (coll. part Nageurs au bassin de natation des bains municipaux de Roubaix (actuellement Musée de La Piscine Vue de la façade d’entrée de style néo-roman des bains municipaux de Roubaix, carte postale, vers Le restaurant-buvette des bains municipaux de Roubaix, carte postale, vers 1935 (coll. part
  • Les piscines des Trente Glorieuses
    Les piscines des Trente Glorieuses
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale les piscines en Hauts-de-France
    Référence documentaire :
    MONNIER, Gérard. L’architecture moderne en France, de la croissance à la compétition, 1967-1999 NALE, Élise. L'architecture des piscines publiques en France, 1961-1976. Mémoire de Master 2 AN. Série F ; sous-série F44 : 19780399/11. Jeunesse et sports ; Service de l'équipement ; Division Secrétariat d’État pour la réalisation de piscines : 1000 piscines. AN. Série F ; sous-série F44 : 19780399/12. Jeunesse et sports ; Service de l'équipement ; Division AN. Série F ; sous-série F44 : 19800382/1-19800382/683. Jeunesse et sports ; Service de l'équipement ; Division du plan et des affaires financières ; Bureau de gestion des opérations subventionnées : dossiers de subventions pour les équipements sportifs et socio-éducatifs, classement par départements, 1953 AN. Série F ; sous-série F44 : 19810584/6. Jeunesse et sports ; Service de l'équipement ; Services rattachés au chef de service ; Bureau documentation (1956-1977) ; Piscines, réglementation, documentation
    Texte libre :
    gouvernement. Dans les Hauts-de-France, de nombreuses piscines ont subi des dégradations pendant la guerre et des Hauts-de-France bénéficient de cette aide dès les années 1960 (par exemple les piscines de Lomme des brochures publicitaires envoyées aux municipalités. Dans les Hauts-de-France, on dénombre onze procédure de normalisation devait de cette façon, assurer la qualité des équipements construits en France modèle de piscine de plein-air, c’est encore ce type qui est majoritairement construit en France, en aux Sports, d’équiper la France d’un maximum de piscines afin d’enseigner la natation à toute la 000 francs). Pour augmenter l’efficacité et la rapidité de l’opération, l’Etat centralise et facilite économiques est attribué à la piscine Caneton de Jean-Paul Aigrot, Franc Charras et Alain Charvier. Tous les exemplaires de chaque piscine. En réalité, 183 piscines Tournesol ont été réalisées en France, et 196 piscines sport. Cette massification des loisirs sportifs, et en particulier de la natation, s’intensifie après
    Illustration :
    La piscine de Noyon. IVR32_20176005001NUCA Vue du haut du plongeoir de la piscine d'été de Compiègne, carte postale, vers 1950 (coll. part Animation à la piscine d'été de Compiègne, carte postale, vers 1950 (coll. part Compétition à la piscine d'été de Compiègne, carte postale, vers 1950 (coll. part Vue des bassins et des gradins de la piscine d'été de Compiègne, au bord de l'Oise, carte postale Entrée du stade nautique municipal de Caudry, carte postale, vers 1950 (coll. part Vue aérienne de la piscine et du Stade Jean-Bracq de Caudry, carte postale, vers 1950 (coll. part Vue des bassins et de la piscine de Caudry, carte postale, vers 1950 (coll. part Enfants s'amusant au toboggan du petit bassin de la piscine de Caudry, carte postale, vers 1950 Vue générale de la piscine de Caudry, depuis la terrasse-buvette, carte postale, vers 1950 (coll
  • Piscines et paternalisme
    Piscines et paternalisme
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale les piscines en Hauts-de-France
    Référence documentaire :
    La piscine d’Anzin est maintenant, de toutes les piscines de France, la plus rapide et l’une des plus belles, coupure de presse, journal Nord France, 1949 (coll. part.). TOULIER, Bernard. Les colonies de vacances en France, quelle architecture ? In Situ [En ligne ], 2008, n°9. TOULIER, Bernard. Les colonies de vacances en France, quelle architecture ? In Situ [en [Avion]. Cité des Cheminots de Lens – La Piscine, carte postale, [vers 1925] (coll. part.). [Compétition de plongeon de haut vol à Albert], tirage photographique noir et blanc, [vers 1930 Ferme de Saint-Pol-sur-Mer – Les Piscines, carte postale, [vers 1930] (coll. part.). Ferme de Saint-Pol-sur-Mer – Evolution à la Piscine, carte postale, [vers 1930] (coll. part.). Avion (Pas-de-Calais) – Cité des Cheminots – La Piscine, carte postale, CIM éditeur, [vers 1930 [Vue aérienne de la cité des cheminots de Vaux-sous-Laon, avec au centre le stade et la piscine
    Texte libre :
    Le territoire industriel des Hauts-de-France, à forte population ouvrière, a été un terreau le nord de la France, un des précurseurs en matière d'œuvres sociales est l'industriel Jean-Baptiste d'une piscine, récemment inaugurée et que l'on considère déjà comme la plus rapide de France, au dire sociale dans le nord de la France, est la Compagnie des Chemins de Fer du Nord (qui fusionne avec la SNCF favorable à la construction de piscines, équipement avant tout social. Si, dans l'entre-deux-guerres , quelques équipements naissent grâce au volontarisme de certaines municipalités socialistes, de nombreuses piscines ont été construites à l'initiative des industriels eux-mêmes, à proximité des usines ou au sein de cités ouvrières. Elles s’inscrivent dans un ensemble de dispositifs paternalistes, parmi lesquels les sportive patronale la plus courante, de nombreuses piscines voient également le jour. L'étude a permis Chemins de Fer du Nord, construites des années 1920 aux années 1950. Cet inventaire, sans doute lacunaire
    Illustration :
    Vue du bâtiment du lavoir-buanderie-piscine du Familistère de Guise, carte postale, vers 1900 (coll Vue des deux bassins de la piscine de la cité des cheminots d’Avion (près de Lens) avant sa Entrainement de plongeons à la piscine d’Albert, carte postale, vers 1930 (coll. part Compétition de plongeon de haut vol à Albert, photographie, vers 1930 (coll. part La piscine de la cité des cheminots du Moulin-Neuf à Chambly avant sa destruction pendant la La piscine, entourée de sa pergola, de la cité des cheminots de la Délivrance à Lomme, carte La piscine de la cité des cheminots de Longueau (Somme), carte postale, vers 1930 (coll. part Vue générale de la piscine des auberges des "Trois Doms" à Montdidier, carte postale, vers 1930 Vue générale des deux bassins de la piscine des cheminots de Saint-Pol-sur-Mer, carte postale, vers Vue du bassin-enfants de forme octogonale de la piscine de la cité des cheminots de Saint-Pol-sur
  • Les piscines des années 1980 à nos jours
    Les piscines des années 1980 à nos jours
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale les piscines en Hauts-de-France
    Référence documentaire :
    Aqualud du Touquet. [LE TOUQUET-PARIS-PLAGE – L’AQUALUD, centre de jeux de l’eau (réalisation 1985 La plus belle plage de la côte d’Opale – Le Touquet-Paris-Plage (P.-de-C.) – Aqualud , parc de jeux LE TOUQUET (P.-de-C.) – L’Aqualud, carte postale, CIM éditeur, [vers 1985] (coll. part.). La Côte d’Opale… Le TOUQUET-PARIS-PLAGE (Pas-de-Calais 62) – L’aqualud, parc de jeux aquatiques [Le Touquet-Paris-Plage – L’Aqualud, parc de jeux aquatiques], carte postale, Yvon éditeur, [vers [Le Touquet-Paris-Plage – Aqualud, centre de jeux aquatiques], carte postale, MAGE éditeur, [vers AQUALAND DU MARQUENTERRE – [Centre de jeux de l’eau – OEuvre de l’architecte Endriks Roelof et de p. 58-61. CHESSA, Milena, DEGIOANNI, Jacques-Franck. Equipements sportifs et de loisirs : la , Aspects historique, politique et spatial. Les annales de la recherche urbaine, juin 1998, n°79. des ponts, des eaux et des forêts, n°1 de l’année 1985.
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Texte libre :
    multiplier les sensations que l’on peut éprouver avec l’eau. Dans les Hauts-de-France, plusieurs parcs de (2014) utilise de manière très novatrice en France la géothermique et la réserve naturelle d’eau que Les années 1980 sont marquées par l’essor sans précédent des loisirs de masse et par la "sportivisation" générale de la société. Parallèlement à ces mutations sociétales, la crise économique et énergique de 1975 (suite au premier choc pétrolier de 1973) conduit à un besoin de rentabilité des équipements sportifs : la piscine est repensée en termes d’économie d’investissement, de gestion, d’énergie et d’attractivité. L’intégration de nouvelles fonctions (le divertissement, le bien-être, et la remise en forme importantes, généralement construites hors des centres urbains, viennent ainsi compléter les piscines de ). Le désengagement de l’Etat dans les politiques sportives (très interventionniste sur la période précédente) et les lois de décentralisation participent également à cette redéfinition de l’espace aquatique
    Illustration :
    Le dôme de verre de l’Aqualud du Touquet-Paris-Plage, carte postale, vers 1990 (coll. part Vue du toboggan géant sous la pyramide de l’Aqualud du Touquet-Paris-Plage, carte postale, vers Toboggans et zones de jeux aquatiques extérieurs à l’Aqualud du Touquet-Paris-Plage. La tour marquant le départ du toboggan est le plongeoir de l’ancienne piscine. Carte postale, vers 1985 (coll. part Vue générale des espaces extérieurs de l’Aqualud du Touquet-Paris-Plage, carte postale, vers 1985 Vues multiples des espaces extérieurs de l’Aqualand du Marquenterre à Fort-Mahon-Plage (Somme Vue générale du toboggan géant et des bassins extérieurs de l’Aqualand du Marquenterre à Fort-Mahon Intérieur du centre nautique de Nogent-sur-Oise. IVR32_20176005095NUCA Le centre aquatique de Béthune - Bassin de réception du toboggan. IVR32_20176200667NUC2A
  • La piscine Léon-Pille, dite aussi
    La piscine Léon-Pille, dite aussi "La Cheminote", à Amiens (vestiges) Amiens - 281 rue Dejean - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale les piscines en Hauts-de-France
    Historique :
    Dans les années 1930, la Compagnie des Chemins de Fer du Nord (qui fusionne avec la SNCF en 1938 ), fait construire un terrain d'éducation physique, comprenant un stade d'athlétisme avec une piste de cent mètres, un terrain de basket-ball, un boulodrome, et une piscine de plein air, à proximité de la gare d'Amiens. A cette époque, la Compagnie des Chemins de Fer du Nord fait aménager des cités ouvrières, au sein desquelles s'inscrivent de nombreux équipements sportifs permettant une occupation bénéfique du temps libre des cheminots. Après guerre, dans le cadre de la reconstruction de la ville de ce terrain d'éducation physique, et en particulier la création d'un véritable bâtiment d'accueil disposaient alors que de simples cabines en bois, disposées le long des bassins, entre la piscine et le terrain de basket. Les plans du nouveau bâtiment, à la silhouette moderne, sont dressés en 1947. Les anciennes cabines sont détruites et le nouveau bâtiment est construit en 1948, en bordure de la rue Dejean
    Observation :
    Chemin de Fer du Nord puis la S.N.C.F. dans le nord de la France, entre les années 1920 et 1950. Il s'agit du seul témoignage bâti des anciennes piscines de cheminots, édifiés par la Compagnie des
    Référence documentaire :
    Archives de l'architecture du XXe siècle (Paris). Fonds Pierre Dufau. IFA ; 066 1025/4. Piscine Archives de l'architecture du XXe siècle (Paris). Fonds Pierre Dufau. IFA ; 066 1025/5. Piscine Léon-Pille, rue Dejean, Amiens (Somme), 1946-1949 : vestiaires et douches. Plans du terrain, plans de Stade et piscine Léon-Pille, plan de situation avant reconstruction des vestiaires, plan sur papier Amiens, aménagement d'un terrain d'E.D. et construction d'une piscine, plan de situation, plan -projet, plan de situation et plan masse, plan papier par A. et P. Dufau, 4 février 1947 (IFA ; 066 1025/5). -projet, élévation de la façade sur rue et de la façade postérieure, plan papier par A. et P. Dufau, 4 -projet, élévation de la façade principale, plan papier par A. et P. Dufau, 4 février 1947 (IFA ; 066 1025 -projet, plan du rez-de-chaussée (vestiaires femmes), plan papier par A. et P. Dufau, 4 février 1947 (IFA [Groupe de jeunes autour du bassin de la piscine de la Cheminote], photographie noir et blanc, 1947
    Statut :
    propriété d'une société privée Propriété de la S.N.C.F.
    Description :
    forme demi-circulaire. Le terrain de la piscine est bordé, côté rue, par une rangée de hauts peupliers La piscine de la cheminote est située le long de la rue Dejean, du côté nord des voies de chemins de fer, à proximité de la gare d'Amiens. La piscine comprend trois bassins (aujourd'hui bouchés ) : un bassin de natation sportive, prolongé en L par une fosse à plonger (avec à son extrémité un haut plongeoir), un bassin rectangulaire de jeux et d'apprentissage pour les enfants, complété par un bassin de . Le bâtiment des vestiaires longe la rue et le terrain de basket Léon-Pille. Il est en forme de L et s'élève sur un seul niveau. L'entrée se fait par une terrasse (au niveau de la rue, donc du rez-de bassins sont situés en contrebas de cette terrasse, on y accède par un escalier extérieur partant de la rez-de-chaussée, derrière l'entrée, et ceux pour les hommes au sous-sol. Ils sont tous deux constitués d'un local porte-habits, de cabines individuelles, de déshabilloirs communs et de douches. A droite de
    Auteur :
    [commanditaire] Société Nationale des Chemins de Fer Français (S.N.C.F.)
    Illustration :
    Plan de situation de la piscine et du stade Léon-Pille avec la localisation des vestiaires avant Plan d'aménagement du terrain d'éducation physique et de la piscine Léon-Pille, avec en rouge Avant-projet, plan de situation et plan du bâtiment des vestiaires, A. et P. Dufau architectes, 4 Avant-projet, plan de la façade sur rue et de la façade postérieure, 4 février 1947, A. et P. Dufau Avant-projet, plan de la façade principale du bâtiment des vestiaires-douches, A. et P. Dufau, 4 Avant-projet, plan du rez-de-chaussée (vestiaires femmes), A. et P. Dufau, 4 février 1947 (IFA Groupe de jeunes et baigneurs autour d'un des bassins de la piscine, avant reconstruction du Vue générale du grand bassin et du pavillon d'entrée (bâtiment des vestaires) de la piscine, vers Vue de l'entrée du bâtiment d'accueil de la piscine, depuis la rue Dejean, à l'abandon Vue de l'arrière du bâtiment des vestiaires de la piscine depuis la rue Dejean, à l'abandon en juin
  • La piscine municipale de Creil
    La piscine municipale de Creil Creil - 1 rue de la République - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale les piscines en Hauts-de-France
    Historique :
    francs pour les travaux de construction de l’ensemble piscine, bains-douches et lavoir, ainsi que pour première de 500 000 francs et la seconde de 275 000 francs), prélevées sur le produit des jeux du Pari profiter de l’établissement : ainsi, il est arrêté à 2 francs pour la piscine (contre 1,5 francs en 1926 et d’extension, qui auront lieu entre 1961 et 1963 (pour un montant de 165 millions de francs, dont du 20e siècle, Creil connaît une croissance florissante grâce au développement de son industrie métallurgique, qui bénéficie de l’ouverture de la ligne de chemin de fer Paris-Nord-Lille passant par Creil en 1846, et de sa proximité avec Paris. Au lendemain de la première guerre mondiale, les élections municipales de 1919 sont remportées à Creil, comme dans de nombreuses autres villes françaises, par la SFIO , plaçant Jules Uhry (1877-1936) à la tête de la commune ; il restera maire jusqu’à sa mort. Dès les premières années de son mandat, Uhry mène une politique de modernisation et de reconstruction de la ville
    Référence documentaire :
    [Vue du bassin de la piscine de Creil], tirage photographique noir et blanc, [vers 1930] (AC Creil ; sans côte, dossier de documentation sur la piscine de Creil). p. 37-39 Les oeuvres sociales de Jules Uhry. Creil, Imprimerie Nouvelle, 1932. AC Creil. Série M ; sous-série 1M : 1M26. Projet de bains municipaux et de lavoir établi par AC Creil. Série M ; sous-série 1M : 1M29. Avis de la commission des bâtiments civils sur le projet de bains-douches (1922); adjudications publiques pour les travaux de gros-œuvre; concours pour les travaux de spécialité; 1923. AC Creil. Série M ; sous-série 1M : 1M30. Contrat entre la Ville de Creil et Jules Bafoil , président fondateur de l’œuvre française d'hygiène qui est chargé de la construction et de l'aménagement des bains-douches, de la piscine et du lavoir, 1922. Correspondance du maire avec Bafoil, 1922-1930, et avec
    Description :
    La piscine de Creil est située à l’extrémité de l’Île-Saint-Maurice, île où s’élevait le château de la ville. Elle est donc entourée par deux bras de l’Oise, et surplombe le paysage urbain et paysager environnant. La pointe de l’île est marquée par un pavillon du 18e siècle. Un jardin d’agrément (mais qui ne semble pas accessible par les visiteurs) est aménagé entre la piscine et ce pavillon. Le projet de réhabilitation de la piscine a voulu renouveler son image afin de redevenir un équipement emblématique du centre -ville. Pour ce faire, l’idée des architectes a été d’exploiter cette situation exceptionnelle au bord de l’Oise, en ouvrant au maximum les façades de la piscine sur l’extérieur par des parois vitrées, offrant ainsi une perméabilité entre intérieur/extérieur. La façade d’entrée (rue de la République), axe de circulation majeur de la ville, se démarque par une façade vitrée aux lignes dynamiques et courbes. Derrière cette façade, on distingue à peine le pignon triangulaire du bâtiment abritant le bassin principal de la
    Localisation :
    Creil - 1 rue de la République - en ville
    Titre courant :
    La piscine municipale de Creil
    Annexe :
    Discours d'inauguration de la piscine de Creil, le 25 janvier 1964. "Enfin, la piscine : depuis de longs mois, chacun regardait de ce côté et s’interrogeait. Quand sera-t-elle ouverte ? La voici . J’espère qu’elle vous plaira. Elle n’a pas été conçue pour organiser de grands spectacles, mais pour permettre aux Creillois de se livrer aux plaisirs de la natation, quelle que soit la saison. Cette initiative révolutionnaire pour l’époque, digne de rivaliser avec Tourcoing et ses fameux enfants de Neptune communales ? Que de centimes additionnels en perspective, et surtout que ce diable d’homme ne s’en tenait pas des égouts, la maternité. L’histoire jugera, à l’habitude de dire l’homme l’action face aux tracasseries de ses contemporains. L’histoire a jugé et aujourd’hui tous les Creillois sont unanimes : Jules Uhry a bien mérité de la ville de Creil. En 1939, l’état matériel de la belle piscine laissait , paraît-il, à désirer, mais de plus grave évènements se préparaient, qui allaient la rendre inutile. Les
    Texte libre :
    un emprunt de 2 150 000 francs pour les travaux de construction de l’ensemble piscine, bains-douches obtient deux subventions de l’État (la première de 500 000 francs et la seconde de 275 000 francs travaux urgents soient effectués, pour une valeur maximale de 400 000 francs. Mais la Seconde Guerre entre 1961 et 1963 (pour un montant de 165 millions de francs, dont 80 millions de dommages de guerre et La première piscine du département de l’Oise est inaugurée en 1926 à Creil. Elle est avantageusement située au cœur de la ville, à la pointe de l’île Saint-Maurice, s’ouvrant sur l’Oise. Suivant l’exemple de Paris, où sont construits la piscine de la Butte-aux-Cailles (1923) et le stade nautique des Tourelles (1924), et sous l’impulsion du maire socialiste Jules Uhry, la piscine de Creil vient ainsi dans les années 1920-1930, l’établissement comprend un bassin de natation associé à des bains-douches , répondant à des besoins sociaux en matière d’hygiène, de santé et d’éducation sportive. L’histoire de la
    Illustration :
    Elévation de la façade sur rue et coupe transversale. Plan dressé le 25 octobre 1920, par E. Pestre Elévation de la façade sur rue et coupe transversale, E. Pestre architecte, 25 août 1921 (AC Creil Plans du sous-sol, du premier étage et plan de situation, dressés le 25 août 1921 par E. Pestre Elévation de la façade principale sur rue. Plan dressé le 22 mai 1922, par les architectes Pestre Elévation de la façade latérale gauche, côté escalier. Plan dressé le 22 mai 1922 par les Elévation de la façade latérale. Plan dressé le 22 mai 1922 par les architectes Pestre et Lablaude Plan du rez-de-chaussé, dressé par E. Pestre et Lablaude, le 22 mai 1922 (AC Creil ; 1M27 Façade de la piscine de Creil en 1926, carte postale, vers 1930 (coll. part La façade de la piscine, carte postale, vers 1930 (coll. part.). IVR32_20176005076NUCA Façade de la piscine et le pont métallique de Creil. Carte postale, vers 1930 (coll. part
  • La piscine Paul-Boutefeu de Noyon
    La piscine Paul-Boutefeu de Noyon Noyon - 84 avenue Jean-Bouin - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale les piscines en Hauts-de-France
    Historique :
    . Elle est prévue initialement comme un simple bassin de plein air, permettant une pratique de la natation seulement l'été. Mais sur une suggestion du ministère de la Jeunesse et des Sports, et motivé par les subventions accordées par l’État, le maire Pierre Dubois choisit avec enthousiasme de mettre en œuvre le projet avant-gardiste de structure à charpente métallique mobile proposée par la société MacGregor-Comarain, permettant un équipement utilisable en toute saison et par tous les temps. Les plans de (collaborateur) entre 1965 et 1966. La construction débute en 1966 et est achevée à la fin de l'année 1967. Elle (ministre de la Jeunesse et des Sports entre 1966 et 1968) et par le maire Pierre Dubois (maire de 1965 à 1989), en présence du préfet Turo et du député Edmond Nessler. Lors de l'inauguration, la championne Kiki Caron est invitée à plonger dans le bassin, encourageant ainsi le Nautique Club de Noyon, venant d'être créé. La piscine est alors qualifiée de "plus belle piscine d'Europe" par Le Parisien. Cette
    Référence documentaire :
    : Éditions du Moniteur, Compagnie européenne de publication, 1981. p. 13 LEFRANC, Jean. La Piscine municipale de Noyon. Vivre Noyon, novembre 2013, n°61. p. 48-64 NALE, Élise. L’État et l'architecture. Le cas des piscines publiques construites en France (1961-1976). In : MARANTZ, Éléonore (dir.). L'Atelier de la recherche. Annales d'histoire de l'architecture # 2015 #. Actes de la journée des jeunes chercheurs en histoire de l'architecture du 22 octobre 2015. Paris, site de l'HiCSA, mis en ligne en juin 2016. Vol. 2 ; p. 356-359 NALE, Élise. L'architecture des piscines publiques en France, 1961-1976 . Mémoire de Master 2 : Histoire de l'architecture : Paris 1 : 2015. 2 vol. p. 47-51. LECLERE, Alain, La piscine de Noyon et son fameux "Magrodome". Piscines, février-mars AN. Série F ; sous-série F44 : 19840036/145. Jeunesse et sports (1964-1974). Brochures de
    Description :
    sportif de 25 x 12,5 m, de 1,7 à 3,5 m de profondeur (du fait du plongeoir), à 5 couloirs de nage, bordés de 5 tremplins. - 1 bassin-école de 12,5 x 10 m, de 60 à 120 m de profondeur . - Gradins de 580 places. - 1 plongeoir de 3 m (dont la planche est terrasse-solarium. - 1 parking. - 1 stand de tir et 1 salle de musculation (locaux annexés à la piscine ). - Superficie totale : 1350 m2. - Dimensions de la couverture : 54 mètres, dont 36 mètres découvrable. Chaque élément mobile mesure 9,4 mètres. Portée maximum : 25 mètres. La situation, le terrain La piscine de dans un ensemble sportif, comprenant notamment un gymnase et deux stades de football. Le pignon Est jouxte une Maison des Jeunes et de la Culture (aujourd'hui centre culturel Yves-Guyon), inaugurée en 1969 . Un local servant de stand de tir est accolé en contrebas de la façade sud de la piscine. Enfin, une salle de musculation en béton brut est annexée sur la façade Nord, au-dessus des locaux techniques. La
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Titre courant :
    La piscine Paul-Boutefeu de Noyon
    Texte libre :
    Schoeller, ou encore les piscines Caneton de Franc Charras, Alain Charvier et Jean-Paul Aigrot. La piscine de Noyon est construite en tant que prototype par le Ministère de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs. Il s’agissait de trouver des solutions pour créer des piscines transformables (à piscine couverte aux agréments de la natation de plein air. Cette volonté de retrouver les plaisirs des -solarium qui mène à des pelouses (prolongées par des stades de football) où les baigneurs peuvent se reposer ou jouer en profitant du soleil. Elle s’adapte en outre aux besoins de publics divers grâce à ses , l’autre à l’apprentissage de la natation, notamment pour les scolaires. Ainsi, cette piscine répond parfaitement aux nouvelles prescriptions du Ministère de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs, en matière des écoles et de la population, mais idéalement ouvert sur des espaces de verdure. Un système "révolutionnaire" de structure mobile "télescopique" Cette piscine illustre l’évolution des techniques, des
    Illustration :
    Vue de l'entrée et de la façade sud de la piscine de Noyon, dessin de l'architecte. Issu de Vue intérieure de la piscine de Noyon découverte, dessin de l'architecte. Issu de "Equipement pour Maquette, vue de la piscine couverte, façade sud. Photo : MacGregor-Comarain S.A. (AN ; 19940528/1 Maquette, vue de la piscine découverte, façade sud. Photo : Société MacGregor-Comarain (AN Maquette, vue montrant les éléments mobiles en cours de manoeuvre. Photo : Société MacGregor Photo de la piscine en construction, groupe des trois éléments (1 fixe et 2 mobiles) côté Est, juin Photo de la piscine en construction, vue générale depuis la plage Sud, juin 1967. Photo : Société Photo de la piscine en construction, vue sur l'entrée, côté ouest, juin 1967. Photo : Société Photo de la piscine en construction, vue générale depuis la façade Sud, juin 1967. Photo : Société Photo de la piscine en construction, groupe des 3 éléments (1 fixe et 2 mobiles) côté Ouest, en
  • La piscine
    La piscine "Plein Soleil" Marc-Revaux de Doullens Doullens - 25 Rue Menchon - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale les piscines en Hauts-de-France
    Historique :
    000 francs. La piscine de Doullens n’a pas subi de travaux de rénovation importants. Seuls Une piscine des années 1930 coexistant avec la piscine Plein Soleil La piscine Plein Soleil de Doullens a été construite juste à côté de l’ancien bassin de natation de plein air non chauffé, associé à un établissement de bains-douches, construit en 1931, sur un terrain alors très peu urbanisé. Ce Douai et spécialisé en construction de piscines. Rénové à la fin des années 1990, le bassin extérieur fonctionne jusqu’en 2002. Depuis 2007, le bassin de plein air est rempli de sable et accueille l’été les animations de "Doullens-Plage". Comme le montrent les cartes postales, ce bassin de plein air était équipé de faciliter la surveillance, mais aussi l'installation de l'appareil à suspension imaginé par Paul Beulque (maître-nageur et fondateur du club de natation et de water-polo Les Enfants de Neptune). Cet appareil, constitué de câbles et de poulies, permettait l'apprentissage collectif de la natation : les
    Référence documentaire :
    en France, 1961-1976. Mémoire de Master 2 : Histoire de l'architecture : Paris 1 : 2015. 2 vol. NALE, Élise. L’État et l'architecture. Le cas des piscines publiques construites en France (1961 -1976). In : MARANTZ, Éléonore (dir.). L'Atelier de la recherche. Annales d'histoire de l'architecture # 2015 #. Actes de la journée des jeunes chercheurs en histoire de l'architecture du 22 octobre 2015 . Paris, site de l'HiCSA, mis en ligne en juin 2016. AN. Série F ; sous-série F44 : 19780399/11. Jeunesse et sports ; Service de l'équipement ; Division Secrétariat d’État pour la réalisation de piscines : 1000 piscines. AN. Série F ; sous-série F44 : 19780399/12. Jeunesse et sports ; Service de l'équipement ; Division FACON, Patrick. Les piscines Tournesol et l'industrialisation des équipements sportifs en France dans les années 1960-1970. 2 vol. Mémoire de recherche : École d'architecture de Versailles : 2006.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La piscine de Doullens, dite centre nautique Marc-Revaux, est située à proximité du centre-ville historique de Doullens, sur un terrain comprenant également l’ancien bassin de natation ainsi qu’un mini-golf . La trame de l’ancien bassin extérieur, de 33,33 x 12,5 mètres, rempli de sable, est encore bien bâtiment des bains-douches (reconvertis en logements). L'architecture de la piscine Plein Soleil, dont le but est avant tout l'efficacité et la fonctionnalité, peut être vue comme une sorte de "boîte à nager ". Elle se présente comme un bloc rectangulaire de plein pied, divisé en deux parties : les annexes fonctionnelles (accueil, vestiaires, douches) sont placées le long de la façade longitudinale du hall du bassin . Ce plan simple et ramassé reflète le parti pris de rationalité qui a présidé à la conception de cette façade principale de la piscine (mur aveugle), l’usager est conduit vers les vestiaires (divisé symétriquement entre ceux pour hommes et ceux pour femmes), constitués de cabines individuelles et collectives et
    Titre courant :
    La piscine "Plein Soleil" Marc-Revaux de Doullens
    Annexe :
    Présentation des avantages de la piscine Plein Soleil par le Secrétariat d'Etat à la Jeunesse, aux . L’été, véritable piscine de plein air, avec bassin et plages intégrés aux espaces verts environnants piscine de conception rationnelle. - En plan, implantation du bloc des annexes le long d’une façade longitudinale du hall-bassin. - En volume, un bâtiment unique composé de 5 portiques de 3 travées. - En ou le bassin de plein air. Plein-Soleil est une piscine économique sur le plan de l’investissement ramassée facilite son implantation sur des terrains de superficie réduite. Plein-Soleil est une piscine de anti-condensation le long de la façade vitrée. o Par une isolation phonique du plafond du hall simples, connus, et ont fait leur preuve. - Le mécanisme de translation du toit ouvrant est robuste et
    Texte libre :
    La piscine Marc-Revaux de Doullens a été construite en 1975-1976 dans le cadre de l’opération aux Loisirs, dans le cadre de la troisième loi de programme d’équipements sportifs et socio-éducatifs . Le but de ce programme était de stimuler la pratique de la natation (désormais obligatoire à l’école ) et de remédier, en quatre ans (septembre 1972 à septembre 1976), au sous-équipement du pays en matière de piscines. A travers deux concours d’architecture, le premier en 1969 et le second en 1971 , l’État a sélectionné cinq modèles de piscines transformables et économiques (coûts peu élevé grâce à une construction rapide et industrialisée, exploitation et gestion rentabilisée). Grâce à l'industrialisation de Soleil. C’est ce dernier modèle qui est retenu pour la piscine de Doullens. Dans la région, il a été prioritairement aux petites ou moyennes villes ainsi qu’aux quartiers isolés de grandes villes, ne disposant pas encore de piscine couverte et ayant des ressources limitées. Le programme est simple : un bassin unique
    Illustration :
    Le bassin de natation de Doullens dans les années 1930, carte postale (coll. part Vue générale de la piscine extérieure et des bains-douches dans les années 1930, carte postale Passerelle et appareil à suspension Paul Beulque (pour l'apprentissage de la natation), au dessus du bassin de natation, carte postale, vers 1930 (coll. part.). IVR32_20178005319NUCA Piscine extérieure et bains-douches de Doullens, carte postale, vers 1950 (coll. part Vue d'ensemble de la piscine extérieure de Doullens (avec les gradins, les cabines, le toboggan, la passerelle, l'appareil à suspension pour l'apprentissage de la natation, et dans le fond : le pavillon Vue générale de la piscine extérieure, carte postale, vers 1950 (coll. part Enfants jouant dans le bassin de la piscine, carte postale, vers 1960 (coll. part Plongeoir-tremplin de la piscine extérieure, carte postale, vers 1970 (coll. part
  • La piscine du Soissonnais (Soissons)
    La piscine du Soissonnais (Soissons) Soissons - 16 Avenue du Mail - bâti lâche
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale les piscines en Hauts-de-France
    Historique :
    n’en a obtenue aucune. La piscine a été financée au moyen de prêts bancaires (5 070 000 francs) ainsi que par un autofinancement de 1 500 000 francs. Le coût global (construction, achat du mobilier , aménagement des abords, installations annexes) de la piscine s’élève à 7 011 000 francs, ce qui est plus du double du prix de départ annoncé dans le dossier d’agrément (2 820 000 francs en 1970). Ce montant, assez , et est approuvé en 1931. La piscine est construite au nord et à l’écart de la ville, sur un terrain fur et à mesure des années, d’autres équipements sportifs et de loisirs viendront s’ajouter autour (hippodrome, cynodrome, courts de tennis, camping, club de billard, etc.). La piscine (dite piscine d’été ou bains froids), inaugurée le 1er juin 1932, se compose alors de deux bassins à eau non chauffée, un bassin sportif de 33 m x 14 m (avec plongeoir) et un bassin d’apprentissage de 12,5 x 6 mètres (0,7 à 1,3 mètres de profondeur). La création de deux bassins séparés, l’un destiné à l’initiation, et l’autre au
    Référence documentaire :
    vol 2, p. 88-89 NALE, Élise. L'architecture des piscines publiques en France, 1961-1976. Mémoire de Master 2 : Histoire de l'architecture : Paris 1 : 2015. 2 vol. [Soissons (Aisne) - Vue aérienne de la piscine], carte postale, éditeur CIM, [vers 1960] (coll [Piscine de Soissons, grand bassin], carte postale, éditeur CIM, [vers 1960] (coll. part.). intérieur, correspondance, coupure de presse, 1932-1973. Ville de Soissons, centre nautique, plan masse, plan à l'encre sur papier dressé par Jean [Ville de Soissons, piscine, plan de situation des installations existantes], plan dessiné à Secrétariat d’État à la Jeunesse et aux Sports, projet-type de piscine couverte, perspective, plan Secrétariat d’État à la Jeunesse et aux Sports, projet-type de piscine couverte, plan masse Secrétariat d’État à la Jeunesse et aux Sports, projet-type de piscine couverte, plan du rez-de
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Situation La piscine de Soissons est située au nord de la ville, dans une zone de sports et de loisirs, près de l’Aisne, à proximité d’une écluse. Elle a été construite à côté du camping municipal et du parc Saint-Crépin (de l’autre côté de l’Avenue du Mail). Elle comprend quatre bassins de plein air et une piscine couverte à trois bassins. Bassins extérieurs Les quatre bassins de plein air s’inscrivent dans une parcelle triangulaire et sont entourés de végétation. Aujourd’hui désaffectés, ils sont recouverts de filets. Il reste toutefois le plongeoir de 3 mètres aménagé en 1971, les postes de surveillance , ainsi qu’une petite partie de l’ancienne pergola. Les vestiaires des installations extérieurs étaient indépendants des bassins intérieurs, mais aménagés dans les sous-sols de la piscine couverte. Les baigneurs accédaient aux plages extérieures en passant par des pédiluves aménagés le long de la façade nord. Piscine couverte La piscine couverte est un bâtiment de plan rectangulaire, divisé en deux volumes distincts
    Texte libre :
    La piscine de Soissons est composée de plusieurs éléments datant d’époques différentes. Ainsi, les deux premiers bassins de la piscine d’été ont été construits au début des années 1930, tandis que la qu’une fosse à plonger avec plongeoir de 3 mètres, des bains-douches, un foyer-bar et même un sauna. Ce programme assez exceptionnel et très ambitieux pour une ville de 30 000 habitants, témoigne de la volonté de la ville de Soissons d’offrir à ses administrés un ensemble nautique d’envergure, adapté à toutes les indépendantes des circulations automobiles, plans d’eau qui doivent affirmer la présence de la nature dans le paysage urbain en évitant toute banalisation et assurant la continuité de la coulée de verdure vers les autres quartiers ou le centre principal de la ville". Elle est associée à camping municipal, pratique ). La piscine couverte est réalisée d’après un projet-type de piscine à deux bassins et pataugeoire (1977) ; une variante simplifiée de ce projet est construit dans le Pas-de-Calais à Noeux-les-Mines
    Illustration :
    Vue aérienne de la piscine de Soissons avant la construction de la piscine couverte, au niveau du Baigneurs s'amusant dans le bassin extérieur de 33 mètres, carte postale, vers 1960 (coll. part Animation au grand bassin de plein-air, carte postale, vers 1960 (coll. part Perspective, projet-type de picine agréé n°122, J. Doldourian architecte, mars 1970 (AN ; 19840036 Plan masse théorique, projet-type de picine agréé n°122, J. Doldourian architecte, mars 1970 (AN Plan du rez-de-chaussée, projet-type de picine agréé n°122, J. Doldourian architecte, mars 1970 (AN Détail du plan du rez-de-chaussée : hall d'entrée et pataugeoire, projet-type de picine agréé n°122 Plan du logement du gardien, projet-type de picine agréé n°122, J. Doldourian architecte, mars 1970 Coupe longitudinale, coupe transversale et détails architecturaux, projet-type de picine agréé n Elévation façade nord est, projet-type de picine agréé n°122, J. Doldourian architecte, mars 1970
  • La piscine
    La piscine "Albatros" Lucien-Lahaye de Beautor Beautor - Zone de Loisirs - Rue De la Fosse - en écart
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale les piscines en Hauts-de-France
    Historique :
    projet-type indique que le prix de la piscine est de 2 181 310 francs en janvier 1970. Considérant le D’après un dossier conservé aux archives nationales, le prototype de piscine à toiture escamotable de l’architecte Daniel Montaut, lauréat du 5ème prix au concours nationale sur le thème des piscines Beautor en 1971-1972. Le projet n’a vraisemblablement pas abouti. Il faut attendre la fin de l’opération Mille piscines et la ré-ouverture de la procédure d’agrément en 1976, pour que la ville de Beautor s’équipe d’une piscine, répondant à une volonté du maire de l’époque, Lucien Lahaye, qui a donné son nom à la piscine. Cette nécessité aurait été motivée (source orale) suite à la noyade d’un enfant de la commune. En outre, la ville de Beautor connaît une forte croissance dans les années 1960-1970. L’industrie , contre 2036 en 1954. Devant ce fort accroissement démographique et profitant de la manne financière de l’industrie et de la centrale thermique, la ville construit dans ses années un nombre important d’équipements
    Référence documentaire :
    France, 1961-1976. Mémoire de Master 2 : Histoire de l'architecture : Paris 1 : 2015. 2 vol. AN. Série F ; sous-série F44 : 19840036/145. Jeunesse et sports (1964-1974). Brochures de générale, correspondances sur les agréments; projet de D. Montaut à Beautor. p. 108-109. MINISTÈRE DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS, Mission technique de l'équipement. Équipements NALE, Élise. L’État et l'architecture. Le cas des piscines publiques construites en France (1961 -1976). In : MARANTZ, Éléonore (dir.). L'Atelier de la recherche. Annales d'histoire de l'architecture # 2015 #. Actes de la journée des jeunes chercheurs en histoire de l'architecture du 22 octobre 2015 . Paris, site de l'HiCSA, mis en ligne en juin 2016. Piscines "Albatros", couverture de la brochure de présentation sur l'agrément n°127, GERPIAM, [vers Piscines "Albatros" : diversité de programme, brochure de présentation sur l'agrément n°127
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La situation La piscine de Beautor est située au sud et à l’écart de la ville (restant toutefois à proximité de celle-ci), entre deux bras de l’Oise. Elle s’inscrit dans un environnement naturel , autour d’un étang. La piscine comprend d'ailleurs un jardin, composé de pelouses ombragées par de grands arbres. Cet espace est aménagé en zone de sports et de loisirs. Cette zone comprend, notamment : un mini -golf, un stade, des courts de tennis. Cette insertion au sein d'espaces verts réponds parfaitement aux indépendantes des circulations automobiles, plans d’eau qui doivent affirmer la présence de la nature dans le paysage urbain en évitant toute banalisation et assurant la continuité de la coulée de verdure vers les autres quartiers ou le centre principal de la ville. » (Équipements sportifs et socio-éducatifs, Le Moniteur, 1972). L’aménagement intérieur de la piscine : les différents espaces Au droit de la porte d’entrée de la piscine, vitrée, une plaque indique le nom de la piscine et sa date d’inauguration. L’usager
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Auteur :
    [conducteur de travaux, entreprise générale gros-oeuvre] Pantz Ernest
    Localisation :
    Beautor - Zone de Loisirs - Rue De la Fosse - en écart
    Titre courant :
    La piscine "Albatros" Lucien-Lahaye de Beautor
    Annexe :
    Notice justificative, dossier d'agrément du projet-type de piscine "Albatros" 1500, 2 juillet 1970 , R. & P. Lesage et J.-L. Noir architectes (AN ; 19840036/55) Buts : S’inspirant de la politique projet se sont efforcés de créer un prototype répondant au mieux aux besoins des collectivités locales . Souplesse d’adaptation : 1/ Adaptation du programme à l’importance des besoins (principe de travées différentes des volumes). 3/ Adaptation des matériaux de façade à l’environnement.L’unique mur du projet (annexes) permet une grande variété de parements et enduits pelliculaires. Gestion réduite : 1/ Frais de personnel réduit au minimum (système de casiers vestiaires, accès aisé des locaux techniques , circulations larges et sans chicane permettant une surveillance facile de tous les locaux, nettoyage aisé des locaux. 2/ Frais de chauffage peu élevés, le cubage d’air étant réduit au minimum. 3/ Frais de la charpente bois des intempéries. - Peintures réduites et sur faible hauteur, matériaux
    Texte libre :
    La piscine de Beautor (Aisne) est construite d’après un modèle de piscine type issue de la application dès 1966. Cette procédure visait à fournir aux municipalités désireuses de s’équiper d'un aux normes, de qualité et à un prix fixe. Les municipalités optant pour l’un de ces projets agréés pouvait en outre bénéficier de subventions de la part de l’État. Les projets présentés par les groupements d’architectes et de constructeurs devant la commission d’agrément devaient présenter un intérêt dans leur caractéristiques techniques (y compris les possibilités de répétition, de préfabrication) et dans le prix (coût de construction et de gestion peu élevé). Le projet-type mis en œuvre à Beautor répond parfaitement à ces générale de gros-œuvre Ernest Pantz. Le GERPIAM (Groupement pour l’Étude et la Réalisation de Projets régionales. Son objectif est de créer des équipements collectifs publics, à « la manière d’un constructeur de voiture » (d’après une brochure présentant le GERPIAM), c’est-à-dire de façon rationalisée et
    Illustration :
    Perspective axonométrique du projet-type de la piscine "Albatros", 1970 (AN ; 19840036/55 Perspective intérieure du projet-type de la piscine "Albatros", vers 1970 (AN ; 19840036/55 Elévation des façades pignons, projet-type de la piscine "Albatros". A noter que le parement des Elévation des façades, du côté du grand bassin et du côté du petit bassin, projet-type de la annexes, projet-type de la piscine "Albatros" (AN ; 19840036/55). IVR32_20170205308NUCA Plan du bâtiment d'annexes, projet-type de la piscine "Albatros" : hall d'entrée, foyer, bureau du directeur, vestiaires, sanitaires, locaux techniques (traitement des eaux et chaufferie), local de rangement de matériel, infirmerie, bureau des maîtres nageurs (AN ; 19840036/55). IVR32_20170205309NUCA Coupe transversale sur le bassin sportif et sur les annexes, projet-type de la piscine "Albatros Coupe transversale sur les deux bassins, projet-type de la piscine "Albatros" : on remarque bien
  • L'ancienne école de natation de Béthune (détruite)
    L'ancienne école de natation de Béthune (détruite) Béthune - ancien boulevard Thiers - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale les piscines en Hauts-de-France
    Historique :
    19e siècle), équipement encore rare en France, est décidée par le conseil municipal de Béthune le 18 1958, les pouvoirs publics prennent conscience de l’importance du retard de la France en matière que de 2 millions de francs. Au final, les plans de la piscine sont entièrement revus et nettement L’Ecole de natation, 1879-1972 La construction d’une école de natation (nom donné aux piscines au janvier 1878. L’idée nait de l’opportunité que représentent les terrains dégagés suite à la destruction nager dans un lieu sécurisé et aménagé, la volonté d’offrir aux Béthunois un lieu de rencontre et de délassement lors des chaudes journées d’été, améliorer les conditions d’hygiène de la population. On constate avant tout à des préoccupations de bien-être et d’hygiène sociale, bien que les conditions sanitaires des bassins de natation de plein air sont alors loin d’être irréprochables. Pour mener à bien leur , notamment l’école de natation d’Arras. Ils constatent que les parois en bois et le fond en gravier, système
    Observation :
    La documentation de la construction de la piscine olympique pourrait être complétée par des
    Référence documentaire :
    AN. Série F ; sous-série F44 : 19800382/234. Jeunesse et sports ; Service de l'équipement [Béthune (Pas-de-Calais). École de natation, vue aérienne], carte postale, CIM éditeur, [vers 1950 [Béthune (Pas-de-Calais). École de natation], carte postale, H. David éditeur, [vers 1900] (coll Ministère de la Jeunesse et des Sports, départ. du Pas-de-Calais, Ville de Béthune, piscine olympique couverte, avant-projet : coupe sur fosse à plonger et plongeoir de 10 mètres, tirage sur papier Ministère de la Jeunesse et des Sports, départ. du Pas-de-Calais, Ville de Béthune, piscine Ministère de la Jeunesse et des Sports, départ. du Pas-de-Calais, Ville de Béthune, piscine Ministère de la Jeunesse et des Sports, départ. du Pas-de-Calais, Ville de Béthune, piscine Ministère de la Jeunesse et des Sports, départ. du Pas-de-Calais, Ville de Béthune, piscine olympique couverte, avant-projet : plan du rez-de-chaussée, tirage sur papier, plan par André Evard
    Statut :
    propriété de la commune
    Titre courant :
    L'ancienne école de natation de Béthune (détruite)
    Texte libre :
    La piscine municipale de Béthune, une histoire ancienne Le premier bassin de natation, dit "Ecole de natation", est inauguré en 1879. Cette piscine de plein-air est plusieurs fois modernisée et mises ouverte que les mois d’été et ne permet donc pas l’apprentissage de la natation pendant l’année scolaire , ni l’organisation de compétitions de manière régulière. Elle est remplacée, au début des années 1970 disponibles en bordure de la Lawe.
    Illustration :
    Ancienne école de natation, vue aérienne, carte postale, vers 1950 (coll. part Ancienne école de natation de Béthune, carte postale, vers 1900 (coll. part Plan du bassin de l'Ecole de natation prééxistante (AN ; 19800382/234). IVR32_20176205035NUCA Avant-projet de piscine olympique couverte : plan de rez-de-chaussée, André Evard architecte, 1967 Avant-projet de piscine olympique couverte : plan d'étage, André Evard architecte, 1967-1968 (AN Avant-projet de piscine olympique couverte : coupes transversale et longitudinale, André Evard Avant-projet de piscine olympique couverte : plan de masse, André Evard architecte, 1967-1968 (AN
  • Le centre aquatique de Béthune
    Le centre aquatique de Béthune Béthune - avenue du Pont-des-Dames - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale les piscines en Hauts-de-France
    Historique :
    19e siècle), équipement encore rare en France, est décidée par le conseil municipal de Béthune le 18 1958, les pouvoirs publics prennent conscience de l’importance du retard de la France en matière que de 2 millions de francs. Au final, les plans de la piscine sont entièrement revus et nettement L’Ecole de natation, 1879-1972 La construction d’une école de natation (nom donné aux piscines au janvier 1878. L’idée nait de l’opportunité que représentent les terrains dégagés suite à la destruction nager dans un lieu sécurisé et aménagé, la volonté d’offrir aux Béthunois un lieu de rencontre et de délassement lors des chaudes journées d’été, améliorer les conditions d’hygiène de la population. On constate avant tout à des préoccupations de bien-être et d’hygiène sociale, bien que les conditions sanitaires des bassins de natation de plein air sont alors loin d’être irréprochables. Pour mener à bien leur , notamment l’école de natation d’Arras. Ils constatent que les parois en bois et le fond en gravier, système
    Observation :
    La documentation de la construction de la piscine olympique pourrait être complétée par des
    Référence documentaire :
    AN. Série F ; sous-série F44 : 19800382/234. Jeunesse et sports ; Service de l'équipement SARFATI Alain. Centre aquatique de Béthune : une source d’eau chaude au coeur du bassin minier. Les nouvelles de l’architecture Lumière, septembre 2008, n°0821. [Béthune (Pas-de-Calais), centre sportif et piscine], carte postale, [vers 1975] (coll. part.). [Béthune (Pas-de-Calais), centre sportif municipal], carte postale, [vers 1975] (coll. part.). Béthune (P.-de-C.). Confrérie des charitables de St Eloi. Le Jardin Public. Le Beffroi. La Piscine Ministère de la Jeunesse et des Sports, départ. du Pas-de-Calais, Ville de Béthune, piscine olympique couverte, avant-projet : coupe sur fosse à plonger et plongeoir de 10 mètres, tirage sur papier Ministère de la Jeunesse et des Sports, départ. du Pas-de-Calais, Ville de Béthune, piscine Ministère de la Jeunesse et des Sports, départ. du Pas-de-Calais, Ville de Béthune, piscine
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La piscine de Béthune est située au nord-ouest du centre-ville (à proximité de la commune d’Annezin ), dans un tissu urbain assez dense. Elle se situe à l’exact emplacement de l’ancienne piscine olympique du boulevard Roger-Salengro, devant la façade sud-ouest de la piscine, où se situe l’entrée. Le plan délimités. Le hall d’entrée ainsi que les vestiaires (cabines de déshabillages individuelles et collectives , casiers, douches et sanitaires) sont regroupés, au rez-de-chaussée, dans l’angle sud-ouest du bâtiment. Le long de la façade sud-ouest se trouvent également les bureaux du personnel et le local infirmerie, qui s’inscrit dans un plan rectangulaire correspondant à l’emprise des bassins de l’ancienne piscine. L’espace , monumental, est scandé longitudinalement par trois séries de colonnes, la deuxième séparant les deux bassins principaux. Le long des gradins, accotés au mur donnant sur les vestiaires, se déploie le bassin sportif de dimensions olympiques (50 x 20 mètres), à huit lignes de nage, de 1,9 à 2,5 mètres de profondeur. Ce bassin
    Titre courant :
    Le centre aquatique de Béthune
    Texte libre :
    La piscine municipale de Béthune, une histoire ancienne Le nouveau centre aquatique de Béthune piscines à Béthune, bien plus ancienne, qui commence avec le premier bassin de natation, inauguré en 1879 . Cette piscine de plein-air est plusieurs fois modernisée et mises aux normes, dans l’entre-deux-guerres l'année, se fait de plus en plus sentir. Le projet est confié à l'architecte André Evard, qui présente les piscine olympique, qui devait à l’origine être construite à l’emplacement de l’ancienne école de natation . La piscine est finalement construite sur un terrain disponible, en bordure de la Lawe, à proximité du complexe sportif de la ville. Au début des années 2000, un projet de réhabilitation voit le jour, afin l’architecte internationalement reconnu Alain Sarfati, qui se donne pour mission de donner une nouvelle identité au bâtiment. L’exemple de Béthune témoigne donc de l’évolution des formes, de la fonction et des textures variés et les jeux de lumière afin de créer des atmosphères uniques, métaphoriques, qui vont créer
    Illustration :
    Avant-projet de piscine olympique couverte : plan de rez-de-chaussée, André Evard architecte, 1967 Avant-projet de piscine olympique couverte : plan d'étage, André Evard architecte, 1967-1968 (AN Avant-projet de piscine olympique couverte : coupes transversale et longitudinale, André Evard Avant-projet de piscine olympique couverte : plan de masse, André Evard architecte, 1967-1968 (AN Avant-projet de piscine olympique couverte : façade arrière sud, André Evard architecte, 1967-1968 Avant-projet de piscine olympique couverte : façade latérale ouest, André Evard architecte, 1967 Vue de la façade de l'ancienne piscine olympique, côté stade; carte postale multi-vues, vers 1975 Vue intérieure de l'ancienne piscine olympique de Béthune, carte postale multi-vues, vers 1975 Centre sportif de Béthune, avec à l'arrière-plan, l'ancienne piscine, carte postale, vers 1975 La piscine olympique de Béthune, vue extérieure, vers 1975, carte postale (coll. part
  • La piscine Solaris de Saint-Omer
    La piscine Solaris de Saint-Omer Saint-Omer - 18 Rue de la Manutention - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale les piscines en Hauts-de-France
    Historique :
    de charpente métallique, pour un montant total de 4 808 311 francs. L’utilisation au cours de la La nécessité d’une piscine couverte à Saint-Omer La ville de Saint-Omer a fait construire en utilisable que pendant les mois d’été. Elle ne répond donc pas aux besoins en matière d’apprentissage de la natation, inscrite dans les programmes scolaires à raison de 12 heures par an pour le 2nd degré. D’où la nécessité de mettre à la disposition des scolaires une piscine couverte, utilisable toute l’année. Si un projet de couverture de la piscine découverte est proposé, cette option est finalement abandonnée au profit de la construction d’une piscine et d’un gymnase, installations sportives rattachées au Lycée Ribot. Pour répondre à la règle du plein emploi des équipements sportifs (c’est-à-dire suppression de la dissociation entre piscines scolaires et municipales afin de permettre la pleine exploitation des piscines également aux scolaires des autres établissements de la ville et des communes alentours, ainsi qu’aux clubs
    Référence documentaire :
    [Saint-Omer (Pas-de-Calais), piscine municipale], carte postale, éditeur Europ, [vers 1970] (coll Saint-Omer, l'intérieur de la piscine couverte, carte postale, Europ éditeur (édition de l'Europe [Saint-Omer, l'intérieur de la piscine couverte municipale], carte postale, éditeur Europ (édition de l'Europe, Pierron), [vers 1970] (coll. part.). prescriptions spéciales, adjudication de la construction, projet d'exécution (plans), 1966-1969. entreprises, devis quantitatif estimatif, devis descriptif, plans de l’entreprise André Quéret, 1969-1971. Ville de Saint-Omer, Ministère de la Jeunesse et des Sports, Lycée Alexandre Ribot, installations Ville de Saint-Omer, Ministère de la Jeunesse et des Sports, Lycée Alexandre Ribot, installations Ville de Saint-Omer, Ministère de la Jeunesse et des Sports, Lycée Alexandre Ribot, installations Ville de Saint-Omer, Ministère de la Jeunesse et des Sports, Lycée Alexandre Ribot, installations
    Statut :
    propriété de la commune (?) Suite à la fermeture de la piscine Solaris en février 2015, le rachat de la piscine par la région a été évoqué lors du conseil municipal de Saint-Omer, le 10 juin 2015.
    Description :
    La situation La piscine Solaris, ainsi que la salle de sport qui la complète, est située dans un centre urbain dense, dans le cœur historique de la ville de Saint-Omer. Cette situation, exceptionnelle -Ribot, l’un des plus anciens de la ville. Elle est située dans l’intersection des rues de la Manutention et de la Commune de Paris (ancienne rue Thiers). Le plan / la circulation / les équipements Le bâtiment, de plan rectangulaire, est légèrement surélevé par rapport au niveau de la rue (de 0,65 mètres ). La piscine, ainsi que les locaux annexes, sont situés en rez-de-chaussée bas, tandis que les vestiaires de la salle de sport se trouve au rez-de-chaussée haut, et le gymnase à l’étage. Un parking est aménagé devant la piscine. L’entrée se fait par la rue de la Manutention (façade est), où un perron de trois marches conduit au hall d’entrée, au centre duquel se trouve un pavillon rectangulaire, servant de vestiaires hommes / vestiaires femmes (composées de cabines à change rapide individuelles), organisés autour
    Localisation :
    Saint-Omer - 18 Rue de la Manutention - en ville
    Titre courant :
    La piscine Solaris de Saint-Omer
    Texte libre :
    La piscine municipale Solaris de Saint-Omer est à l’origine une piscine à destination des scolaires peut citer la piscine universitaire José-Savoye (1966) de Lille (Nord), la piscine du collège de Marquion (1958, Pas-de-Calais), celle du Lycée Paul-Langevin à Beauvais (1968, Oise), et enfin dans la Somme, la piscine du groupe scolaire de la Providence à Amiens (1960) et celle de la cité scolaire d’Abbeville. Si ces piscines sont parfois utilisées seulement par les élèves, celle de Saint-Omer est ouverte aux clubs et au public, respectant ainsi la règle de plein emploi des installations sportives imposée par le gouvernement en 1962. La piscine Solaris complète un bassin de natation découvert construit en 1966 le long des remparts Vauban, dont les dimensions olympiques permettent l’organisation de compétitions en été. Située au cœur de la ville, elle se distingue du bâti urbain environnant par son architecture à portiques métalliques, imposante et moderne, caractéristique de l’esthétique des bâtiments
    Illustration :
    Plan de situation, Maurice Ego architecte, 1968 (AC Saint-Omer ; 3W40). IVR32_20176205070NUCA Plan d'implantation et de réseaux divers, Maurice Ego architecte, 1968 (AC Saint-Omer ; 3W40 Plan du sous-sol : détail des locaux techniques de la piscine, Maurice Ego architecte, 1968 (AC Plan du rez-de-chaussée bas (niveau piscine) : détail du hall d'accueil et des vestiaires, Maurice Plan du rez-de-chaussée bas : détail des sanitaires, douches, local du moniteur, infirmerie et Plan du rez-de-chaussée bas (niveau piscine) : bassin sportif, Maurice Ego architecte, 1968 (AC Détail du système de goulotte (niveau plage et niveau plots de départ), Maurice Ego architecte Elévation façade est (côté rue de la Manutention), façade d'entrée de la piscine, Maurice Ego Détail de l'élévation de la façade nord, Maurice Ego architecte, 1968 (AC Saint-Omer ; 3W40 Perspective de l'ossature poteaux-poutres métallique, plan par la Société Commerciale d’Études