Logo ={0} - Retour à l'accueil

Plaine M

Dossier IA80005034 réalisé en 2006

Œuvres contenues

Appellationsplaine M
Dénominationsquartier
Aire d'étude et cantonGrand Amiénois
AdresseCommune : Amiens
Adresse : rue, Saint-Maurice , Cimetière de la Madeleine
Cadastre : 1813 F 187 à 188bis ; 2003 IZ 37, 39

La plaine M s'inscrit dans la première extension du cimetière, projetée en 1827 et réalisée en 1828.

Le registre communal indique que les concessions adossées au mur ouest sont acquises entre 1831 et 1927, 12 ont été agrandies.

Le plan du cimetière, postérieur à la première extension (fig. 1), montre que toutes les concessions sont jointives.

Plusieurs sépultures sont décrites par Stéphane Come (1847) : Violette-Carpentier, Benoît, Rigollot, Petit, Larozière, Bon-Herbet, Beaucousin, Dubas, Morgan de Béthune, Daveluy-Bellencourt et Binard, Anquetin, de Calonne.

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle

La plaine M, de forme triangulaire, se situe à l'ouest de la première extension du cimetière, encadrée par les plaines L (à l'ouest) et N (à l'est). Elle s’étend sur un plateau, desservie par une allée principale qui la sépare des plaines L et N. L'allée principale est bordée d'arbres de tiges et de bosquets, disposés à l'est et à l'ouest.

Les concessions, qui y sont actuellement implantées, sont regroupées en bordure de la plaine. Elles présentent une disposition régulière. La partie est de la plaine est occupée par l'ancien enclos funéraire de militaires (ancien carré des soldats prussiens protestants).

Dans le cadre du recensement des concessions, 69 tombeaux antérieurs à 1950 ont fait l'objet d'un dossier individuel illustré.

Parmi les concessions recensées on signalera la faible quantité d'enclos funéraires (11/89), qui représente un peu plus de 12% des concessions subsistantes.

21 tombeaux sont signés ou attribués aux entrepreneurs et marbriers : A. Sallé (M74, M79, M114, M151), H. Lamolet (M57), Lamolet-Tattegrain (M50, M130), Coënen (M177-178), Carette (M110), Dutry (M155, M164), Geevers (M149), Dermonne et Moriamé (M153), Lesot (M148, M152), Lesot-Heleu (M188b), M. Sueur (M76, M131), Mercier (M159) et aux sculpteurs Molliens (M1/49), Malot (M159) et Albert Roze (A133).

Protectionsinscrit MH partiellement, 1986/06/25
Précisions sur la protection

Plaine M : les concessions M 1 à M 48 et M 116 à M 178, ainsi que les concessions bordant les murs : concessions M 49 à M 115.

Annexes

  • Plaine M. Monuments repérés.

    - Enclos funéraire de la famille Philippeaux-Baril (M22)

    Concession acquise en avril 1855, par Adélaïde Baril veuve Philippeaux, domiciliée à Amiens, 14 rue du Bloc.

    - Tombeau Lefèvre (M 49)

    Concession acquise en août 1867, par monsieur Lefèvre Adolphe, domicilié à Amiens, 11 Grande-Rue-Saint-Maurice.

    Cette concession, qui a perdu sa clôture, contient les vestiges de deux tombeaux, une stèle (base) et une colonne funéraire (socle), signés Lesot, sans doute réalisés entre 1845 (date d´acquisition de la concession) et 1888, date du décès le plus ancien reporté sur la base.

    -Tombeau (stèle funéraire) de la famille Delaux-Choquet (M52)

    Concession acquise en juillet 1868, par Nicolas Delaux-Choquet, domicilié à Amiens, 86 rue Saint-Leu.

    Cette concession, dont le sol est revêtu d'un pavement en calcaire, contient une stèle épaulée, abritée sous une sorte de niche ou corniche. Elle est signée Sallé et daterait du 3e quart 19e siècle. Le monument est précédé de chaque côté, par deux jardinières à plantes.

    - Enclos funéraire De Calonne D'Avesnes-De Morgan de Maricourt (M 53)

    Concession acquise en juillet 1830, par Charles, François De Calonne, domicilié à Amiens, rue des Sergeants. Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que des travaux ont été réalisés en 1905, par l'entrepreneur E. Sallé. La sépulture de madame de Calonne est décrite par S. Comte (1847), qui signale la présence d'une "pierre sépulcrale couchée" (cf. annexe).

    Cet enclos, délimité par une clôture en fer forgé, contient six petites stèles-épitaphes d´applique, disposées en deux colonnes. Elles peuvent avoir été fixées vers 1905, date à laquelle l´entrepreneur E. Sallé a effectué des travaux dans la concession. La dalle funéraire, réalisée en 1830 pour la femme du concessionnaire, Charles François de Calonne (1758-1850), ancien directeur des Postes, et décrite par S. Comte (1847) a disparu.

    - Tombeau Sainneville-Carrette (M 60)

    Concession acquise en mai 1844, par madame Carrette Marie, Anne, veuve Sainneville, domiciliée à Amiens, rue des Tripes.

    Seuls subsistent, dans cette concession, délimitée par une clôture en fer forgé à portillon antérieur central, les vestiges d'une stèle, qui peut avoir été réalisée entre 1842 et 1858, dates des première et dernière inhumations.

    - Tombeau de la famille Lefebvre-Vasseur (M67)

    Concession acquise en décembre 1847, par monsieur Lefebvre-Vasseur Louis, Alexandre, domicilié à Amiens, 50 rue du Four-des-Champs.

    Cette concession, dont le sol est couvert de dalles en pierre de Tournai, contient un tombeau à stèle et tombale agrémenté d´une jardinière à plantes, sans doute réalisé vers 1933 (date de décès de l'un des destinataires) et remplaçant un ou plusieurs tombeaux élevés depuis 1840 (date de la première inhumation).

    - Tombeau (stèle funéraire) de la famille Poulain (M 68)

    Concession acquise en février 1849, par Jean, Joseph Poulain, domicilié à Amiens, Petit Saint-Roch et par Simon, Adolphe Poulain, domicilié à Amiens, 18 rue Pierre-l'Hermite.

    Cette concession, délimitée par une clôture en fer forgé à porte-couronnes mortuaires, contient une stèle cintrée, déposée, dont la base semble subsister dans l´enclos. D´après les épitaphes, elle aurait été érigée entre 1881 et 1905, ce qui semble une date très tardive pour ce genre de tombeau.

    - Tombeau Lacour-Tellier (M 70)

    Concession acquise en juillet 1849, par madame Tellier Julie, veuve Lacour, domiciliée à Amiens, 151 Grand-Faubourg de Noyon.

    Cette concession, délimitée par une clôture en fer forgé, contient les vestiges d'une stèle cintrée, déposée et illisible, qui peut avoir été réalisée entre 1834 et 1891, dates de la première et de la dernière inhumations.

    -Enclos funéraire Delouard-Vasseur (M 72) ILLUSTRATION

    Concession acquise en mai 1850, par Jean-Baptiste, Pierre, Joseph Delouard-Vasseur, domicilié à Amiens.

    Cette concession, qui a perdu sa clôture, contient deux croix funéraires, en fer forgé, sans socle, dont on peut dater la fabrication de la 2e moitié du 19e siècle

    -Tombeau Boinet-Duminy (M 73)

    Concession acquise en décembre 1849, par madame Duminy Joséphine, veuve de Boinet Jacques, domiciliée à Amiens, 27 rue Gresset.

    La clôture en fer forgé est le seul vestige subsistant dans cette concession acquise en 1849.

    -Tombeau de la famille Boucher (M 81)

    Concession acquise en février 1847, par madame Boucher Félicité, veuve Gérard, domiciliée à Amiens, 8 rue du Loup.

    Cette concession, qui conserve sa clôture, contient les vestiges d'une stèle cintrée, dont il ne subsiste que la partie supérieure. Ce tombeau peut avoir été réalisé au milieu du 19e siècle.

    - Enclos funéraire de la famille Balédent (M 82)

    Concession acquise en novembre 1847, par Louise Carette, veuve Balédent, domiciliée à Saleux (80) et Timothée Bacquet-Balédent, domicilié à Amiens, 33 rue des Poirées.

    La base de la stèle centrale (vestiges) porte la signature de l'entrepreneur Leroy-Digeon.

    Cette concession, qui conserve sa clôture, contient trois monuments, disposés de façon symétrique contre le mur du fond. Au centre, subsiste la base d'une stèle, signée Leroy-Digeon, à gauche une stèle néogothique, sans doute réalisée vers 1856 (date d´inhumation) et à droite une petite stèle en chapeau de gendarme probablement élevée en 1857 (date des deux décès).

    - Tombeau Cavilier et Vasseur (M 87)

    Concession acquise acquise en avril 1850, par madame Allexandre Félicité, veuve Cavilier, domiciliée à Amiens, 39 boulevard Saint-Charles et par monsieur Vasseur Louis, Mathieu, domicilié à Amiens, 7 rue Caumartin.

    Il ne subsiste, dans cette concession, qui conserve sa clôture en fer forgé, que les vestiges d'une stèle, en calcaire, inaccessible à cause de la végétation, sans doute réalisée dans la 2e moitié du 19e siècle.

    -Enclos funéraire de la famille Dubrulle-Gratien et Letellier-Dubrulle (M89) ILLUSTRATION

    concession acquise en février 1850, par Jean-Jacques Dassier-Letellier et Désiré Dubrulle-Gratien , domiciliés à Amiens, 12 rue des Trois-Cailloux.

    Cette concession contient une stèle à croix, signée Lesot et une stèle épaulée, plus ancienne, sans doute réalisée au milieu du 19e siècle

    - Tombeau Benoit-Delettre (M 90)

    Concession acquise en janvier 1850, par madame veuve Benoit-Delettre Marie, Louise, Clarisse, domiciliée à Amiens, 11 rue des Lirots.

    Le mur de clôture s'est écroulé, emportant avec lui toutes traces de monuments conservés dans cette concession, acquise en 1850, et qui n´est plus vraiment délimitée.

    - Tombeau Finet (M 91)

    Concession acquise en juillet 1849, par monsieur Finet Victor, domicilié à Amiens, 8 rue du Bastion (faubourg de Noyon).

    Cette concession contient les vestiges déposés d'une stèle à entablement et fronton difficilement datable, tant elle est recouverte par la végétation et les éboulis du mur. Celle-ci peut avoir été érigée vers 1833, date de l´unique inhumation.

    - Tombeau Maillot-Damagnez (M 97)

    Concession acquise en octobre 1847, par monsieur Maillot-Damagnez Arsène, Natalis, domicilié à Amiens, 5 rue des Chaudronniers.

    Cette concession contient une stèle épaulée (?), à fronton cintré, illisible, subsistant à l'état de vestiges, sans doute réalisée dans le 3e quart du 19e siècle.

    -Enclos funéraire des familles Bailly-Lucas et Bouly-Bailly (M 99)

    Concession fut acquise en juillet 1849, par Joseph, Gabriel Bailly, domicilié à Amiens, 2 rue Basse-Notre-Dame et Félicité et Eugénie Bailly, domiciliées à Amiens, 69 rue de Noyon.

    Cette concession, qui conserve sa clôture en fer forgé, contient une grande colonne brisée, élevée vers 1882, date de la première inhumation mentionnée. A gauche, contre le mur, se trouve une stèle-épitaphe déposée, réalisée vers 1892 ou 1903, dates des décès.

    - Tombeau Pattoux (M 101)

    Concession acquise en août 1849, par monsieur Pattoux Louis, Amable, Joseph, domicilié à Amiens, 75 rue du Hocquet.

    Cette concession conserve les vestiges d'une stèle, en calcaire, que l´on pourrait dater de la 2e moitié du 19e siècle.

    - Tombeau Donné (M 111)

    Concession acquise en février 1869, par madame Donné Laure, domiciliée à Amiens, 19 rue Leroux.

    Cette concession, rehaussée en fonction de l'inclinaison du terrain, conserve sa clôture en fer forgé et contient les vestiges d'une stèle, en calcaire, illisible, qui peut avoir été réalisée entre 1849 et1886, dates des première et dernière inhumations.

    - Tombeau Delouey-Méel (M 113) ILLUSTRATION

    Concession acquise acquise en décembre 1872, par madame Méel Marie, Adèle, veuve Delouez, sans profession, domiciliée à Amiens, 44 rue Caumartin.

    Cette concession, rehaussée en fonction de l'inclinaison du terrain, contient une stèle trapézoïdale illisible, subsistant à l'état de vestiges, qui peut avoir été réalisée entre 1864 (date de l´unique décès) et 1872 (date d´acquisition de la concession).

    - Tombeau Debret (M 140)

    Concession acquise en avril 1885, par monsieur Debret Marcelin Albert, domicilié à Amiens, 40 rue Martin Bleu Dieu.

    Cette concession de type couloir conserve sa clôture et contient les vestiges d'une stèle en pierre de Tournai, probablement élevée vers 1885 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation).

    -Tombeau Véchard-Warin (M 176) ILLUSTRATION

    Concession acquise en septembre 1866, par Zoé Warin veuve Véchard, domiciliée à Amiens, 34 rue des Orfèvres , et agrandie en avril 1893 par l'acquéreuse, domiciliée à Amiens, 66 rue du faubourg de la Hotoie.

    Cette concession, acquise en 1866 et agrandie en 1893, conserve sa grille en fonte ouvragée et contient une stèle à croix monumentale en pierre de Tournai, probablement élevée entre 1861 (date de la première inhumation) et 1893 (date d’agrandissement de la concession)

  • Plaine M. Tombeaux détruits décrits par Stéphane Comte

    "A la suite, on remarque, appliquée contre le mur, une pierre sur laquelle on lit l'indication de la sépulture de Mme Angélique DE CALONNE, née DE MORGAN [M 53].

    Une pierre sépulcrale, couchée et enceinte d'une grille en fer, recouvre la dépouille mortelle de cette dame, décédée le 16 avril 1830, à l'âge de 77 ans ; elle était l'épouse de M. DE CALONNE, Charles François, chevalier de Saint-Louis, ancien directeur des postes, à Amiens."

    Stéphane C[omte], 1847, p. 192-193.

    "La 5e sépulture en suivant est tout à fait pittoresque ; des plantations de buis en carrés et en coeur, des arbustes et des fleurs ornent le terrain de cette tombe qui nous paraît être souvent visitée par la famille ANQUETIN [M56], qui en est concessionnaire, et à laquelle, sans doute, elle rappelle un souvenir cher à chacun de ses membres. De l'autre côté du mur s'élancent des branches de lierre qui retombent sur la modeste pierre, sans ornements, adossée contre le mur, sur laquelle on lit l'épitaphe suivante :

    "Une bonne mère ! / Marie Rose Julie POIRE, / épouse, le 4 juin 1816, / de M. ANQUETIN, pharmacien, / née à Amiens, le 13 octobre 1786 / et décédée le 4 juin 1834."

    Et au-dessous, ces vers :

    "Avec regret elle quitta la vie : / Un époux, trois enfants, de ses douloureux jours, / Charmaient, faisaient l'existence chérie. / Au lit de mort, d'une voix affaiblit, / Elle leur dit : Adieu, chers amis, pour toujours ! / Elle n'est plus, hélas ! mais aucun d'eux n'oublie / Ces mots : Adieu, chers amis, pour toujours ! "

    Si ces vers ne sont pas d'un poète exercé, au moins sont ils l'expression touchante d'un sentiment respectable."

    Extrait de Stéphane C[omte], 1847, p. 190-191.

    "Le premier monument digne de remarque, après notre dernière station, est celui de la famille BINARD [M80], dont le chef est apprêteur en cette ville. Ce monument est de forme moderne et en pierre de Senlis ; le fût est divisé par six tables en relief, destinées aux inscriptions funèbres, et il est surmonté d'un chapiteau formé par deux consoles en volutes ornées de rameaux et de couronnes d'immortelles, ainsi que de deux palmettes à chacune des extrémités ; enfin il est terminé par une croix en pierre. Sur la table supérieure de droite est gravée cette inscription :

    "Jules / BINARD, / décédé le 27 mars 1846, / âgé de 21 ans."

    [...] Le monument a été construit par M. Lefebvre fils ; son exécution est fort remarquable et mérite des éloges."

    Extrait de Stéphane C[omte], 1847, p. 187-188.

    "Les sépultures VIOLETTE-CARPENTIER et BENOIT[M93], situées à une faible distance l'une de l'autre, sont de formes modernes et à peu près identiques : fronton, dans le tympan desquels sont gravés les noms de chacune des familles ; plates-bandes gracieuses formées par des plantations de buis et ornées de fleurs ; telle en est la description. M. VIOLETTE, Firmin Augustin, ancien négociant, décédé le 15 janvier 1842 âgé de 61 ans, et Louis Alexandre BENOIT, imprimeur sur étoffe, décédé le 12 avril 1838, âgé de 61 ans, reposent chacun dans la sépulture affectée à sa famille."

    Extrait de Stéphane C[omte], 1847, p. 183-184.

Références documentaires

Documents figurés
  • Plan général du cimetière de la Madeleine, feuille 10, s. d. (AC Amiens).

    AC Amiens
(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Ville d'Amiens - Vincent Caroline - Barbedor Isabelle
Barbedor Isabelle

Chercheur du service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Picardie, puis des Hauts-de-France, depuis 2002.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.