Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 950 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Monument aux morts de Ribeaucourt
    Monument aux morts de Ribeaucourt Ribeaucourt - rue de l' Église - en village - Cadastre : 1984 B non cadastré Domaine public.
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    patrimoine mémoriel monuments aux morts de la Somme inventaire topographique Val-de-Nièvre
    Historique :
    Le monument, érigé en 1923 pour la somme de 4 000 francs, porte sur le socle la signature, en partie effacée, des entrepreneurs amiénois Grujon et Galland.
    Référence documentaire :
    Ribeaucourt (Somme). Le monument aux morts et l'école, carte postale, Damervalle photographe
    Dénominations :
    monument aux morts
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    Érigé sur un socle, le monument se présente sous la forme classique d'un obélisque de calcaire. Des plaque de marbre noir portent les inscriptions gravées en lettres dorées.
    Auteur :
    [entrepreneur] Grujon entreprise de monuments funèbres
    Localisation :
    Ribeaucourt - rue de l' Église - en village - Cadastre : 1984 B non cadastré Domaine public.
    Titre courant :
    Monument aux morts de Ribeaucourt
    Appellations :
    de la guerre de 1914-1918
    Illustration :
    Monument aux morts devant l'ancienne école, années 1930 (coll. part.). IVR22_20118000158NUCA Vue de trois-quarts. IVR22_20108000101XA Vue de face. IVR22_20118000568NUCA
  • Monument aux morts de Poix-de-Picardie
    Monument aux morts de Poix-de-Picardie Poix-de-Picardie - place du 11-Novembre - en ville - Cadastre : parcelle non cadastrée
    Historique :
    monument en pierre de Saint-Maximin coûtant 10 000 francs. Le conseil municipal vota une subvention de 3000 francs le 30 octobre 1920, complétant les 7000 francs de la souscription. Le monument fut élevé par . Le relief sculpté ornant le monument est une œuvre de Valentin Molliens, son coût fut de 2000 francs. En janvier 1920, le conseil municipal désigna un comité pour élever un monument aux morts. Après un l'entrepreneur amiénois Grujon. En cours d'exécution en septembre, il fut remis à la commune le 2 novembre 1920
    Cadre de l'étude :
    patrimoine mémoriel monuments aux morts de la Somme
    Référence documentaire :
    99 R 334 035. Projets de monuments aux morts de la guerre de 1914-1918. AD Somme. Série R ; 99 R 334 035. Projets de monuments aux morts de la guerre de 1914-1918.
    Canton :
    Poix-de-Picardie
    Dénominations :
    monument aux morts
    Murs :
    pierre de taille
    Statut :
    propriété de la commune
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Observation :
    Le monument aux morts de Poix-de-Picardie est l´un des 32 monuments inaugurés en 1920.
    Représentations :
    Casque posé sur du laurier au sommet du monument. Guirlande de laurier sur les faces du monument.
    Auteur :
    [entrepreneur] Grujon entreprise de monuments funèbres
    Description :
    Le monument aux morts de Poix-de-Picardie se situe sur une place publique. La clôture qui isole le monument de l´espace public est formée de grilles. Le monument en calcaire présente la forme d´un obélisque , supporté par une base et un emmarchement. Les noms des morts de la Première Guerre mondiale sont gravés sur les faces latérales de l´obélisque ; ceux des victimes de la Seconde Guerre mondiale (militaires , déportés, civils) sont gravés sur la face postérieure. Une plaque est placée devant le monument. Un bas -relief Inscriptions : LA VILLE DE POIX / A SES ENFANTS / MORTS POUR LA PATRIE. Inscription (face latérale de la base) : 1870-1871 / [...].
    Localisation :
    Poix-de-Picardie - place du 11-Novembre - en ville - Cadastre : parcelle non cadastrée
    Titre courant :
    Monument aux morts de Poix-de-Picardie
    Appellations :
    de la guerre de 1870-1871 de la guerre de 1914-1918 de la guerre de 1939-1945
  • Monument aux morts d'Arry
    Monument aux morts d'Arry Arry - place de l' Eglise - en village - Cadastre : parcelle non cadastrée
    Copyrights :
    (c) Ministère de la culture (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    patrimoine mémoriel monuments aux morts de la Somme
    Historique :
    Le monument fut élevé par l'entreprise amiénoise Grujon et Galland en 1921.
    Observation :
    monuments aux morts étudiés d'Abbeville (1923) et de Marcelcave. Il s'inscrit dans l'ensemble des Le monument aux morts d'Arry est l'oeuvre du sculpteur Louis Leclabart, qui réalise également les
    Référence documentaire :
    5 mai 1921. Le Progrès de la Somme.
    Dénominations :
    monument aux morts
    Représentations :
    Applique en bronze au revers du monument.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Le monument aux morts d´Arry se situe sur le parvis de l´église paroissiale. La clôture qui isole le monument de l´espace public est formée de piles en forme d´obus reliées par des chaînes. Le monument présente la forme d´un haut-relief en calcaire (étudiée) placée sur une base. Inscription (sur la
    Auteur :
    [entrepreneur] Grujon entreprise de monuments funèbres
    Localisation :
    Arry - place de l' Eglise - en village - Cadastre : parcelle non cadastrée
    Titre courant :
    Monument aux morts d'Arry
    Appellations :
    de la guerre de 1914-1918 de la guerre de 1939-1945 de la Guerre de 1954
    Illustration :
    Vue de trois-quarts. IVR22_19968000108Z
  • Monument aux morts d'Airaines
    Monument aux morts d'Airaines Airaines - rue Aristide-Briand - en village - Cadastre : parcelle non cadastrée
    Copyrights :
    (c) Ministère de la culture (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    patrimoine mémoriel monuments aux morts de la Somme
    Historique :
    en 1922 par les entrepreneurs Grujon et Galland d'Amiens, sur les plans de l'architecte amiénois Le conseil municipal décida d'ériger le monument aux morts le 20 juin 1919. Le monument fut élevé Lemaire, pour un coût de 15 371 francs. Un dessin du projet est conservé aux archives départementales de lieu le 28 mai 1922. La grille en fonte entourant le monument porte la signature d'un artisan
    Observation :
    en 1922 par les entrepreneurs Grujon et Galland d'Amiens, sur les plans de l'architecte amiénois E Le monument aux morts d´Airaines est l´un des 53 monuments inaugurés en 1922. Le monument fut élevé des représentations de Poilus mourant au combat, comme en a également produit Jules Déchin.
    Référence documentaire :
    Monument aux morts. Airaines. Dessin à l'encre, avec photographie de l'ébauche par Albert Roze, par 99 R 334 021. Projets de monuments aux morts de la guerre de 1914-1918. AD Somme. Série R ; 99 R 334 021. Projets de monuments aux morts de la guerre de 1914-1918.
    Dénominations :
    monument aux morts
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    surmontées d´une urne en fonte. L´aménagement végétal du square est composé de pelouses. Le monument en des défunts sont inscrits sur les côtés du monument, de part et d´autre de la représentation figurée Le monument aux morts d´Airaines est élevé dans un square fermé par une haie végétale et une calcaire présente la forme d´une stèle architecturée monumentale, flanquée de colonnes cannelées. Les noms en bas-relief (étudiée). Deux stèles ont été placées près du monument d'origine pour commémorer la
    Auteur :
    [entrepreneur] Grujon entreprise de monuments funèbres
    Titre courant :
    Monument aux morts d'Airaines
    Appellations :
    de la guerre de 1914-1918
    Illustration :
    Projet de l'architecte Lemaire, avec une photographie de l'ébauche exécutée par Albert Roze, 1920 Vue de la stèle monumentale. IVR22_19948000532ZA Pile droite de la grille d'accès avec urne en fonte. IVR22_19968000122Z
  • Bâtiment administratif d'entreprise de la Compagnie Nouvelle des Sucreries Réunies (C.N.S.R.), puis de la Générale Sucrière, puis de Saint-Louis Sucre
    Bâtiment administratif d'entreprise de la Compagnie Nouvelle des Sucreries Réunies (C.N.S.R.), puis de la Générale Sucrière, puis de Saint-Louis Sucre Eppeville - 90 rue du Maréchal-Leclerc - en village - Cadastre : 2015 A 40
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    Le bâtiment administratif de la sucrerie de la Compagnie Nouvelle des sucreries Réunies est construit en même temps que les bâtiments de production du site industriel dont il dépend. Il est réalisé par l'architecte Georges Lisch qui dessine l'ensemble des édifices de la Compagnie à Eppeville. Les travaux, exécutés par la société Gobertange, sont achevés en 1921. La dimension de l'édifice est à l'époque à la mesure de l'ambition de la C.N.S.R., dirigée par Edmé Sommier et Emile Tabary. Détruits partiellement au cours de la seconde guerre mondiale, ils sont entièrement reconstruits sur le même emplacement ouvertures, distingue la nouvelle construction de l'ancienne. Dans les années 1960, il est complété d'un second espace de bureaux qui le flanque sur son pignon ouest.
    Hydrographies :
    canal de la Somme
    Référence documentaire :
    AD Somme. Série R ; 10 R 73. Eppeville. Compagnie Nouvelle des Sucreries Réunies. Dommages de Plan masse général de l'usine et de ses dépendances, 1/2500e, tirage, Georges Lisch (architecte), 7 Projet de construction de bureaux pour la sucrerie, dessin au crayon, aquarelle et lavis, Georges [Les bureaux de la sucrerie], tirage photographique noir et blanc, 1921 (AD Somme ; 49 Fi 26). [Vue aérienne de la sucrerie et des bureaux], carte postale, Cim éditeur, vers 1970 (coll. part.). p. 88-90 BOWIE, Karen. Georges Lisch. Les villages de Béthancourt et d'Eppeville en Picardie . Monuments Historiques, septembre-octobre 1993, n° 189. p. 54-57. CERCLE CARTOPHILE DE HAM ET SA REGION. L'industrie dans l'agglomération hamoise... hier  : la Compagnie Nouvelle des Sucreries Réunies à Eppeville (Somme) 1919-1934. Amiens : Université de Picardie Jules Verne, 2002. 2 vol. Mém. de maîtrise : Histoire de l'Art : Amiens : 2002.
    Dénominations :
    bâtiment administratif d'entreprise
    Description :
    Le grand bâtiment occupe la partie est de l'espace industriel, entre les ateliers principaux de la sucrerie et la cour de réception des betteraves. Il est implanté en bordure de la rue et présente un plan rectangulaire de dix travées. Il présente une élévation ordonnancée marquée par un avant-corps central de trois briques orangées, est à un étage carré et un étage de comble, couvert d'un toit en ardoise, à longs pans et demi-croupe en pignon et avant-corps, traité en pignon de façade. Sur la dernière travée à l'ouest , un petit pavillon en rez-de-chaussée forme terrasse et balcon à l'ouverture situé au premier étage.
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Bâtiment administratif d'entreprise de la Compagnie Nouvelle des Sucreries Réunies (C.N.S.R.), puis de la Générale Sucrière, puis de Saint-Louis Sucre
    Appellations :
    de la Compagnie Nouvelle des Sucreries Réunies (C.N.S.R.)
    Illustration :
    Projet de construction de bureaux pour la sucrerie, Georges Lisch, 1920 (AD Somme ; 49 Fi 5 Extrait du plan masse général de l'usine [avec indication des bureaux en rouge], Georges Lisch, 7 Les bureaux de la sucrerie, 1921 (AD Somme ; 49 Fi 26). IVR22_20158006172NUCA Vue aérienne de la sucrerie et des bureaux, carte postale, vers 1970 (coll. part Vue d'ensemble de la façade sur rue des bureaux de la sucrerie. IVR22_20068000128XA Les bureaux, façade sur rue, vue de face. IVR22_20158006185NUCA
  • Tombeau (stèle funéraire) de la famille Lebrun
    Tombeau (stèle funéraire) de la famille Lebrun Amiens - 170 plaine D Vieux cimetière de Saint-Acheul - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    en 1907 par l'entrepreneur E. Grujon. Le tombeau porte les signatures de l'architecte Raquet et de Les archives conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que le monument est posé l'entrepreneur amiénois Grujon.
    Observation :
    Ce tombeau, élevé en 1907 par l'entrepreneur Grujon, sur les plans de l'architecte amiénois Louis Raquet, constitue un des rares exemples de style Art Nouveau identifié autour d'Amiens. L'architecte est Oisemont (Somme), pour la famille Bouly-Chamblan, enfin des plans de reconstruction l'église de Bettencourt
    Référence documentaire :
    BM Amiens. Série M ; 2 M 18/10. Autorisations de constructions de caveaux et de monuments (1907
    Description :
    LEBRUN / 1840-1907 / Marie Léontine MIOUM / 1856-1940. Signature : Raquet architecte / Grujon à Amiens . Décor : La stèle, de style Art Nouveau, est ornée d'acanthe et d'une amphore.
    Auteur :
    [entrepreneur] Grujon entreprise de monuments funèbres
    Localisation :
    Amiens - 170 plaine D Vieux cimetière de Saint-Acheul - en ville
    Titre courant :
    Tombeau (stèle funéraire) de la famille Lebrun
    Illustration :
    Signature de l'entrepreneur Grujon. IVR32_20178005169NUCA Vue de détail sur la stèle. IVR22_20058000308NUCA Vue de la stèle. IVR32_20178005170NUCA Vue de la partie supérieure de la stèle. IVR32_20178005171NUCA Signature de l'architecte Louis Raquet. IVR32_20178005168NUCA
  • Tombeau (sarcophage) de la famille Léger-Lemaire
    Tombeau (sarcophage) de la famille Léger-Lemaire Amiens - 166 plaine D Vieux cimetière de Saint-Acheul - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    Le tombeau porte les signatures de l'architecte Bouffet et de l'entrepreneur amiénois Grujon.
    Observation :
    Grujon. Il pourrait avoir été réalisé vers 1907, date du décès de Julien Léger (1840-1907), officier du pour le garage Citroën Corroyer (détruit), en 1930. L'entrepreneur Grujon réalise le tombeau voisin de Ce tombeau porte les signatures de l'architecte Georges Bouffet et de l'entrepreneur amiénois connu pour ses projets réalisés après la Première Guerre mondiale (Boves, Amiens, canton de Conty) et la famille Lebrun, également vers 1907. Le tombeau est à rapprocher de celui de la famille Collombier
    Description :
    / officier du mérite agricole / décédé le 17 Xbre 1907 / à l'âge de 67 ans. Date des décès : 1907 / 1930 / 1937. Signature : BOUFFET architecte / GRUJON ent. à Amiens.
    Auteur :
    [entrepreneur] Grujon entreprise de monuments funèbres
    Typologies :
    tombeau en forme de sarcophage (catafalque)
    Localisation :
    Amiens - 166 plaine D Vieux cimetière de Saint-Acheul - en ville
    Titre courant :
    Tombeau (sarcophage) de la famille Léger-Lemaire
    Illustration :
    Vue de la partie supérieure du tombeau. IVR32_20178005156NUCA Vue de détail sur la signature de l'architecte. IVR32_20168006454NUCA Vue de détail sur la signature de l'entrepreneur. IVR32_20168006455NUCA
  • Tombeau de la famille de l'entrepreneur de monuments funèbres Gadré-Tattegrain
    Tombeau de la famille de l'entrepreneur de monuments funèbres Gadré-Tattegrain Amiens - Montières - 305 plaine A Cimetière de Montières rue de Grâce - isolé
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    , entrepreneur de monuments funèbres.
    Observation :
    vraisemblablement de l'entreprise Gadré-Tattegrain. Ce tombeau en granite a été érigé en 1946, date du décès de Jeanne Tattegrain. Il provient
    Auteur :
    [entrepreneur, auteur commanditaire] Gadré marbrerie et entreprise de monuments funèbres
    Typologies :
    composite : stèle funéraire et tombale en forme de sarcophage
    Localisation :
    Amiens - Montières - 305 plaine A Cimetière de Montières rue de Grâce - isolé
    Titre courant :
    Tombeau de la famille de l'entrepreneur de monuments funèbres Gadré-Tattegrain
  • Enclos funéraire de la famille de l'entrepreneur de monuments funèbres François Hippolyte Lamolet [Lamolet-Damerval]
    Enclos funéraire de la famille de l'entrepreneur de monuments funèbres François Hippolyte Lamolet [Lamolet-Damerval] Amiens - rue Saint-Maurice 110 plaine S Cimetière de la Madeleine - en ville - Cadastre : non cadastré
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    patrimoine funéraire le cimetière de la Madeleine
    Observation :
    architecturée en calcaire, provenant probablement des ateliers du concessionnaire et entrepreneur de monuments funèbres François Hippolythe Lamolet. Elle a sans doute été réalisée vers 1873, date d'acquisition de la concession et du décès de François Hippolyte Lamolet (1821-1873). A droite du monument principal, se dresse Cette concession, délimitée par une grille en fonte peinte, contient deux monuments, dont une stèle
    Référence documentaire :
    BM Amiens. Série M ; 2 M 18/4. Autorisations de constructions de caveaux et de monuments (1874-1884). AC Amiens. Cimetière de la Madeleine. Registre des concessions.
    Représentations :
    La grille est ornée de fleurons et d'urnes voilées et le portillon est surmonté d'une croix avec des volutes feuillagées à la base. La partie supérieure de la stèle principale, initialement surmontée d'un élément (disparu) encadré par deux anges ailés pleurant, est sculptée d'une couronne de fleurs ornée d'une médaille centrale. Les colonnettes sont coiffées de chapiteaux feuillagés et la base
    Description :
    / LAMOLET / Ent[repreneu]r de monuments funèbres / décédé le 6 août 1873 / à l'âge de 51 ans / époux de portillon antérieur central. Elle contient deux monuments. Contre le mur s'élève une stèle architecturée en de la partie supérieure, portant le monogramme familial. Au pied du tombeau principal, sur la droite , se dresse une stèle surmontée d'un buste en calcaire (étudié), agrémentée de trois emplacements (un antérieur et deux latéraux) à usage de jardinières à plantes. Inscriptions : Dates des décès (stèle décès (monument-buste) : 1914 ; 1927. Epitaphe (stèle architecturée) : Ici repose / François Hippolyte Sophie DAMERVAL. Monograme (stèle architecturée, médaillon de la partie supérieure) : "D. L" (Damerval
    Auteur :
    [entrepreneur] Lamolet - St-Maurice entreprise de monuments funèbres
    Localisation :
    Amiens - rue Saint-Maurice 110 plaine S Cimetière de la Madeleine - en ville - Cadastre : non
    Titre courant :
    Enclos funéraire de la famille de l'entrepreneur de monuments funèbres François Hippolyte Lamolet
    Illustration :
    Détail du décor sculpté de la partie supérieure de la stèle architecturée. IVR22_20068001734NUCA
  • Tombeau (stèle funéraire) de la famille Leclercq-Grujon
    Tombeau (stèle funéraire) de la famille Leclercq-Grujon Amiens - rue Saint-Maurice 87 plaine S Cimetière de la Madeleine - en ville - Cadastre : non cadastré
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    patrimoine funéraire le cimetière de la Madeleine
    Historique :
    , entrepreneur en bâtiments, domicilié à Amiens, 10 rue de la Contrescarpe. Les sources conservées à la
    Observation :
    granite gris poli. Cet ensemble a sans doute été réalisé vers 1909 (date d'acquisition de la concession et de la construction d'un caveau picard par l'entrepreneur et concessionnaire, Henry Leclercq.
    Référence documentaire :
    BM Amiens. Série M ; 2 M 18/10. Autorisations de constructions de caveaux et de monuments (1907 AC Amiens. Cimetière de la Madeleine. Registre des concessions.
    Description :
    bronze reliés par une chaîne et matérialisée par un sol recouvert de dalles en granite gris poli . Inscription concernant le destinataire : Famille Leclercq-Grujon.
    Typologies :
    tombeau en forme de sarcophage
    Localisation :
    Amiens - rue Saint-Maurice 87 plaine S Cimetière de la Madeleine - en ville - Cadastre : non
    Titre courant :
    Tombeau (stèle funéraire) de la famille Leclercq-Grujon
    Appellations :
    famille Leclercq-Grujon
  • Monument commémoratif de la restauration du chœur au 18e siècle
    Monument commémoratif de la restauration du chœur au 18e siècle Soissons - Cathédrale Saint-Gervais-Saint-Protais place Cardinal-Binet - en ville
    Historique :
    ces entreprises, le chapitre fait dresser dans la chapelle voisine de l'entrée de la grande sacristie un monument commémoratif, comportant une inscription gravée et dorée, placée dans un cadre de marbre Dans le courant des années 1760, les évêques successifs et le chapitre décident de rénover le chœur , le déambulatoire et les chapelles attenantes. A l'issue des travaux, et pour conserver le souvenir de , à la gloire du roi et à la mémoire des évêques de Fitz-James et de Bourdeilles, du chapitre et des par le chanoine Guillaume-Germain Guyot, doyen du chapitre, et placée en 1774. Le monument subsiste presque intact, à l'exception de la plaque comportant l'inscription, qui a disparu aujourd'hui mais était encore presque entière au milieu du 19e siècle. Elle se trouvait alors conservée non loin de la sacristie , "dans un étroit réduit, destiné à réunir les écoulements des eaux pluviales" et était recouverte de
    Cadre de l'étude :
    mobilier et objets religieux la cathédrale de Soissons
    Référence documentaire :
    , aménagements liturgiques, mobilier de la cathédrale de Soissons. localités de la France (Soissons). de Soissons et du Soissonnais. Vers 1784). p. 22. PÉCHEUR, abbé Louis-Victor. Mémoire sur le Jubé de la Cathédrale de Soissons, à l'occasion du projet qu'on paraît avoir de le démolir et de le supprimer. Bulletin de la société archéologique , historique et scientifique de Soissons, 1865, t. 19, 1ère séance, lundi 9 janvier 1865. p. 86-90. POQUET, abbé Alexandre, DARAS, abbé Louis-Nicolas. Notice historique et archéologique de la cathédrale de Soissons, avec la biographie de ses évêques. Soissons : Voyeux-Solin, 1848.
    Dénominations :
    monument
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Catégories :
    taille de pierre
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Une table de calcaire noir, insérée et scellée dans l'entablement, porte une inscription latine en devenir une demeure de Dieu par l'Esprit (Épître de saint Paul aux Éphésiens, chapitre II, 21-22). Le cadre en marbre noir veiné renfermait une table de calcaire portant une longue inscription qui mentionnait les événements majeurs de l'histoire de la cathédrale et commémorait le récent remaniement du annexe de la cathédrale, et son inscription, bien qu'incomplète, a pu être relevée par plusieurs auteurs , qui divergent d'ailleurs sur certains mots. Transcription de ce texte : Mirabili in Sanctis Deo Optimo Ecclesiae Suessionensis. / Alter antistitum / ipse Pontifex de suo minime (ou munere) parcus / in utrumque
    Observation :
    La cathédrale figurant sur la liste des édifices classés de 1862, ce monument commémoratif intégré à l'architecture bénéficie de la même protection juridique.
    Précision dénomination :
    monument commémoratif
    Représentations :
    Le monument est bordé sur chaque côté par un pilastre, surmonté d'un chapiteau ionique d'où tombent des chutes de fleurs. Une guirlande de bouquets de feuilles de laurier surmonte le cadre de marbre , bordé de chutes de feuilles de laurier et orné d'un cuir qui accueillait à l'origine, soit des armoiries , soit un sujet religieux. Ce décor est bordé en partie inférieure par des branches de laurier . L'amortissement est encadré par deux pots à feu, en forme de vases antiques de plan circulaire, qui sont agrémentés de feuilles d'acanthe et d'un motif de postes.
    Description :
    Le monument, appliqué contre un mur de la chapelle, adopte une forme rectangulaire et verticale. Il est réalisé en pierre de taille calcaire, bordé de pilastres et surmonté d'un entablement et d'un amortissement décoratif. Il renferme un cadre en marbre noir poli, veiné de blanc et de gris. Une table de
    États conservations :
    Quelques pierres calcaires sont rongées, dans la partie inférieure du monument. Il manque la table en pierre qui portait l'inscription principale. Le décor central de l'amortissement (armoiries ou
    Titre courant :
    Monument commémoratif de la restauration du chœur au 18e siècle
    Appellations :
    de la restauration du chœur au 18e siècle
    Illustration :
    Détail de la partie supérieure. IVR22_19970200194X
  • Monument sépulcral de la famille Calmet-Cozette
    Monument sépulcral de la famille Calmet-Cozette Amiens - rue Saint-Maurice 75 plaine F Cimetière de la Madeleine - en ville - Cadastre : non cadastré
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    patrimoine funéraire le cimetière de la Madeleine
    Historique :
    Amiens, 2 rue Taillefer. Le monument porte la signature de l'entrepreneur A. Sallé.
    Observation :
    1871, date du décès de Louis Calmet, maître-teinturier à Amiens. Le monument se signale par sa forme , lampe sépulcrale, etc.). Il a pu servir de modèle à deux monuments quasiment identiques élevés vers 1880 originale, associant un cippe et un arc monumental, et par la qualité de son décor sculpté (urne drapée , l'un dans le cimetière de Camon (80) pour la famille Darras, signé par l'entrepreneur H. Lamolet , l'autre dans le cimetière de Longpré-lès-Amiens (80) pour la famille Leclercq-Thibault, signé par
    Référence documentaire :
    AC Amiens. Cimetière de la Madeleine. Registre des concessions.
    Dénominations :
    monument sépulcral
    Représentations :
    fleuronnée dont la base est feuillagée. L'arcade du tombeau-monument est surmontée de volutes fleuries et La grille est ornée de fleurons et d'urnes voilées et le portillon est surmonté d'une croix frise de feuilles de lierre en relief. La partie supérieure des deux pilastres présente deux palmes entrecroisées : des branches de chêne à gauche et de lauriers à droite. La partie inférieure est gravée d'une suspendue une couronne de lierre entrelacée de rubans et ornée d´arabesques végétales, est sculptée d'une couronne de cyprès également entrelacée de rubans et sur laquelle s'entrecroisent deux flambeaux renversés . Le fronton triangulaire, dont les acrotères sont gravés de palmettes, est agrémenté d´une étoile à
    Description :
    sépulture contient un tombeau-monument en calcaire, composé d'une grande arcade en anse de panier, supportée portillon antérieur central, fixée sur une bordure en calcaire. Le sol est recouvert de gravillons. La par deux pilastres monumentaux et agrémenté au centre d'un élément décoratif de plan carré, orné de ]. Épitaphe (pilastre gauche) : Jacques / CALMET / courtier de commerce / décédé le 24 juin 1866 / âgé de 78 ans / - / Louis / CORDIER / ancien plafonneur / époux de Louise / CALMET / décédé le 2 juin 1868 / âgé de 54 ans / (élément central) Louis CALMET / maître-teinturier / époux de Dame Elisabeth COZETTE / décédé le 18 février 1871 / âgé de 75 ans et 9 mois / (pilastre droit) Arthur / CORDIER / sergent fourrier / au 43e de Ligne / (69e de marche) / décédé / à St-Germain-en-Laye / le 18 juin 1871 / âgé de 21 ans 4 mois. Inscription concernant le destinataire (arcade en anse de panier, calligraphié) : Famille
    Auteur :
    [entrepreneur] Sallé entreprise de monuments funèbres
    Typologies :
    tombeau-monument
    Localisation :
    Amiens - rue Saint-Maurice 75 plaine F Cimetière de la Madeleine - en ville - Cadastre : non
    Titre courant :
    Monument sépulcral de la famille Calmet-Cozette
    Illustration :
    Vue du monument funéraire. IVR22_20138000588NUC2A Vue de détail de la partie supérieure de l'arc. IVR22_20138000589NUC2A Vue de détail sur le pilier gauche de l'arc. IVR22_20138000590NUC2A Vue de détail sur le pilier droit de l'arc. IVR22_20138000591NUC2A Vue de détail sur le cippe placé sous l'arc. IVR22_20138000593NUC2A Vue de détail sur le décor sculpté du cippe. IVR22_20138000595NUC2A Vue de détail sur la partie supérieure du cippe. IVR22_20138000596NUC2A
  • Monument funéraire de la famille Darras
    Monument funéraire de la famille Darras Camon - Cimetière rue Roger-Salengro - en village
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    cimetière. Le monument porte la signature de l'entrepreneur de monuments funèbres H. Lamolet.
    Observation :
    la concession par l'entrepreneur de monuments funèbres H. Lamolet (1821-1873). Il conserve la mémoire Ce monument funéraire en calcaire, signé H. Lamolet, a été érigé vers 1867, date d'acquisition de de Norbert Darras, maire de Camon de 1846 à 1865, et présente une typologie originale associant un
    Dénominations :
    monument sépulcral
    Représentations :
    Les piliers supportant l´arc monumental, surmonté d´une croix (disparue) à amortissement de volutes , sont ornées de branches de laurier (à gauche) et de chêne (à droite). Le pilier à acrotères est surmonté d´une urne voilée et orné d´une couronne mortuaire et de flambeaux croisés.
    Description :
    cimetière. Elle comprend un tombeau en forme d'arc monumental en calcaire et un tombeau en forme de pilier à destinataire (arc monumental) : Famille DARRAS. Epitaphe (difficilement lisible) de Norbert DARRAS, ancien maire de Camon. Signature : H. LAMOLET.
    Auteur :
    [entrepreneur] Lamolet - St-Maurice entreprise de monuments funèbres
    Titre courant :
    Monument funéraire de la famille Darras
    Illustration :
    Vue de la partie centrale du monument. IVR22_20078010106NUCA
  • Monument sépulcral de la famille de l'Amiral Bonard et de la famille Rivière
    Monument sépulcral de la famille de l'Amiral Bonard et de la famille Rivière Amiens - rue Saint-Maurice 1 plaine K Cimetière de la Madeleine - en ville - Cadastre : non cadastré
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    patrimoine funéraire le cimetière de la Madeleine
    Historique :
    D'après le registre communal, cette concession fut acquise en novembre 1867, par Facquez de la Vallée veuve Bonard, domiciliée à Paris, 14 rue d'Anjou Saint-Honoré. Le monument est dessiné par les signature de l'entrepreneur A. Sallé.
    Observation :
    monumentale à anneaux en pierre de Tournai et signée par l'entrepreneur A. Sallé. Ce tombeau, situé à un carrefour de plaines et qui est l'un des plus connus du cimetière, a sans doute été réalisé vers 1867, date d'acquisition de la concession et du décès de l'Amiral Bonard, commandant en chef et gouverneur de Cochinchine . Ses armoiries sont sculptées au sommet de la colonne.
    Référence documentaire :
    BM Amiens. Série M ; 2 M 18/3. Autorisations de constructions de caveaux et de monuments (1870-1874). AC Amiens. Cimetière de la Madeleine. Registre des concessions. [La colonne funéraire de l'amiral Bonard au cimetière de la Madeleine], dessin (encre sur papier transparent collé sur papier blanc), par les frères Duthoit, 3e quart 19e siècle (Musée de Picardie, Amiens
    Dénominations :
    monument sépulcral
    Représentations :
    La grille est ornée d'urnes voilées et de pommes de pin et les barreaux croisés sont agrémentés de volutes et sculptée sur ses quatre faces d'un écu représentant les armoiries de la famille de l'Amiral
    Description :
    croisés et à portillon antérieur central, fixée sur un mur-bahut en pierre de Tournai. Le sol est recouvert de gravillons et la dalle fermant l'entrée du caveau est en pierre de Tournai. Elle contient une colonne funéraire monumentale en pierre de Tournai, très difficile à lire, fixée sur un socle quadrangulaire et dont le fût, orné de crochets à usage de porte-couronne, est interrompu par des anneaux (ou bagues). Une tablette en marbre est fixée au pied de la colonne. Inscriptions : Dates des décès : [non ) [...] / chevalier de la Légion d'Honneur / [...] Inscription concernant le destinataire (base / socle) : Sépulture de la famille de l'Amiral Bonard / Et de la famille Rivière. Signature (base, à droite) : A. Sallé.
    Auteur :
    [entrepreneur] Sallé entreprise de monuments funèbres [marbrier] Geevers entreprise de marbrerie et sculpture de monuments funèbres
    Localisation :
    Amiens - rue Saint-Maurice 1 plaine K Cimetière de la Madeleine - en ville - Cadastre : non
    Titre courant :
    Monument sépulcral de la famille de l'Amiral Bonard et de la famille Rivière
    Appellations :
    famille de l'Amiral Bonard et famille Rivière
    Illustration :
    La colonne funéraire de l'amiral Bonard au cimetière de la Madeleine, dessin des Duthoit, vers 1870 (Musée de Picardie, Amiens ; MP Duthoit VI-122). IVR22_20078000767NUCA
  • Le mobilier de l'église Saint-Martin de Cléry-sur-Somme
    Le mobilier de l'église Saint-Martin de Cléry-sur-Somme Cléry-sur-Somme - Eglise Saint-Martin rue Anne-Marie Vion rue de Cantereine
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Reconstruction de la Haute-Somme
    Historique :
    marbrier Grujon et Galland d'Amiens (maître-autel en marbre poli, retable et exposition en marbre rouge ,1932), Guillon et Cie de Levallois-Perret (chemin de croix). La statue équestre de saint Martin en le groupe sculpté en bois de la Charité de Saint-Martin.
    Parties constituantes non étudiées :
    chemin de croix
    Référence documentaire :
    Eglise de Chéry. Maître-autel, tirage (plan, coupe et élévation au niveau du tabernacle), Jacques [Devis pour la statue de saint Martin équestre], La Statue Religieuse, 21 mai 1930 (AD Somme ; 99 O INVENTAIRE GENERAL DU PATRIMOINE CULTUREL. Région PICARDIE. La Reconstruction dans l'Est de la
    Auteur :
    [entrepreneur] Grujon entreprise de monuments funèbres
    Localisation :
    Cléry-sur-Somme - Eglise Saint-Martin rue Anne-Marie Vion rue de Cantereine
    Titre courant :
    Le mobilier de l'église Saint-Martin de Cléry-sur-Somme
    Illustration :
    Chandeliers en aluminium, Grujon et Galland, Amiens, 1932. IVR22_20158005524NUCA Chandeliers en aluminium, Grujon et Galland, Amiens, 1932. IVR22_20158005525NUCA
  • Monument funéraire de la famille Porion-Douchet
    Monument funéraire de la famille Porion-Douchet Salouël - plaine E Cimetière allée Pierre-Bourgeois - en village
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    Le tombeau porte la signature de l'entrepreneur de monuments funèbres Martin. La statue provient de la fonderie de Val d'Osne (analyse stylistique).
    Observation :
    Ce monument funéraire a été érigé vers 1916 par l'entrepreneur de monuments funèbres amiénois Martin. Identique à celui de la famille Mabillotte-Servant (Vieux Saint-Acheul) et à celui de (Montières
    Dénominations :
    monument sépulcral
    Description :
    contient un monument également en marbre belge, formé d'un socle et d'une statue en fonte représentant une ]t d'Inf[ante]rie / tombé devant Verdun / le 23 juin 1916 / à l'âge de 26 ans / enfant regretté
    Auteur :
    [entrepreneur] Martin entreprise de monuments funèbres
    Titre courant :
    Monument funéraire de la famille Porion-Douchet
    Illustration :
    Vue de la statue en fonte. IVR22_20078010283NUCA
  • Monument funéraire de la famille Descat
    Monument funéraire de la famille Descat Amiens - 500A plaine A10 Cimetière du Petit-Saint-Jean rue d' Elbeuf rue Lescouvé - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    en 1901 par l'entrepreneur de monuments funèbres A. Sallé. Les deux statues sont signées par le
    Observation :
    monuments funèbres A. Sallé. Il se signale par son implantation isolée dans l'axe de l'accès principal et par son caractère monumental. Rare exemple de monument de style néo-grec, il est orné de statues Ce tombeau a été construit vers 1901, date de la construction du caveau par l'entrepreneur de
    Référence documentaire :
    BM Amiens. Série M ; 2 M 18/8. Autorisations de constructions de caveaux et de monuments (1900-1904).
    Dénominations :
    monument sépulcral
    Description :
    La concession, isolée à proximité de l'entrée principale, est matérialisée par des tombales plates
    Auteur :
    [entrepreneur] Sallé entreprise de monuments funèbres
    Titre courant :
    Monument funéraire de la famille Descat
  • Monument sépulcral de Louis Jacques Alexandre Cozette
    Monument sépulcral de Louis Jacques Alexandre Cozette Amiens - rue Saint-Maurice plaine F Cimetière de la Madeleine - en ville - Cadastre : non cadastré
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    patrimoine funéraire le cimetière de la Madeleine
    Historique :
    1874, pour y recevoir les restes mortels de monsieur Louis Jacques Alexandre Cozette. Le monument Il n'existe pas de fiche de concession pour cette sépulture. Le terrain fut cédé gratuitement par
    Observation :
    amiénois Coënen. Ce monument a été réalisé vers 1874, date de la translation des restes mortels du défunt monument, orné du blason de la ville d'Amiens, rappelle aux Amiénois un bienfaiteur de leur cité. Peu avant depuis le cimetière de Querrieux (80), où il fut inhumé en 1842, vers celui de la Madeleine. Cette concession, située à un carrefour de plaines, peut être admirée de tous et honorée par chaque visiteur. Le l'établissement d'une maison de secours et de travail pour les individus des deux sexes valides, qui se trouveraient réduits à la mendicité. Une rue de la ville porte également son nom.
    Référence documentaire :
    AC Amiens. Cimetière de la Madeleine. Registre des concessions.
    Dénominations :
    monument sépulcral
    Représentations :
    La partie circulaire de la stèle, surmontée d'une croix en grès vosgien gravée d'une fleur centrale en relief, est sculptée d'un écu en médaillon représentant les armoiries de la Ville d'Amiens (de gueules au lierre d'argent, au chef d'azur semé de fleurs de lis d'or). La partie médiane est ornée d'une belle guirlande de laurier entrelacée de rubans.
    Description :
    26 janvier 1801. Inscription (base) : Monument érigé en vertu de la / délibération du Conseil Cette concession, en bordure d'allée et située au carrefour de trois plaines (plaine E, plaine D et , agrémentée à chaque angle de porte-couronne mortuaires en crochets et fixée sur une bordure en calcaire. Le sol est recouvert de gravillons. La sépulture contient une stèle architecturée en marbre (ou pierre / Né à Amiens le 17 août 1766 / décédé le 22 mars 1842 / Fondateur de la Maison de Secours / et de Travail qui porte son nom, / inhumé au cimetière de Querrieux / Translation de ses restes dans le cimetière / de la Madeleine, le 3 juin 1874 / - / Mr. Charles Alexandre COZETTE Père, / décédé à Amiens le
    Auteur :
    [marbrier] Coënen entreprise de marbrerie et de monuments funèbres
    Localisation :
    Amiens - rue Saint-Maurice plaine F Cimetière de la Madeleine - en ville - Cadastre : non
    Titre courant :
    Monument sépulcral de Louis Jacques Alexandre Cozette
    Illustration :
    Monument funéraire de Louis Jacques Alexandre Cozette. IVR22_20098000836NUCA Détail du décor supérieur sculpté, représentant le blason de la Ville d'Amiens
  • Monument funéraire (niche) de la famille Derveloy-Reniez
    Monument funéraire (niche) de la famille Derveloy-Reniez Saleux - Cimetière rue Max-Dormoy - en village
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    La base de la stèle porte la signature de l'entrepreneur de monuments funèbres H. Lamolet.
    Dénominations :
    monument sépulcral
    Description :
    La concession, délimitée par une clôture en fer forgé, contient une stèle architecturée de style
    Auteur :
    [entrepreneur] Lamolet - St-Maurice entreprise de monuments funèbres
    Typologies :
    tombeau en forme de niche monumentale
    Titre courant :
    Monument funéraire (niche) de la famille Derveloy-Reniez
    Illustration :
    Vue de la stèle. IVR22_20068011184NUCA
  • Monument sépulcral (stèle funéraire) de la famille Crignier-Hubault
    Monument sépulcral (stèle funéraire) de la famille Crignier-Hubault Amiens - 066 plaine A6 Cimetière du Petit-Saint-Jean rue d' Elbeuf rue Lescouvé - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    acquise en 1854 et transformée en 1859, date de la construction d'un caveau par l'entrepreneur Galampoix . Le tombeau porte la signature de l'entrepreneur Galampoix.
    Observation :
    Cette stèle funéraire architecturée a été réalisée par l'entrepreneur Galampoix, vers 1859, date de la construction du caveau. L'emblème militaire évoque la profession de plusieurs des défunts. Le modèle est inspiré des tombeaux de Lapostolle et de Dijon au cimetière de la Madeleine.
    Référence documentaire :
    BM Amiens. Série M ; 2 M 18/4. Autorisations de constructions de caveaux et de monuments (1874-1884).
    Dénominations :
    monument sépulcral
    Description :
    calcaire. La stèle à trois tables est surmontée d'une stèle de couronnement à deux registres ornés d'un abondant décor en relief. Stèle de couronnement : emblème militaire, flambeaux renversés, guirlande de lauriers, rubans. Base de la stèle de couronnement : guirlande de cyprès et rubans. Inscription concernant mai 1823 / mort à Paris le 8 mai 1849. A la mémoire de / Louis François / CRIGNIER / capitaine d ´infanterie / né à Amiens paroisse St Leu / le 4 mars 1820 / tué d´un coup de feu / sur le champ de bataille
    Auteur :
    [entrepreneur] Galampoix marbrerie et entreprise de monuments funèbres
    Typologies :
    stèle funéraire monumentale (stèle de couronnement)
    Titre courant :
    Monument sépulcral (stèle funéraire) de la famille Crignier-Hubault
    Illustration :
    Vue de détail sur la partie supérieure du tombeau. IVR22_20078000223XA
1 2 3 4 48 Suivant