Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 164 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ancienne sucrerie, dite SA de la Sucrerie du Vimeu, devenue fonderie, dite Société industrielle Auer
    Ancienne sucrerie, dite SA de la Sucrerie du Vimeu, devenue fonderie, dite Société industrielle Auer Feuquières-en-Vimeu - 22 rue Victor-Hugo - en ville - Cadastre : 1983 A 158, 166, 167, 173
    Référence documentaire :
    BR 962. Feuquières-en-Vimeu. Présentation de la nouvelle usine Auer, 1966 AD Somme. BR 962 . Feuquières-en-Vimeu. Présentation de la nouvelle usine Auer, 1966.
    Dossier :
    Plan de la nouvelle usine, 1966. Ancienne sucrerie, dite SA de la Sucrerie du Vimeu, devenue
  • Usine de cartouches Jouvet puis Usine de serrurerie Decayeux A. fils, Decayeux frères, Etablisements Decayeux frères
    Usine de cartouches Jouvet puis Usine de serrurerie Decayeux A. fils, Decayeux frères, Etablisements Decayeux frères Feuquières-en-Vimeu - 11, 24, 26 rue Jules-Guesde - en ville - Cadastre : 2014 D 10 ; 65 à 67
    Référence documentaire :
    5 M. Etablissements industriels, insalubres et dangereux, commune de Feuquières-en-Vimeu AD Somme . Série M ; 5M : établissements industriels, insalubres et dangereux, commune de Feuquières-en-Vimeu (en
  • Usine de cartouches Jouvet puis Usine de serrurerie Decayeux A. fils, Decayeux frères, Etablisements Decayeux frères
    Usine de cartouches Jouvet puis Usine de serrurerie Decayeux A. fils, Decayeux frères, Etablisements Decayeux frères Feuquières-en-Vimeu - 11, 24, 26 rue Jules-Guesde - en ville - Cadastre : 2014 D 10 ; 65 à 67
    Référence documentaire :
    5 M. Etablissements industriels, insalubres et dangereux, commune de Feuquières-en-Vimeu AD Somme . Série M ; 5M : établissements industriels, insalubres et dangereux, commune de Feuquières-en-Vimeu (en
  • Usine de cartouches Jouvet puis Usine de serrurerie Decayeux A. fils, Decayeux frères, Etablisements Decayeux frères
    Usine de cartouches Jouvet puis Usine de serrurerie Decayeux A. fils, Decayeux frères, Etablisements Decayeux frères Feuquières-en-Vimeu - 11, 24, 26 rue Jules-Guesde - en ville - Cadastre : 2014 D 10 ; 65 à 67
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vimeu industriel
    Historique :
    commune de Feuquières-en-Vimeu. Achille Holleville Decayeux fait agrandir l'atelier et fait construire des deux nouvelles usines dont l'une dans la zone industrielle de Feuquières-en-Vimeu et l'autre à , un magasin d'emballage, un atelier de fabrique et un séchoir en 1896 et 1897 sur un terrain loué et bâtiments étaient installés à l'arrière de la propriété et étaient entourés de talus en terre afin d'éviter tout accident en cas d'explosion. En 1872, Antoine Désiré Decayeux créé un atelier de serrurerie sur la bureaux et magasins en 1901 sur la même parcelle. En 1910, l'atelier porte le nom de Decayeux A.Fils . L'activité est orientée vers la fabrication de serrures, de verrous et de coffres-forts. En 1930 après 1950 notamment par l'extension des ateliers de fabrication en 1957 rue Jules Guesde. Ces ateliers construits en parpaings de ciment et couvert de toitures en sheds sont édifiés parallèlement à la rue. Cette dernière fait de nouveaux construire des ateliers de fabrication de 3800 m2 en rez-de-chaussée rue du
    Observation :
    Ce dossier de recensement du patrimoine industriel de la Somme, établi en 1988 par Benoit Dufournier, a été mis à jour et enrichi par Frédéric-Nicolas Kocourek en 2014, dans le cadre de l’inventaire topographique du Vimeu industriel.
    Référence documentaire :
    5 M. Etablissements industriels, insalubres et dangereux, commune de Feuquières-en-Vimeu AD Somme . Série M ; 5M : établissements industriels, insalubres et dangereux, commune de Feuquières-en-Vimeu (en 3 P 308/4. Feuquières-en-Vimeu. Matrices des propriétés foncières, 1836-1911 AD Somme. Série P ; 3 P 308/4. Feuquières-en-Vimeu. Matrices des propriétés foncières, 1836-1911 (folio 1 à 400). 3 P 308/9. Feuquières-en-Vimeu. Matrices des propriétés bâties, 1882-1911 AD Somme. Série P ; 3 P 308/9. Feuquières-en-Vimeu. Matrices des propriétés bâties, 1882-1911.
    Description :
    L'ancien logement patronal est aujourd'hui siège social de l'entreprise Decayeux DAD : construit en briques et couvert d'ardoises, il est édifié en retrait de rue sur une large parcelle. Il comprend un côté de la rue sur une parcelle traversante : Série de trois ateliers de fabrication avec toitures en sheds construits en parpaings de ciment. cartouche 'Ets Decayeux Frères". L'ancien logement patronal comble et de deux ailes basses. L'ensemble construit en briques est surmonté de toits à longs pans brisés en ardoises.
    Localisation :
    Feuquières-en-Vimeu - 11, 24, 26 rue Jules-Guesde - en ville - Cadastre : 2014 D 10 ; 65 à 67
    Couvrements :
    charpente en bois apparente
    Illustration :
    Maison patronale vue de trois-quart, en 1988. IVR22_19888000980X Elevation principale du logement patronal, en 1990. IVR22_19908000376Z Façade antérieure de l'usine depuis la rue Jules Guesde, en 1988. IVR22_19888000918X Détail de la façade postérieure de l'usine, rue du Chevalier de la Barre, en 1990 Façade postérieure de l'usine, rue du Chevalier de la Barre, en 1990. IVR22_19908000371Z L'atelier de découpage, une cisaille, en 1990. IVR22_19908000372Z Cisaille à main, en 1990. IVR22_19908000375Z
  • Usine de serrurerie Picard et compagnie, puis usine de serrurerie et de tôlerie Picard Serrure
    Usine de serrurerie Picard et compagnie, puis usine de serrurerie et de tôlerie Picard Serrure Feuquières-en-Vimeu - 20 rue Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 2014 E 84 à 85 ; 166 ; 184 à 186 ; 215
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vimeu industriel
    Historique :
    de nombreuses usines du Vimeu, l'entreprise décide d'installer son usine à Feuquières-en-Vimeu en de quincaillerie pour le bâtiment. En 1926, l'entreprise dépose le brevet de la pompe Vigie-Picard à clé ronde destinée aux serrures à combinaison avec passe partout. Traitant déjà en grande partie avec imposé comme construction neuve en 1950. Dès 1970, elle se spécialise dans la commercialisation des serrures carénées de haute sécurité ainsi que les premières serrures électroniques sans clé. En 1990, la société est rachetée par le groupe Dom Sécurity. En 2005, l'entreprise s'engage dans la fabrication et la commercialisation de portes blindées pour appartement et pavillon. Elle fusionne en 2008 avec la société Brogli
    Observation :
    Ce dossier de recensement du patrimoine industriel de la Somme, établi en 1988 par Benoit Dufournier, a été mis à jour et enrichi par Frédéric-Nicolas Kocourek en 2016, dans le cadre de l’inventaire topographique du Vimeu industriel.
    Référence documentaire :
    3 P 308/9. Feuquières-en-Vimeu. Matrices des propriétés bâties, 1882-1911 AD Somme. Série P ; 3 P 308/9. Feuquières-en-Vimeu. Matrices des propriétés bâties, 1882-1911. AD Somme. Série P ; 3 P 308/10. Feuquières-en-Vimeu. Matrices des propriétés bâties, 1911-1932.
    Description :
    établis perpendiculairement à la rue, en ciment et à un étage sous un toit à longs pans couvert de tuiles . Les autres ateliers établis en fond de parcelle sont construits en essentage de tôle, à rez-de
    Localisation :
    Feuquières-en-Vimeu - 20 rue Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 2014 E 84 à 85 ; 166 ; 184 à
    Illustration :
    Vue générale depuis la rue Henri Basbusse; en 1990. IVR22_19908000475X Extrait du catalogue de l'entreprise de 1931 : les serrures de coffres en cuivre
  • Ancienne sucrerie, dite SA de la Sucrerie du Vimeu, devenue fonderie, dite Société industrielle Auer
    Ancienne sucrerie, dite SA de la Sucrerie du Vimeu, devenue fonderie, dite Société industrielle Auer Feuquières-en-Vimeu - 22 rue Victor-Hugo - en ville - Cadastre : 1983 A 158, 166, 167, 173
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vimeu industriel
    Historique :
    Une sucrerie est construite au début du 20e siècle à Feuquières-en-Vimeu. Les plans de 1902 sous le nom de SA de la sucrerie du Vimeu. Après la fermeture de la sucrerie de Feuquières-en-Vimeu , qui rejoignait la ligne Le Tréport-Abbeville. Construite en briques, la sucrerie était composée de sulfites, un four à souffre, une chaudière à cuire ainsi que des bacs d'emplis. Elle est connue en 1905 , le site est transformé en fonderie et en émaillerie en 1912. L'usine participe à l'effort de guerre entre 1914 et 1918 en concevant des baïonnettes et des grenades. Elle est connue, en 1930, comme fonderie et émaillerie d'appareil à gaz de la société Auer et fabrique des supports en fonte de réverbères ainsi que des appareils de chauffage et de cuisine. La marque Auer est créée en France, en 1892, fondée Auer Von Welsbach en 1885. Ce nouveau produit connu à travers toute l'Europe reste un mode d'éclairage . L'usine encore en activité aujourd'hui oriente aussi ses recherches et sa production vers les pompes à
    Référence documentaire :
    3 P 308/4. Feuquières-en-Vimeu. Matrices des propriétés foncières, 1836-1911 AD Somme. Série P ; 3 P 308/4. Feuquières-en-Vimeu. Matrices des propriétés foncières, 1836-1911 (folio 1 à 400). AD Somme. Série P ; 3 P 308/10. Feuquières-en-Vimeu. Matrices des propriétés bâties, 1911-1932. BR 962. Feuquières-en-Vimeu. Présentation de la nouvelle usine Auer, 1966 AD Somme. BR 962 . Feuquières-en-Vimeu. Présentation de la nouvelle usine Auer, 1966. Sucrerie du Vimeu. Action nominative de cent francs, 1905 (coll. part.).
    Toit :
    tôle ondulée tuile mécanique ardoise matériau synthétique en couverture métal en couverture
    Description :
    Ancienne sucrerie : ateliers de fabrication (sud) en brique, toits à longs pans avec comble à surcroît, ateliers de fabrication (partie centrale) généralement en shed, ateliers de fabrication (nord ) incluant un atelier en brique et pan de fer à toit à longs pans avec comble à surcroît ; ancienne conciergerie en élévation ordonnancée, toits à longs pans et croupe ; nouvelle usine en bardage de tôle sur assise de béton, toit en terrasse ; logements d'ouvriers en rez-de-chaussée avec étage de comble en
    Localisation :
    Feuquières-en-Vimeu - 22 rue Victor-Hugo - en ville - Cadastre : 1983 A 158, 166, 167, 173
    Titre courant :
    Ancienne sucrerie, dite SA de la Sucrerie du Vimeu, devenue fonderie, dite Société industrielle
    Appellations :
    SA de la Sucrerie du Vimeu
    Illustration :
    Vue aérienne de l'usine et des cité ouvrières depuis le sud, en 1988. IVR22_19888001429P Vue aérienne depuis l'ouest, en 1988. IVR22_19888001430P Vue aérienne depuis le nord, en 1988. IVR22_19888001428P Vue d'ensemble depuis le nord, en 1988. IVR22_19888000921Z Le chateau d'eau depuis la rue Victor Hugo, en 1990. IVR22_19908000103Z Vue partielle des ateliers de fabrication, en 1988. IVR22_19888000920Z Vue partielle du site, flanc nord, en 1988. IVR22_19888000917X Vue partielle du site depuis le nord, en 1988. IVR22_19888001649Z Vue général de la cité ouvrière, 2 à 20 rue Victor Hugo, en 1990. IVR22_19908000101Z Vue générale de la cité ouvrière, 24 à 48 rue Victor Hugo, en 1990. IVR22_19908001883Z
  • Ancien tissage de linge de table Deneux Frères, devenu Fonderies et Ateliers du Vimeu (FAVI), puis usine d'ouvrages en matière plastique Vimplast
    Ancien tissage de linge de table Deneux Frères, devenu Fonderies et Ateliers du Vimeu (FAVI), puis usine d'ouvrages en matière plastique Vimplast Hallencourt - 44 rue de la République - en village - Cadastre : 1983 AB 247, 290, 291
    Historique :
    Tissage de toiles Deneux frères, connu en 1871 et spécialisé en 1902 dans le linge de table avant 1962 par les Fonderies et Ateliers du Vimeu (FAVI, cuivre et alliage de cuivre, le laiton injecté ), l'usine a été réduite de moitié lors de sa reconversion en usine d'ouvrages en matière plastique (Société . 1905 : 4 chaudières à vapeur. 1871 : 182 ouvriers, dont 12 moins de 16 ans. 1939 : 72 ouvriers en 3
    Référence documentaire :
    p. 29 Vue de l'usine en 1908 Vue de l'usine en 1908. Extrait de Notre Picardie n°32, 1909 Tissages à Hallencourt, papier à en-tête imprimé, [vers 1890] (AD Somme ; M 96715).
    Dénominations :
    usine d'ouvrages en matière plastique
    Toit :
    tuile flamande ciment en couverture tuile flamande mécanique ardoise ciment amiante en couverture
    Description :
    Conciergerie et bureau en brique à un étage carré sous toit à longs pans et croupe à couverture d'ardoise ; ateliers de fabrication en brique, sheds à oculus à couverture de tuile flamande mécanique  ; chaufferie en brique en rez-de-chaussée, toit à longs pans avec comble à surcroît, ciment amiante en couverture ; salle des machines en brique, toit en terrasse ; étable à chevaux en brique en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Hallencourt - 44 rue de la République - en village - Cadastre : 1983 AB 247, 290, 291
    Titre courant :
    Ancien tissage de linge de table Deneux Frères, devenu Fonderies et Ateliers du Vimeu (FAVI), puis usine d'ouvrages en matière plastique Vimplast
    Appellations :
    puis usine d' ouvrages en matière plastique Vimplast Fonderies et Ateliers du Vimeu (FAVI)
    Illustration :
    Vue de l'usine en 1908. Extrait de Notre Picardie n°32, 1909. IVR22_19938000121XB Vue intérieure en 1906 : les esquisseurs. Extrait de Notre Picardie n°32, 1909. IVR22_19938000117XB Vue intérieure en 1908 : atelier de broderie mécanique. Extrait de Notre Picardie n°32, 1909
  • Usine de serrurerie Dufrancastel et Pommaredes, puis Pommaredes et Martinet, puis Pommaredes et Devisme
    Usine de serrurerie Dufrancastel et Pommaredes, puis Pommaredes et Martinet, puis Pommaredes et Devisme Feuquières-en-Vimeu - 22 rue Pierre-Curie - en ville - Cadastre : 1983 C 78, 367 à 369
    Historique :
    employait plus de 50 salariés en 1962 et plus de 15 en 1983. L'usine produisait et produit encore
    Description :
    Logement patronal en élévation ordonnancée à un étage carré, avec sous-sol, sous toit à longs pans et croupe ; les ateliers de fabrication sont en rez-de-chaussée, en sheds et sous toits à longs pans.
    Localisation :
    Feuquières-en-Vimeu - 22 rue Pierre-Curie - en ville - Cadastre : 1983 C 78, 367 à 369
    Illustration :
    Atelier de fabrication, vue partielle, en 1990. IVR22_19908000105Z Les bureaux, en 1990. IVR22_19908000124Z Le portail d'entrée du site, en 1990. IVR22_19908000123Z La remise, en 1990. IVR22_19908000107Z Atelier de fabrication, vue intérieure, en 1990. IVR22_19908000109Z La pendule horodateur de l'atelier fabrication, en 1990. IVR22_19908000112Z Vue intérieur de l'atelier de fabrication, les presses, en 1990. IVR22_19908000110Z Ouvrier au travail sur une presse, en 1990. IVR22_19908000111Z L'atelier des presses, en 1990. IVR22_19908000113Z Logement patronal, élévation antérieure, en 1990. IVR22_19908000122Z
  • Ancienne serrurerie Parise, puis Lacotte et fonderie Caron, devenue usine de petite métallurgie Lecat Porion, aujourd'hui Atelier de Bobinage du Vimeu
    Ancienne serrurerie Parise, puis Lacotte et fonderie Caron, devenue usine de petite métallurgie Lecat Porion, aujourd'hui Atelier de Bobinage du Vimeu Feuquières-en-Vimeu - 1, 8 rue Aristide-Briand - en ville - Cadastre : 2014 OA 205 ; 255 à 256
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vimeu industriel
    Historique :
    Parise, fabriquant de serrures à Paris et Feuquières, fait construire une fabrique de serrurerie et une habitation en 1888, imposées comme construction neuve en 1891. La fabrique comprend un bâtiment à un étage et 20e siècle sont rachetés successivement par Jean Lacotte en 1927 et par M. Lecat en 1936 avec le logement patronal adjacent. La société Lecat Porion prolonge les ateliers au sud en 1950. La deuxième usine, située de l'autre côté de la rue, comprend un bureau, construit en 1937 et accolé de divers ateliers de fabrication construits par étapes successives, en 1931, en 1956, 1961, 1963, 1972 et en 1980. L rideaux. Elle comptait plus de 100 salariés en 1962 et plus de 120 en 1983. Depuis 2010, le premier fabrication d'emballage en bois et le conditionnement.
    Observation :
    Ce dossier de recensement du patrimoine industriel de la Somme, établi en 1988 par Benoit Dufournier, a été mis à jour et enrichi par Frédéric-Nicolas Kocourek en 2015, dans le cadre de l’inventaire topographique du Vimeu industriel.
    Référence documentaire :
    AD Somme. Série P ; 3 P 308/10. Feuquières-en-Vimeu. Matrices des propriétés bâties, 1911-1932.
    Toit :
    tuile mécanique ardoise ciment en couverture
    Description :
    , construits en briques, à un étage, sous un toit à longs pans et croupes, qui n'ont pas subi de modification . Deux séries d’ateliers de fabrication à toiture en sheds prennent places en fond de parcelle. L'ancien située au 8 rue Aristide Briand comprend une série d'ateliers de fabrication en rez-de-chaussée, à toit à long pans et à essentage en tôle pour une surface totale de 6000m2.
    Localisation :
    Feuquières-en-Vimeu - 1, 8 rue Aristide-Briand - en ville - Cadastre : 2014 OA 205 ; 255 à 256
    Titre courant :
    Lecat Porion, aujourd'hui Atelier de Bobinage du Vimeu
    Appellations :
    Atelier de Bobinage du Vimeu
    Illustration :
    Vue aérienne de l'usine, flanc sud-est, en 1998. IVR22_19888001495P Vue générale des ateliers de fabrication, en 1990. IVR22_19908000195Z Les ateliers de fabrication, en 1990. IVR22_19908000190Z Atelier de fabrication, vue partielle, en 1990. IVR22_19908000196Z Détail des sheds des ateliers de fabrication, en 1990. IVR22_19908000186Z Les ateliers de fabrication, en 1990. IVR22_19908000185Z Elévation postérieure des ateliers de fabrication, en 1990. IVR22_19908000183Z Elévation principale des bureaux, en 1990. IVR22_19908000188Z Atelier de fabrication, vue partielle, en 1990. IVR22_19908000182Z Logement patronal, vue partielle, en 1990. IVR22_19908000184Z
  • Usine de serrurerie Liévin Davergne Lesquibin, puis usine de construction métallique Piole, puis Piole Facom
    Usine de serrurerie Liévin Davergne Lesquibin, puis usine de construction métallique Piole, puis Piole Facom Feuquières-en-Vimeu - 24 rue Saint-Saëns - en ville - Cadastre : 2014 OB 120 ; 122 à 124 ; 126 à 127 ; 130 ; 198 à 199 ; 223 ; 253 ; 260 à 263 ; 268 ; 303 ; 316 à 319
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vimeu industriel
    Historique :
    La maison fondée en 1830 devient une usine de serrurerie construite par Liévin Davergne en 1870 installée en 1896 ainsi qu'un moteur à gaz pauvre avant la première guerre mondiale. En 1901, l'usine grand atelier et un terrain industriel. En 1924, l'usine a été reprise par Victor Piole qui créer une société en "nom collectif" spécialisée dans la fabrication et la vente de coffrets et dans les articles de serrurerie. En 1947, Gilbert Piole, le fis de Victor transforme l'entreprise en S.A.R.L et se spécialise dans la conception, le découpage, l’assemblage et la commercialisation d'articles réalisés en tôle fine . Grâce à l'essor de l'entreprise, celle-ci entreprend d'importantes extensions en 1955 et 1958 au sud de l'ensemble des bâtiments de production. En 1971, l'entreprise devient une société anonyme et Facom, premier fabricant européen d'outillage à main, prend le contrôle de la société. En 1986, l'entreprise construit un , établies et servantes d'atelier. En 2012, l'usine employait 102 personnes.
    Référence documentaire :
    3 P 308/4. Feuquières-en-Vimeu. Matrices des propriétés foncières, 1836-1911 AD Somme. Série P ; 3 P 308/4. Feuquières-en-Vimeu. Matrices des propriétés foncières, 1836-1911 (folio 1 à 400). AD Somme. Série P ; 3 P 308/10. Feuquières-en-Vimeu. Matrices des propriétés bâties, 1911-1932.
    Toit :
    ardoise matériau synthétique en couverture tuile mécanique
    Description :
    Anciens ateliers de fabrication en brique à un étage carré et toits à longs pans couverts d'ardoise  ; logement patronal en élévation ordonnancée.
    Localisation :
    Feuquières-en-Vimeu - 24 rue Saint-Saëns - en ville - Cadastre : 2014 OB 120 ; 122 à 124 ; 126 à
    Illustration :
    Détail de la vue cavalière de l'usine sur le papier à en-tête, vers 1890 (coll. part Vue aérienne, en 1988. IVR22_19888001626P Vue aérienne, en 1988. IVR22_19888001427P Atelier de fabrication est, élévation ouest, en 1990. IVR22_19908000473X Elévation antérieur de l'atelier de fabrication, en 1990. IVR22_19908000153Z L'atelier de fabrication, en 1990. IVR22_19908000474X Vue partielle de l'atelier de fabrication, en 1990. IVR22_19908000158Z Elévation antérieure, en 1990. IVR22_19908000164Z Détail d'une baie de l'atelier de fabrication, en 1990. IVR22_19908000155Z Detail de baies de l'atelier de fabrication, en 1990. IVR22_19908000154Z
  • Le village de Fressenneville
    Le village de Fressenneville Fressenneville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vimeu industriel
    Historique :
    de la voie "étroite" reliant Abbeville à Ault par Feuquières-en-Vimeu et Fressenneville d'une place publique. Des halles y seront construites en 1872, par l'entrepreneur G. Lenne de Feuquières -en Vimeu. Mise à l'étude en 1870, la ligne Abbeville-Dieppe par le Vimeu est essentielle pour le napoléonien de 1825 (ill.) en donne une représentation détaillée. Le village est structuré par un réseau principal en Y (grande rue et rue du Boutelet) et par un réseau de rues secondaires. Le tracé de la route principale est sinueux. L'église est située en bordure de la Grande rue, au centre du village, qui ne dispose -Paume et rue de Feuquières - actuelle rue Jules-Guesde) ; la mare la plus importante est située à l'abreuvoir encore en place au nord du village (ill.) et plusieurs maisons à boutique, dans la rue principale (2000 habitants en 1906) avec une légère baisse entre 1901 et 1911 (1936 habitants) et à nouveau une traduisent par une forte augmentation du nombre de maisons (190 en 1821, 266 en 1836, 367 en 1872, 494 en
    Référence documentaire :
    Cahiers du Vimeu, n°2, octobre 1985. p.157 RODIERE, Roger, DES FORTS, Philippe. Le Pays du Vimeu. Amiens : Société des Antiquaires de Fressenneville. Ancienne église. Nouvelle église en construction, carte postale, vers 1905 (coll
    Description :
    la voie ferrée (au sud), desservi par la gare de Feuquières (au sud-est). Le cimetière se situe à conservées dans le village : croix en tuf (rue Roger-Salengro), en fer (rue Henri-Barbusse), marquant encore parfois la limite de la commune (rue Jules-Guesde). Il est structuré par un réseau de voies en étoile le reliant aux villages voisins (Woincourt et Friville à l'ouest ; Feuquières et Valines à l'est) et par des années 1960 (rue de Verdun) et au sud, dans les années 1970 (rue Robert et Geneviève-Gobert), en
    Annexe :
    -Barbusse 1936) 141 148 rue de Feuquières (rue du Boutelet 1851) (rue de la Gare 1906) (rue Jules-Guesde sous la raison sociale Etablissements Petit et fils emploie moins de 10 salariés en 1985. ancienne entreprise Villain fils Nickelage, 6 rue Henri-Barbusse, attestée en 1962 : nickelage, chromage, zingage, 20 salariés en 1983. ancienne scierie Pruvost, construite rue d'Abbeville vers 1914 (date d'imposition) pour Camille Pruvot-Evrard, charron à Fressenneville et démolie en 1919. Un nouvel atelier est construit dans la Grande-Rue, vers 1926 et agrandi en 1929 (dates d'imposition). L'entreprise devient Pruvot frères SNC en 1938, date de la construction d'un nouvel atelier, à nouveau agrandi en 1954. 20 à 50 salariés en 1962. 20 salariés en 1983. ancienne usine de serrurerie Lenne, père et fils, 4 rue Bonnet . fabrique de clés Lenné-Abdon attestée vers 1930. devient Lenne et fils et emploie 10 à 20 salariés en 1962 , puis Lenne, ère et fils 20 salariés en 1985. Vers 1924, la fonderie Joseph Verlant-Haudrechy est
    Texte libre :
    Feuquières-en-Vimeu à l'est, Friville-Escabotin et Woincourt à l'ouest, Nibas au nord et Dargnies et reliant Feuquières en Vimeu à Friville-Escarbotin. Il n'existe pas d'habitat isolé. La route Feuquières-en-Vimeu où est implantée la gare ferroviaire de Feuquières — Fressenneville. Les deux communes dans la rue Jules-Guesde où la jonction avec la commune de Feuquières en Vimeu crée une conurbation 2302 habitants en 2011, soit une densité moyenne de 265.8 habitants au km² (données INSEE). Situé au centre de l’aire d’étude et au coeur du Vimeu industriel, son territoire est délimité par les communes de départementales, formant une structure viaire en « X » : Sur un axe nord-est / su ouest, le long de l’ancienne route royale, véritable colonne vertébrale du Vimeu, reliant Abbeville à l’agglomération Mers-Eu-Le Treport et sur une axe nord-ouest / sud-est avec la route traversant le cœur du Vimeu Industriel et Vimeu, traversait le village avant sa récente déviation au nord. La commune est également traversée au
    Illustration :
    L'ancienne église, l'ancien cimetière et la nouvelle église en construction, vers 1905 (coll. part Vue aérienne de l'agglomération depuis le nord, en 1988. IVR22_19888001645P Vue aérienne de l'agglomération, en 1988. IVR22_19888001421P Croix de chemin en tuf, rue Roger-Salingro. IVR22_20128015628NUC1A
  • Ancienne usine de vis Opaix-Simon, puis Opaix Frères, puis Ets Valentin
    Ancienne usine de vis Opaix-Simon, puis Opaix Frères, puis Ets Valentin Bourseville - 701 rue de Vaudricourt - en village - Cadastre : 2014 AB 7 ; 8 ; 10 ; 19 ; 95 ; 96
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vimeu industriel
    Historique :
    de surface et le site de Feuquières-en-Vimeu pour la production de colonnes d'hydromassage. En 2013 industrielle de Feuquières-en-Vimeu sur un site unique de près de 30.000 m2 qui comprend la conception des La raison sociale de l'entreprise est connue en 1881. Une carte postale du début du 20e siècle composée d'un bâtiment de fabrication construit en briques et couvert d'ardoises sous un toit à longs pans l'arrière. L'ensemble comprenait également une grande cheminée en briques. L'entreprise est rachetée par Jean Valentin en 1944 qui crée la Société anonyme Valentin, spécialisée dans la fabrication notamment de nombreux bâtiments de production édifiés en parpaing de ciment et couverts de tôle ondulée
    Référence documentaire :
    Bourseville. Entreprise Opaix Frères et Cie, en-tête de facture imprimée, vers 1920 (coll. part.). Bourseville. Entreprise Opaix Frères et Cie, en-tête de facture imprimée, vers 1926 (coll. part.). Bourseville. Entreprise Opaix Frères et Cie, en-tête de facture imprimée, vers 1936 (coll. part.).
    Description :
    que le logement patronal Opaix-Simon qui reste en grande partie dénaturé aujourd'hui.
    Localisation :
    Bourseville - 701 rue de Vaudricourt - en village - Cadastre : 2014 AB 7 ; 8 ; 10 ; 19 ; 95 ; 96
    Illustration :
    En-tête d'une facture de l'entreprise, vers 1920 (coll. part.). IVR22_20158005095NUCA En-tête d'une facture de l'entreprise datant de 1926 (coll. part.). IVR22_20158005093NUCA En-tête d'une facture de l'entreprise datant de 1936 (coll. part.). IVR22_20158005094NUCA
  • Le patrimoine du Vimeu industriel - conditions d'enquête
    Le patrimoine du Vimeu industriel - conditions d'enquête
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vimeu industriel
    Titre courant :
    Le patrimoine du Vimeu industriel - conditions d'enquête
    Texte libre :
    petits pôles industriels en milieu rural tels que Friville-Escarbotin/Fressenneville/Feuquières-en-Vimeu l'ensemble Feuquières-en-Vimeu/Fressenneville. En bordure de plateau, à proximité de la vallée de la Bresle se concentre dans trois communes : Feuquières-en-Vimeu, Fressenneville et surtout Friville-Escarbotin Fressenneville, la sureté à Feuquières-en Vimeu, le bec de-cane à Saint-Blimont. L'arrivée de nouvelles notamment les entreprises Flet à Bourseville ou Roussel à Feuquières-en-Vimeu. Les bâtiments publics sont en , l'incendie de Feuquières-en-Vimeu du 7 mai 1844, où 33 maisons sont détruites ou encore celui de Vaudricourt urbain pour des locaux plus adaptés (par exemple dans la nouvelle zone d'activité de Feuquières-en-Vimeu maritime. Le Vimeu doit son nom au cours d'eau la Vimeuse, qui se jette dans la Bresle en aval de Gamaches en 1857, c'est au cours du 17e siècle que la pratique artisanale s'implante dans le Vimeu. Son Vimeu. Ceux-ci sont construits en pans de bois et torchis et éclairés par une large fenêtre à petits
  • Fonderie de cuivre, dite fonderie Beauval, puis robinetterie L. Saint-Germain et Cie, puis Saint-Germain et Beauval, puis Saint-Germain et Strub
    Fonderie de cuivre, dite fonderie Beauval, puis robinetterie L. Saint-Germain et Cie, puis Saint-Germain et Beauval, puis Saint-Germain et Strub Friville-Escarbotin - 30 place Jean-Jaurès - en ville - Cadastre : 1983 AH 18 à 24
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vimeu industriel
    Historique :
    dans la nouvelle zone industrielle de Feuquières-en-Vimeu. Selon le Panorama de l'Industrie de La fonderie de cuivre Jean-Baptiste Beauval est mentionnée pour la première fois en 1867. Léandre matrices cadastrales indiquent que l'usine est composée en 1921 de bureaux, de magasins, d'un atelier de Picardie, l'entreprise employait plus de 50 salariés en 1962 et plus de 45 en 1983.
    Observation :
    Ce dossier de recensement du patrimoine industriel de la Somme, établi en 1988 par Benoit Dufournier, a été mis à jour et enrichi par Frédéric-Nicolas Kocourek en 2014, dans le cadre de l’inventaire topographique du Vimeu industriel.
    Toit :
    ardoise tuile mécanique matériau synthétique en couverture
    Description :
    accessible depuis la rue par une grande porte cochère. Les bureaux sont construits en briques avec un toit à longs pans couvert d'ardoises et sont en rez-de-chaussée avec un étage de comble. Les ateliers de fabrication sont construits en briques et possèdent des toitures en sheds couverts d'ardoises. Le logement patronal situé au n° 22 de la place Jean-Jaurès est construit en briques et couvert d'ardoises. Établie à transformée en fenêtre.
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Friville-Escarbotin - 30 place Jean-Jaurès - en ville - Cadastre : 1983 AH 18 à 24
    Illustration :
    Vue aérienne, flanc sud, en 1988. IVR22_19888001445P Atelier de fabrication, vue partielle, flanc est, en 1990. IVR22_19908000311Z
  • Monument aux morts de Vaudricourt
    Monument aux morts de Vaudricourt Vaudricourt - Le Village - Cadastre : A non cadastré
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vimeu industriel
    Observation :
    Placé au centre du village, au sud de l'église, et inauguré en juin 1923, le monument aux morts de
    Description :
    obélisque en calcaire, sur une base de plan carré. La face principale est ornée d'un décor en relief
    Annexe :
     : Bethencourt-sur-Mer, Brutelles, Feuquières-en-Vimeu, Meneslies, Mons-Boubert, Nibas, Ochancourt, Pendé -le-Grand, Quend, Saigneville, Saint-Maxent, Saint-Ouen, Saint-Valery-sur-Somme, Sorel-en-Vimeu, Le Titre, Toeufles, Vercourt, Vironchaux, Yaucourt-Bussus, Yvrench FIERAIN Léon : Acheux-en-Vimeu, Ailly-le , Lignières-en-Vimeu, Maison-Roland, Mesnils-Domqueur, Neuilly-l´Hôpital, Noyelles-en-Chaussée, Oneux, Pont , Naours, Revelles, Saint-Maulvis, Salouel, Sorel-le-Grand, Tours-en-Vimeu, La Vicogne ROMBAUX-ROLAND -en-Vimeu, Lucheux, Neuville-au-Bois, Occoches, Vergies DELWAULLE (Hesdin) : Le Boisle, Boufflers , Martainneville DULERMEZ Jules : Argoules, Boismont, Bussus-Bussuel, Cambron, Caours, Crécy-en-Ponthieu, Domart , Esclainvillers, Puchevillers, Rubempré, Saint-Vaast-en-Chaussée Conty ORLHAC Léon : Bacouel, Belleuse, Bosquel , Saisseval, Talmas, Villers-Bocage Rosières-en-Santerre DUBOSQUEILLE Léon : Chuignolles, Hallu, Rouvroy-en -l´Hallue, Beaufort-en-Santerre, Becquigny, Bresle, Cerisy, Contay, Gentelles, Heilly, Lihons
  • Fabrique de serrures et de cadenas Roy-Catois, puis Debeaurain, puis Quesdeville
    Fabrique de serrures et de cadenas Roy-Catois, puis Debeaurain, puis Quesdeville Béthencourt-sur-Mer - 25 Grande-Rue - en village - Cadastre : 2014 B 394 à 398
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vimeu industriel
    Historique :
    zone industrielle de Feuquières-en-Vimeu. Les ateliers de fabrication situés au sud accueillent La fabrique de clés et de cadenas d'Anthème Roy-Catois est connue en 1840. Elle est rachetée en 1885 par Narcisse Ferdinant Debeaurain, qui fait construire un atelier (parcelle B 121) en 1887 , atelier démoli et reconstruit en 1894 (matrices cadastrales). En 1892, il cède l'usine à ses deux fils . En 1898, Fernand quitte la société après la mort de son père et s'installe comme quincailler à Montrouge. Gustave Debaurain prend alors seul la direction de l'entreprise. En 1899, il fait démolir l'atelier pour faire construire une fabrique de serrurerie, équipée en 1902 d'un moteur à gaz, d'une chaudière et d'une machine à vapeur. Un atelier est ajouté à l'ensemble en 1905. Dans le recensement de population de 1906, Gustave Debeaurain se déclare industriel. Un en-tête de facture d'entreprise donne une fabrication et à des écuries en fond de parcelle. L'atelier de fabrication principal, de grande dimension
    Observation :
    Ce dossier de recensement du patrimoine industriel de la Somme, établi en 1990 par Benoit Dufournier, a été mis à jour et enrichi par Frédéric-Nicolas Kocourek en 2014, dans le cadre de l’inventaire topographique du Vimeu industriel.
    Référence documentaire :
    Béthencourt-sur-Mer. Usine Debeaurain, en-tête de facture imprimée, 1902 (coll. part.). Béthencourt-sur-Mer. En-tête de facture de l'usine Debeaurain, vers 1950 (coll. part.).
    Toit :
    tuile flamande mécanique tuile mécanique ciment en couverture
    Description :
    secondaire depuis la rue de Gamaches. Ce premier accès est encadré par deux bâtiments, édifiés en briques, à
    Localisation :
    Béthencourt-sur-Mer - 25 Grande-Rue - en village - Cadastre : 2014 B 394 à 398
    Illustration :
    En-tête de facture de l'usine Debeaurain, 1902 (coll. part.). IVR22_20158006369NUCA Détail de l'en-tête de facture de l'usine Debeaurain, 1902 (coll. part.). IVR22_20158006370NUCA En-tête de facture de l'usine Debeaurain, vers 1950 (coll. part.). IVR22_20158006372NUCA Vue aérienne, flanc ouest, en 1988. IVR22_19888001454P
  • Le village de Bourseville
    Le village de Bourseville Bourseville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vimeu industriel
    Texte libre :
    production au sein d'un seul ensemble dans la ZAC de Feuquières-en-Vimeu. La fonderie Capelle, créée dans les autres communes du Vimeu industriel. Près de 21 serruriers, 21 briquetiers, 33 ouvriers en vis, 1 mouleur La commune de Bourseville s'étend sur une superficie de 807 hectares et comprend en 2012 une . Construites en torchis jusqu'au milieu du 19e siècle et en briques par la suite, la commune conserve encore de de Belloy. Comparativement à d'autres villes et villages du Vimeu industriel, la commune de l'eau courante n’est pas encore disponible dans les villages. En raison du caractère limoneux du puits qui ne sont destinés qu'à l'alimentation en eau potable. Ces mares servent alors de bassins une place importante, la commune de Bourseville, comme l'ensemble des communes du Vimeu, développe son . Ce n'est qu’en 1906 que la tendance s'inverse, soit à une époque plus tardive que dans la plupart des , les écuries et la cité ouvrière. L’ensemble est complété par des ateliers en sheds destinés à l'usine
    Illustration :
    Vue aérienne du village en 1947. IVR22_20158005925NUCA La cité Flet et une croix de tuf à l'entrée du village, en 1990. IVR22_19908000455Z
  • Ancienne usine de serrurerie et fonderie Charles Guerville, puis Ch. Guerville Fils et Riquier Frères, puis Guerville, Riquier et Cie puis usine de serrurerie Bricard
    Ancienne usine de serrurerie et fonderie Charles Guerville, puis Ch. Guerville Fils et Riquier Frères, puis Guerville, Riquier et Cie puis usine de serrurerie Bricard Fressenneville - 54, 56 rue Roger-Salengro ancienne rue d'Abbeville - en ville - Cadastre : 1983 AC 43, 272 à 295
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vimeu industriel
    Historique :
    Industrielle du Vimeu, à Feuquières-en-Vimeu, au cours des années 1990. La première fabrique est établie route Cette usine de serrurerie et de fonderie est fondée en 1803 à l'initiative de Charles Guerville négociant dans celui de 1872. En 1889, est créée la société Charles Guerville fils et Riquier frères, qui réunit Ernest Riquier, Julien Riquier et Edouard Riquier. Après un bref changement en 1908 (Éts Maquennehen et Guerville), elle redevient société des Éts Guerville-Riquier en 1911. En 1972, l’usine est un magasin, achevé en 1855, puis une maison, en 1865. Cette première fabrique est connue par bibliothèque d'Abbeville conserve un exemplaire, montre des bâtiments disposés suivant un plan en U, autour un grand portail. Le bâtiment en fond de cour et l'aile gauche comptent un étage carré et présentant principal. A droite de la cour, apparaît un bâtiment en rez-de-chaussée, à usage d'atelier. Une deuxième vue montre la cour située à l'arrière, dans laquelle s'élève une autre aile en retour d'équerre. La façade
    Observation :
    jour et enrichi par Romain Grimaud en 2012, dans le cadre de l'inventaire topographique du Vimeu Ce dossier de repérage du patrimoine industriel, établi en 1988 par Benoit Dufournier, a été mis à
    Référence documentaire :
    Manufacture de Serrurerie de Picardie [usine Riquier] à l'exposition universelle de Paris en 1889
    Description :
    accès secondaire depuis la rue Jules-Clément. Rue Roger-Salengro, deux bâtiments en briques à ossature fabrication. Au nord et au sud, sont construits d'autres ateliers de fabrication en brique, principalement en rez-de-chaussée, à couverture en sheds. Au sud-est, se trouvent des ateliers de fabrication de plus petites dimensions (également en brique à couverture en sheds), dont la partie centrale se signale par sa
    Localisation :
    Fressenneville - 54, 56 rue Roger-Salengro ancienne rue d'Abbeville - en ville - Cadastre : 1983
    Illustration :
    Vue aérienne du site depuis l'ouest, en 1988. IVR22_19888001498P Vue aérienne de l'usine et de la ville depuis le sud, en 1988. IVR22_19888001423P Vue aérienne de l'usine, de la cité Guerville depuis le nord, en 1988. IVR22_19888001425P Façades de l'usine, rue Roger-Salengro, en 1988. IVR22_19888000595Z Façades l'usine, rue Roger-Salengro, en 1988. IVR22_19908000024Z L'entrée principale et les ateliers, en 1988. IVR22_19888000597Z L'entrepôt, rue Roger-Salengro, en 1988. IVR22_19888000599Z Atelier de fabrication, flanc nord, depuis la rue Karl-Marx, en 1990. IVR22_19908000018Z Atelier de fabrication, flanc sud, en 1990. IVR22_19908000017Z Atelier de fabrication, flanc est, en 1990. IVR22_19908000016Z
  • Ancienne robinetterie puis usine de serrurerie Bricard et Gauthier, devenue usine de serrurerie Bricard J. et G., puis Bricard et Cie, puis robinetterie Bricard et Cie, actuellement robinetterie Chuchu-Decayeux
    Ancienne robinetterie puis usine de serrurerie Bricard et Gauthier, devenue usine de serrurerie Bricard J. et G., puis Bricard et Cie, puis robinetterie Bricard et Cie, actuellement robinetterie Chuchu-Decayeux Woincourt - 12 rue du Chevalier-de-la-Barre - en village - Cadastre : 1984 AB 44 à 53, 117, 125 à 127 1984 AE 10 à 16, 19, 22 à 25
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vimeu industriel
    Historique :
    déménage son appareil productif à Oust-Marest et sur la nouvelle zone industrielle du Vimeu à Feuquières-en En 1782, Charles Sterlin, quincaillier, vend dans son magasin de Paris, des serrures du Vimeu installer une machine à vapeur en 1852 dans une usine du Vimeu. Ses deux fils, Charles et Alphonse, se achetées à Gauthier, marchand de serrures et commissionnaires à Woincourt. En 1821, il achète un atelier de cylindres cannelés à Woincourt afin de le transformer en manufacture de clés dont il confie la direction à brevet d'une serrure à un tour et demi, à un seul ressort en 1825. Il embauche en 1822 un certain Eugène Bricard. En 1829, la petite entreprise se fait connaître grâce à un autre brevet de serrures à deux pènes décède en 1834 et Eugène Bricard rachète le magasin de Paris tandis que Laurent Gauthier rachète l'usine déclarent fabricants de serrures, en 1851, date à laquelle Eugène Gauthier, le troisième fils de Laurent Paris deviennent trop exigus et, en 1868, Eugène Bricard achète à la Marquise de Gasville l'hôtel de
    Référence documentaire :
    (en cours de classement).
    Toit :
    ardoise ciment amiante en couverture verre en couverture
    Description :
    Conciergerie à un étage et étage de comble, en brique et essentage de planches, toit à longs pans et croupe couvert d'ardoise ; logement patronal en brique à un étage carré et étage de comble, toit à longs pans couvert d'ardoise ; atelier de fabrication principal en brique, toit à longs pans à pignon découvert ; bureau à un étage carré, toit en terrasse ; extensions des ateliers de fabrication en rez-de -chaussée, en sheds et sous toit à longs pans ; logements d'ouvriers à un étage carré à élévation
    Localisation :
    Woincourt - 12 rue du Chevalier-de-la-Barre - en village - Cadastre : 1984 AB 44 à 53, 117, 125 à
    Illustration :
    Plan de la fabrique de serrurerie en 1853. IVR22_20138015630NUC2A Plan de la chaudière à vapeur installée dans l'usine en 1853. IVR22_20138015626NUC2A Vue aérienne depuis le sud-est, en 1990. IVR22_19888001417P Atelier de fabrication, vue générale, en 1990. IVR22_19908000529Z Atelier de fabrication, en 1990. IVR22_19908000476X Atelier de fabrication, en 1990. IVR22_19908000502Z Atelier de fabrication, vue intérieure, en 1990. IVR22_19908000511Z Bâtiments sociaux, en 1990. IVR22_19908000533Z Elévation antérieur de la conciergerie, en 1990. IVR22_19908000524Z Détail de la conciergerie, en 1990. IVR22_19908000525Z
  • L'agglomération d'Ault
    L'agglomération d'Ault Ault
    Historique :
    favorisé par le tracé de la ligne de tramway à vapeur reliant Feuquières-en-Vimeu à Ault (par Friville -Pierre est fondée en 1340, remaniée à la fin du 15e siècle et au début du 16e siècle ; au 16e siècle trouvait le cimetière, déplacé en 1906 et transformé en place publique à usage de marché et de parc de stationnement à automobiles. De nombreux moulins à vent étaient élevés : il en aurait existé cinq sur les vent en bois situé à l'emplacement du Château du Moulinet, maison de villégiature construite en 1883 à sel, une filature de coton, un hôpital Saint-Julien, créé en 1559 (à l'emplacement du gymnase actuel, ou de l'ancienne école de filles), peint par Macqueron en 1853, et un château, situé le long du maisons, en torchis, ont souvent été la proie des flammes : en 1824, près de 80 maisons sont détruites rue parts en parts, à la suite de l'éboulement de la falaise. L'histoire de l'agglomération est bouleversée -peintres ou des écrivains. Le peintre Léon Cogniet y peint des toiles dans les années 1830. Victor Hugo, en
    Référence documentaire :
    p. 331-334. ARDOUIN-DUMAZET. Voyage en France : littoral du pays de Caux, Vexin, Basse-Picardie
    Description :
    . Le cimetière est implanté en bordure de la rue du 11-Novembre 1918 (ancienne rue du Moulin).
    Annexe :
    la plage. Selon Prarond, Ault est érigée en commune vers 1206 par Thomas, seigneur de Saint-Valery population de se reconvertir dans le commerce et les services. Ardouin-Dumazet, en 1898 écrit : 'Les serruriers et les petits bourgeois louent en été des appartements meublés aux baigneurs, quelques hôtels de la population locale, très fluctuante. Selon Prarond, la commune comptait 5000 habitants en 1700 Victor Hugo au Bourg d'Ault (1837) En 1835, 1837 et 1849, Victor Hugo visite par trois fois la Côte picarde. En 1835, il se rend uniquement au Tréport, mais lors d'un second voyage dans le Nord de la France , en 1837, après des étapes à Amiens, Picquigny, Abbeville, Saint-Riquier, Doullens, Arras, Boulogne sont venues en juin cette année, les épis de juillet se coupent en septembre. Mais mon champ était tout en haut, sur le toit, une douzaine de bateaux pêcheurs à l'ancre et jetant leurs filets. Je n'ai sec qui avait deux pieds. C'était un pauvre vieillard, plié en deux sous son fardeau bien plus composé
1 2 3 4 9 Suivant