Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 3201 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ancienne verrerie de la Société des verreries de l'Oise, puis usine de construction mécanique Somenor (Société Métallurgique du Nord)
    Ancienne verrerie de la Société des verreries de l'Oise, puis usine de construction mécanique Somenor (Société Métallurgique du Nord) Creil - le Long-Boyau - impasse de la Verrerie quai d' Aval - en ville - Cadastre : AD 58-61
    Historique :
    verrerie ferme en 1930. La société Somenor (Société Métallurgique du Nord) s'installe dans les bâtiments Vieille-Montagne et une cité ouvrière. La société fabrique des machines pour le travail de la tôle
    Référence documentaire :
    Etablissement de troisième catégorie (installation de fours fumivores) : verrerie de l'Oise Société Constitution de la Société des Verreries de l'Oise, 1876. AC Creil. Série I ; 5 I 9. [Vieille société Somenor à Creil, 1951. Installation de la société SOMENOR à Creil, 1954. AD Oise. Série W ; sous-série 551W : 551W14436 société Somenor, 1960-1971.
    Titre courant :
    Somenor (Société Métallurgique du Nord) Ancienne verrerie de la Société des verreries de l'Oise, puis usine de construction mécanique
    Appellations :
    Société des verreries de l'Oise
  • Ancienne Cie sucrière de Poix, puis Société métallurgique de Douai, puis Sté métallurgique des usines d'Ailly, puis Laminoirs de Thionville, puis Mullca, puis usine de construction métallique SICA Tubesca
    Ancienne Cie sucrière de Poix, puis Société métallurgique de Douai, puis Sté métallurgique des usines d'Ailly, puis Laminoirs de Thionville, puis Mullca, puis usine de construction métallique SICA Tubesca Ailly-sur-Noye - 91 rue Sadi-Carnot - en ville - Cadastre : 1989 AI 112 à 114
    Historique :
    transformée en laminoir métallurgique en 1909 par Rudolf Kronenberg, reprise en 1914 par la Société Métallurgique de Douai, puis par Fernand Gillet et devient en 1924 Société Métallurgique des Usines d'Ailly-sur siècle. L'usine est devenue entreprise de laminage Mullca. Elle est reprise par la société Sica Tubesca
    Titre courant :
    Ancienne Cie sucrière de Poix, puis Société métallurgique de Douai, puis Sté métallurgique des
    Appellations :
    Sté métallurgique de Douai Sté métallurgique des usines d'Ailly
  • Ancienne filature de lin Gamand et Galet, puis Charles Pouilly, devenue usine de traitement de surface des métaux Laillet (Société Métallurgique d'Amiens), puis usine de teinturerie Benoist Frères et Benoist et Cie
    Ancienne filature de lin Gamand et Galet, puis Charles Pouilly, devenue usine de traitement de surface des métaux Laillet (Société Métallurgique d'Amiens), puis usine de teinturerie Benoist Frères et Benoist et Cie Amiens - Ville Basse - 5 rue de Mai - en ville - Cadastre : 1854 H 264, 266 1984 AB 111, 112, 116
    Historique :
    halle occupant l'angle sud-ouest de la parcelle. La société métallurgique d’Amiens apparaît sur le plan
    Référence documentaire :
    Plan de l'usine de la société métallurgique d'Amiens, dessin vers 1901 (AD Somme ; M 81740). Soc[iét]é métallurgique d'Amiens. In : Nouveau plan d'Amiens monumental, industriel et commercial
    Titre courant :
    surface des métaux Laillet (Société Métallurgique d'Amiens), puis usine de teinturerie Benoist Frères et
    Appellations :
    Laillet Sté métallurgique d'Amiens
    Illustration :
    Plan de l'usine de la société métallurgique d'Amiens, dessin vers 1901 (AD Somme ; M 81740 Soc[iét]é métallurgique d'Amiens. Extrait du Nouveau plan d'Amiens monumental, industriel et
  • Ancienne malterie Gaytte et Duluard, puis usine métallurgique de la Société des Usines à zinc, puis de la Société anonyme des Mines et Fonderies de la Vieille-Montagne
    Ancienne malterie Gaytte et Duluard, puis usine métallurgique de la Société des Usines à zinc, puis de la Société anonyme des Mines et Fonderies de la Vieille-Montagne Creil - 103 à 107 rue Jean-Jaurès 1 à 8 impasse de la Verrerie - en ville - Cadastre : AD 35
    Historique :
    carrelages. L'usine périclite rapidement et en 1908, une autorisation est accordée à la Société des Usines à d'oxydes et de cendres de zinc. La Société des Usines à zinc de Creil est vendue à la Société Anonyme des englobe l'usine métallurgique de fabrication de fers à cheval (étudiée). Après la Seconde Guerre mondiale première fusion. La Société de la Vieille-Montagne se spécialise dès lors dans le traitement des déchets , la Société de la Vieille-Montagne acquiert le château de Vaux à Creil ainsi qu'une maison située rue
    Référence documentaire :
    Vieille-Montagne. Société anonyme des mines et fonderies de zinc de la Vieille-Montagne, Paris Dossier société de la Vieille-Montagne : 1971. AC Montataire. Série W ; sous-série 96W : 96W8 Société parisienne de produits céramiques, Garchey, 1898-1899. AD Oise. Série M ; sous-série 5M la Société Vieille-Montagne, 1950. Société des Mines et fonderies de zinc de la Vieille-Montagne. Vieille-Montagne, 1837-1962, SA Plan de la Société Anonyme des Mines et Fonderies de Zinc de la Vieille-Montagne, usine de Creil Plan et coupe des cheminées : société des mines et fonderies de la Vieille-Montagne, usine de Creil
    Dénominations :
    usine métallurgique
    Statut :
    propriété d'une société privée
    Titre courant :
    Ancienne malterie Gaytte et Duluard, puis usine métallurgique de la Société des Usines à zinc, puis de la Société anonyme des Mines et Fonderies de la Vieille-Montagne
    Appellations :
    Société des Usines à zinc
  • Usine métallurgique dite Aciéries et Forges d'Albert, puis Rullon et Cie
    Usine métallurgique dite Aciéries et Forges d'Albert, puis Rullon et Cie Albert - route de Mailly - en ville - Cadastre : 1983 AT 277, 278
    Historique :
    Fabrique de limes Nançon Leclabard, transformée en société des Aciéries et Forges d'Albert
    Dénominations :
    usine métallurgique
    Titre courant :
    Usine métallurgique dite Aciéries et Forges d'Albert, puis Rullon et Cie
    Appellations :
    société des Aciéries et Forges d'Albert
  • Ancien fabriquant d'articles de quincaillerie Delabie et Fils, puis Célinox Delabie Gaspard
    Ancien fabriquant d'articles de quincaillerie Delabie et Fils, puis Célinox Delabie Gaspard Friville-Escarbotin - 45 rue Marius-Briet - en ville - Cadastre : 2014 AC 218
    Historique :
    de 1962 indique que la société Delabie et Fils Quincaillerie emploie entre 20 et 50 salariés. Selon la même revue en 1983, la société change de raison sociale pour s'appeler Delabie Gaspard et Fils et
    Dénominations :
    usine métallurgique
  • Ancien moulin, dit moulin Neuf, devenu usine métallurgique Desnoyers, puis fonderie d'aluminium Montupet
    Ancien moulin, dit moulin Neuf, devenu usine métallurgique Desnoyers, puis fonderie d'aluminium Montupet Laigneville - rue Pierre-et-Marie-Curie - en ville - Cadastre : AL 14 à 18, 29, 30, 199 à 201
    Dénominations :
    usine métallurgique
    Titre courant :
    Ancien moulin, dit moulin Neuf, devenu usine métallurgique Desnoyers, puis fonderie d'aluminium
    Illustration :
    Vue aérienne de l'ancienne usine annexe reprise en 1982 par la société Vallourec
  • Ancienne usine de construction métallique de la Société des Ponts et Travaux en Fer, devenue usine métallurgique Usinor, puis Arcelor-Mittal
    Ancienne usine de construction métallique de la Société des Ponts et Travaux en Fer, devenue usine métallurgique Usinor, puis Arcelor-Mittal Montataire - rue de Finsterwalde - en ville - Cadastre : AT 187
    Historique :
    appartenant à la société des forges et fonderie de Montataire. En 1859, une locomobile à vapeur à cylindre par la Société des Ponts et Travaux en Fer. La société est dès l'origine spécialisée dans la Compagnie Française d'Entreprise, société nantaise spécialisée dans le montage de structures métalliques (tours, ponts). La société conserve les principaux bâtiments et fait construire quelques annexes de situés dans le prolongement des anciens ateliers. Au début des années 1980, la société Usinor, voisine de de l'Oued Sébaou (Rebéval) ou en Roumanie sur l'Olto (Goran). La Société des Ponts et Travaux en Fer
    Référence documentaire :
    AC Montataire. Série O ; sous-série 1O : 1O19. Urbanisme, permis de construire : société des Ponts Dossier Société des Ponts et Travaux en Fer : 1958. AC Montataire. Série W ; sous-série 96W : 96W2 AC Montataire. Série W ; sous-série 96W : 96W3. Etablissements classés ; dossier Société des Ponts Dossier société CEM : 1972. AC Montataire. Série W ; sous-série 96W : 96W8. Etablissements classés AD Oise. Série W ; sous-série 617W : 617W18126. Société des Ponts et Travaux en Fer, dommages de AD Oise. Série W ; 617W 18127. Société des Ponts et Travaux en Fer, dommages de guerre, 39-45. AD Oise. Série W ; 617W 18128. Société des Ponts et Travaux en Fer, dommages de guerre, 39-45. Société des Ponts et Travaux en Fer, 93 rue Taitbout, Paris. Atelier de Montataire (Oise), côté Société des Ponts et travaux en Fer de Montataire. Papier, calque, couleur, 1923. (AD Oise ; 9Sp43). Plan de la société des Ponts et Travaux en Fer ; ateliers de Montataire. Papier, couleur, échelle
    Dénominations :
    usine métallurgique
    Titre courant :
    Ancienne usine de construction métallique de la Société des Ponts et Travaux en Fer, devenue usine métallurgique Usinor, puis Arcelor-Mittal
    Appellations :
    Société des Ponts et Travaux en Fer
    Illustration :
    Plan des ateliers de la Société des Ponts et Travaux en Fer, 1943 (AD Oise ; 617W18128 Vue de l'usine Usinor et de la société des Ponts et Travaux en Fer (en haut à gauche), vers 1950
  • Les usines de métallurgie et de petite métallurgie du bassin creillois
    Les usines de métallurgie et de petite métallurgie du bassin creillois
    Référence documentaire :
    Société Industrielle d'articles d'éclairage, usine de Creil. Plan imprimé, couleur, échelle 0,01 m
    Dénominations :
    usine métallurgique
    Annexe :
    la Passerelle) La société anonyme des Etablissements Métallurgiques de Nogent-sur-Oise est installée et forme la société Lebrun-Daydé-Pillé. Au début de la décennie 1910, l'ensemble de l'activité est bronzes spéciaux pour les torpilles. La crise métallurgique du début des années 1930, conduit le conseil d à Paris). L'autre partie est vendue à la société Ferrettite le 22 décembre 1950 (devant le notaire également récupérés par la société Ferrettite. Cette dernière revend l'ensemble du site, des bâtiments et petite métallurgie Belgia, dite Société des Emailleries Réunies et forges de Creil et de la Sarre, puis société parisienne industrielle d'articles d'éclairage, est construite en 1896 près du passage à niveau du chemin de fer du Nord. Elle connaît une période de prospérité sous le nom de Société Industrielle société des Emailleries réunies et Forges de Creil et de la Sarre nouvellement constituée à Creil et qui n'est pas connue. La société parisienne Baurgard reprend le site vraisemblablement dans les années 1930
  • Ancien moulin à blé Daden, puis usine de papeterie, puis usine métallurgique dite Forges et Fonderie de Montataire, puis Usinor, puis Sollac, puis Arcelor, puis Arcelor-Mittal-Montataire
    Ancien moulin à blé Daden, puis usine de papeterie, puis usine métallurgique dite Forges et Fonderie de Montataire, puis Usinor, puis Sollac, puis Arcelor, puis Arcelor-Mittal-Montataire Montataire - rue Lénine route de Saint-Leu - en ville - Cadastre : AP 7 à 11, 44, 50, 64, 66 AS 78-80, 86-87 AT 187
    Historique :
    doit se tourner vers la Belgique. Les statuts de la société anonyme des Forges et Fonderies de à gaz (pour l'éclairage des ateliers) sont édifiés en 1845. La même année, la société des Forges 1860, un nouveau gazomètre est installé pour l'éclairage des ateliers. En 1864 la société vend le site par an. En 1880 un four Martin est installé dans l'usine. A la fin du 19e siècle, la société achète société des Forges connaît des difficultés économiques : le dernier four Martin et les trains à fer fusion en 1929 avec la Société Anonyme des Hauts Fourneaux et Laminoirs de la Sambre. Une centrale Société Anonyme des Hauts Fourneaux et Laminoirs de la Sambre est absorbée par les Forges et Aciéries du bâtiment pour les douches, d'un garage à vélos et d'une salle de sports. Entre 1948 et 1961, la société et Coloracier. Au début des années 1980, la société fait construire un grand bâtiment destiné au couverts. Longtemps dénommée société des Forges et Fonderies de Montataire, le site prend le nom d'Usinor
    Référence documentaire :
    . Etablissements classés ; dossier Société des Ponts et Travaux en Fer : 1963. [Papier à lettre à en-tête de la société Galvanor]. Impr. photoméc., couleur 1961 (AD Oise
    Dénominations :
    usine métallurgique
    Titre courant :
    Ancien moulin à blé Daden, puis usine de papeterie, puis usine métallurgique dite Forges et
    Annexe :
    ´ai accepté de vérifier l´évaluation faite par MM. Mertian et consors de l´établissement métallurgique se constituer en société anonyme pour l´exploitation de l´usine sus mentionnée. En juin, j´ai visité qu´on peut et doit avoir dans la Société Anonyme qu´il s´agit de créer Le véritable motif qui détermine M. Mertian à créer une Société Anonyme c´est la crainte, vu son âge et l´absence d´héritiers nécessaires pour être autorisés à exploiter l´usine de Montataire sous la forme d´une Société Anonyme. Fait à
  • Jeu d'échecs
    Jeu d'échecs Noyon - Ancien évêché Saint-Benoît, actuel musée du Noyonnais - en ville
    Dénominations :
    jeu de société
  • Ancienne usine métallurgique Etilam, puis Aciers Spéciaux de la Chiers, puis Calibracier, puis Pav
    Ancienne usine métallurgique Etilam, puis Aciers Spéciaux de la Chiers, puis Calibracier, puis Pav Corbie - rue de Bablogne - en ville - Cadastre : 1976 S 63 à 65, 68, 167, 168, 171
    Historique :
    Usine métallurgique Etilam installée au lendemain de la seconde guerre mondiale et reprise par les
    Dénominations :
    usine métallurgique
    Titre courant :
    Ancienne usine métallurgique Etilam, puis Aciers Spéciaux de la Chiers, puis Calibracier, puis Pav
    Destinations :
    usine métallurgique
  • Anciens Etablissements Métallurgiques Boyer, puis ateliers de Peronne, puis Burton'Steel
    Anciens Etablissements Métallurgiques Boyer, puis ateliers de Peronne, puis Burton'Steel Saint-Quentin - faubourg d' Isle - 24 route de Gauchy 71 à 81 chemin Clastrois boulevard du Docteur-Camille-Guerin - en ville - Cadastre : 2004 BY 188, 247, 333, 334, 360, 412, 414, 415
    Historique :
    Vers 1930, les Etablissements Métallurgiques Boyer créent sur ce site une usine de construction mécanique. Cette entreprise, fondée en 1926, succède à la société F. Schmidt et Cie à la tête de l'usine de par les Ateliers de Péronne, concessionnaire de la société BATINORM. Vers 1986-1987, les administrateurs (MM. Groebli, Demy, etc.) d'une autre entreprise métallurgique, Burton'Steel, reprennent l'établissement. Les services commerciaux des sociétés Boyer et Burton'Steel sont alors regroupés aux seins des aujourd'hui désaffectés. La société Boyer emploie sur ses deux sites industriels de Saint-Quentin entre 350
    Référence documentaire :
    Etablissements Métallurgiques Boyer - Dépôt des statuts - 22/11/1926 AD Aisne. Série U ; 255 U 187 . Justice de Paix de Saint-Quentin - Actes de sociétés - Constitutions - Statuts - Dissolutions. Etablissements Métallurgiques Boyer - Augmentation de capital - 10/01/1929 AD Aisne. Série U ; 255 U 190. Justice de Paix de Saint-Quentin - Actes de sociétés - Constitutions - Statuts - Dissolutions. Etablissements Métallurgiques Boyer - Transfert de siège - 08/10/1934 AD Aisne. Série U ; 255 U 195 . Justice de Paix de Saint-Quentin - Actes de sociétés - Constitutions - Statuts - Dissolutions. Etablissements Métallurgiques Boyer. Papier à en-tête, 21-08-1947 (AC Saint-Quentin. Service de Etablissements Métallurgiques Boyer. Papier à en-tête, 28-08-1950 (AC Saint-Quentin. Service de Société F. Schmidt et Cie à St-Quentin - Usine route de Chauny - Pavillon du concierge et bureau de
    Auteur :
    [commanditaire] Etablissements Métallurgiques Boyer
    Titre courant :
    Anciens Etablissements Métallurgiques Boyer, puis ateliers de Peronne, puis Burton'Steel
    Appellations :
    Etablissements Métallurgiques Boyer
    Illustration :
    Vue aérienne du site vers 1961-1962. Au premier plan, l'ancienne usine métallurgique Leroy-Lefèvre
  • Ancienne sucrerie de betteraves Dazin, puis Dubar et Cie, puis Candeliez René, devenue sucrerie agricole coopérative, dite La Délivrance
    Ancienne sucrerie de betteraves Dazin, puis Dubar et Cie, puis Candeliez René, devenue sucrerie agricole coopérative, dite La Délivrance Fins - 3 rue du Pavé - en village - Cadastre : 2015 D 120 à 123 et 125
    Historique :
    confie la réalisation à la Société Métallurgique. La commande de l'intervention de la Société auxquelles la gare est rattachée. Elle passe sous le statut de société anonyme (acte de création de la société Sucrerie de Fins-Sorel, du 22 février 1891, devant Me Waxin, notaire à Fins). Avec ce changement de statut juridique, le capital de la société est porté à 200.000 francs et permet d'investir de livraisons de betteraves par wagons. En 1903, un avenant au contrat d'assurance souscris par la société ensemble, tant pour les bâtiments que pour les machines. Le 5 décembre 1921, la société, dirigée par Léon Métallurgique évalue le montant de son intervention à près de 4 millions de francs. Le chantier dure toute une extension, dont l'entrée porte l'inscription Société Coopérative La Délivrance. L'activité
    Auteur :
    [ingénieur] Société Métallurgique
  • Ancienne usine de construction mécanique et métallique F. Schmidt et Cie, puis Etablissements Métallurgiques Boyer (vestiges)
    Ancienne usine de construction mécanique et métallique F. Schmidt et Cie, puis Etablissements Métallurgiques Boyer (vestiges) Saint-Quentin - Remicourt - 36 à 39 rue Lecat 50 à 52 rue Jacquard 2 rue Claude-Debussy 37 à 39 rue Poiret - en ville - Cadastre : 2004 AZ 204, 205, 360, 376, 428
    Historique :
    , Fernand-François, Fernand-Emile et Georges Boyer fondent les Etablissements Métallurgiques Boyer , reprenant l'exploitation de l'usine métallurgique de Saint-Quentin et implantant le siège social à Paris administrateurs d'une autre entreprise métallurgique de la ville, Burton'Steel (dont MM. Groebli, Demy, etc.). A cette occasion, les services commerciaux des sociétés Boyer et Burton'Steel sont regroupés aux seins des
    Référence documentaire :
    sanitaire - Etablissements Métallurgiques Boyer - 1932. . Etablissements Métallurgiques Boyer. 1931, 1947 (permis n° 55). Métallurgiques Boyer - 1949 (permis n° 194), 1950 (permis n° 210). Commerce de Saint-Quentin - Dépôt des actes de sociétés - Registres d'enregistrement. Commerce de Saint-Quentin - Dépôt des actes de sociétés - Registres d'enregistrement. 178. Justice de Paix de Saint-Quentin - Actes de sociétés - Constitutions - Statuts - Dissolutions. Paix de Saint-Quentin - Actes de sociétés - Constitutions - Statuts - Dissolutions. Etablissements Métallurgiques Boyer - Dépôt des statuts - 22/11/1926 AD Aisne. Série U ; 255 U 187 . Justice de Paix de Saint-Quentin - Actes de sociétés - Constitutions - Statuts - Dissolutions. Etablissements Métallurgiques Boyer - Augmentation de capital - 10/01/1929 AD Aisne. Série U ; 255
    Titre courant :
    Métallurgiques Boyer (vestiges)
    Appellations :
    Etablissements Métallurgiques Boyer
    Annexe :
    1905 de 3 autres. A cette époque (1 semestre 1905) l´affaire est mise en société en commandite au sur prêts hypothécaires jusqu´à Frs 2 600 000. En1908 la société achète les terrains qui bordent la 1914 la Société fabriquait : - le métier à broder, - la charpente en fer et les appareils de levage
    Illustration :
    Papier à en-tête de la société F. Schmidt et Cie, 1925 (AC Saint-Quentin). IVR22_20040200790NUCAB Papier à en-tête des Etablissements Métallurgiques Boyer, 1947. IVR22_20040200791NUCAB Papier à en-tête des Etablissements Métallurgiques Boyer, 1950 (AC Saint-Quentin
  • Ancienne usine de construction mécanique Pernaut Caron, puis usine de chaudronnerie amiénoise industrie métallurgique, puis S.C.I. Malingue et Cie
    Ancienne usine de construction mécanique Pernaut Caron, puis usine de chaudronnerie amiénoise industrie métallurgique, puis S.C.I. Malingue et Cie Amiens - 518 route de Rouen - en ville - Cadastre : 1974 HY 371
    Historique :
    2e quart 20e siècle. Ils étaient occupés en 1962 par la société amiénoise d'industrie métallurgique
    Titre courant :
    industrie métallurgique, puis S.C.I. Malingue et Cie
    Appellations :
    usine de chaudronnerie amiénoise industrie métallurgique
  • Ancien tissage de lin et de coton Gernez et Cie, devenu usine de construction métallique dite Sté Nouvelle des Ateliers Métallurgiques de la Jatte, puis Ets Bonin (vestiges)
    Ancien tissage de lin et de coton Gernez et Cie, devenu usine de construction métallique dite Sté Nouvelle des Ateliers Métallurgiques de la Jatte, puis Ets Bonin (vestiges) Épehy - rue Raoul-Trocmé - en village - Cadastre : 1986 AC 91
    Historique :
    cessé son activité en 1967. Ses locaux ont été repris par la Société Nouvelle des Ateliers Métallurgiques de la Jatte, puis par les Ets Bonin : construction métallique, tôle emboutie, armoires métalliques
    Titre courant :
    Nouvelle des Ateliers Métallurgiques de la Jatte, puis Ets Bonin (vestiges)
    Appellations :
    Sté Nouvelle des Ateliers Métallurgiques de la Jatte
  • Ancienne usine de construction mécanique, dite Société Industrielle Creilloise ou l'Industrielle, actuellement pépinière d'entreprises
    Ancienne usine de construction mécanique, dite Société Industrielle Creilloise ou l'Industrielle, actuellement pépinière d'entreprises Creil - 8, 10 rue Charles-Somasco - en ville - Cadastre : AL 64-66
    Historique :
    principales sociétés houillères et métallurgiques de France. Elle est partiellement touchée par les La Société Industrielle Creilloise est fondée en 1895 dans une partie des bâtiments de l'ancienne entre la Brèche et la rue Charles-Somasco. La Société Industrielle Creilloise se spécialise ensuite dans désinfection. Une Société Anonyme est créée en 1941. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la SIC soutient
    Référence documentaire :
    Société Industrielle Creilloise, novembre 1916. AD Oise. Série R ; sous-série 2R : 2RP1306. Usines AD Oise. Série W ; sous-série 753 W : 753W26831. Dommages de guerre 1939-1945. Société Industrielle AD Oise. Série W ; sous-série 753W : 753W27355. Dommages de guerre, 1939-1945. Société Industrielle AD Oise. Série W ; sous-série 1105W : 1105W44. Etablissements classés : Société Industrielle "Creil et ses industries : la société industrielle de Creil". La gazette de Creil. Supplément de [Papier à lettre à en-tête de la Société Industrielle Creilloise], 10 juin 1941 (AD Oise [Papier à lettre à en-tête de la Société Industrielle Creilloise], (AD Oise ; 753W26831). [La Société Industrielle Creilloise]. Photographie aérienne, n. et b., Sanson Aviation (photographe
    Description :
    par un mur en brique contreforté. La Société Industrielle Creilloise utilisait à l'origine l'énergie
    Titre courant :
    Ancienne usine de construction mécanique, dite Société Industrielle Creilloise ou l'Industrielle
    Appellations :
    Société Industrielle Creilloise
    Illustration :
    Plan des ateliers de la Société industrielle Creilloise, 1912 (AD Oise ; 7Sp232 Vue aérienne de la Société Industrielle Creilloise (1995). IVR22_19956000636X Vue générale des ateliers de la Société Industrielle Creilloise. IVR22_20076000011VA Les bâtiments de la Société industrielle Creilloise depuis la rue Charles-Somasco
  • Ancienne usine de la Société des Constructions Métalliques de Rocourt, chaudronnerie Saint-Quentinoise
    Ancienne usine de la Société des Constructions Métalliques de Rocourt, chaudronnerie Saint-Quentinoise Saint-Quentin - quartier Rocourt - 10 rue Maurice-Bellonte - en ville - Cadastre : 2006 CM 116, 493, 500, 501
    Historique :
    la première tranche des ateliers de la Société de Constructions Métalliques de Rocourt. Cette construction métallique située rue de Lunéville à Saint-Quentin, la Société de Constructions Métalliques de l'établissement métallurgique Boubiéla (étudié), spécialisé dans la fabrication de matériel industriel de manutention. La société prend le nom de Chaudronnerie Moderne à la fin des années 1970, puis de Chaudronnerie
    Référence documentaire :
    1962 - Société des Constructions Métalliques de Remicourt - Construction d'ateliers. AC Saint 1972 et 1974 - Société de constructions Métalliques de Rocourt - Surélévation de bureaux et
    Auteur :
    [commanditaire] Société de Constructions Métalliques de Rocourt
    Titre courant :
    Ancienne usine de la Société des Constructions Métalliques de Rocourt, chaudronnerie Saint
    Appellations :
    Société de Constructions Métalliques de Rocourt
  • Ancienne distillerie d'alcool, dite de Sébastopol, puis usine de transformation des métaux Omnium Industriel de Ham, puis Cie Française des Produits métallurgiques, puis S.A. Cuivres et Alliages, puis Alcan-Softal
    Ancienne distillerie d'alcool, dite de Sébastopol, puis usine de transformation des métaux Omnium Industriel de Ham, puis Cie Française des Produits métallurgiques, puis S.A. Cuivres et Alliages, puis Alcan-Softal Ham - 38 route de Chauny - en ville - Cadastre : 1984 AM 1 à 14, 63 à 66
    Historique :
    , notaire à Valenciennes). A la fin du 19e siècle, elle apparait sous le statut d'une société anonyme au de Omnium industriel de Ham. Les bâtiments de production de la nouvelle société sont érigés en 1924 activité. Le site est repris en 1930 par la Compagnie Française des Produits Métallurgiques, qui devient en 1945 Cuivre & Alliage. Dans les années 1960, l'entreprise métallurgique devient l'un des premiers
    Description :
    de Chauny et la ligne de chemin de fer. La vocation métallurgique que connait le site après la
    Titre courant :
    Industriel de Ham, puis Cie Française des Produits métallurgiques, puis S.A. Cuivres et Alliages, puis Alcan
    Appellations :
    Cie Française des Produits métallurgiques
    Annexe :
    Française des Produits Métallurgiques, puis en 1945 par la S.A. Cuivres et Alliages. L'usine est devenue