Logo ={0} - Retour à l'accueil

Plaine N

Dossier IA80006432 réalisé en 2007

Fiche

Œuvres contenues

Appellationsplaine N
Dénominationsquartier
Aire d'étude et cantonGrand Amiénois
AdresseCommune : Amiens
Adresse : rue, Saint-Maurice , Cimetière de la Madeleine
Cadastre : 1813 F 187 à 188bis ; 2003 IZ 37, 39

Le registre communal indique que les concessions perpétuelles implantées en plaine N sont acquises entre 1837 et 1943, 14 ont été agrandies. Celles implantées en coeur de plaine (partie orientale) sont essentiellement des concessions temporaires.

Sur le plan général du cimetière (milieu 19e siècle), la plaine N est dessinée mais l'allée centrale n'a pas encore été aménagée. Les concessions sont essentiellement implantées au début de la bordure occidentale de la plaine. Lors de la seconde extension du cimetière, l'allée centrale, séparant en deux la plaine N, est percée.

On observe la présence de 95 concessions perpétuelles, implantées dans l'allée centrale et dans l'allée secondaire divisant la partie orientale de la plaine N. On observe également un nombre faible de concessions de type couloir. La bordure orientale de l'allée centrale présente un alignement régulier des concessions. En revanche, la bordure occidentale présente un alignement irrégulier avec la présence d'un enchevêtrement de concessions, en particulier autour des terrains N 43, N 44, N 45, N 46 et N 47.

L'allée principale a récemment été bordée d'un alignement d'arbres de tige, de type résineux (début des années 2000).

Dans cette plaine, le commissaire Stéphane Comte (1847), ne décrit que quatre tombeaux : la sépulture Cauet (N 50), la sépulture Leclercq-Poulain (N 49), la sépulture Tattegrain-Delabarthe (N 47) et la sépulture Soyer-Barbier (N 44).

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle

La plaine N, en forme de pétale ou de goutte, se situe au centre de la première extension du cimetière de la Madeleine. Elle se caractérise par un terrain très pentu avec un important dénivelé à l'ouest et un petit plateau à l'est. Elle forme une sorte de cuvette, dans laquelle l'allée centrale fait figure de petite vallée sèche. La plaine est desservie par une seule allée principale. Une allée secondaire matérialise le pourtour de la plaine et des allées de dessertes traversent sa partie orientale.

Les concessions perpétuelles sont regroupées le long de l'allée principale et les temporaires sont implantées en coeur de plaine (partie orientale).

Dans le cadre du recensement des concessions, 76 tombeaux antérieurs à 1950 ont fait l'objet d'un dossier individuel illustré.

Parmi les concessions recensées on signalera la faible quantité d'enclos funéraires, qui représente un peu plus de 8% des concessions subsistantes.

57 tombeaux sont signés ou attribués aux entrepreneurs (Mangot, Lesot, Sueur, Leroy-Digeon, Alexandre Leroy, J. Lamarre, Lamolet), marbriers ( Geevers, Delalieux, Moriamé-Dermonne, Dutry et Coënen), architectes (Massenot, Herbault, Milvoy, Pigou et Gérard Ansart) ou sculpteurs (Duthoit, Carvin et Athanase Fossé).

Monuments signalés dans le rapport de l'architecte communal en 1925 : N 44, N46, N49.

Typologie : les tombeaux présentent essentiellement la forme de stèle, notamment la forme de stèle à croix (19) ; il subsiste cependant 13 tombeaux en forme de chapelle, 4 colonnes funéraires (N 41, N 48, N 230, N 251), 2 croix funéraires (N 23 et N 52), 2 tombeaux en forme de niche monumentale (N 29 et N 32), 1 pilier en forme d'obélisque (N 54) et 5 tombeaux en forme de sarcophage (N 7, N 37, N 98, N 99 et N 276).

Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsinscrit MH, 1986/06/25
Précisions sur la protection

La plaine N en totalité.

Annexes

  • Plaine N. Monuments repérés.

    - Tombeau (stèle funéraire) Pimont-Cordier (N 3)

    Concession acquise en février 1874, par Alfred Pimont, teinturier, domicilié à Amiens, faubourg Saint-Maurice, 7 rue de l'Eglise.

    Cette concession, conservant sa clôture en fonte ouvragée, contient les vestiges d'une stèle en calcaire, difficile à identifier et probablement élevée entre 1854 (date de la première inhumation) et 1874 (date d´acquisition de la concession et de l´une des inhumations).

    - Tombeau (stèle funéraire) Courtois-Masse (N4)

    Concession acquise en octobre 1874, par Olympe Masse veuve Courtois, rentière, domiciliée à Amiens, 49 place Saint-Denis.

    Cette concession, conservant sa clôture, contient une stèle épaulée en pierre de Tournai, probablement élevée entre 1863 (date de la première inhumation) et 1879 (date de la dernière inhumation). Un arbre est en train d´engloutir progressivement la stèle.

    - Tombeau (stèle funéraire) Woirhaye-Arrachart (N10) ILLUSTRATION

    Concession acquise en novembre 1873, par Achille Woirhaye-Arrachart, capitaine d'artillerie en retraite et chevalier de la Légion d'Honneur, domicilié à Amiens, 33 Place Longueville.

    Cette concession, conservant sa clôture, contient une stèle trapézoïdale couronnée en calcaire, probablement élevée vers1873 (date d´acquisition de la concession et des deux premières inhumations).

    - Tombeau (stèle funéraire) Chevrier (N18)

    Concession acquise en avril 1874, par Marie Eugène Albert Chevrier, pensionnaire à l'Hospice Saint-Vincent-de-Paul, à Amiens.

    Cette concession, conservant sa clôture, contient une stèle néogothique ogivale en pierre de Tournai, déposée, probablement élevée vers 1865 (date de la première inhumation) pour le marchand-épicier Pierre Chevrier.

    - Tombeau (croix funéraire) Broise-Hirondart (N23)

    Concession acquise en octobre 1875, par Julie Hirondart Amable, veuve Broise, rentière, domiciliée à Amiens, 10 rue Martin Bleu Dieu.

    Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que l´entrepreneur Mercier a réalisé des travaux en 1876.

    Cette concession, conservant sa clôture, contient une croix funéraire en fonte, probablement élevée entre 1862 (date de la première inhumation) et 1875 (date d´acquisition de la concession).

    - Enclos funéraire Becquerelle-Bélette (N31)

    Concession acquise en mai 1874, par Edmond Becquerelle, graisseur au Chemin de fer, domicilié à Amiens, 11 rue des Orfèvres et fut agrandie en août de la même année, par l'acquéreur.

    Cette concession, conservant sa grille en fonte et fer forgé, contient trois monuments. La base en calcaire subsistant au fond de la concession, vraisemblablement l´unique vestige du monument d´origine, a sans doute été réalisée vers 1874 (date d´acquisition et d´agrandissement de la concession et date de l´une des inhumations). La tombale en pierre de Tournai, signée par l'entrepreneur Lesot-Helleu, a sans doute été réalisée vers 1933 (date de la première inhumation mentionnée) et la petite stèle-épitaphe en forme de livre en marbre blanc a probablement été déposée vers 1933 (date de l´unique inhumation mentionnée).

    - Enclos funéraire de la famille Cahon-Guilain et Chevalier-Cahon (N 39-40)

    Concessions acquises en octobre 1874, par Louis Charles Cahon (N39), propriétaire, domicilié à Amiens, 48 boulevard de Beauvais, et Achille Chevalier (N40), domicilié à Amiens, 7 rue des Trois-Cailloux.

    Cette concession, réunissant deux terrains acquis en 1874, conserve sa clôture et contient quatre monuments. La stèle stylisée néogothique en pierre de Tournai a sans doute été réalisée vers 1892 (date de l´une des inhumations) et la stèle à croix également en pierre de Tournai a probablement été élevée vers 1885 (date de la première inhumation enregistrée dans la concession N 39). Les deux tombales antérieures en pierre de Tournai sont difficilement datables et un débroussaillage permettrait une meilleure datation.

    -Tombeau (croix funéraire) De Vauguérin de Sanctos (N52)

    Concession acquise en décembre 1865, par Emma de Vauguérin et par monsieur Rivière de Vauguérin, domiciliés à Nancy (54).

    Cette concession, ne conservant que très partiellement sa clôture (complètement disloquée), contient une croix funéraire en fonte et fer forgé, en très mauvais état et déposée à l'arrière, probablement élevée entre 1861 (date des deux premières inhumations) et 1865 (date d´acquisition de la concession et de l´une des inhumations).

    -Tombeau (stèle funéraire) de la famille Lefebvre (N55)

    Concession acquise en novembre 1875, par Jean-Louis Lefebvre, rentier, domicilié à Amiens, 28 rue Lemerchier.

    Cette concession, conservant partiellement sa clôture, contient une stèle épaulée à acrotères en pierre de Tournai, signée par l'entrepreneur E. Lamolet et sans doute réalisée vers 1875 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation mentionnée).

    -Tombeau de la famille Joly-Leroux (N56)

    Concession acquise en mai 1880, par Camille Joly, comptable, domicilié à Amiens, 123 rue Jules-Barni.

    Cette concession, conservant en partie sa clôture, contient une stèle à croix en pierre de Tournai, signée par l'entrepreneur A. Sallé et probablement élevée vers 1879 (date de l´une des inhumations) ou 1880 (date d´acquisition de la concession). On signalera le quadrilobe en marbre blanc incrusté au centre de la croix.

    -Tombeau (stèle funéraire) de la famille Duminy-Lecot (N57)

    Concession acquise en octobre 1880, par Firmin, Pierre Duminy, domicilié à Amiens, 42 rue du Grand Vidame.

    Cette concession, ne conservant que très partiellement sa clôture, contient une stèle cintrée en calcaire, déposée en plusieurs fragments et complètement recouverte par la végétation, qui a probablement été élevée entre 1864 (date de a première inhumation) pour l´employé de Banque Firmin Honoré Duminy et 1880 (date d´acquisition de la concession).

    -Tombeau Bauduin-Cresson (N80bis)

    Concession acquise en mai 1916, par Narcisse Roch Bauduin, confectionneur, domicilié à Amiens, 16 rue Delpech et fut agrandie en avril 1920, par l'acquéreur.

    Cette concession, matérialisée par un sol en pierre de Tournai et par une tombale rectangulaire en granito, a sans doute été réalisée au cours de la 1ère moitié du 20e siècle, entre 1916 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation) et 1944 (date de la dernière inhumation).

    -Ancien tombeau des familles Boidin-Ducroquet-Nimel (N82)

    Concession acquise en février 1909, par Augustin Casimir Boidin, teinturier, domicilié à Amiens, 21 rue des Trois Sausserons.

    Les sources conservées à la bibliothèque municipale (série M) indiquent que l'entrepreneur M. Sueur a réalisé des travaux en 1909.

    Monument actuel hors étude.

    -Tombeau (stèle funéraire) Souillard-Crognier (N84)

    Concession acquise en avril 1910, par madame veuve Souillard, née Crognier, sans profession, domiciliée à Amiens, 151 route de Paris.

    Signature (portillon de clôture) : Marchand / serrurier / R[ou]te d'Allonville 80 / [...] / dépôt Amiens.

    Cette concession, conservant sa grille de clôture en fonte ouvragée signée par le serrurier amiénois Marchand, contient une stèle architecturée en pierre de Tournai à colonnes et cintrée dans sa partie supérieure, sans doute réalisée vers 1910 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation). Ce tombeau présente un modèle assez semblable à celui du monument d´une concession avoisinante (N 91).

    -Tombeau (sarcophage) de la famille Hamain-Braut (N 98)

    Concession acquise en février 1930, par Louis Camille Jean Hamain, ancien avoué, domicilié à Amiens, 55 rue Saint-Fuscien. La concession porte la signature de l'entrepreneur Philippe-Lamolet.

    Cette concession contient un monument en forme de sarcophage en granite gris poli, signé par l'entrepreneur Philippe-Lamolet et sans doute réalisé au cours du 2e quart du 20e siècle.

    -Tombeau (sarcophage) Dupont-Cuvillier (N 99)

    Concession acquise en juin 1911, par Maurice Eugène Dupont, chef de bureau à la Trésorerie Générale, domicilié à Amiens, 41 rue de l'Aventure.

    Le tombeau porte la signature de l'entrepreneur Marcel Sueur.

    Cette concession contient un tombeau en forme de sarcophage, signé par l'entrepreneur Marcel Sueur et a vraisemblablement été remanié. Le socle en pierre de Tournai a probablement été réalisé vers 1911 (date d´acquisition de la concession) ou 1912 (date de la première inhumation) et la tombale en dos d'âne en granite rose poli probablement entre 1965 et 1986 (dates des deux dernières inhumations).

    -Tombeau Gregson-Pérignon (N180)

    Concession acquise en avril 1922, par Arthur Gregson George, ingénieur, domicilié à Amiens, 16 rue Delpech.

    Cette concession, en intérieur de plaine, est délimitée par des poteaux en calcaire, reliés par des chaînes en fer et fixés sur une bordure en calcaire et un sol en pierre de Tournai. Elle contient une stèle à croix en calcaire, fixée sur un socle imitant la pierre de taille et dont la partie supérieure est pyramidale. Le tombeau n'est gravé d'aucune inscription et trois jardinières à plantes en bois sont déposées sur le sol.

    Cette concession, conservant sa clôture, contient une stèle à croix en calcaire, qui a probablement été élevée vers 1922 (date d´acquisition de la concession et de l´unique inhumation). Il s´agit de la première stèle à croix présentant cette forme, recensée à la Madeleine.

    - Tombeau (stèle funéraire) de la famille Garbado-Cozette et Leclercq-Garbado (N262) ILLUSTRATION

    Concession acquise en mai 1929, par André Camille Alfred Leclercq, employé de bureau et Garbado Gaston Alcindo, chef de coupe, domiciliés à Amiens, 59 rue de Turenne.

    Cette concession, conservant sa clôture, contient une stèle trapézoïdale en pierre de Tournai, probablement élevée vers 1929 (date d´acquisition de la concession et de la première inhumation), qui est surmontée d´une belle urne funéraire. Un monument quasiment identique a été repéré dans cette même plaine (N/1/33).

Références documentaires

Documents figurés
  • Plan général du cimetière de la Madeleine, feuille 11, s. d. (AC Amiens).

    AC Amiens
Bibliographie
  • C[OMTE], Stéphane. Promenades au cimetière de la Madeleine, précédées d'un précis historique sur l'origine de cet établissement, sa première destination, et les diverses transformations qu'il a subies depuis sa fondation jusqu'à nos jours. Amiens : Imp. Duval et Herment, 1847.

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général ; (c) Ville d'Amiens - Vincent Caroline